AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ciith.
AuteurMessage
Ciith
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : 17ème jour.
Race : Cime.
Métier : Non définit.
Groupe : Errante.
Fiche de présentation : http://musaraignes.forumactif.fr/t181-ciith#655
Ven 11 Nov 2016 - 9:41


Prénom : Ciith
Nom/surnom : Non Attribué.

Éveil : 17ème jour.
Sexe : Féminin.

Race : Cime.
Métier : Encore non définit, mais cela devrait s'orienter vers chasseur ou tanneur.
Groupe : Errant [ Pour le moment. ]
Croyance : Elle ne croit ni en Dieu ni en aucune forme de destin, toutefois elle est persuadée que les abominations sont d'anciens hommes, résultat d'une dégénérescence mentale ou d'une existence mauvaise, motivée par la soif de nombreux crimes.  

Magie : Encore inconnue à ses yeux, Ciith possède toutefois une magie qu'elle considérera très vite comme bien monstrueuse. Dotée de capacités d'illusions passives, elle à l'étrange capacité de soumettre à la vue d'un être la vision de son propre corps blessé, face à une dégénérescence physique rapide ou toute autre décomposition. Ceci pourrait s'expliquer par ce que la Cime viendra à appeler l'apparence de l'âme. D'abord pure, plus un homme aura commit de crime ou cédé à un péché durant son existence, plus cette dernière se salira, se traduisant par l'accumulation de lésions sur le corps du dit homme. Ce point de vue évidemment est tout à fait subjectif et s'appuie sur ce que Ciith considère elle même comme impardonnable.

Capacités physiques : Ciith n'est ni très grande, ni très puissante. Elle n'a ni les muscles des Racines ni la dextérité mentale des Echoués, toutefois elle a une très forte capacité d'adaptation qui la pousse à une discrétion surprenante lorsqu'elle traque ou fuit. Elle est également assez agile.

Talents divers : Ciith porte beaucoup d'attention à chacun de ses sens ainsi qu'à son instinct. Dotée d'une grande curiosité, elle a ainsi l'avantage de tout vouloir apprendre et retient un certain nombre de choses ( éléments qui participent à ses capacités d'adaptation. )

Équipement : Des os ramassés qu'elle a grossièrement taillés en guise d'arme précaire. Rien de plus.

Apparence physique et charisme :

Ciith, comme de nombreux Cimes certainement, possède le teint clair, presque pâle. Son visage est fin, ses traits marqués et expressifs. Elle possède deux yeux aux iris mêlant le gris du ciel et le vert sombre du feuillage des arbres. Souvent joyeux et pétillants, ils demeurent pour le moment sérieux, lorsqu'ils ne trahissent pas une terreur aussi violente qu’incompréhensible. Plus bas se dresse un petit nez droit surplombant des lèvres qui, à cet instant, rappellent l'origine de la jeune femme. Glacés par le froid, une coupure a entaillé l'un de ces muscles, offrant aux papilles de demoiselle un arrière goût métallique dès lors qu'elle y glisse sa langue.
Son visage est encadré par de nombreuses mèches blanches, assez longues pour venir caresser le creux de son dos. Sans doute immaculées en temps normal, vivre dans les bois leur a vite donné un aspect grisâtre, sali par la poussière et la terre. Il en va de même pour sa peau qui de plus, présente de nombreuses tâches tantôt écarlates tantôt noires de sang séché. Le sien parfois, dû à une chute douloureuse, mais également celui d'un rongeur, animal trouvé presque mort qui à servit à la nourrir.
Ciith est de taille moyenne, du moins serait-ce ce qu'elle se dirait une fois mêlée à un groupe. Mesurant environ 1m67, elle est à l'inverse assez maigre même si son corps à vite montré la présence de muscles assez puissants pour lui faire tenir une longue et terrible course. Encore loin de se douter de toutes ses capacités ni même d'avoir véritablement conscience de ce que dissimulait chacun de ses membres, la Cime eu très vite le réflexe de prendre une démarche bipède sans trop de problèmes. Par la suite, une certaine agilité lui fit découvrir qu'elle pouvait, tout en s'enfuyant, sauter par dessus un obstacle ou grimper sans trop de difficultés à un arbre. Cependant, ses capacités physiques s'arrêtent là. En effet, la jeune femme ne se voit pas très habile de ses mains par exemple, et rien que tenter de tailler un os lui a causé bien du soucis. Rien ne lui assure que seule sa technique lui faisait peut-être défaut, mais pour le moment, elle demeure maladroite dès lors qu'elle doit manier quelque chose.
Sa nudité ne la dérange en rien, si ce n'était l'absence de chaleur qui, dès son réveil, la gêna.

Caractère et personnalité :

Ciith n'est pas quelqu'un de très difficile à vivre, toutefois il faut accepter qu'elle puisse être assez marginale sur de nombreux points. En effet, la jeune femme, quoi que gentille et assez altruiste voit son instinct de survie plus important que tout le reste, et même si cela semblera invisible la majorité du temps, il pourrait arriver un instant où elle préférera sauver sa propre peau plutôt que donner sa vie pour celle d'un parfait inconnu. N'allez pourtant pas penser qu'elle est un monstre d'égoïsme. En vérité il s'agit plutôt de l'inverse. D'un caractère assez agréable, elle préfère prendre son plaisir à travers celui des autres plutôt que d'en jouir seule et semble assez sociale, une fois sa méfiance première passée. Le tout est toutefois de dépasser ces suspicions qui, quant à elles, risquent d'être assez persistantes. En effet, la Cime éveillée depuis très peu de temps a à peine eu le temps de découvrir ce nouveau monde aussi vaste que dangereux et, à défaut de pouvoir prévoir chaque situation, elle préfère rester sur ses gardes en chaque instants. Même si elle a la capacité de s'adapter relativement vite, rien ne fait d'elle un personnage sûr de soi après moins de deux lunes dans la vallée.

On peut penser Ciith dominante. Il s'agit d'une vraie battante qui, même si elle n'en dispose pas forcément des capacités, donnera tout ce qu'elle a pour, lorsqu'il ne s'agit pas de sa survie, chacun de ses objectifs. Fille de caractère, elle ne se laisse ainsi pas marcher sur les pieds, que ce soit pas la nature qui s'oppose à elle ou n'importe quel homme. Décidée à montrer sa valeur, elle est ce genre de femme refusant de se cantonner au rôle que pourrait lui imposer son apparence plus fragile que celle d'un mâle pour plutôt si elle le pouvait, prendre les armes. Ainsi, elle n'a aucune crainte quant à l'idée de se salir les mains. Déterminée, elle est quelqu'un qui, en temps général, possède de nombreux principes basés sur ses croyances. En effet, elle est persuadée d'être maître de sa vie et que chacun de ses choix ne vient que de sa propre personne, et non pas d'une entité supérieure quelconque. Ainsi, elle est seule responsable des malheurs qu'elle peut commettre et de cela, elle se le refuse. Par crainte de finir telle l'une de ces abominations, Ciith prends garde à ne rien commettre d'inacceptable selon elle pour s'assurer de rester sainte d'esprit.

La Cime est quelqu'un de nature très curieuse, peut-être particularité dûe à son ascendance raciale. A défaut d'apprendre aussi rapidement que les Echoués, elle prend plaisir à tout découvrir à son rythme sans hésiter à profiter du savoir que peut lui offrir chaque être vivant, homme comme animal autant que chaque expérience. De ce fait, elle parvint à emmagasiner dans son esprit de nombreuses connaissances pratiques qui, même si elles ne possèdent aucune justification scientifiques ou explications logique, pourraient bien un jour lui sauver la vie, ou alors simplement amuser un être aussi curieux qu'elle.


Histoire :

Jour 17. Reveil.

Il faisait terriblement froid. Seuls quelques flocons tombaient encore à cette heure ci, toutefois la neige qui recouvrait les montagnes était assez épaisse pour que le corps inconscient étendu sur ce manteau blanc ai prit une teinte bleutée, semblant presque cadavérique. La femme a qui appartenait cette enveloppe d'apparence vide demeurait cependant bien vivante. Son cœur palpitait encore dans sa cage thoracique, bien loin d'être engourdi par cette température pourtant bien basse et au contraire, le rythme de ce dernier ne cessait d'accélérer. Tirée d'un semblant de sommeil par une terreur aussi soudaine que profonde, ses yeux s'ouvrirent, écarquillés, tandis qu'elle prenait une inspiration violente. C'était un peu comme si elle n'avait pu satisfaire ses poumons de ce besoin vital d'oxygène et qu'enfin, ce droit lui était accordé. Il ne s'agissait non pas de la première respiration du nouveau né mais plutôt de celle de cet homme sauvé de la noyade, la gorge et le ventre encore noués par une angoisse paralysante. Ce n'était pas exactement comme si elle se réveillait d'un cauchemar, mais plutôt comme si elle renaissait et qu'au fond d'elle, elle savait que si elle n'était pas revenue d'entre les morts, elle y avait échappé de peu. Un bien étrange sentiment qui s'accompagnait d'une incompréhension totale.
Il lui fallut ce qui lui sembla une heure pour calmer, sans toutefois faire disparaître, ce flux d'émotions et de craintes aussi incontrôlable qu’inexplicable qui l'assaillait, ralentir son rythme aussi bien cardiaque que respiratoire et prendre conscience de, petit à petit, ce qui l'entourait. Recroquevillée sur elle même dans une position qui se voulait protectrice, la jeune femme finit par relever la tête sur ce paysage qui l'entourait, la respiration volontairement profonde.
Rien autour d'elle ne lui était familier. Étendue blanche à perte de vue, rien dans cet environnement ne permettait de lui fournir la moindre information aussi bien temporelle que spatiale tant le ciel nuageux dissimulait aussi bien la présence du soleil que n'importe quel objet particulier vers lequel elle pourrait s'orienter. Le froid mordant glaçait sa peau et même si elle n'avait qu'un désir : celui de s'éloigner le plus rapidement possible de ces hauteurs enneigées pour se réchauffer, elle n'avait pas la moindre idée de où aller. Ce désir là n'était motivé que par cet instinct de survie puissant, supérieur à bien d'autres interrogations qui auraient très bien pu la saisir dès lors qu'elle eu ouvert les yeux mais qui ne se présentèrent que bien plus tard.
Ainsi, son premier réflexe fut de se lever dans une position bipède et de se précipiter vers sa gauche dès lors que le choc de son éveil fut passé, là où une pente semblait se dessiner dans le brouillard. Une certaine logique, bien qu'incompréhensible, la persuadait qu'en contrebas, elle pourrait trouver de quoi survivre, et même si elle ne songeait pas encore à manger, elle espérait trouver le réconfort qu'offrait un peu de chaleur, un baume tant à la douleur que le procurait ce froid devenu mordant qu'à ces profondes angoisses qui refusaient de la lâcher.
Quoi que complètement raidie, incapable de ressentir ses doigts ou ses pieds, Ciith se mit à courir dès lors que sa marche fut un peu plus assurée, chose difficile dans ces conditions mais qui méritait de faire circuler le sang dans son corps nu et de lui offrir la sensation de s'échapper plus rapidement à cet endroit où elle avait ouvert les yeux si terrifiée. Un endroit qu'elle ressentait petit à petit comme le besoin de fuir, source d'un malheur qu'elle ne comprenait pas mais vers lequel elle ne voulait finalement plus jamais s'approcher.
Sa course devint rapidement effrénée. La pente plus raide manqua de la faire chuter dans son élan et à plusieurs reprises, elle cru confondre dans le vent sifflant d'autres hurlements inquiétants.
Elle ne prit repos que lorsqu'elle parvint à atteindre un bois dont elle ne pouvait évaluer la superficie mais dont la taille et le paysage lui promettait un environnement bien moins aride que ces montagnes qu'elle avait finit par quitter. Épuisée par sa course, le ventre cette fois tiraillé par la faim, Ciith ne songea qu'une fois cet objectif atteint à réfléchir enfin à ce qui lui était arrivé, tout en commençant à penser à ce qu'elle devrait faire après. Le soir même, le lendemain. Trouver un abri, de quoi se nourrir, de quoi survivre. Puis finalement qui elle était. Dans son esprit résonna un nom qu'elle s'appropria, mais rien de plus. Elle ne savait ni qui elle était, ni d'où elle venait. Et finalement, elle ne savait pas beaucoup plus où elle devrait aller. Cet ensemble de doutes ne tarda pas à ajouter à ses inquiétudes, renforçant chacune de ces angoisses. Ne posséder aucune informations sur ce qui l'entourait devint très rapidement insupportable et ce fut sans doute ceci qui fut responsable de sa si grande curiosité, ce besoin à satisfaire de tout découvrir, tout savoir.


Ciith ne mit pas longtemps à découvrir que ce bois n'avait rien de plus accueillant que ces monts qu'elle avait quitté. Alors que la nuit semblait tomber, l'air se refroidissait de nouveau. Ses yeux peinaient à déceler dans la pénombre quoi que ce soit qui puisse être comestible, et bientôt à simplement distinguer les obstacles. Contrainte à s'immobiliser le temps que durerait cet état, la peur finit par la reprendre. Incapable d'y voir, la jeune femme ne pouvait s'appuyer que sur les sons qui parvenaient à ses oreilles. Une multitude de sons qui, inconnus, étaient encore moins rassurants. Son corps était immobile et étant de l'incapacité de l'occuper, elle se mit à réfléchir, prêtant une attention à chaque chose qui lui parvenait alors même que cela ne cessait d'alimenter ses appréhensions.
Elle fut incapable de fermer l'oeil de la nuit, ou jamais très longtemps. Aussi, dès que l'aube pointa le bout de son nez, Ciith se redressa et reprit ses recherches. Son ventre vide ne cessait de lui rappeler ce besoin de se nourrir, ses jambes ainsi que l'ensemble de son corps endoloris et engourdis celui de trouver un moyen de se tenir chaud.
Aucun de ces deux besoins ne fut satisfait avant qu'elle n'aperçoive l'un de ces monstres, au loin.
Tout d'abord un bruit qui l'alerta, une course et ce qui paraissaient des grognements. Elle s'immobilisa, cherchant autour d'elle ce qui pouvait faire de tels bruits, son cœur battant soudainement bien plus fort. Chaque seconde s'écoulait terriblement lentement, jusqu'à ce qu'enfin, elle cru déceler sur sa droite un mouvement. Tournant la tête, elle y découvrit la course de trois êtres difformes, appuyés sur quatre ou cinq pattes, noirs, semblant à la poursuite de quelque chose. Une vision lointaine qui pourtant, lui glaça le sang. Consciente d'un terrible danger, Ciith découvrit ces premiers prédateurs sans jamais voir de quoi ils étaient capable, toutefois leur simple apparence était suffisante à la terrifier.
Plus que de se nourrir, il lui fallait aussi se défendre, elle s'en rendait enfin compte. Ainsi, elle se mit à la recherche de tout ce qui pourrait sembler pointu ou coupant, persuadée que cela pourrait l'aider. Plus le temps passait, et plus elle comprenait que survivre serait extrêmement laborieux. Toutefois elle était poussée par l'envie de vivre, une motivation qui la poussait à ne pas céder à ces sentiments angoissants pour avancer toujours plus profondément dans les bois.

Ainsi, après de longues minutes de recherche, la jeune femme finit par trouver ce qui semblait pouvoir satisfaire son estomac malade. Une poignées de baies qu'elle ne savait ni bonnes ni mauvaises, et un animal blessé qui n'eu pas la dextérité suffisante pour lui échapper, un peu trop idiot pour pousser des couinements de douleur alors qu'il s'était prit dans une racine. Rien de tout cela n'était suffisant, mais ainsi s'offrait elle un nouveau délai pour survivre.
L'objectif numéro un rempli, elle ne tarda pas à se pencher sur le second : celui de se trouver un arme. Ceci fut moins difficile qu'il n'y paraissait. Un coup de chance sans doute, un second même après l'animal souffrant, mais ce fut d'apercevoir un reste d'os alors qu'elle mangeait qui lui donna l'idée de s'en servir d'arme. Son doigt avait fait l'expérience de la douleur légère que pouvait provoquer un petit morceau de côte dans sa peau. Un plus gros, cassé, pourrait sans doute faire quelques dégâts. Dans l'immédiat, elle songeait à s'en contenter, ne serait ce que le temps de s'habituer à ce monde, avant de chercher à l'améliorer.



En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : Ciith ira très bien.
Age : 17 ans.
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?
Normalement tous les jours ou tous sauf empêchements ou travail trop important.

Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

Via une mauvaise manip qui m'a fait cliquer sur le lien d'un forum de pub. Par curiosité j'ai quand même regardé les premiers forums proposés, alors dans une période d'ennui profond, avant de découvrir ce qui me semble être une merveille.

Avez-vous des remarques à propos du forum ?

Pas encore grand chose, si ce n'est que l'ensemble de l'histoire et du contexte me plait vraiment, j'ai hâte de voir ce que ça pourrait donner **

Telod
Administrateur
avatar
Messages : 152

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Ven 11 Nov 2016 - 12:42

Bonjour Ciith et bienvenue sur Musaraignes !

Ta fiche est complète et comporte très peu - presque aucune en fait - erreur de contexte. On voit que tu t'es appliqué à bien t'imprégner de l'univers et cela est très plaisant ! Au delà de ça j'apprécie ton personnage, je le trouve simple tout en étant original, c'est intéressant !

Cependant j'ai, comme à ma bonne habitude, quelques petits détails à relever tout de même. Ne prends pas mal le fait que mon discours soit long, ça a été le cas pour tout le monde, je parle juste beaucoup pour être très clair cela ne veut pas dire que je pense du mal de ta fiche. Encore une fois ce ne sont que des petits détails :

1) Quelque chose qui m'embête un peu c'est ce que tu dis dans le compartiment "Magie". Ton sort est tout à fait convenable et possible, le seul souci c'est qu'il laisse entendre qu'il existerait une forme d'objectivité dans le jugement, qu'un acte serait "fondamentalement" bien ou mal, bon ou mauvais. Et que c'est de ce côté fondamental que le sort choisirait quels actes sont vus comme mauvais. Pour l'instant, à la connaissance actuel des membres, il n'existe pas d'entité décidant de ce qui est bien ou mal au delà de la conscience humaine, qui elle-même est subjective. Dans ce cadre, il est difficile de laisser ton sort tel quel, puisqu'on ne peut pas fondamentalement déterminer ce qui est mal ou bon.
De même l'utilisation des mots "l'apparence de son âme" est assez ambiguë. Même si, je me doute, il s'agit d'une métaphore, je préfère que tu ré-exprimes tes propos sans utiliser le mot "âme", parce que l' "âme" peut être perçue comme une entité particulière qui suppose l'existence de choses qui ne sont, à priori, pas forcément là.

Je propose, comme solution, que ce qui est désigné comme "mal", l'est par rapport au point de vue de ton personnage. Sans forcément que ton personnage soit au courant des actes de la personne affectée, le sort pourrait se baser sur les normes et les principes de ton personnage pour infliger des douleurs en rapport avec les actes mauvais de la personne affectée (mauvais selon la vision de ton personnage).
Ou alors il pourrait se baser sur la vision de la personne affectée elle-même et amplifier ses remords si elle en a, lui infliger des blessures en rapport avec ses remords.

Autre question à propos de la magie de ton personnage : Est-ce que le sort est une illusion active ou passive ? Si tu as oublié ces termes, je t'invite à jeter un oeil au sujet magie.

2) Plusieurs petites choses sont évoquées dans ce qui précède l'histoire et je ne les retrouve pas à l'intérieur de l'histoire. Je suis peut-être bigleux alors n'hésite pas à me dire "mais si ! Tout es là !". Je sais que tu veux te réserver un peu de matière pour RP mais j'aimerai tout de même qu'en une phrase tu me précises, dans l'histoire, l'apparition de ces deux choses mentionnées dans la fiche :

 • Le rongeur dont tu parles dans l'apparence physique.
 • Les os présents dans l'équipement.

3) Enfin il y a quelques maladresses qui font un peu trop penser à un rapprochement entre la vallée de Musaraignes et notre monde réel. Les détails que j'ai relevé ici figurent tous dans le compartiment caractère et personnalité :

 • Tu emploies les mots "après moins de 48h sur Terre". Et je vois bien ce que tu veux dire là, le seul inconvénient étant que puisque tu en parles avec une majuscule j'ai la sensation que tu désignes ici notre planète IRL. Je te suggère de remplacer "sur Terre" par "dans la vallée"... Oh oh, de dana, lalilala etc.  
 • Tu parles du rôle des femmes : "refusant de se cantonner au rôle que devrait lui imposer son sexe", le problème étant qu'il n'y a, pour l'instant, aucun modèle social et culturel qui ne s'est créé dans la vallée. Par conséquent il n'y a pas, dans la tête des habitants, un rôle particulier que doivent occuper les femmes.
 • Tout à la fin tu dis : "ou alors simplement amuser un enfant". Il n'y a, pour l'instant, que des adultes dans les habitants de la vallée et il est impossible de dire si les enfants sont effectivement des éléments de cet univers.

Voilà ça sera tout... Finalement je parle beaucoup mais il n'y a aucun problème majeur !
Ciith
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : 17ème jour.
Race : Cime.
Métier : Non définit.
Groupe : Errante.
Fiche de présentation : http://musaraignes.forumactif.fr/t181-ciith#655
Ven 11 Nov 2016 - 19:10

Encore merci x3

Alors ensuite concernant tous ces points - et ma justifications, histoire de défendre mes erreurs, j'suis en tord mais quand même x).

1. Concernant le point magie, disons que je partais sur le principe que - lorsque ce pouvoir sera exercé - Ciith n'en comprendra pas du tout ni l'origine, ni ce à quoi ça correspond. L'hypothèse de la représentation de l'âme serait finalement une explication qu'elle pourrait déduire avec le temps. Toutefois oui, cela s'appuierai sur son propre point de vue, chose que je n'avais pas songé à préciser. J'y vais donc de ce pas
Ensuite il s'agirait plutôt d'une magie passive je pense ^^

2.3. A préciser sans défendre, je reconnais mes erreurs x)


Edit :Normalement, tout est corrigé ^^
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 152

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Sam 12 Nov 2016 - 10:36

Bon très bien à présent cela me convient !

Par conséquent...

JE M'APPELLE TELOD, et je te... La vache, mais vous avez pas méga froid comme ça ? Attendez je vais vous faire un petit p'tit feu tranquillement dit-il tout en frappant des silex, souriant à la jeune femme avec un air fondamentalement niais. Et alors que toute la forêt se trouvait engloutie dans des colonnes géantes de flammes rouges, Telod continuait de regarder Ciith sans sembler dérangé. Donc, que me disiez vous ? Vous vouliez avoir mon approbation de valiblabiblabration ? C'est ça ? l'arrière-train de notre brave Telod prit alors feu d'une manière spectaculaire. Ce dernier, surpris, fit un bond majestueux - en hurlant - qui le projeta directement dans le centre de l'incendie. Et alors que son corps se transformait en torche, il réalisa qu'il avait fait une erreur. Ainsi dans un dernier effort il demanda : Ou, quelque chose comme ça, non ?


Phrases de Ciith :

- A qui appartiennent les larmes ?

- Garde l'esprit ouvert. Ferme les yeux. Laisse les manger ton cœur.



Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum