AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Au beau milieu d'un rêve [Important, J14 au matin, Pv Hiss]
AuteurMessage
Boronn
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Tisserand (Novice)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Lun 13 Juin 2016 - 13:58

L’air frais qui lui emplissait les poumons, pour une fois, n’avait pas une odeur nauséabonde. Au bord d’une falaise, un pied à moitié dans le vide, jamais les choses ne lui avaient semblé aussi simples. Un pas. Il ne lui suffisait de faire qu’un pas. Il jeta un regard vers l’horizon et admira le crépuscule, instant parfait pour une mise à mort en bonne et due forme.
Lui aussi il s’éteindrait ce soir, mais il ne se relèverait pas au petit matin. Pas l’envie, pas la force. Pas d’intérêt.

Alors il s’avança d’un pas calme, presque apaisé. L’expression de son visage avait quelque chose de réconfortant, et bizarrement elle lui faisait du bien. Il avait l’impression de vivre la scène de l’extérieur, comme s’il n’était pas acteur mais spectateur de ses propres actes. Comme s’il n’avait plus le contrôle sur rien. Comme si, tout ce qu’il avait à faire ce soir, c’était se laisser tomber.

Enfin.

La chute était aussi exaltante que la perspective d’un sommeil attendu depuis une éternité. L’air était doux, lovant les traits de son visage dans un voile délicieux.

Puis il ouvrit les yeux. Tout était noir. Doutant un instant d’avoir perdu la vue durant son sommeil, il remarqua au loin une lueur étrange, blanche et froide. Sans doute une clairière. Légèrement courbaturé à cause de son sommeil contre un arbre inconfortable, il se redressa péniblement, craquant du dos au moindre geste. Il rassembla quelques une de ses affaires, enfourna le tout dans son sac et reprit sa marche d’un pas lent, ignorant totalement la direction qu’il devait prendre sans cette forêt maudite.

Si elle ne lui faisait plus peur, elle ne lui donnait pas une sensation de bien être non plus. Tout ici donnait l’impression d’être hostile, agressif presque, comme si la nature elle-même essayait de le chasser. L’espace d’un instant il se retourna, regardant en direction de la montagne où il s’était éveillé, pour la toute première fois. Il repensa à ses reliefs enneigés avec une certaine nostalgie, incompréhensible mais forte. Il n’était pas fait pour vivre au milieu de ces arbres.
Reprenant sa route, quelque chose attira son attention. Une silhouette, à quelques dizaines de mètre devant lui. Jusqu’à maintenant, il n’avait pas encore eut d’échange avec d’autres personnes que Lux. Et sa relation avec Lux s’était terminée de façon plutôt...
Et bien elle s’était terminée.

Ainsi donc, naturellement il s’empara de son gourdin de fortune, épais bout de bois dans lequel il avait coincé des pierres. Il se voûta légèrement, marchant à pas de loup en direction de l’individu au loin... Et son sang se glaça.
Une silhouette noire, informe, avait accéléré en sa direction. Il ignorait totalement ce que cela pouvait être, mais ça n’avait rien d’humain. C’était une monstruosité.
Sans réfléchir et oubliant toute notion de courage, il courra en direction inverse, s’interdisant de se retourner pour voir le comportement de cette chose... Oui, définitivement, cette forêt ne voulait pas de lu.
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 70

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Lun 13 Juin 2016 - 19:17

Hiss n'avait pas dormi. 

Son corps entier lui avait fait mal, toute la nuit. Elle avait observé les hématomes grandir sous sa peau, créant des nébuleuses noires et violettes, la ou les sabots du chevreuil l'avait impactée, la veille. Ses doigts effleuraient les plaies que le sol lui avait infligé après sa chute, au niveau des genoux et des hanches. Le sang frais qui avait coulé plus tôt le long de ses bras et éclaboussé son corps était maintenant sec, d'une couleur sombre improbable, et la blonde grimaçait en contemplant toutes ces preuves de combat, de lutte, de victoire désespérée. A quoi devait elle ressembler, à l'heure actuelle? Probablement plus à un être humain. Toujours est il que ces ecchymoses accompagnaient son ventre maintenant rempli et la satisfaction d'avoir pu manger à sa faim. Ce n'était pas si mal.

Mais son manque de sommeil l'agaçait, elle détestait ne pas dormir suffisamment. Alors elle décida de descendre de l'Arbre, et de trouver une activité qui lui occuperait l'esprit. Hiss était déçue de constater que la Cité n'était pas encore réveillée. Elle pourrait passer des heures à observer les Fourmis vivre, chasser, se battre et même, s'embrasser. Elle gardait cependant de la distance avec les entrées de la Fourmilière, ayant toujours la douleur des morsures des soldates à l'esprit, tout comme les boutons qui persistaient à le lui rappeler, le long de ses jambes. Par mécanisme, elle se gratta, puis poussa un long soupir en lançant un regard vague aux alentours. La Forêt était sombre, et loin d'être rassurante. Elle entendait des craquements un peu partout autour d'elle. La nuit n'est jamais silencieuse.

Hiss n'avait pas eu de problèmes depuis sa rencontre avec Barbu. Cependant, elle ne baissait pas la garde, ayant toujours une impression désagréable qui lui nouait les tripes. Certaines ombres étaient plus terrifiantes que d'autres, même si elle tentait de les garder loin de son esprit. Mais malgré tout, elle était curieuse de savoir si il existait beaucoup de ses congénères dans le secteur. Être seule ne lui posait pas réellement de problème, si ce n'est pour sa survie. Barbu Froncé ne devait pas avoir trop de soucis au niveau intimidation. Elle, elle ne faisait peur à personne. Même pas aux Fourmis. 

Elle tapa du talon dans un caillou au sol. Elle était d'une humeur massacrante. 

La blonde décida de marcher un peu en attendant la venue du jour. L'Arbre était protecteur, mais ses jambes et son dos meurtris supportaient mal le contact de l'écorce dure et rêche. Et puis elle avait besoin de bouger. Elle garda le silence malgré tout, et mis ses sens en alerte, captant le moindre bruit autour d'elle. Parfois, des petits animaux fuyaient devant elle et elle sursautait en entendant le bruit des plantes sur leur passage. Les insectes vrombissaient dans l'air, s’intéressant parfois d'un peu trop près à sa peau. 

Au bout d'un certain temps, après qu'un peu de lumière vint éclaircir de façon significative le ciel au dessus de sa tête,  Hiss entendit des bruits sourds venir de sa droite, et se campa derrière un arbre, observant tant bien que mal ce que ce pouvait être. La nature de ce barouf était encore loin, mais ça se rapprochait. Elle serra fermement son poing sur le manche de sa lance, juste pour se donner un peu de courage, mais jeta un œil vers les possibilités de fuite qui s'offraient à elle en cas de grand danger. 

D'abord, elle discerna la silhouette d'un homme qui courrait , slalomant entre les arbres et ne regardant jamais derrière lui. Il allait vite, mais ce qui le poursuivait n'était pas plus lent. Hiss senti ses poils se hérisser de peur, et elle ne sut tout d'abord pas quoi faire. La chose que l'homme fuyait était tout sauf rassurante. Elle ne percevait pas exactement sa forme, mais c'était noir, assez grand, et beaucoup trop biscornu pour être de nature humaine ou animale. L'homme n'était qu'à une trentaine de pas d'elle, tout au plus. 

Hiss n'avait que quelques instant pour se tirer de sa paralysie, et faire un choix crucial. 

Le lieu le plus sûr qu'elle connaissait était son campement, et le Lac. Son campement n'était pas très loin, et l'Arbre peut être assez difficile d'accès pour la créature, si tenté qu'elle sache y grimper. Le Lac était beaucoup plus loin, l'eau n'était pas très rassurante et peut être que le machin noiraud savait nager, peut être même mieux qu'elle. Le choix était vite fait. Restait de savoir si elle tentait d'aider l'homme qui risquait de ne pas savourer plus longtemps le lever de soleil. Ce choix ci était bien plus compliqué à prendre, et le cerveau de la blonde ne savait pas quoi faire. 

C'est son corps qui prit la décision de courir à la rencontre du type, de lui attraper le bras et de courir à en perdre haleine, vers son Arbre et sa Cité chérie.
Boronn
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Tisserand (Novice)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Jeu 16 Juin 2016 - 0:33

Ainsi la course folle s’engagea, une course où le poursuivi ignorait jusqu’à la nature du poursuivant. Une chose était pourtant sûre : il ne devait pas se laisser rattraper. Pour rien au monde il ne devait faiblir car auquel cas, et il ignorait comment il le savait mais il en était certain, ça en serait finit de lui. Et pas d’une élégante façon. Alors l’homme s’époumonait comme jamais, sentant l’air dans ses poumons qui se faisait rare, sentant ses muscles lui brûler à cause d’un effort inhabituellement violent.

Et pourtant il ne courait que depuis quelques secondes.

Mais l’angoisse était forte, oppressante même, elle maintenait une pression forte sur sa poitrine. Le Monstre n’émettait aucun bruit, même ses pas semblaient être feutrés ce qui contrastait fortement avec sa silhouette imposante. La forêt cachait-elle des choses encore plus massives, ou bien il était tombé dès le début sur le sommet de la chaîne alimentaire ? Etait-elle en chasse ou bien errait-elle sans but précis, engageant la traque d’une proie par simple caprice ? Etait-elle seulement raisonnée ou juste animale ? Ces questions se bousculèrent dans son esprit en une fraction de seconde, dans le feu de l’action il réfléchissait au rythme de ses pas.

Sentant d’instinct l’écart qui le séparait de son prédateur se réduire à grande allure, il cherchait du regard un arbre auquel il pourrait grimper, espérant gagner en agilité là où il n’aurait surement pas le dessus sur la force. Au bruit léger des pas de la bête, il savait aussi qu’il ne la gagnerait pas sur l’endurance. A la fuite il devait donc préférer la ruse. D’un rapide coup d’œil il crut percevoir une branche à sa hauteur, accompagnée de ses semblables qui formaient une échelle naturelle montant suffisamment dans un arbre proche. Il  dévia légèrement sa trajectoire pour se diriger vers celui-ci mais un évènement plus inattendu encore vînt contrarier son plan de fortune.

Une femme. D’apparence moins marquée que lui, blonde et de frêle stature elle s’était accrochée à son bras et l’entrainait avec elle à une cadence plus soutenue encore que la sienne. Elle était venue de nulle part, sûrement d’un tas de feuille ou de derrière une écorce, il n’en savait rien. Les choses étant qu’elle le maintenait fermement et semblait déterminée à l’accompagner dans son périple involontaire où leur survie n’était pas assurée.

Quel étrange comportement.

Se remettant prestement de sa stupeur, il fût interpellé par la soudaine interruption des bruits de pas derrière lui. Il risqua un regard en arrière et fût paralysé par la vision qui s’offrait à lui.
Tout se joua en une seconde. Si bruit de pas il n’y avait plus, c’est que la bête était en l’air car dans un saut elle avait réduit à néant l’écart qui séparait le chasseur des chassés. Avant l’impact Boronn attrapa la main de la jeune femme, lui fît lâcher son emprise et la projeta de toutes ses forces vers la droite, tandis que lui se jeta au sol sur sa gauche. Moins d’une seconde après la créature s’écroula sur le sol, à l’endroit même où ils se trouvaient juste avant.

Désormais, ni la fuite ni la ruse n’étaient à prendre en compte.
Il n’y avait plus que la chance.


Jet de Dés :

#1 : La créature atterrit avec adresse mais semble folle de rage. Elle se jette d'instinct sur la première proie qu'elle voit : Hiss. Elle se laisse alors tomber en tendant les bras vers elle, dotée d'intentions ouvertement mauvaises.
#2 : La créature atterrit avec adresse mais semble folle de rage. Elle se jette d'instinct sur la première proie qu'elle voit : Boronn. Elle se laisse alors tomber en tendant les bras vers lui, dotée d'intentions ouvertement mauvaises.
#3 : La créature se réceptionne maladroitement et manque de tomber, s'entravant dans une racine au passage, ce qui manque de la faire tomber. Tout en la ralentissant cela semble l'exciter encore plus.
#4 : La créature, entrainée par son propre élan fait quelques pas de plus et percute un arbre. Un peu sonnée, elle en profite pour attraper une branche à sa hauteur et se dirige vers les deux êtres.
#5 : La créature est surprise de ne pas s'écrouler sur ses proies mais se rends bien vite compte de la situation. Elle tape rageusement sur le sol et hurle en direction de la jeune femme, ce qui risque d'alerter toute la faune aux alentours...
#6 : La créature est surprise de ne pas s'écrouler sur ses proies et les perd de vue. Elle se met alors à les chercher du regard, laissant quelques précieuses secondes de répit aux pauvres bougres.

Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 208

Jeu 16 Juin 2016 - 0:33

Le membre 'Boronn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd6' :

Résultat : 4
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 70

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Jeu 16 Juin 2016 - 2:08

Hiss sentait le contact de la peau d'un inconnu total, au creux de sa main. C'était pour le moins assez étrange. Comme elle, il avait la peau brûlante de l'effort, et malgré leurs différences physiques, elle arrivait à courir aussi vite que lui. La blonde n'était pas une très bonne coureuse. Elle savait grimper, mais n'avait pas la même force en ce qui concernait la fuite. Et tout d'un coup, la température changea drastiquement, et son corps se retrouva lancé entre deux arbres sans le moindre contrôle. Elle mit quelques secondes à comprendre que c'était le fait de son compagnon - peut être éphémère - qui avait eu un instinct plus que pressant.

Tout était flou, avant, pendant, et juste après sa chute. Elle avait aperçu du coin de l’œil le monstre sombre sauter là ou ils étaient une seconde auparavant. Son esprit avait beau tourner à toute berzingue, elle s’énerva pendant une seconde ou deux : elle était encore tombée sur un rustre mal léché, prêt à la donner en pâture à une créature improbable et assoiffée de sang. Mais elle n'avait pas le temps de gueuler après son semblable et son regard perçut la chute du rustre en question. Et tout son être se concentra encore plus sur la chose qui avait l'air d'aimer la chair humaine, et qui s’assomma un court instant sur un arbre - bénit soit-il - qui avait contré son saut si peu majestueux.

Hiss avait toujours le poing serré sur sa lance, comme la vie accrochée au soleil, mais elle ne savait pas exactement si il était judicieux d'opérer comme avec ce pauvre petit chevreuil de la veille. Il était clair que la cible était véritablement plus hostile et imposante. Cependant, quand elle vit le monstre venir vers eux, chaloupant encore sous le coup de la collision avec l'arbre, elle n'eut plus loisir d'utiliser son cerveau avec bon escient. Son bras gauche se plia, alors qu'elle se redressait avec vivacité, et son corps suivit le mouvement pour mettre un maximum de force dans son lancer. 

La pierre de sa lance était encore acérée, elle le savait, mais elle ne savait pas de quoi était fait cet espèce de bidule effrayant qui marchait vers elle et son compère. Lorsque son arme atteignit sa cible, dans un parfait centre - pourtant très peu réfléchit - elle sauta vers ce qui semblait être un angle mort du monstre, le cœur loupant des palpitations, sa vue se réduisant en son centre, ses bras tremblant sous la peur. Elle n'avait pas touché une proie, non, elle avait atteint un prédateur. Son prédateur. Et en tant que proie, elle perdait pied, progressivement.

"Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes."

Une étincelle. Comme une éclaircie dans tout son être, qui malgré tout sonnait bizarrement, mais elle n'eut pas le temps de méditer sur la venue de cette voix profonde.

La blonde hurla, dans une fréquence assez grave pour être caverneuse, assez limpide pour percer les tympans. Hiss avait saisi sa pierre taillée, de sa main droite, et tenta d'atteindre la bête d'un seul bond, le visage dément, les dents sorties vers une chair sombre, les ongles crispés sur une peau potentiellement attaquable. Elle était devenue le prédateur. 

Hiss ne pouvait pas laisser une chose pareille la dévorer. C'était suffisamment dégueulasse et salement imprévisible pour tenter le tout pour le tout. Et dans cet instant, elle sentait cet espèce de moment de survie improbable mais qui valait tout l'or du monde. Du moins l’espérait elle, au plus profond de son être. 

1 • Hiss saute sur la bête, et réussit à planter son silex dans son dos plusieurs fois
2 • Hiss saute sur la bête, et la bouscule contre le sol
3 • Hiss saute sur la bête, mais n'arrive pas à attraper plus qu'une jambe noire 
4 • Hiss saute sur la bête, et tombe devant elle sans réussir à l'atteindre
5 • Hiss saute, trébuche, et se retrouve sous les pieds de la bête
6 • Hiss saute, et réussit à trancher la gorge du monstre
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 208

Jeu 16 Juin 2016 - 2:08

Le membre 'Hiss' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd6' :

Résultat : 3
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 70

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Mar 2 Aoû 2016 - 17:32

Ses bras atteignirent une jambe noire, et elle tomba au sol dans un gémissement étouffé. Dans sa tête il n'y avait plus rien d'autre que la chose qui la surplombait maintenant, et aucune place pour la peur ou l'hésitation. Elle poussa de nouveau un cri, et trancha ce qu'elle espérait être un tendon d’Achille, derrière la cheville de l'humanoïde qui n'allait pas tarder à répliquer. Sa jambe céda sous son poids, et il poussa un geignement plaintif en tentant de se rattraper à une branche. Pendant ce temps, la blonde avait bondi sur ses pieds et empoigné sa lance, qui était restée fichée dans la chaire sombre. Elle tira dessus d'un coup sec, pendant que la bête continuait sa chute vers le sol. Et lorsqu'elle s'affala enfin entre les racines des arbres alentours, Hiss n'attendit pas une seconde pour lui planter sa lance dans le visage, encore immaculé et contrastant superbement avec le reste de son corps. Un sang bouillonnant, de la même couleur que sa peau, vint éclore et quelques secondes plus tard, ses bras arrêtaient de convulser. 

Hiss était parcouru d'adrénaline mais vérifia sagement que son adversaire en avait finit avec la vie pour exploser de joie et de soulagement. Ses jambes tremblaient, mais un sourire victorieux était peint sur sa bouche, et elle eut un rire nerveux pendant quelques minutes. Puis elle se tourna vers l'endroit ou elle avait vu son compagnon de misère tomber, et le chercha des yeux. Il n'était pas là. Elle tourna la tête à droite et à gauche dans l'espoir de l'apercevoir, mais rien ne bougeait, rien ne vivait plus ici, hormis elle. Elle était de nouveau seule. 

L'agacement et l'exaspération remplacèrent le contentement, et elle pesta entre ses dents des phrases incisives sur le courage et la témérité des hommes, leur présence protectrice et qu'est ce que c'était comme conneries tout ça. Elle vérifia qu'elle avait tout ce qui lui appartenait et parti sans demander son reste. La lumière pointait sous les branches feuillues, au dessus de sa tête, et elle n'eut pas grand peine à retrouver son campement. 

Lorsqu'elle atteint son Arbre, sa Cité et ses Fourmis, Hiss était en colère et triste. Elle jeta à peine un œil sur l'offrande laissée aux ouvrières la veille, et ne fit qu'une brève halte pour aller chercher ses restes de viandes et sa peau de chevreuil, qui lui servit pour empaqueter son équipement. Sur la route du retour, elle avait prit une décision. Rester ici ne lui amènerait rien de bon, et maintenant qu'elle savait à quoi ressemblait les ombres si angoissantes qu'elle avait aperçu précédemment, elle savait que rester seule au dessus de la Cité de l'aiderait en rien. Il fallait qu'elle trouve des compagnons de route, avec qui tout partager, même la peur. Elle regarda les Fourmis s'approcher de ses orteils, méfiantes, puis fut prise d'une dernière idée en leur compagnie. 

Lorsqu'elle tourna les talons, de longs filins dorés étaient enterrés au creux des racines de son ami l'Arbre, dernière offrande qu'elle lui ferait avant longtemps.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum