AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Chasse à l'homme ou à la bête ? [Jour 17 - Début d'après-midi][Privé Telod][Commun]
AuteurMessage
avatar
Messages : 5

Jour d'éveil : 14eme
Race : Echouée
Métier : Cueilleuse (1)
Groupe : Errante
Fiche de présentation :
Dim 4 Sep 2016 - 15:09

La journée passa. La nuit tomba. Un nouveau jour se leva. Ce n’était plus le temps de l’éveil, mais celui de la survie.

***

Sa progression devenait de plus en plus difficile. L'air glaciale, le manteau blanc et la faim lui criaient de s'abriter et de dormir pour combler le manque d'énergie qu'elle ressentait. Mais Kaely avait cette intution qu'elle ne devait pas s'arrêter. Que bientôt, quelque chose arriverait. Elle passait entre les arbres, en arrachant des petites branches fines et - selon elle - inutiles dans leur état actuel. La jeune femme cueilli une fleur fanée et glacée. Elle la regarda de longues secondes avec une mine triste, n'imaginant pas le ressenti de la fleur actuellement. Finalement, Kaely la jeta par terre et releva son visage vers le ciel ; un étrange brouillard semblait s'échapper du sol. Sa curiosité titillée, elle se mit à marcher dans cette direction. A ses pieds, la neige froide glaçait ses membres, tant qu'elle devait presque courir, elle agitait ses orteils, ses doigts, prononçait quelques mots pour ne pas ankyloser ses muscles.

Après une dizaine de minutes à marcher - courir de temps à autres - entre les arbres à regarder à droite, à gauche les potentiels animaux agressifs ou non qui pouvaient la contraindre à reculer, elle remarqua que la fumée était toute proche. Au loin, des bruits humains ; l'espoir de trouver d'autres êtres vivants - à défaut d'être humains - tout comme elle. Si elle ne savait pas où elle se trouvait ni comment elle était arrivée en ces terres, peut-être que l'un d'eux avait la réponse. Arrivée par les eaux, elle n'avait rien connu depuis - à part quelques animaux menaçants. Enclin à perdre son humanité à travers la folie et la solitude, elle espérait à connaître d'autres hommes.

S'approchant discèrtement du village, tout en veillant à rester camouflée par les grands arbres de la forêt, Kaely cherchait à savoir combien d'autres Hommes il y avait. Elle ne vit que quatre formes peu distinctes. Assez mince de corpulence, les muscles lâches et la carrure loin d'être imposante, elle pouvait espérer se cacher ou fuir à vive allure mais certainement pas livrer bataille.

Ses yeux tentaient de repérer de la nourriture, des aliments pour parer sa faim ou même des bâtiments quelconques pour l'abriter du froid. Mais elle ne vit rien qui lui dit quelque chose, semblant totalement perdue ; elle ne reconnaissait rien malgré ses efforts pour se souvenir de ce qui est nécessaire à la survie. Entendant une personne s'approcher, Kaely regarda à droite puis à gauche, cherchant un refuge. Mais elle ne vit qu'une biche qui cherchait à manger, la truffe dans le sol. Elle se posa brièvement la question de s'ils étaient de son côté, c'est à dire cherchant la survie en s'aidant les uns les autres, ou s'ils étaient plutôt du genre à tuer les étrangers. Ne s'armant que de son courage, elle sorti de derrière le tronc d'un bond. Kae adoptait une posture défensive. Et c'est sur ce même ton qu'elle s'exclama ;

- Je n'hésiterai pas à me battre ! Elle adoptait un ton hargneux, priant intérieurement pour que cela suffise à l'effrayer. Mais si elle semblait sûre d'elle, son esprit était prêt à flancher au moindre des mouvements de l'homme.


Ses yeux se baladèrent rapidement sur l'homme ; il était d'une corpulence tout à fait normale - rien de bien menaçant, donc - mais n'avait pas l'air affamé contrairement à Kaely. Ainsi, elle savait qu'il possédait sans doute plus d'énergie qu'elle et une capacité à résister plus grande. Pas très grand non plus, il n'imposait pas le respect par son physique. Mais il y avait un petit quelque chose dans son air, dans ses yeux, qui la dissuadait de lui sauter dessus ; peut-être était-ce son physique, ou peut-être la peau d'animal qu'il arborait sur ses épaules, signe qu'il avait sans doute tué et dépecé l'énorme animal. Quoi qu'il en soit, cette peau devait lui tenir bien chaud, atout énorme face au temps. Et comme pour la décrédibiliser de toute la mise en scène qu'elle avait mis en place, son ventre gargouilla.  
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 135

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Dim 11 Sep 2016 - 11:17

Le froid mordait. Il n'aidait rien. Parfois je devais, comme chacun, revenir près du feu pour me réchauffer. Mais pour moi c'était nettement moins nécessaire.
Seuls mes mains et mes pieds s'engourdissaient.
Les autres, eux, devaient sans-cesse stopper leur activité pour se réunir autour de la lumière chaude.

Althéa et Atalant, qui avaient décidés de partir chercher de la nourriture autour du campement, revenaient régulièrement, pour lutter contre le froid.
J'avais proposé de leur confier ma peau d'ours, mais ils avaient refusé. Ils préféraient prendre avec eux des torches, allumées à l'aide du feu du campement.

Cette nécessité de revenir sans arrêt vers la source de chaleur perturbait la bonne avancée des projets de la journée. Pour l'instant nous n'avions pas trouvé de nourriture, je n'avais fabriqué que deux flèches, Galline ne parvenait pas à fabriquer le moindre début de cordage, Sevin ne semblait pas avancer beaucoup non plus. Quant à Jey et Konol, sans doute les deux camarades les plus organisés de la clairière, ils se relayaient régulièrement pour permettre à l'un des deux d'être près du feu pendant que l'autre s'occupait à essayer d'aménager un arbre.

J'approchai mes mains des langues rouges. Regardant autour du feu, je croisai le regard de Sevin, celui, plutôt amical, de Galline, et celui de Jey, perdu quelque part. Nous étions quatre, à ne rien faire, en même temps. Un peu plus loin, Konol s'occupait à essayer de faire quelque chose avec un bout de bois, je crois que, peu importe ce qu'il entreprenait en ce moment, il n'y arrivait pas, à en juger par la frustration de ses gestes brusques.

Jugeant que mes doigts étaient suffisamment réchauffés pour ne plus être engourdis, je me relevai. Jugeant le petit tas de bois qui me servait pour fabriquer mes flèches, je conclus rapidement qu'il ne me restait plus de branches vraiment dignes de ce nom. Ainsi je me dis que j'allais faire un tour du campement pour chercher davantage de bois.

Mes pas s'approchaient de la forêt. Et alors que je dépassais quelques troncs, une forme jaillit soudainement de derrière l'un d'entre-eux. Je reculais d'un pas, surpris.

- Je n'hésiterai pas à me battre ! affirma la jeune femme qui venait d'apparaître.

J'haussai un sourcil. Elle me faisait penser à Galline, par sa méfiance, ainsi que par les dents que j'avais cru entrevoir au moment où elle avait parlé. Bien que plus forte physiquement que la plupart de ceux que j'ai connu, je la soupçonnai d'être venue du Lac, et, par mon expérience de ces gens là, je me dis qu'elle devait certainement ne pas être très méchante.

J'entendis son ventre gronder, elle avait faim. La faim rendait fou les hommes.

- Tout va bien Telod ? demanda Konol qui n'était pas loin de là, derrière les arbres, et qui s'approchait.

- Il se passe quoi ? s'enquit Galline, à l'intérieur de la clairière, tout en accourant.

Je levais les deux mains ouvertes doucement, en signe de paix, pour montrer à la jeune femme que je ne comptais pas l'attaquer, et essayer de lui demander de se calmer.

- Ça n'est rien. dis-je aux autres.

Puis je ramenai mes pupilles vers la nouvelles arrivante, qui semblait garder une posture méfiante. Mon regard fut relativement fatigué, je tirai une moue sarcastique avant de lui dire :

- Si tu veux te battre, fais le contre quelqu'un d'autre, s'il te plait. Moi j'ai juste envie de ramasser du bois.

- C'est qui cette connasse ? fit agressivement Galline, en arrivant à ma hauteur, puis elle s'adressa directement à elle : D'où tu viens ? Qu'est-ce que tu veux ?

Je regardai Galline avec reproche, épuisé de son attitude. Je lui dis de se calmer. Avant que la jeune femme ait le temps de dire quoi que ce soit, Konol nous rejoint. Sa carrure imposante, ajoutée à ma présence, sembla calmer les ardeurs de chacun.

Il jugea la jeune arrivante d'un oeil distant et proposa :

- T'as froid non ? Tu devrais aller près de notre feu, si Telod veut bien.

Chacun tourna alors son regard vers moi, j'haussai les épaules avec lassitude.

- Bah oui. soufflai-je, lassé de devoir dire une évidence.

- Alors c'est vraiment ça ta manière de réfléchir, Telod ? Ça sera toujours comme ça ? s'outra Galline.

Cette fois ma colère sortit.

- Oui. Dis-je avec force, la voix grave, mes yeux plantés dans les siens. Il est normal de se méfier lorsqu'on est dans sa posture, pas dans la notre. Nous sommes forts, nous devons soutenir et aider les autres, parce que nous sommes ceux qui le pouvons.

Les yeux de Galline étaient indescriptibles. Elle me reprochait tout, tout en paraissant en accord avec mes propos. Elle fronçait les sourcils, grinçait des dents, et se retourna pour aller bouder seule dans un coin de la clairière. Pendant ce temps, d'autres membres du groupe : Jey et Sevin, nous avaient rejoints. Ils avaient un visage ouvert, Sevin souriait poliment à la jeune femme, sans rien dire.

Je soupirai longuement, puis fit pivoter mon oeil vers la nouvelle arrivante.

- Désolé pour ça. C'est quoi ton nom ?

Couleurs:
 

HRP:
 
avatar
Messages : 5

Jour d'éveil : 14eme
Race : Echouée
Métier : Cueilleuse (1)
Groupe : Errante
Fiche de présentation :
Mer 12 Oct 2016 - 23:37

Kaely se rendit bien vite à quel point elle était ridicule. L'homme qui lui faisait face ne semblait ni menaçant, ni dans la perspective de se battre. Cela étonna premièrement la jeune fille puis, elle en fut extrêmement soulagée. Elle entendit se rapprocher d'autres personnes et bientôt deux personnes se présentaient à elle. Kaely regardait tout ce beau monde avec de grands yeux ; pendant plusieurs jours, elle n'avait rencontré âme qui vive et maintenant, voilà qu'ils pullulaient aux abords de la forêt.

Sentant une agressivité bien présente à son égard, la jeune femme regarda fixement la nouvelle arrivante ; elle ne semblait pas bien méchante et pourtant, quelque chose dans sa voix mettait Kaely sur ses gardes. Malgré l'affront qu'elle lui avait fait, la jeune femme ne lui en voulait pas ; si elle avait été à la place de la jeune femme, face à une inconnue menaçant presque ce qui semblait être son chef, Kaely aurait sans doute réagis de la même façon.

C'est avec un large sourire qu'elle accueillie les paroles d'une toute autre personne ; un homme cette fois-ci. Il semblait être un sacré gaillard et poli - et cette vision était sans doute faussée par l'invitation qu'il lui avait faite. Kaely écoutait d'une oreille attentive la discussion entre celui qu'elle pouvait appeler désormais "Telod" et l'autre jeune femme, toujours aussi sèche dans ses propos. Il semblait y avoir une tension palpable entre eux ; peut-être une récente histoire dans leur "camp" ?

- Je.. Je ne veux pas créer d'histoires.

Kaely avait soufflé ça, si bas, qu'on ne l'avait sans doute pas entendue. En tout cas, la plupart des personnes l'entourant ne l'avait pas vu.

- Boarf, ce n'est pas de ta faute.

Lorsqu'il avait dit ceci, Konol avait eu l'air nostalgique ou attristé pendant quelques secondes. La demoiselle s'était accroupie près du feu et regardait celui-ci avec de grands yeux ; elle était totalement subjuguée par le spectacle. D'aussi loin que ses souvenirs lui permettaient d'aller - c'est à dire quelques jours à peine - elle n'avait rien vu d'aussi hypnotisant. Ses yeux ne pouvaient quitter la danse que faisaient les flammes et si elle n'avait pas peur de se faire mal, elle oserait mettre sa main sans aucune gêne. Kaely fut extirpée de sa rêverie par Telod, qui lui posa une question des plus logiques. Kaely lui répondit assez rapidement, comme si le mot ne souhaitait que retrouver sa liberté ;

- Kaely. Elle afficha un sourire crispé puis reprit, plus lentement. Je me nomme Kaely. Je suppose que ton nom est Telod ?

Kaely se redressa, joignit ses mains dans son dos et s'étira, encore affamée mais peu enclin à avouer cette faiblesse. Pour occuper son esprit - à défaut de pouvoir occuper son estomac - elle regarda autour d'elle, distraite, avant de demander à ses "compagnons".

- Il y a souvent des animaux, ici ? Il y avait un superbe animal tout à l'heure. Un joli pelage brun, sur quatre pattes, les yeux foncés. Elle a eu l'air apeurée.

Galline poussa un semblant de soupire exaspéré suite aux paroles de la jeune femme. Si Kaely ne compris pas pourquoi tout de suite, ses compagnons ne tardèrent pas à parler de nourriture et de chasse. Si elle ne comprenait pas trop le sujet de leur discorde, il semblait qu'elle eut fait une bêtise en taisant la présence de la bête.

- Est-ce que vous attrapez... ça ?

Kaely pointa la bête qui mangeait à une dizaine de mètres d'ici. Elle semblait totalement sereine, mangeant l'herbe à ses pattes. Kaely s'approcha de la bête, sans se soucier de la peur qu'elle pouvait avoir. Elle se fit arrêter brusquement par Galline, qui lui attrapa le bras et en profita pour l'obliger à lui faire face.

- T'es complètement débile ! Si tu t'approches elle va fuir !

Son ton était doux - du fait qu'elle chuchottait - mais colérique à la fois. Galline fit un signe aux autres d'approcher et la biche se releva la tête. Quelques secondes silencieuses précédèrent sa fuite. Ni une, ni deux, Kaely s'élança à sa poursuite. Puisant en elle une dernière source d'énergie qu'elle s'ignorait, elle était prête à tout donner pour être accueilli et acceptée par ses futurs confrères. Sa fine carrure et son absence de vêtements lui permettait de courir à son aise. Si la biche allait vite, il ne faisait nulle doute que Kaely allait encore plus vite et qu'à cette allure, elle la rattraperait. Toutefois, se posait le problème des obstacles ; une pierre par-ci, une branche par-là. Concentrée à la fois sur ses pieds et sur sa cible Kaely perdait un peu d'allure, elle restait confiante grâce aux taches rouges qui se trouvaient dans l'herbe. Ces taches signifiaient que la bête était blessée et qu'elle ne pourrait pas courir éternellement et à pleine allure.

Spoiler:
 
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 135

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Lun 24 Oct 2016 - 19:55

HRP:
 

La nouvelle arrivante accepta de venir près du feu et nous révéla s'appeler Kaely. J'allais la laisser se présenter aux autres et continuer mon travail, lorsqu'elle révéla soudainement avoir vu une bête dans les parages. J'haussai un sourcil. Galline, qui avait arrêté de bouder pour nous rejoindre, soupira.

- Quoi, quelle bête, où ça ? demandai-je, alerté.

- Merde, Atalant n'est pas là. remarqua Jey. Je vais chercher un arc quand-même au cas où.

- Attendez, de quoi vous parlez là ? Y'a un animal dans le coin ? demanda Konol.

- Je ne sais pas, c'est Kaely qui a dit en avoir vu un. révéla Sevin.

- Ouais. Pourquoi tu l'as pas dit plus tôt crétine ? s'exclama Galline.

- Calme-toi, bon sang. soupira Konol. Il est où cet animal, Kaely ?

La jeune femme pointa alors du doigt une direction. Je tournai mes yeux vers celle-ci, et j'aperçus effectivement un pelage discret se dessiner entre les troncs.

- Est-ce que vous attrapez... ça ?

- Oh merde. laissa échapper Sevin, qui était d'habitude bien plus poli.

- Comment on va faire pour le chasser ? chuchota Jey, qui revenait avec un arc.

- Il faut être discret. proposa Konol.

Mais il n'eut pas le temps d'en proposer davantage, déjà on voyait Kaely s'approcher de la bête, une certaine curiosité dans le regard. Je commençais à me demander ce qu'elle faisait, lorsque je vis Galline la rattraper en vitesse. L'échouée aux dents pointues arrêta Kaely et lui murmura quelque chose. Mais ce ne fut visiblement pas efficace. La bête nous avait vu.

Je pus voir que c'était une biche, ou quelque chose comme ça, avant qu'elle ne s'enfuie à toute vitesse. Et Kaely la poursuivit du plus vite qu'elle le pouvait.

- Attends ! criai-je, mais ma voix n'atteint pas la jeune femme.

Alors, considérant le reste du groupe, dont Konol qui courait lui aussi vers Kaely et la biche, je pris une décision très rapide. Il ne fallait jamais se séparer. Je le savais. Il ne fallait jamais se séparer.

- On y va ! Tous ! Ordonnai-je à mes compagnons.

Et tout le monde se mit à courir dans la direction de l'animal. Kaely était celle qui avait le plus d'avance. Je fermais la marche, derrière mes camarades, essayant de prendre des points de repères pour ne pas nous perdre. J'espérais que personne ne fasse de choses stupides, que personne ne fasse chemin seul, que Kaely ne nous sème pas.

Jey aurait pu essayer de tirer une flèche, mais en pleine course c'était peine perdue. Il fallait espérer que quelque chose se produise, qu'un miracle nous offre cette viande. Mais dans l'état des choses, présentement, je pense que je serais amplement heureux si nous rentrions tous au campement en vie et sans nourriture. Cette situation ne me disait rien qui vaille. Au fur et à mesure que nous nous enfoncions dans la forêt, tous ensemble, j'avais l'impression que nous plongions dans la gueule d'une créature monumentale.

Puisse le destin me donner tort.


Lancer de dé pour le devenir de la biche


1 à 3 : Quatre guetteurs, sortis de nulle part, sautent subitement au cou de la bête. Les monstres tuent l'animal, le mangent en partie, puis se tournent vers les hommes.

4 à 8 : La course se poursuit pendant un temps colossal et finalement, essoufflée, Kaely perd la trace de la bête. Les membres du groupe n'ont plus qu'à rentrer bredouille.

9 à 13 : Après une très longue course, Konol parvient à projeter sa lance dans la direction de la bête. Touchée à la patte, celle-ci ralentit et peut être rattrapée par Kaely.

14 à 18 : La bête chute sur le sol après avoir glissé sur un rocher rendu glissant par la neige. Kaely et Konol n'ont plus qu'à la tuer.

19 à 20 : La blessure de la bête s'ouvre davantage à cause de la course, elle perd tant de sang qu'elle s'effondre et ne peut plus bouger.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 208

Lun 24 Oct 2016 - 19:55

Le membre 'Telod' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd20' :

Résultat : 10
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 135

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Dim 8 Jan 2017 - 15:31

De loin, entre les branches, je vis Konol jeter sa lance. J'étais assez étonné de son geste précipité, et je m'apprêtais à en soupirer, mais je me retins en voyant que la bête était touchée à la patte. Kaely, alors, bien qu'essoufflée, rattrapa l'animal et tenta de le ralentir.

Nous suivions du plus vite que nous pouvions, et je scrutais partout autour, craignant l'arrivée de quelques monstruosités. Notre manière d'agir s'était avérée largement trop impulsive à mon goût, l'organisation restait à revoir. Galline fut la prochaine, bondissant sur l'animal, elle lui perça le flanc de sa lance. La bête se débattit et tenta de repousser la femme d'un coup de patte. Elle saignait encore davantage, et je remarquais alors qu'elle avait déjà été blessée au préalable, ce qui expliquait surement la précipitation de chacun et leur confiance quant au fait qu'ils allaient réussir à la chasser.

Jey décocha une flèche qui partit dans les arbres. Je lui criais de ne pas faire cela, qu'il risquait de blesser l'un d'entre-nous. Konol, qui n'était pas très loin, arriva armé d'un gros caillou qu'il écrasa contre le crâne de la créature. Alors cette dernière s'effondra.

Nous nous arrêtions, tous essoufflés, soulagés.

- Ca court vite ces trucs. Constata Jey qui avait les mains sur les genoux.

- Evidemment que ça court vite, connard... Soupirait Galline, épuisée.

Sevin, qui ralentissait sa course, se rapprochant, demanda :

- Comment on va faire pour ramener cet énorme machin au camp ?

- Eh Kaely. Dis-je.

Chacun tourna son regard vers moi, la désignée aussi. Je plantais mon regard dans le sien :

- Plus, jamais, tu ne vas dans le bois seule.

J'avais un air grave, on comprit que je ne plaisantais pas. Elle hocha la tête lentement.

Pendant l'après-midi, un grand nombre des membres du groupes passèrent du temps à essayer de ramener la viande que nous venions de chasser au campement. On découpait la bête en plusieurs morceaux que nous transportions. Althéa et Atalant revinrent avec deux lièvres, eux aussi avaient fait une chasse fructueuse comparé à nos habitudes. Ainsi, nous avions tant à manger que nous ne savions pas vraiment comment faire pour conserver cette nourriture. Le soir arriva alors, et chacun, fatigués par le froid et la neige, espérait que cette nuit soit plus douce.

RP CLOS, Kaely devient PNJ du groupe Terre Rouge. Althéa devient PNJ du groupe Terre Rouge.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum