AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Malgré le froid [Solo - J19 - Commun] CLOS
AuteurMessage
Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 9

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Mar 25 Avr 2017 - 18:35

Tout trois m’observaient maintenant en silence. Dès que Shabh se fut aperçu que mes yeux étaient ouverts, il avait insisté pour que le groupe prenne un décision me concernant. Ard, légèrement agacée, lui avaient répondu qu’ils avaient déjà discuté de tout cela. Kahraman avait alors mêlé sa voix claire à la discussion et, peu de temps après, j’avais cessé d’écouter leurs mots, laissant mon esprit poser un nom sur chaque timbre de voix qui résonnait sur les parois de la grotte. Quelques temps plus tard j’avais complètement occulté leur échange de mon champ de conscience qui s’était de lui même réduit aux odeurs minérales que dégageait la roche, rehaussée de quelques plants de mousse grise. Le silence m’avait sortie de mon exploration olfactive et j’avais de nouveau porté le regard sur les trois êtres se désignant comme « Les Oubliés » et qui étaient présentement tournés vers moi.

- Après tout, il est normal que nous te posions d’abord la question avant de débattre de quoi que ce soit. Aurais-tu le désir de rester parmi nous ? De devenir une Oubliée ?

Son ton suggérait qu’elle venait de reformuler une question déjà posée. Je me remémorais mon arrivée de la veille. Une fois n’est pas coutume, je m’étais effondrée évanouie dès mon arrivée près du feu, ne pouvant empêcher mes membres de céder sous moi à la perspective du danger écarté. On m’avait réveillée et nourrie mais je ne gardais de cette courte plage de conscience que le souvenir du goût délicieux de la viande et de baies sucrées. Alors que je réfléchissait à une réponse adéquate, la perspective sourde d’une fièvre se glissa le long de mon échine jusqu’à mon front. Avisant ma besace de mon œil valide, je rampais avec application jusqu’à elle avant d’en extraire deux longues feuilles brunes et nervurées. Après en avoir étudié la fraicheur, je les pliait avec application avant de les enfourner dans ma bouche.
Ce n’est qu’après quelques mouvement de mastication penseurs que je me remémorais mes interlocuteurs. Ceux-ci m’observaient, mi-ébahis mi-perplexes, toujours en attente de ma réponse. Face à leurs regards circonspects, je faillis avaler les plantes avant de les recracher le plus décemment possible dans ma paume.

- Je, hm, je m’appelle Daedwyg.

Les sourcils de Shabh se levèrent, je ne devait pas avoir répondu à la question. Forçant mon cerveau à se détacher des possibles symptômes qu’auraient causé l’ingestion des feuilles, je tentais de me remémorer les mots d’Ard.

- Shabh, tu es sûr que tu pourrais nourrir une bouche en plus ?

- Bien sûr, même si Salim était encore là, ce n’est pas une question de nourriture.

- Mais, hier tu n’a pas ramené grand-ch...

- Merci, pour la nourriture. Je… Ne ne voudrai pas vous déranger. Trop longtemps. Dans mon état actuel je mourrais probablement dans les jours qui viennent dehors. Ce qui ne vous oblige absolument pas à me laisser rester et profiter de votre grotte ! Je ne pourrais de toute façon pas vous empêcher de m'en faire sortir.

S’ensuivit le silence familier qui suivait habituellement la succession d’idée sans suite qui sortait parfois de ma bouche. Je l’appréciait d’autant moins qu’il était souvent le moment que choisissait mon esprit pour se pencher sur n’importe quoi qui ne soit pas la réponse que l’on m’avait adressée. Consciente que du choix qu’allaient prendre les Oubliés dépendait ma survie, je me concentrais pour rester à l’écoute. Ard finit par hocher la tête, quelque-chose s’était allumé dans ses yeux d’or.

- Tu peux rester ici autant que tu le souhaites. Au moins jusqu’à ce que tu soies remise sur pieds.

Se redressant avec précaution, la Cime me jaugea de sa courte stature. Je ne me rendis compte qu’alors de ses difficultés à se mouvoir, et aussitôt une curiosité que j’eus peine à refréner s’empara de moi. Remarquant mon intérêt soudain, Ard sourit.

- Comme tu le vois, tu n’es pas la seule à être mal en point. Si je n’avais pas Kahraman et Shabh pour m’aider je serais sans doute morte il y a bien longtemps.

Un masque réprobateur apparut sur le visage de Kahraman sans qu’elle n’ajoute quoi que ce soit. De son côté, Shabh s’était légèrement éloigné et, assis près de l’entrée, raclait avec application le fil d’un lame d’os sur un galet plat, sans doute pour en affûter le tranchant. La Cime aux yeux d’or vint s’asseoir avec lenteur à côté de moi, posant un regard intéressé sur ma besace.

- Des plantes, que je ramasse. Elles, me parlent, d’une certaine façon.

Devant son silence qui m’intimait de continuer, je ne pu refréner l’excitation qui s’empara de moi à l’idée de partager mes trouvailles de ces derniers jours. Je défis les attaches tressées qui tenaient la peau d’hermine et la posait à plat devant nous.

- Ça c’est les feuilles que j’ai mâchées tout à l’heure, bonnes pour prévenir la fièvre et les inflammation légères, mais ils faut qu’elles gardent leur sève. On en trouve partout dans des endroits moyennement ensoleillés. Ces petits bourgeons, il m’en reste deux, sont très bon pour reprendre des forces, c’est ma première découverte ! Par contre ils ne poussent pas par ici, mais peut-être il y a t-il un équivalent ? Ce morceau d’argile, on me l’a donné au Bosquet d’Aorn, pour désinfecter les plaies à priori, mais je n’en sais pas encore assez sur lui, il faudrait faire des tests ! Le cœur de ces têtes de fleurs est très sucré, ça permet de couper la faim, plutôt utile lorsqu’on voyage. Oh, ça c’est un bout de branche de pin, lorsque je l’ai prélevé il était chargé de pollen, quelque-chose à en faire concernant les rhumes, mais il s’est répandu dans tout mon sac. Il y a aussi beaucoup de choses que j’ai laissé sur place, pas loin d’ici, mais je pense que je pourrais les…


Je réalisait soudain que le bruit du couteau de Shabh contre la pierre s’était tu et que Kahraman s’était elle aussi approchée et me regardait avec des yeux ébahis.

- Tu n’aurais rien pour les articulations à tout hasard ?

Ard avait prononcé ces mots un air amusée peint sur ses traits.

- Non. Mais, je pense que je peux trouver. Il faudrait que je sorte pour chercher la bonne…

Je m’étais déjà à moitié relevée pour me diriger vers la sortie, mais la Cime avait alors posé sa main sur mon bras.

- Rien ne presse, je ne suis plus à quelques jours près. Mieux vaut que tu te reposes encore. Pourquoi ne t’allongerais-tu pas un moment, jusqu’à ce que nous mangions ? C’est honorable de vouloir soigner les autres, mais encore faut-il savoir écouter ton propre corps.

Elle ne pouvait avoir davantage raison. Malgré le traitement que je m’étais administré, la fièvre montait. Sans que je m’en sois rendue compte, mes épaules commençaient à trembler. Je hochais la tête et noua de nouveau les fils de ma besace entre eux après avoir prélevé l’un de mes derniers bourgeons que je me mis à mastiquer tout en me couvrant de ma peau de daim. Son odeur fit surgir des images du champ de pierre, les visages de Varlen, Kraj, Arot, Etul… Tous furent engloutis dans la nuit d’un sommeil sans rêve.
* * * * * *


Je ne pouvais m’empêcher d’être distraite par la musique étrange de Kahraman. Elle s’était mise à jouer peu après le repas que nous avions passé en silence, à observer la lumière disparaître sur les plaines alors que le feu crépitait. Shabh était sorti (la chasse paraîtrait-il, était toujours plus fructueuses aux premières heures de la nuit), Ard tissait en silence. De mon côté j’étudiais ces étranges formation minérales et lumineuses qui couvraient la paroi de la caverne. Dreth m’avait parlé de son expérience au-delà du règne végétal mais, malgré ses explications, nous savions tout deux que les mots ne suffisaient pas pour faire réellement ressentir la matière et son langage. Fixant, palpant les pierres, je ressentait une aura, vague, statique, mais impossible d’en saisir la couleur réelle, l'intention, d’autant plus que les notes s’échappant de la flûte d’os faisaient apparaître devant mes yeux d’étranges paysages. Fronçant les sourcils, je m’écartais de la paroi, seulement pour remarquer de longs sillons creusés à même la roche.

- Qu’est-ce c’est ?

Ma question, posée toute haut, n’était posée à personne en particulier, cependant c’est Kahraman qui me répondit cette fois.

- Une créature, noire, grosse, plus que celles à quatre pattes, avec une longue queue immense. Elle nous a attaqué puis a disparu, sans que l’on comprenne pourquoi.

Mes sourcils se froncèrent encore davantage. Il y avait donc d’autres monstres. Il me sembla encore plus incroyable que j’ai pu rester en vie lors de mon périple en solitaire. La lune se sépara des nuages et vint poser ses rayons laiteux à l’entrée de la grotte. Comme en réponse le feu vacilla. Frissonnant, je m’approchais des flammes et réarrangeais plusieurs tisons. A côté du foyer étaient disposés plusieurs éclats des pots en terre dont disposaient les Oubliés. J’admirais leur capacités d’artisanat.

- Je peux prendre un de ceux-là ? Ils sera plus efficace pour sectionner les tiges que mon silex.

Kahraman, qui s’était remise à jouer, posa sa flûte et s’approcha avec intérêt. Observant les débris, elle en écarta plusieurs qu’elle ne désirait sans doute pas céder, n’en laissant plus qu’un, fin mais au tranchant correct.

- Tiens ! Tu peux avoir celui-là.


J’allais la remercier quand un grognement de douleur nous parvint. Ard avait tenté de se relever mais, restée immobile trop loin de la chaleur, ses articulations refusaient de lui répondre. Kahraman fut aussitôt à ses côté et je les rejoins. Appuyée sur nos deux épaules, elle parvint à avancer jusqu’au feu ou nous l’entourâmes de plusieurs peaux.

- Merci, ça devrait aller mieux bientôt.

- D'où vient la douleur?

Ard me dévisagea un instant puis, comme si elle relayait la question à son propre organisme, se tint coite un moment, avant de me désigner son genou droit. Elle frissonna quand j’y posais mes paumes glacées, mais finit bientôt par se détendre alors que je massait l’articulation aux tendons rigidifiés par le froid.

- Demain, je partirais trouver des plantes alentours.

- Je pourrais venir t’aider !

Malgré la douleur qui étirait son visage, Ard nous sourit sans rien ajouter.

- On pourra ramener du bois, il ne nous reste que des brindilles.

- Soyez prudentes malgré tout. Ne vous perdez pas de vue et gardez les oreilles et les yeux ouverts… D’ailleurs qu’est-il arrivé au tien ?


- Des monstres nous ont attaqué, j’ai eu de la chance.

- Nous ?


Je leurs contait alors mon histoire, de l’éveil jusqu’à mon arrivée face à la falaise. Les deux femmes m’écoutèrent sans m’interrompre alors que je continuais à masser le genoux d’Ard. Celui-ci se dénouait doucement, donnant de plus en plus de jeu aux os qu’il maintenait ensembles. Je poursuivit un peu et retirait mes mains alors que mon histoire prenait fin.

- Merci, pour tes soins. Et pour ton histoire.


- C’est incroyable, lorsque l’on te regarde, on dirait que tu viens de t’éveiller ! Mais tu connais les plantes et tu a déjà vécu tant de… choses.

- On peut en effet dire que tu caches bien ton jeu.

Shabh se tenait à l’entrée de la grotte, un oiseau ressemblant à une poule d’eau pendant au bout de son bras.

- Vous devriez surveiller un peu l’entrée, surtout lorsque je ne suis pas là.

- A manger !

S’approchant du feu, Shabh souleva le cadavre à la hauteur de ses yeux, sa tête était grossièrement sectionnée.

- J’ai eu de la chance, j’ai surpris un renard en plein repas. Le plus dur a été de le convaincre qu’il valait mieux qu’il s’enfuie sans sa proie.

- Mieux vaut vite détacher le reste du corps de son cou, le renard était peut-être malade.


Le chasseur me jeta un regard et haussa les épaules. Il s’assit malgré tout sur une pierre et se mis à dépiauter l’animal.

- Comment faites-vous pour conserver la nourriture loin des mouches ?

Avec fierté, Kahraman me montra un pot de terre retourné, aux anses proches du goulot, et dont les bords avait été colmatés avec de la glaise. Une large pierre plate était posée sur son fond plat, empêchant que des rats la soulèvent.

[color:e7f5= #45A7AA]- Avec ça, la viande peut tranquillement passer la nuit, c’est Aard qui a eu l’idée !

- Nous n’avons de toute façons pas assez de réserves pour la conserver plus longtemps. J’aimerais quand même essayer d’autres moyens de conservation. Si on pouvait trouver un moyen de la sécher, d’une manière ou d’une autre ?

Alors que Shabh séparait la viande des entrailles et des os, Kahraman sélectionnait certains de ses derniers et les lavait dans une large vasque. Ard de son côté confectionnait un filet tressé s’adaptant à un pot en terre et permettant de le porter en bandoulière.
En les voyant travailler tout les trois, je me fis la réflexion que je ressentait moins le sentiment d’oppression que j’avais pu éprouver au Bosquet d’Aorn. Il était certes présent, mais le calme d’Ard et le réconfort que procurait la grotte et son aménagement le rendait moins poignant.

- Ard, je vais pouvoir te faire de nouvelles aiguilles avec ces os, ils sont parfaits !

- Tant mieux, j’aimerais essayer de tisser des choses plus fines. Si tu peux, essaie de les faire légèrement plus allongées que les précédentes.

Une fois la viande préparée, on nettoya un emplacement à coté du pot déjà retourné et on la recouvrit avec le même dispositif.

- Où est-ce que tu trouves cette glaise ?

- Près d’un étang à une quarantaine de pas au sud-est, je te montrerais.

La conversation continua encore un peu, puis Ard parti se coucher et je la suivit. Il fallut réorganiser les peaux pour me laisser une place suivant une logique que je ne compris pas vraiment. Peu habituée à dormir sur de la pierre, je mis quelque temps à trouver une position confortable et à faire abstraction des nouvelles odeurs humaines et animales qui émanaient de ma couche mais je finis par m’assoupir pour la seconde fois aujourd’hui.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum