AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Leas
AuteurMessage
Leas
Membre
avatar
Messages : 3

Sam 2 Juil 2016 - 16:56


Prénom : Leas (à prononcer Léath)
Nom/surnom : ..

Éveil : soir du 14ème jour
Sexe : Masculin

Race : Echoué
Métier : Prédisposition à devenir chercheur (mais ne le sait pas encore :) )
Groupe : Errant
Croyance : Confus

Magie :
Prédisposition égale en Confusion (Tourment) et en Parole (Apaisement).

Capacités physiques : Mange très peu.

Talents divers : Leas a la sensation de connaître plus de vocabulaire que les autres humains présents dans cette plaine. A vrai dire, c'était comme si les mots qu'ils prononçaient lui procuraient une forte impression de familiarité. Il en tire beaucoup de réconfort.

Équipement : Rien

Apparence physique et charisme :

Depuis qu'il s'est éveillé, Leas n'a pas eu l'occasion de se comparer à d'autres humains. Néanmoins, il semble plus petit et plus maigre qu'un autre. Sa cage thoracique est saillante sous sa peau blême, ses articulations ressortent d'une façon déplaisante et grotesque entre ses membres longs et fins. N'essayant rien pour cacher ce corps débile, ni à sa vue ni à celles des autres, il doit avoué avoir l'air en très mauvaise santé. Pourtant, il ne ressent pas encore la faim, ou du moins, pas d'une manière inquiétante. A vrai dire, alors qu'il est arrivé dans cet endroit depuis un peu plus de 12h, l'homme n'est ni affamé ni rassasié, mais est plutôt dans un état de fringale. Quelque chose de simple pourrait lui permettre d'apaiser cette sensation. Au moins le suppose-t-il.
Dans sa bouche aux lèvres bleuâtres, ses dents s'alignent dans un état parfait. En dehors de ses molaires, elles sont toutes pointues. Ses canines sont particulièrement longues et épaisses; elles ressortent de ses gencives à la recherche d'espace. Si bien que lorsqu'il ferme la bouche, Leas arbore un étrange sourire étiré, relativement inquiétant. De toutes façons, Leas à l'air inquiétant. Son sourire, son allure famélique, son visage à la peau dépigmentée, à ses veines noires ou violettes que loin de voir affleurer à tout endroit de son corps. Même ses yeux ont quelque de chose de terrifiant. D'une belle couleur caramel, ils semblent toujours voilés, lui donnant l'expression d'une bête morte. Pourtant, lorsque Leas parle, ils s'animent et resplendissent. Avant de se vitrer de nouveau.

Caractère et personnalité :
A première vue, Leas est une personne sociable et optimiste. Sympathique et adapte à vivre en communauté, il a beau sembler perturbé par ce qu'il pense être une perte de mémoire, il est suffisamment déterminé à survivre pour ne pas basculer. Rancunier autant qu'il est reconnaissant, il faisait preuve de bonne volonté et d'une intelligence pratique face au défi du quotidien. Ne rechignant pas à aider à la collecte de nourriture malgré sa faiblesse physique, il est d'une compagnie agréable même s'il lui semble très difficile de se taire. Ingénieux, il rationnalise la vie grégaire et fait montre de créativité.
En vérité, Léas est un dissimulateur.

L'échoué est effectivement une personne intelligente. Il a pleinement conscience de son incapacité à survivre seul. Heureusement pour l'échoué, ses capacités sociables ne sont pas négligeables. D'un naturel observateur et perspicace, il n'éprouve pas de difficulté particulière à deviner les humeurs d'un interlocuteur. S'y adapter n'est dès lors pas un problème et se fait presque d'instinct. Pour l'heure, Leas ne sait pas si cette capacité est de hypocrisie ou de la sollicitude, il tente simplement de survivre. Et pour survivre, il utilisera ses talents à son profit.

S'il est pour l'heure confus et espère profondément ne pas être seul, coincé entre les montagnes oppressante et le lac glacé, Leas n'est pas quelqu'un de profondément bienveillant. Menteur, manipulateur, doué avec les mots, l'homme est capable d'envenimer des disputes pour le plaisir ou pour en tirer parti. Son habileté à lire dans le langage corporel et à comprendre au delà des mots est redoutables pour ses ennemis. Néanmoins, sa raison et son intelligence pragmatique l'empêchent d'utiliser ces talents dans des situations dangereuses. Son instinct de conservation étant plus fort que son égoïsme.
Il est tout de même possible de percer Leas à jour, peut-être en jouant sur son point faible, celui qu'il a le plus de mal à garder sous silence. La raison pour laquelle il se trouve ici, les phrases qui tournent dans sa tête, l'absence de souvenirs....

Histoire :

Il lui fallait respirer. Sa cage thoracique lui semblait écrasée et sa gorge nouée. Mais son corps ne répondait pas. Son esprit lutta. Aussi embrumé qu'il l'était, aussi confus qu'il puisse être, l'urgence le pressait. L'imminence d'une mort froide et douloureuse resserrait ses griffes sur ce qu'il possédait de raison. Soudain, ses yeux et sa bouche s'ouvrirent dans un râle avide. L'étonnement, peut-être l'air s'engouffrant dans ses poumons, le secoua d'un spasme. Aussitôt, une eau glaciale se répandit sur son visage, engloutissant ses cheveux et absorba son corps tout entier. Mû par quelque réflexe atavique, Leas battit furieusement ses jambes et se propulsa de nouveau à l'air libre. Ses bras, en libres-penseurs dessinèrent des mouvements amples le longs de la surface pour le maintenir à flots.

Hébété, flottant grâce à ce qu'il semblait savoir de la nage sans vraiment le faire sciemment, Leas tenta de reprendre une respiration qu'il avait si longuement espéré. A bout de quelques secondes qui lui parurent une éternité, il commença à regarder autour de lui. Il se trouvait à quelques dizaines de mètre du rivage de ce qui ressemblait à un lac - si tant est qu'il sache ce qu'était un lac. Tout autour de lui, s'étendaient de menaçantes montagnes aux sommets immaculés. Une forêt étranglée entre l'étendue d'eau et les monts glacés ajoutait une autre nuance de grisâtre au monde qu'il contemplait. Il avait beau ne pas avoir beaucoup d'éléments de comparaison, il trouvait l'endroit très laid. Repoussant et désespérément morne. Puis, ce sentiment de dégoût et de déception se vit submergé par une terreur qui coupa de nouveau les sens de Leas. Il se sentit soudain écrasé, désarmé et perdu. Les perceptives se déformèrent, réduisant l'homme à une minuscule créature englobé par une nature souveraine. Elle l'empêchait de respirer. Il sentit la panique l'envahir de nouveau, dévorant son intelligence et sa conscience. Où était-il ? Pourquoi nageait-il dans cette eau glacée ? Comment était-il arrivé là ? Qui... qui était-il ?
Son nom lui apparut pourtant clairement. Leas. Il en était certain. Le simple fait de savoir une chose, suffit à le rassurer.

"Oui... oui, Leas."

Le son de sa voix lui procura de nouveau une vague de sérénité. Il ignorait pourquoi il s'était exprimé à voix haute mais cela n'avait rien de désagréable.

"Je m'appelle Leas, oui."

Dit l'homme en prenant une expression condescendante.

"Mon nom est Leas." Il se fit résolu.
" Je me nomme Leas." Martial.
" Je suis Leas." Parfaitement neutre.
" Leas... mon nom, bien entendu."

Et il adressa un oeil méprisant aux montagnes qui l'encerclaient.
Sans savoir pourquoi, Leas éclata de rire. Son coeur se serra. Il se sentit soudain moins seul. Une nouvelle énergie l'agita et il prit la résolution de nager vers le rivage. Qu'importe la brume, la bruine et les flots glacés qui balayaient son visage à chaque mouvement. Il avait un but, à très court terme bien sur, mais il respirait et s'était retrouvé. Tout allait bien.

Leas eut pied plus tardivement qu'il l'avait présumé. Le contact avec le sable mou fut décevant. Il remonta la pente douce qui le séparait du sol sec et l'éloignerait de l'eau glacé. C'était difficile, presque plus encore que de nager. Pourtant, marcher avait quelque chose de rassurant. Et alors qu'il se sentait envahi par une euphorie étrange, il se savait aussi menacé de très prêt par la terreur précédemment subie. Il refusait de lâcher le moindre petit contentement, la moindre satisfaction.

Quand ses pieds touchèrent enfin le sable qui se trouvait hors de porté de l'écume verdâtre, Leas fut de nouveau déçu. Mais il refusa de s'arrêter, et marcher encore un peu, s'éloignant du lac. Puis, quand il fut certain que l'eau n'atteignait pas cette partie du sol, il se laissa tomber. Leas s'effondra sur le sol en amas de bras, de jambes et de mains osseux. Le sol était froid, autant que l'eau. Il n'arrivait pas à se réchauffer. Les montagnes et la forêt lui parurent terrifiantes.

"J'ai tellement froid. Je me sens trans-per-cé."

Il fut un instant satisfait de ce mot mais une bourrasque lui fouetta la nuque.

"Putain!"

Il ne savait pas pourquoi, mais ce mot le contenta plus encore que le précédent. Il offrait même plus de réconfort que le fait de se recroqueviller dos au vent.

"Bordel!"

Et soudain, un chapelet d'insultes, de jurons s'échappa des lèvres de Leas. Il vomissait des injures, d'abord avec étonnement et amusement puis avec force et haine. Il hurla, vociféra, beugla autant qu'il le put sans jamais se répéter, inventant de nouvelles grossièretés en combinant des mots scabreux de peur de réitérer ce qu'il avait déjà dit. Il resta ainsi, seul à écouter sa propre voix et tout l'inventaire de ce qu'il connait de violent jusqu'à ce que sa terreur, sa panique et son effroi aient un peu reculé.

Rasséréné, Leas toujours grelottant, se permit de réfléchir. Il était seul, au milieu de nulle part. En dehors de ce qu'il venait de déblatérer, il avait l'impression de ne rien savoir. D'avoir oublié. Qu'avait-il perdu? La façon dont il était arrivé là par exemple. Et pourquoi il avait aussi froid.... Il n'avait rien pour se couvrir! Même sur la berge. Il n'avait pas pu prendre le risque de... d'être ici sans rien! Qu'est-ce qu'il se passait ? Etait-il vraiment seul ? Etait-il venu ici de son plein gré ou quelque chose l'avait amené ici ?
Une bourrasque lui balaya une nouvelle fois la nuque. La luminosité baissait, et il lui semblait que la nuit faisait de même. Leas décida donc de trouver un moyen de renverser cette situation avant de se laisser aller de nouveau de à la réflexion. Une fois à la fois.

Il se leva difficilement. Le froid commençait à engourdir ses membres et il avait l'impression de ne pas avoir séché. Jusqu'à ce que le soleil se couchât, Leas se força à rassembler du bois flotté et des pierres qui ressemblaient plus ou moins à l'idée qu'on se fait d'un silex. Finalement, il emporta son butin jusque sous le couvert des arbres et s'adossa à l'un d'eux, suffisamment large pour ne pas sentir le vent s'insinuer d'un côté ou l'autre de son corps. Ce fut là, enfin, qu'il fit du feu. Cela n'avait rien de facile et Leas se prépara presque à passer la nuit dans le noir quand, enfin une étincelle jaillit et se propagea sur les algues séchés jusqu'à lécher le bois. La chaleur fut si réconfortante que Leas eut envie de se jeter dans le petit brasier.
Le sommeil l'emporta. Ses rêves lui parurent étranges et quand il se réveilla, il en garda un souvenir perplexe. Aux premières lueurs de l'aube, Leas commença à sentir son estomac gronder. Incapable de trouver de la nourriture là où il s'était installé, le jeune homme prit la décision de faire le tour du lac. Peut-être trouverait-il quelque de chose.... d'intéressant ?


En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : Quaedam
Age : 23 ans
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?

1 à 2 fois par semaine la plupart du temps. Sans doute plus pendant les vacances :)

Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

Top site

Avez-vous des remarques à propos du forum ?

J'ai troooooop envie de savoir pourquoi nos perso sont là xD

Aikanaro
Administrateur
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Métier : Chasseur
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Journal :
Dim 3 Juil 2016 - 17:50

La porte du bureau des fiches de présentation s'ouvrit doucement et une petite tête de lapin dépassa, scrutant l'intérieur de la salle sombre. Devant l'habituel bureau éclairé de la même petite lampe de table, était assis un individu à l'air blafard. Le lapin se risqua à entrer sans faire le moindre bruit, avançant doucement dans cette pièce inconnue.
Puis la porte s'ouvrit en grand et heurta le mur avec fracas. Aikanaro pointa du doigt le lapin qui avait commencé à fuir devant cette violence.

- REVIENS ICI SALOPERIE DE MERDE !!

Et sur ces mots il se lança à sa poursuite farouchement. Le lapin était vivace mais Aikanaro connaissait mieux le terrain et après une bataille épique, il se releva fièrement, le lapin pendu par ses oreilles que le Cime tenait fermement.
C'est alors qu'il aperçut le nouveau membre attendant sagement et qui avait pu observer toute la scène du coin de l'oeil. Il se racla brièvement la gorge avant de tenter de se justifier:

- Hm... Oui, c'est que j'ai besoin de ce lapin, voyez-vous. Il se trouve que je lui ai filé des laxatifs, pour qu'il aille chier partout dans la chambre de Dreth pour lui apprendre le sens du mot "merdier" mais ce petit con s'est échappé en pensant que j'allais le laisser faire.

Notant enfin que son interlocuteur semblait se foutre royalement de son histoire, il accrocha le lapin à une patte à l'aide d'une ficelle qu'il sortit d'on ne sait où et l'attacha à un pied du bureau.
Il ramassa un petit papier qui reposait au sol non loin.

- PUTAIN MAIS C'EST MON MOT ! LE FUMIER ! JE VAIS LE...

Le Cime croisa une nouvelle fois le regard du nouveau membre en attente de validation et arrêta sa phrase, chiffonna le papier et le jeta avec dédain sur le sol à coté de la poubelle.

- Bon voyons voir quelle merveille vous nous avez pondu.

Ses yeux parcoururent rapidement la feuille, rythmés par un marmonnage ridicule et incompréhensible.

- Ouais, alors c'pas mal. Faudra faire attention à l'emploi de la magie, son apprentissage est très dur et lent pour un seul "type" de magie, alors deux. C'est quelque chose de très subtil la magie. Tenez, prenez l'affinage du fromage par exemple, ben la plupart des gens n'y conn... Ok je continue...
Ah si, sinon tu dis "si tant est qu'il sache ce qu'était un lac", les personnages ne sont pas ignorants à ce point, certaines choses leur sont familières (utiliser des outils, imaginer des vêtements, la plupart des animaux communs, les éléments, la Nature en général, etc.)
Sinon à part ça tout est en ordre, je pense que je vais te valider.


Aikanaro se saisit du sceau et l'apposa férocement sur la feuille, constata son œuvre, puis tapa de nouveau plusieurs fois le tampon contre le papier d'un air satisfait:

- Ahah ! J'aime bien ça !

Voyant le regard dépité de l'homme qui lui faisait face, il reposa doucement le tampon et glissa la feuille dans le tiroir des validés.

- Bon ben c'est pas tout ça mais...

En se levant, il écarquilla les yeux après avoir constaté le liquide marron qui jonchait le sol.

- Con de lapin ! Tu pouvais pas attendre cinq minutes que je te foute dans la chambre de l'autre gogole ?

Il détacha la bête et le tint à bout de bras pour éviter de s'en mettre sur les vêtements. Il écrivit rapidement une note de sa main libre stipulant: "Dreth, y'a des toilettes pour ça, t'as intérêt à nettoyer avant que je revienne".
Puis s'en alla, claquant la porte et laissant l'individu nouvellement validé seul avec lui-même.

Phrases de Leas :

- Préfère le silence au cri des musaraignes.

- La montagne est faite d’innombrables pierres.




Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum