AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Miln, Marteau du destin
AuteurMessage
Miln
Membre
avatar
Messages : 23

Jour d'éveil : Jour 15
Race : Racine
Métier : Forgeron (1)/ Bûcheron (1)
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal
Mer 26 Oct 2016 - 12:30


Prénom : Miln
Nom/surnom : On verra par la suite

Éveil : Jour 15
Sexe : Masculin

Race : Racine
Métier : Forgeron (novice) et bûcheron (novice).
Groupe : Errant
Croyance : Miln ne possède pas de croyance particulière.

Magie : Miln est inapte à l'utilisation de la magie.

Capacités physiques : Miln est un homme robuste et fort même comparé à ceux de sa race. D'une grande stature il peut être impressionnant et il peut déployer des forces que certain pourrait considérer comme surhumaine. Sa force brute est son point fort et il possède une bonne endurance lorsqu'il s'agit de faire de grands efforts physiques. Cependant la course n'est pas son fort ainsi que les épreuves d'agilité.

Talents divers : Le talent premier de Miln est son physique. De plus il a une peau épaisse ressemblant presque à du cuir par endroit lui procurant une certaine résistance naturelle. Le deuxième talent de Miln est sa capacité à travailler les différentes matières premières et notamment les métaux.

Équipement : Miln possède un lourd gourdin fait d'une branche qu'il a arraché à son éveil et d'une pierre légèrement saillante en guise de couteau. Il possède aussi un pagne, enfin un semblant de pagne qu'il doit refaire régulièrement.

Apparence physique et charisme :

Les personnes qui croisent Miln pour la première fois n'ont jamais aucun doute, Miln ne peut être qu'un racine. Cependant même pour un racine, Miln est impressionnant. Il dépasse presque tout le monde d'une tête au niveau de la taille et carrure n'est pas en reste, ayant une largeur d'épaule de plus que d'autre humain.

La nature lui a donnée sa carrure, mais il n'en ai pas resté là et la musculature de Miln est tout aussi impressionnante. Ses muscles sont épais et noueux comme le seraient les muscles d'une personne qui a l'habitude des efforts physiques longs et répétés et l'on voit bien qu'ils ne sont pas là pour faire beau mais pour être utilisé. Ses muscles sont protégés par une peau ressemblant à du cuir par endroit. Cette peau est tannée par des années d'efforts et on ne compte pas le nombre de petites cicatrices qui la constellent surtout sur son torse, ses bras et ses mains. D'ailleurs ses mains sont aussi impressionnantes que son corps. De grandes tailles, elles sont faites pour les travaux de force, aussi bien avec des outils qu'avec ses mains nues comme peuvent l'attester les callosités présentent sur ses doigts et la paume de ses mains.

Attardons nous maintenant sur le visage de Miln. Celui-ci ne sort pas de l’ordinaire et l'ensemble est bien proportionné et les traits de son visage nous rappellent l'ensemble de son corps. Ses traits fins sont aussi marqués que le reste de son corps par les efforts qu'il a dû produire dans sa vie et l'on remarque à différents endroits des cicatrices. Cependant on remarque si l'on regarde Miln un long moment que son nez n'est pas tout à fait droit, cela étant dû à une cassure antérieur. Son nez est surmonté de deux yeux marrons foncés qui virent au gris acier avec des éclats d'argents lorsque son regard est pointé vers le feu.

L'ensemble de son visage est surmonté d'une tignasse noire. Il ne prend guère soin de ses cheveux et il les laisse poussés à leur guise, ne les coupant que rarement, c'est à dire quand ils le gène. Sa barbe est en adéquation avec ses cheveux, n'en prenant que rarement soin. Celle-ci est très épaisse au même titre que ses cheveux et elle pousse aussi rapidement que ses derniers. Cependant le reste de sa pilosité ne suis pas le même schéma, étant très peu développé sur ses bras et son torse cela étant notamment dû à l'épaisseur de sa peau à ses endroits.

Cette ensemble fait de Miln quelqu'un d'imposant voir de terrifiant lorsqu'il se tient devant vous avec son gourdin. Aussi, il ne serait pas étonnant de le comparer à un ours. Même son comportement peut être celui d'un ours, notamment quand il commence à grogner dans son coin. Même sa façon de se déplacer nous fait penser à un ours, ses mouvements étant clairement fait en force et sans aucune finesse. On pourrait même dire que Miln peut être quelqu'un de maladroit quand il s'agit de faire certaine tâche et principalement lorsqu'il s'agit de faire des travaux demandant de la précision. Mais avec un marteau ou une pioche, il peut faire des miracles !


Caractère et personnalité :

Pour connaître quelqu'un il est important de connaître qui il est vraiment, c'est à dire son caractère, sa personnalité et sa façon de penser. Dans le cas de Miln il est très difficile de le connaître car il ne laisse rien transparaître de ce qu'il pense et de ses émotions. Celle est principalement dû au fait que Miln reste calme dans tous les situations qu'il rencontre. Ce sang froid olympien lui permet de s'en sortir même dans des situations extrêmes, gardant un esprit clair afin de pouvoir prendre la meilleure décision au moment où il en a le plus besoin.

Miln est quelqu'un de très réfléchit, ne faisant rien sans avoir pesé le pour et le contre. Mais cela ne veut pas dire qu'il prend son temps. Il réfléchit vite et il sait ce qu'il doit faire en fonction des circonstances. Aussi si la situation l'exige, il laissera parler son instinct en qui il a toute confiance. Cependant si réfléchir est important pour lui, il ne réfléchit qu'a ce qu'il estime être vital et concret, laissant les questions philosophiques et morales a d'autre.

Pour alimenter sa réflexion Miln fait appelle à ce qu'il sait et sa mémoire. Sa mémoire est extrêmement bonne et elle est aussi bien visuelle, qu'auditive et même musculaire. De plus, Miln est légèrement curieux sur ce qu'il l'entoure et il cherchera à en connaître plus si cela lui est permis. Un autre point important est son sens de l'observation qui dérive immédiatement de sa curiosité. De plus ce sens de l'observation fait de lui un homme sur ses gardes même si cela se révèle plus être dû à l'instinct qu'à un choix conscient.

Cependant, il est important de préciser que pour Miln, son instinct est très important. Il est d’autant plus important que Miln fait parfois passer sa réflexion par son instinct qu’il laisse alors prendre le dessus, notamment lors de situation nouvelle. Aussi la forme particulière de son instinct fait que parfois il a même des discussions avec ce dernier, chose naturellement déroutante pour quiconque y assistant. Cela est si important et encré dans ses tripes que cela est même une illusion, voir une hallucination. Aussi Miln fait parfois appelle à cette hallucination pour l'aider dans sa réflexion où lorsqu'il se pose des questions ayant besoin d'une réponse rapide.

Vis à vis des autres humains Miln est quelqu'un de plutôt distant et il n'est pas très à l'aise lorsqu'il est en grand groupe. Il préfère être en petit comité voir seul. Cependant il sait qu'à plusieurs on a plus de chance de s'en sortir lors de situation difficile et il acceptera volontiers de rejoindre un groupe pour cela, ne parlant qu'avec un petit nombre de personne. Cela ne vient pas d'un manque de confiance envers les autres car il est prêt à la donner à ceux dont il estime qu'ils en soient dignes. Aussi, Miln peut être parfois maladroit dans sa façon de s’exprimer aux autres, surtout lorsqu’on ne le connaît pas.


Histoire :

Ploc, …, …, Ploc, …, …, Ploc, …, Ploc, …, Ploc
Ploc, Ploc, Ploc, Ploc

Brooouuhht
Pluie, Oreille, Secouer la tête, Partir en courant

Arbre, Bond à gauche, Esquive, Courir

Pluie, Pelage mouillé, Feuille qui colle

Odeur, Bruit, Arrêt

Tête à gauche, Tête à droite, Faire attention

Grognement, Se redresser

Grognement, Grognement

Ours, Partir en courant

Lapin peur



Chapitre I : L'éveil !


La pluie commençait à tomber, l'une de ces pluies pouvant détremper en un instant l'intégralité de la vallée et en un rien de temps ce fut le cas. L'eau commençait à ruisseler sur le sol et à dégouliner des arbres alentours. Les animaux étaient mouillés et ils cherchaient un abris de fortune sous les arbre. La terre s'imbibait d'eau et le mélange d'humus et de feuille commençait à coller. La pluie tombait de plus en plus belle et rien ne semblait pouvoir ni même vouloir l'arrêter. Un silence particulier s’empara alors de la forêt, un silence berçait par le bruit du millier de goutte d'eau tombant à chaque instant sur les feuilles des arbres. En un instant ce silence fut rompus lorsqu'un grognement retentis. Quelques instants plus tard un deuxième puis un troisième grognement retentirent dans la forêt, brisant le silence relatif de la région à jamais. Ces grognements provenaient d'un arbre, de sous un arbre.

C'est la faim qui réveilla Miln, un faim profonde, très profonde, une faim qui lui prenait au ventre. Cette sensation de faim céda rapidement la place à une autre sensation tout aussi désagréable. Cette sensation est celle de la terre humide qui vous compresse subitement. Il était sous terre, peut être profondément. Miln garda son calme il prit une inspiration, l'air eut du mal à emplir ses poumons et rapidement un filet d'eau lui coula sur le visage. Il devait trouver une solution pour s'en sortir. Il prit une deuxième inspiration qui fut encore plus difficile que la première. Du plus en plus d'eau lui coulait sur le visage. Miln banda alors ses muscles qui répondirent immédiatement. Ses bras, initialement sur sa large poitrine commencèrent à s'écarter. Un craquement retentit alors, une racine venait de céder sous la pression que Miln venait de lui soumettre. A cet instant son effort n'en fut que plus facile et ses bras arrivèrent à la surface. Sans prendre le temps de respirer, Miln posa ses larges mains au sol et dans un terrible grognement, il s'extirpa de sa prison de terre.

Une fois la tête sortie de terre, Miln poussa un autre grognement, différent du premier, un grognement typique des gens reprenant leur souffle après avoir suffoqué. Une fois son souffle repris, Miln pris le temps de se dégager avant de regarder autour de lui pour faire l'analyse de la situation. Toujours au sol, il profita de la pluie lui tombant dessus pour essuyer la terre et l'humus encore présent sur sa tête et dans ses cheveux. Il ne remarqua qu'à ce moment-là qu'il était nu comme un ver. Mais la liste de ses problèmes ne s'arrêtaient pas là, il avait aussi faim, soif et il était au beau milieu d'une forêt. Il devait régler ses problèmes les uns après les autres et il devait le faire rapidement, avant que d'autres problèmes ne surviennent et il savait que d'autres problèmes allaient survenir très rapidement.


Chapitre II : Un problème après l'autre.


Une chose simple qu'il put faire fut de boire. La pluie était suffisamment importante pour qu'une fois les mains misent en coupe il puisse récupère de l'eau. Après quelque minutes passées à boire, une fois complètement désaltéré, il regarda autour de lui afin de trouver quelque chose pour pouvoir faire une gourde car il ne savait pas dans combien de temps il allait pleuvoir de nouveau et si il pourrait boire par la suite. Mais il ne trouva rien de convenable et il dut se résigner à oublier cette entreprise pour le moment même si cela lui plaisait guère.

Une fois que la soif fut passé, se fut la faim qui le pris au corps. Mais comme il avait vu juste avant en cherchant la gourde, il savait qu'il n'y avait rien autour de lui pour se sustenter. Pas de fruit, pas de plante, rien. Pas même un animal autour de lui pouvait subvenir à ses besoins. Cependant il regarda sous ses pieds et il remarqua réellement l'humus. Il essaya de trouver quelque chose dans ses souvenirs sur l'humus mais rien ne lui venait, trouvant à la place une case vide. Il savait que cette terre avait quelque chose de différent. En regardant attentivement il remarqua un petit ver sortir. Il l'attrapa alors et le porta à sa bouche. C'était gluant, mais au moins il venait de comprendre qu'en cherchant un peu il pourrait peut-être en trouver d'autre. Après quelque fouille, il s'en procura d'autre. C'était suffisant pour calmer la faim, mais il allait rapidement devoir trouver autre chose.

Une fois la faim et la soif apaisées, il regarda de nouveau autour de lui. Il trouva rapidement ce qu'il cherchait et il se leva pour la première fois. Ses jambes ne flanchèrent pas sous son poids mais il sentait bien qu'elles étaient endolories à cause de l'inactivité. Il resta là quelque instant afin de s'étirer. Il se dirigea alors vers l'arbre le plus proche et directement vers une énorme branche qui était à sa hauteur. Le colosse agrippa alors la branche à deux mains avant de tirer dessus de toutes ses forces. La branche ne bougeait pas, mais Miln ne diminua pas son effort, enfonçant un peu plus ses pieds dans le sol afin d'avoir un meilleur équilibre. Un léger craquement commença à se faire entendre. Miln banda ses muscles à leur maximum. La branche lui résistait mais le craquement devient de plus en plus important. Celle-ci céda subitement, faisant tomber la lourde branche sur Miln. Prévoyant la chute, il garda fermant la branche en main avant de tomber en arrière avec elle.

Une fois l'effort terminé, Miln resta un instant au sol. Il étira un peu ses muscles avant de se relever et de récupérer son nouveau trophée. Cette branche était parfaitement adaptée à ses besoins. Il commença par arraché les rameaux ayant des feuilles de la branche principale. Il agrippa alors du lierre montant sur l'arbre afin de ce confectionner un pagne digne de ce nom. Cependant ses gros doigt ne lui rendait pas la tâche facile et il se rendu vite compte que le résultat était tout bonnement pitoyable. Mais peu lui importait, son pagne tenait. Enfin, dès son premier mouvement celui-ci commença à se décomposer et il décida de passer encore un moment à adapter son pagne aux fait qu'il allait se déplacer. Une fois satisfait, il ramassa ce qui lui rester de l'énorme branche. Il estima alors les différente parti de celle-ci est-il la brisa vers son centre, gardant la partie la lourde et solide afin d'en faire un gourdin.

La liste des problèmes de Miln se réduisait petit à petit mais il savait qu'il n'était pas encore sorti d'affaire. Il faisait chaud, mais la pluie et le manque de soleil le rendait vulnérable en cas de vent. Aussi, il se doutait bien que cela pouvait empirer d'un instant à l'autre et qu'il devait absolument trouver un abri avant la nuit afin de pouvoir dormir en sécurité.


Chapitre III : Où suis-je ?


Ce ne fut qu'a ce moment-là que Miln se rendu compte qu'il ne savait absolument pas où il était. Il était planté là, au milieu de la forêt. Il remarqua alors le manque de lumière présent autour de lui et l'épaisseur de la couche de feuilles qui était sur les arbres. Il prit alors la décision de se diriger vers la lumière et il se mit la route. Pour lui maintenant, le plus important était de sortir de cette forêt et de pouvoir trouver un point de repère afin d'en connaître un peu plus sur le lieu où il se trouvait. Sortir de la forêt n'allait pas être simple mais il savait au plus profond de lui qu'il avait une chance de survivre. Il se mis alors en marche, ne sachant pas ce qu'il allait découvrir.

Cela devait faire environs une heure que Miln avançait du mieux possible pour sortir de la forêt. Il faisait de plus en plus clair mais Miln ne savait pas si cela était dû au fait que la journée avançait ou si cela était dû au fait qu'il progressait. Cela ajouté au fait que tous les arbres se ressemblaient, Miln ne savait plus où il se trouvait et il commençait tout doucement à perdre tout sens de l'orientation. Il n'arrivait même plus à savoir si il avançait tout droit où si il n'avait fait que tourner en rond. De plus, la faim et la soif revenaient, il rendant la tâche de plus en plus difficile. Heureusement pour lui il pleuvait à grosse goutte au-dessus de lui, il pouvait donc boire régulièrement mais la pluie détrempé le sol faisant de chaque pas une épreuve.

Miln était en train de se demander si il devait faire un pause ou non lorsqu'un hurlement retentit. Ce hurlement pouvait être n'importe quoi est en particulier quelque chose de plus gros et plus costaud que lui. Miln continua donc sa route avant qu'un deuxième hurlement retentisse. Il se retourna alors et il en entendit un troisième. Il prit alors les jambes à son cou quand le quatrième hurlement fut plus proche et plus distinct que le précédent. Il venait d'être pris en chasse par il ne savait pas qu'elle créature mais cela inauguré rien de bon pour lui. Gardant son calme malgré la situation, il affirma sa prise sur son gourdin afin de se préparer au cas qui ne manquerait pas d'arriver si la créature se rapprochait encore.

Après avoir couru pendant presque heure sans se retourner, Miln était exténué. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il remarqua les deux choses suivantes. Dans Un premier temps les hurlements qui l'avaient poursuivie au début de sa course n'étaient plus là. Il n'avait pas fait attention depuis quand il ne les entendait plus mais au plus profond de lui, il savait que la créature ne le suivait plus. La deuxième chose importante qu'il remarqua alors fut le changement de la forêt. Celle-ci devait de plus en plus clair à mesure que Miln marchait et il ne tarda pas à distinguer au loin sa lisère. D'un pas décidé il s'y dirigea, ayant hâte de découvrir où il pouvait bien être.

Une fois sortie de la forêt le soleil l'éblouit immédiatement. Cela prit un long moment avant que ses yeux ne soient habitués à cette soudaine lumière. Une fois habitués, Miln put admirer la vue qui s'offrait à lui mais par la même occasion il fut horrifié de constater que rien autour de lui ne pouvait lui donner une indication sur l'endroit où il se trouvait. Il ne voyait rien de ce qu'il connaissait, du moins c'est comme si il y avait une case vide dans sa mémoire, comme si il n'avait jamais rien su auparavant. La découverte de ce vide en lui plongea Miln dans une certaine torpeur. Il regardait au loin sans vraiment faire attention à ce qu'il y avait autour de lui et en laissant s'écouler doucement mais sûrement.


Chapitre IV : L’abri.


Miln était immobile depuis de longues minutes maintenant. Soudain il fut traversé comme par un éclair. Son instinct de survie venait de reprendre le dessus et de le sortir de sa torpeur léthargique. Une lumière se dissipa devant ses yeux. Il se secoua alors, reprenant ses esprits rapidement, se reconnectant avec la réalité et les problèmes qu'il lui fallait résoudre s’il voulait survivre. Il regarda alors le ciel et il constata que le soleil commençait à décliner tout doucement. Pour lui le plus urgent maintenant était de trouver un abris pour la nuit et si possible la et les nuits suivantes.

Miln scruta les environs à la recherche de point de repère. Le soleil qui commençait à descendre lui donna un premier indice pour qu'il puisse s'orienter. Il se positionna en mettant le soleil sur sa gauche, le regard porté vers le nord. Il vit la lisère d'une énorme forêt, de celle où il venait, qui se dressait devant lui et elle continuait sur sa gauche. De l'autre côté il constatait la présence d'un immense plateau rocheux. Derrière lui se trouvait une grande montagne sortant du sol. Il comprit à la forme de celle-ci que cette montagne était un volcan, mais rien ne pouvait lui dire si il était en activité ou non. Il distingua au loin derrière la forêt une chaîne de montagne qui semblait continuer derrière toute la forêt et même derrière le plateau rocheux. Aussi l'ombre de cette montagne courait tout autour de lui et il comprit qu'il était au sein d'une immense vallée circulaire. Riche de ces informations, il sut immédiatement où il devait aller pour trouver son abri.

Miln prit alors la direction de la forêt. D’instinct il savait qu'il avait plus de chance de trouver quelque chose sous les arbres que sur les rochers. Cependant Miln longea la lisière de la forêt vers le nord-est afin de se rapprocher des montagnes car il savait ce qu'il y avait par là et qu'il y aurait certainement un endroit qu'il lui conviendrait. Après presque une heure de marche à longer la forêt il trouva ce qu'il cherchait. Là devant lui le plateau rocheux se surélevait brusquement formant comme une falaise sur quelque centaine de mètre et avec la forêt venant s'écraser dessus. Il s'y dirigea et il trouva un endroit idéal pour s'installer. Il jeta son dévolue sur un arbre ayant de grande racine qui sortait de terre. Cet arbre était appuyé directement contre la falaise, éclatant la roche par endroit. Les racines de cette arbre émergées du sol et il y avait même un espace rempli d'air sous l'arbre. Miln remarqua alors comme une petite leurre apparaître vers cet arbre et ce trou. Miln su instantanément que son instinct venait de lui montrer où il devait se rendre. Il se baissa vers le trou et il commença alors à dégager les racines. Ce qu'il découvrir ensuite le soulagea grandement. Là, il y avait une petite caverne suffisamment grande pour l'accueillir.

Après avoir dégagé suffisamment de terre, Miln entra en faisant le plus attention possible. Il fit un tour du regard de l'endroit. Celui était dans la pénombre mais la luminosité extérieure était encore suffisamment importante pour distinguer correctement les contours de la petite caverne. L'endroit était spacieux et il pouvait accueillir deux ou trois personnes sans trop de problèmes. Même en hauteur l'endroit restait plus que correct car Miln pouvait même se tenir debout par endroit. Le passage pour y entrer était placé entre deux grosses racines, par contre il n'était pas très pratique, rendant l'entrée et la sortie difficile pour lui et sa carrure. Cependant, il savait que cela pourrait éviter que deux gros animaux puissent venir. L'endroit était sec malgré la pluie qui venait de reprendre à l'extérieure mais il y avait un léger filé d'eau qui courrait le long de la roche. Cet endroit était parfait pour y faire un abri et il venait de décider s'installer.


Chapitre V : Une première nuit.


Le jour continuait à décliner et Miln savait qu'il ne lui resterait pas beaucoup de temps pour chercher tout ce dont il aurait besoin s’il voulait survivre à cette première nuit dans l’inconnue. Il fit mentalement la liste de ce qu'il lui manquait et il se prépara à partir en quête du nécessaire. Juste avant de sortir, il arracha un gros morceau d'écorce courbe de son arbre toit et il le déposa en dessous du mince filé d'eau qui coulé. Il cala le morceau afin qu'il ne puisse pas se renverser et il partit à l'extérieure. Pour Miln, les objectifs étaient simples. Il devait trouver de quoi faire du feu, de quoi manger un minimum, de quoi des outils basiques et enfin de quoi aménager son abris un minimum.

Après plusieurs heures dehors, il avait enfin réunit un stock plus que correct. Il avait trouvé des plantes qui devaient être comestible, vu qu'il avait vu un lapin les manger. Cependant il n'avait pas réussi à attraper ce dernier et il imaginer sans peine le bon repas que cela aurait pu faire. Il avait aussi pu récupérer un grand nombre de branche vers les arbres alentours qui pourrait lui servir pour alimenter un feu et dont les feuilles serraient parfaites pour qu'il se fasse un lit douillet. Cependant il avait pris soin de ramener bien plus qu'il n'en aurait besoin afin d'avoir de la réserve et surtout pour pouvoir cacher l'entrer de son abris à toutes les autres créatures. Miln eu la chance de trouver sur le plateau rocheux un pierre pour faire du feu. Miln le savait, il en était sûr, cette pierre pouvait faire du feu, son instinct c'était déposé dessus et son instinct ne se trompait jamais. La dernière partie de son butin était constitué de plusieurs pierres de tailles différentes.

Le jour déclinait de plus en plus. La vue de Miln s'habitua peu à peu à l'obscurité grandissante. Il était temps pour lui d'allumer le feu. Il prit sa fameuse pierre, un autre rock prit pour pouvoir le frapper et de l'écorce sec de son arbre qu'il venait de broyer le plus finement possible. Il posa l'ensemble sur la partie rocheuse de son abri, mais avant de commencer à faire du feu, Miln fit plusieurs petits trous dans la couche d'humus qui servait de toit à son abri à la limite avec la roche afin que les fumées puissent s'échapper. Il prit alors une gorgée d'eau et il commença. Il disposa un peu de son écorce en tas et il frappa violemment et à plusieurs reprise sa pierre à feu. Il obtenue rapidement des étincelles qui mirent alors feu au petit tas d'écorce. Il disposa alors de fines branches plus ou moins sèches dessus. Miln retient son souffle un moment avant de constater que le bois prenait bien feu lui aussi. Il continua de charger le petit feu et celui-ci prit rapidement de l'ampleur. La chaleur commençait doucement à remplir l'endroit et il eut un soudain gain de luminosité.

Fier de son feu, Miln prit alors son repas du soir. Les plantes n'avaient pas forcément de goût mais elles étaient grasses et firent disparaître sa faim. Il n'en mangea que deux sur les trois qu'il avait cueilli, afin d'en gardait pour le lendemain matin. Une fois son repas prit, il commença à façonner quelques outils et en priorité une sorte de coupeau dont il aurait certainement énormément besoin. Cependant il ne put faire que cela, le feu commençait à décliner et il ne voulait pas gâcher son stock de bois alors que la nuit était relativement chaude. Il s'installa le plus confortablement possible et il fixa le feu avec attention. Il le regarda s'éteindre petit à petit. Avant de le voir se consumer complètement, Miln ouvrit sa main et il invoqua son instinct. La lumière de celui-ci le rassura et il plongea alors dans les bras de Morphée pour la nuit.


Chapitre VI : La mort qui hurle.


La nuit passa calmement. Miln pu se reposait bien mieux qu’il ne put l’espérer et lorsqu’il se réveilla le lendemain matin il était en pleine forme. Cependant Miln entendit parfaitement la pluie qui tombait au-dessus de lui et il sut qui aurait le droit aux mêmes conditions que le jour précédent. Miln profita le mieux possible de la plante qu’il avait trouvé et de l’eau pour son petit déjeuner puis il sortit de son abri. Il vérifia la présence de son couteau, un simple morceau de bois servant de manche sur lequel il avait fixé la pierre qu’il avait taillé la vielle, ainsi que celle de son gourdin. Une fois cela fait il reparti dans la zone dans laquelle il avait trouvé les plantes afin de voir s’il pouvait en avoir d’autre. Il réussit à trouver son bonheur non sans mal il en prit le plus possible. Il profita aussi de cet instant pour prendre d’autre plante qu’il trouvait. Il ne connaissait pas leur effet, mais il espérait bien pouvoir en apprendre plus et s’il fallait, il testerait tout cela sur lui, même s’il n’était pas très enthousiaste à cette idée.

Miln passa sa matinée à rechercher les plante, du moins ce qu’il pensait être le matin à la vue de la course du soleil dans le ciel. Il avait récupéré différentes plantes et racine et il entreposa tout cela dans son abri. Il prit aussi soin de replanter des graines de la plante qu’il connaissait et avec laquelle il se nourrissait. Une fois tout cela fait, il s’autorisa une petite pause avant de repartir. Cette fois, son objectif était de ramener du bois et des pierres. Les pierres seraient taillées et le bois servirait à faire des outils mais surtout pour le chauffage. Cependant il se rendit compte que ce dernier point serait difficile car la pluie mouillé l’intégralité des choses qui se trouvait entre le ciel et la terre. Mais Miln ne se démonta pas il mit tout son cœur et ses muscles à l’ouvrage. Ayant plus de temps à pouvoir consacrer à son ouvrage, sa réserve de bois grossit considérablement.

Après plusieurs heures à amasser du bois, Miln était en nage. Il suait à grosses goûtes mais la sueur était mélangée à la pluie et l’on ne pouvait pas savoir lequel des deux prenait le dessus sur l’autre. Miln venait de partir loin de son abri pour récupérer un dernier chargement de branches avant de s’arrêter quand il entendit des hurlements au loin. Il en entendit même plusieurs et il remarqua immédiatement l’éclat de son instinct dans les arbres. Immédiatement il changea de direction et il partit en courant. Il ne prit pas la direction de son abri, mais celle de la lisière. Il savait qu’il serait plus facile pour lui de se diriger s’il allait dans un endroit découvert au lieu de s’enfoncé dans la forêt. Aussi il savait qu’il pourrait voir venir les animaux qui le poursuivaient. Les animaux qui le poursuivaient étaient nombreux et leurs hurlements ne faisaient que s’amplifier et se rapprocher de lui. Cependant sa fuite tourna court rapidement. En effet, lors d’une nouvelle vague de hurlements, il comprit que certain des animaux qui le poursuivaient venaient de le dépasser et lui barraient la route. Il bifurqua immédiatement sur sa droite, espérant échapper à ses poursuivants, mais n’y faisait, il était toujours pris au piège.

Miln se résigna à ce qui lui arrivait et il se prépara à combattre la horde qui l’avait pris en chasse. Il s’équipa de son gourdin et il vérifia la présence de son couteau. Les hurlements se rapprochaient dans toutes les directions, il était au centre et il n’avait plus aucune porte de sortie. Les animaux se rapprochaient toujours même si ces derniers venaient de ralentir le pas. Il ancra ses pieds dans le sol plus, resserrant son emprise sur le manche de son arme. Il fit le tour du regard de l’endroit où il se trouvait quand il aperçue son instinct sauter sur un tas de feuille et d’humus. Il s’y précipita immédiatement afin de s’y enfouir. Il eut à peine le temps de se cacher que les premiers animaux furent visibles. C’était une horde de chiens sauvages, composée d’une quinzaine d’individus et tous étaient à sa recherche. Les chiens passèrent à quelque centimètre de lui, reniflant, le cherchant. Heureusement pour lui, les feuilles mouillées et l’humus détrempés masquaient son odeur. Les chiens restèrent un long moment autour de lui. Ils étaient énervés, il le voyait, ils venaient de perdre leur repas et la faim faisait d’eux des animaux encore plus agressifs.

Miln attendit là, sous les feuilles et l’humus pendant un long moment. Les chiens partirent peu à peu mais la nuit était tombée depuis un moment déjà. Il était là, à attendre. La nuit devenait de plus en plus fraîche et il avait une faim de loup. Il voulut partir retourner dans son abri mais à peine il sortit sa main que son instinct se matérialisa dans celle-ci. Il comprit à sa couleur que c’était une mauvaise idée et que les chiens allaient se trouver sur sa route. Il resta alors dans sa cachette, il s’endormit sur place, enterré sous les feuilles, espérant pouvoir se réveiller le lendemain matin.


Chapitre VII : De retour à la maison.


Le froid c’était fait de plus en plus terrible dans la nuit, réveillant Miln régulièrement. Mais si que le sortit de sa torpeur fut la chute de quelque flocon de neige sur son visage. Il immergea difficilement, constatant que la pluie venait de faire place à la neige et elle tombait avec la même intensité que cette dernière. Il savait qu’à cette vitesse, elle aurait vite fait de tout recouvrir. Il se leva non sans peine de sa cachette, la faim et la soif le tiraillement d’autant plus.

Il voulut faire un crochet pour récupérer son butin de la veille, mais il savait que le détour le rendrait plus vulnérable à une attaque. Les chiens sauvages qu’il avait rencontré la veille devaient encore être dans le coin et sa réserve de bois actuelle était déjà bien fournie, même si les conditions devenait encore plus extrême. Cependant Miln n’était pas serein. Les chiens rodaient toujours dans le coin et il était leur cible. Miln se dirigea directement vers son abri afin de pouvoir trouver un endroit où il pourrait se réchauffer un peu et surtout un endroit où il pourrait manger et boire. Miln couru vers son abri, usant du peu de force qu’il lui restait pour y parvenir.

Lorsqu’il arriva en vue de sa cabane, Miln s’arrêta pour vérifier qu’il n’était pas suivit. Heureusement pour lui, les chiens n’étaient présents dans le coin et il put se mettre à l’abri sans aucuns soucis. Cependant la neige était bien tombée déjà sur son abri et l’on pouvait voir des traces dans la neige. Aussi, les branches qui couvraient l’entrée de son abri étaient déjà recouvertes de neige et lorsqu’il remit celle-ci en place il savait que la neige risquerait de trahir sa présence. Cependant, la neige qui continuait de tomber aurait bientôt recouvert l’endroit de nouveau.

Une fois en sécurité, Miln se dépêcha de faire du feu afin de se réchauffer. Cela ne fut pas aisé à cause de ses doigts engourdis. Une fois qu’il réussit à faire cela, il passa un long moment à se réchauffer avant de boire et de manger. Il prit son temps pour faire cela et il commença à entendre les hurlements des chiens au loin. Bien que dans son abri, Miln n’était pas aussi rassuré que la première fois et il vérifia la présence de son gourdin et de son couteau prêt de lui au cas ou.

La journée passa doucement pour Miln. Les hurlements étaient régulièrement présents et le colosse n’avait pas l’habitude de l’inactivité. Il décida alors de continuer la confection d’outils qu’il avait entreprit il y avait de cela deux jours et qu’il avait arrêté faute de luminosité. Mais pour Miln, la tache fut plus difficile que prévue, à cause notamment de la faible précision qu’il avait avec des outils aussi précaire que des cailloux et des bâtons. Les deux priorités de Miln furent la confection d’une hache, afin de pouvoir s’attaquer directement aux grands arbres et des lances, pour se protéger des chiens et des autres créatures qu’il ne manquerait pas de rencontrer par la suite.

La fin de la journée approchait et Miln constata son travail. Il venait pratiquement de finir sa hache, qui exigeait de tailler au sein d’une branche solide le manche ainsi qu’une tête de bois qui accueillerait par la suite la pierre tranchante. Il ne manquait d’ailleurs que celle-ci pour finir son travail. A coter de cela, Miln avait taillé en pointe un petit nombre de branche et il disposa ses derniers à l’entrée afin de se protéger d’avantage. Il garda cependant l’un des piques afin de s’en faire une lance.

Miln alla alors se coucher, en prenant bien soin de laisser le feu allumer et avec suffisamment de bois pour tenir durant la nuit. Il se mit alors sous une couche de feuille et d’humus avant de s’endormir, ne sachant pas ce que les jours suivant lui réserveront.



En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : Tibo
Age : 22
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?

Une fois par jour en général

Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

Par les forums de classement

Avez-vous des remarques à propos du forum ?

Forum mortel ...

Telod
Administrateur
avatar
Messages : 153

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Jeu 27 Oct 2016 - 14:20

Bonjour Miln et bienvenue sur Musaraignes !

Ta fiche de présentation est agréable et vraiment complète. Bien qu'il soit une sorte de mastodonte un peu bourru, ton personnage m'a l'air très sympathique ! J'ai aimé lire ses aventures.

Il y a cependant, je trouve, certaines zones d'ombres dans ta présentation qui méritent un éclaircissement, je vais donc faire quelques remarques :

1) Le plus important est cette histoire d'instinct. A la fois, tu dis qu'il s'agit d'une croyance, mais en même temps tu affirmes que c'est une forme de magie... Alors je ne sais pas vraiment où me placer. Lorsque je lis ton histoire, je vois : "Miln ouvrit sa main et il invoqua son instinct."
S'il peut clairement l'invoquer volontairement, il me semble que le mot croyance ne convient pas vraiment, n'est-ce pas ? Et s'il s'agit d'une magie, alors quelle sorte de magie ? Peux-tu donner avec davantage de précisions les détails de ton sort, dans quelle catégorie de magie il se place, quel est son effet ?
Je te renvoie au sujet correspondant dans le contexte : http://musaraignes.forumactif.fr/t10-magie

Sinon, moi, je pense très sincèrement que tu pourrais dire que ça n'est ni une magie, ni une croyance, mais bien une forme de mécanisme étrange du psyché de ton personnage, une sorte de "folie" qui n'en serait pas vraiment une, qui produirait une hallucination visuelle. Ca me semble être le plus correct. A ce moment là il faudrait enlever ce que tu dis sur son instinct dans les catégories croyance et magie, et tu ajouterai cette précision quelque part... Comme dans caractère et personnalité par exemple.

2) Dans la catégorie métier tu dis : "et tous les métiers pouvant réclamer une certaine force physique.", mais le métier de ton personnage désigne le domaine dans lequel il a de l'expérience, et non pas le domaine qu'il pourrait éventuellement maîtriser. Donc je te suggère d'enlever cette précision, et aussi d'ajouter le niveau de compétence de ton personnage dans le métier de forgeron (novice je suppose).

3) Cela n'est pas très important mais j'aimerai que tu te relises. Il y a un certain nombre de fautes d'inattention, des phrases qui n'ont pas vraiment de sens parce qu'elles ont été écrites trop vite. Par exemple :
"Sa force brute et sa force et il possède une bonne endurance lorsqu'il s'agit de faire de grands efforts physiques." -> Je ne comprends pas bien le début.
"aussi bien avec des outils qu'avec que nu" -> le "qu'avec" est de trop je crois.
"en un instant l'intégralité de la vallée en un rien de temps" -> répétition un peu étrange.
"Miln passa sa matinée, du moins ce qu’il pensait être le matin en fonction de la course du soleil dans le ciel." -> passa sa matinée à...?

Ca n'est pas grand chose mais je pense que ça mérite une relecture !

Voilà ça sera tout !
Miln
Membre
avatar
Messages : 23

Jour d'éveil : Jour 15
Race : Racine
Métier : Forgeron (1)/ Bûcheron (1)
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal
Jeu 27 Oct 2016 - 23:35

Bonsoir Telod !

Je t'informe que j'ai apporté les corrections demandées à ma fiche.

Pour l'histoire de mon instinct, se sera une hallucination de Miln, hallucination auquel il pourra faire appelle quand il veut réfléchir, mais une hallucination tout de même.

Pour les phrases de la partie trois, j'ai rajouté les mots qu'ils manquaient et qui étaient passés sous mon radar leur de mes différentes relectures.

Voila, si jamais je dois faire d'autre correction n'hésite pas !
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 153

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Ven 28 Oct 2016 - 10:09

Très bien cela me convient à présent !

Par conséquent...

JE M'APPELLE TELOD, et je te DIS BONJOUR, tout d'abord Telod serra la main de Miln. Puis je te remets cette médaille du racine le plus balèze de... De... De tout. Disait-il tout en cherchant des yeux, sur le sol, quelque chose qui pourrait faire office de médaille. Tout en continuant de chercher, se baissant pour avoir l’œil plus avisé, il demanda : Au fait, je demande ça par hasard hein, bien entendu cela n'a aucun rapport avec le fait que je viens de te faire un compliment, et cela n'a, de près ou de loin, aucun lien avec rien dans le monde, je veux dire qu'un esprit - même divin - ne pourrait jamais faire un tel lien et quand bien même il en ferait un ce ne serait que pure folie, mais tu voudrais pas venir à Terre Rouge ? Demanda Telod en relevant son regard vide, un sourire stupide sur le visage. Mais Miln était déjà parti très loin. On a des pommes. Le vent soufflait, et Telod se rendait compte à quel point il était seul. Il se mit à hurler : NON MAIS SANS DÉCONNER J'AI QUE DES LOPETTES DANS MON EQUIPE DE BRAS CASSÉS MOI. ATTEND, REVIENS, J'AI TROUVÉ TA MÉDAILLE ! hurlait-il en courant vers le lointain, dans une direction totalement opposée à celle qu'avait pris Miln. On pouvait voir un vers-de-terre pendre entre son index et son pouce, ballottant indéfiniment. OU QUELQUE CHOSE COMME ÇA !


Phrases de Miln :

- Descendre vers un autre monde.

- Un battement d'aile vers le soleil et tu plongeras dans l'orage.



Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum