AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sous la Vallée [Important | Okha & Hiss | J20]
AuteurMessage
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Lun 22 Mai 2017 - 13:47

Le noir régnait encore, profond, dans la grotte ensommeillée. Hiss n'avait pas réussi à dormir vraiment, se réveillant d'angoisse dès que son cerveau penchait vers la disparition de Staz. Lassée, elle avait fini par se poster à l'entrée de la grotte, passant ses longs bras autour de ses jambes, repliée sur elle même. Il faisait toujours très froid, et elle grelottait comme une petite chose, mais se refusait à rentrer immédiatement.

La blonde resta un long moment ainsi, sondant l'obscurité du bosquet devant elle, surveillant chaque mouvement et perdue dans ses pensées. Elle dû s'assoupir un moment, et ce ne fut qu'en percevant un bruit dans son dos qu'elle ouvrit les yeux dans un sursaut, peinant à émerger. Après s'être assuré que ça ne provenait pas de l'extérieur, et comme une illuminée, elle commença à se déplier. Elle tremblait anormalement, et se mettre debout lui coûta énormément, ses muscles étant ankylosés par le froid. Elle faillit tomber en descendant dans le fond de la grotte, mais se stabilisa finalement, se retenant à la paroi rocheuse.

Un autre bruit lui parvint, du fond de la grotte. Son esprit embué fit des pirouettes alors que son palpitant s'emballait. Toute une suite de pensées – pour la plupart absurdes, ou bien désespérées – éclatèrent dans son crâne, tandis qu'elle retenait son souffle. Elle n'avait pas vraiment pensé à inspecter leur grotte, peut être d'autres l'avaient fait. Dans tout les cas, elle tenta de se calmer et longea la paroi, sans un bruit, jusqu'à ne plus rien voir du tout et être obligée de marcher à l'aveugle, ses doigts inspectant les reliefs rocheux autour d'elle. Elle avançait penchée, les yeux grand ouverts dans l'obscurité. Le temps lui semblait incroyablement long, et elle ne s'arrêta qu'en entendant quelques murmures percer d'on ne sait où. Hiss n'arrivait pas à comprendre le sens de ses paroles, ni ce qu'elle était sensée faire en cet instant. Elle jeta un regard en arrière, vers ses compagnons endormis, avant de les rejoindre doucement. La première personne qu'elle rejoignit fut Okha, qui s'était couchée légèrement en retrait du groupe. Hiss ne savait pas si elle dormait encore, et hésita un instant à le vérifier. Finalement, elle se détourna et alla réveiller Aël, collée contre Halya. La rousse grogna – c'était le troisième jour que Hiss la réveillait aux aurores, mais la blonde n'y repenserait que plus tard – et ouvrit les yeux, une mine colérique affichée sur ses traits durs.

« Sérieux, Hiss, il fait encore nuit ! »

« Il y a des gens. Au fond de la grotte. »

La rousse se redressa lentement, un regard surpris passant une seconde dans ses iris. Halya bougonna en sortant presque de son sommeil, et Aël ne lui laissa pas le temps de repartir dans ses songes. Elle la réveilla doucement, lui murmurant une litanie de mots que Hiss ne chercha pas à comprendre. Un mouvement dans son dos lui fit tourner la tête, pour voir Okha se retourner.

« Tu les as vu ? Ils sont combien ? »

« J'en sais rien, j'ai juste entendu des voix, mais j'ai pas osé y aller seule. Il faudrait qu'on soit deux, pour aller jeter un œil. »

La rousse grogna doucement, tandis que les yeux des dormeurs commençaient à papillonner sous les murmures des deux femmes.

« Qui vient avec moi ? Peut-être que c'est une piste pour retrouver Staz... Ou bien de grosses emmerdes. »

Couleurs ::
 


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Mar 11 Juil 2017 - 12:06

La racine fut éveillée par la discussion. Plongée dans un sommeil profond, elle en émergea malgré tout rapidement, son ouïe tentant de se synchroniser avec sa conscience pour reprendre le fil des mots qui lui parvenaient. Un long silence suivit la dernière question de Hiss, elle se redressa en silence.

- Tu ne penses pas qu’on risque plus d’y passer nous aussi plus que de le retrouver ?

Elle fit jouer avec lenteur son épaule blessée. Elle semblait mieux se porter aujourd’hui. Bien sûr elle était toujours ankylosée, mais la douleur se faisait plus ciblée même si plus aigue. Okha considéra que c’était une bonne nouvelle. C’était Halya qui avait parlé en dernier, sa remarque était plutôt censée. Prenant un temps pour réfléchir, la racine cessa d’écouter la conversation pour finir de reprendre ses esprits et considérer la proposition de Hiss.
Cette dernière lui était franchement sympathique. Et même si son idée semblait relativement dangereuse, la curiosité d’Okha quand au fond de la grotte lui donnait de plus en plus envie de s’y engouffrer à la suite de la Cime. Elles devraient être prudentes bien sûr. Mais jusqu’ici, ces souterrains avaient après tout été le lieu le plus sûr ou elle s’était réfugié, même aux Cavernes. Et puis, maintenant qu’elle était plus reposée, l’idée de rester avec Aël et Halya autour d’elle ne lui plaisait pas vraiment.
La conversation se poursuivait, se perdant dans des suppositions vagues et de mauvaises foi, une décision collective semblait de moins en moins probable. Époussetant ses habits, Okha ramassa son arme et se dirigea d’un pas tranquille vers le fond de la grotte.

- On y va

Alors qu’elle passait à côté de Hiss elle lui adressa un regard entendu avant de commencer à dégager le boyau qui naissait à même la paroi. Derrière elle, tous s’étaient tus, puis Hiss la rejoignit et bientôt, elles avaient dégagé assez d’espace pour que même la racine puisse se glisser à l’intérieur. Une pente douce s’offrait à elles, s’enfonçant dans les ténèbres.

- Comment vous allez faire sans lumière ?


- Je vois plutôt bien dans le noir. De toute façons, je propose que si on ne trouve pas rapidement ces gens dont tu parles, on remonte plutôt que de se perdre, t’es d’accord ?


Hiss la regarda, mi-reconnaissante mi-intriguée, puis fini par hocher la tête.

- Restons discrètes, on ne sait pas quelles sont leurs intentions.


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Mer 26 Juil 2017 - 16:16

La cime suivit Okha dans le fond de la grotte, son cœur battant contre ses côtes comme un petit animal blessé. Elle imaginait des tas de choses. Ces gens, au fond de la grotte, lui apparaissaient soit sous la forme d'un groupe organisé chaleureux ayant recueilli son Staz estropié et veillant sur lui, soit comme une meute d'humains sales et agressifs n'ayant jamais vu la lumière du jour. Et bien d'autres images se succédaient dans sa tête, toutes plus improbables les unes que les autres. Et son groupe, à elle ? A quoi ressemblait-il au premier abord ? Hiss secoua vivement sa tête pour chasser ses pensées inutiles, et se rapprocha un peu de la grande blonde qui commençait à disparaître par le trou dans la roche. Lançant un dernier regard vers les autres, elle siffla une douce trille. Peut être pour leur donner espoir, mais surtout pour s'encourager elle même. Elle ne connaissait rien des souterrains, et l'appréhension montait doucement en elle.
La respiration d'Okha, devant elle, la rasséréna un peu. Cette femme l'impressionnait, elles n'avaient pas grand chose en commun mais malgré tout, elle se sentait assez proche d'elle. Hiss sentait que le peu de mots qu'Okha disait étaient à lire entre les lignes.

L'obscurité était oppressante. Le boyau n'était pas immense, et les deux femmes évoluaient penchées et l'une derrière l'autre. Elles trébuchèrent plusieurs fois sur le sol escarpé et chaotique, réprimant jurons et cris étouffés. Hiss avait complètement perdu la notion du temps, et malgré qu'elle ait l'impression d'être la dedans depuis une éternité, un petit quart d'heure s'était écoulé.

« Tu y vois quelque chose ? C'est quand même fou ce ... »

Sa phrase se termina dans un cri de stupeur, son corps basculant dans le vide et chutant lourdement contre un sol rocheux et humide. Sonnée, elle resta ainsi sans bouger pendant quelques secondes, avant de se relever péniblement et d'appeler Okha. Elle grimaça en sentant une douleur aiguë dans son épaule droite, qui avait ramassé toute l'amplitude de sa chute.

« Je vais bien, Okha ! Je ne sais pas du tout ou je suis par contre... »

En effet, avec le noir complet qui les englobait, elle n'avait aucune idée d'où elle avait bien pu atterrir. Il lui semblait juste que cette galerie était plus grande, puisqu'elle pouvait sans peine se mettre debout. La blonde commença a tâter le vide de ses doigts, jusqu'à y rencontrer une paroi de pierre.
Ce fut à ce moment qu'elle s'immobilisa, sentant quelque chose courir sur sa peau. Un courant d'air venait la caresser légèrement, sifflant un petit peu au loin. Elle plissa les yeux dans cette direction, et eut l'impression de voir quelque chose bouger, sans pour autant en être franchement convaincue. La lumière lui manquait.

« Dis, tu vois quelque chose ici ? Soit mes yeux me jouent des tours, soit on est peut être tombé sur les gens que j'ai entendu tout à l'heure. »

Hiss avait un drôle de pressentiment, mais ne savait pas comment l’interpréter. Cette situation était étrange et malaisante. Elle se refusait pourtant de penser que venir ici était une erreur. Si regrets il y avait, ils seraient pour plus tard.


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Mer 26 Juil 2017 - 18:47

Okha s’immobilisa lorsqu’elle entendit le cri de Hiss derrière elle et poussa un juron. Concentrée sur l’avant du boyau, elle avait omis d’annoncer l’éboulement d’une partie de la paroi à la Cime. Jusqu’ici elle s’était sentie plutôt bien, évoluant dans l’obscurité de la roche, ne sentant plus toute ces présences humaines autour d’elle, mais désormais son cœur battait de nouveau la chamade. Alors qu’elle se retournait précautionneusement pour faire demi-tour, elle se trouva stupide. Qu’est-ce qui lui passait par la tête de s’aventurer dans ces souterrains, encore en convalescence, dotée d’une arme pour le moins inefficace dans ces lieux étroits, sans parler de sa corpulence. L’agilité et les couteaux d’os de Serpe aurait été plus utiles ici, sans parler de Santre…
La racine serra les dents. Ils n’étaient de toute façons pas là, et eux ne voyaient pas dans le noir.

- Je vais bien, Okha ! Je ne sais pas du tout ou je suis par contre…


Étais-ce dû à sa position de faiblesse ? Hiss semblait désormais plus loquace, la racine aurait préféré que ça ne soit pas le cas. Si quelque-chose ou quelqu’un se tenait à proximité, il connaissait désormais la position de Hiss et sa situation. Tâtant les abords du trou qu’elle venait de dépasser elle commença à y glisser l’un de ses pieds pour évaluer des possibilités de descente plus douces que celles qu’avait choisi la Cime.

-  Dis, tu vois quelque chose ici ? Soit mes yeux me jouent des tours, soit on est peut être tombé sur les gens que j'ai entendu tout à l'heure.

Il était impératif qu’elle la rejoigne vite, elle faisait une cible bien trop facile désormais. Aucune odeur inquiétante ne lui parvenait, mais ça ne voulait plus rien dire désormais. Trouvant un appui à ce qu’elle évaluait être la moitié de la descente, elle y posa son pied et récupéra sa lance. Elle se refusait à utiliser son épaule blessée pour se retenir.

- Hiss, je descend.

Elle avait parlé aussi doucement qu’elle le jugeait possible. Elle attendit un temps puis sauta.
Sa réception fut plus heureuse que ce qu’elle craignait. Elle se rapprocha aussitôt de la Cime, lui prit la main et la posa sur sa propre épaule.

- Essayons de faire moins de bruit, on est clairement pas avantagées ici.

Okha se tourna vers le trou d’où elles étaient tombées. La remontée n’était pas impossible, elles pouvaient encore continuer. Lui tappant sur l’épaule, la Cime lui montra silencieusement un recoin de la cavité où elles se trouvaient. A son tour, la Racine pu sentir le courant d’air frais lui effleurer le visage.

- Tu as vu quelque-chose ?

- Oui, un mouvement, je crois…

Avisant un tas de gravats à côté d’elle, elle s’empara d’une pierre de la taille d’un poing et la fourra dans la main libre de la Cime.

- Si tu dois t’en servir, essaie de ne pas me le mettre dans la tronche.

Passant devant elle, tout en maintenant le contact avec son épaule, elle s’engagea dans la direction du courant d’air. La cavité se resserrait en un nouveau tunnel qui semblait lui-même déboucher sur un espace plus vaste, ne lui laissant que très peu de visibilité. Arrivée à l’embrasure naturelle, elle s’immobilisa. Leur avancée avait été relativement silencieuse, et si quelque-chose les attendait de l’autre côté, il n’avait sans doute pas pu les entendre, ni les voir. La cavité devant elles semblait bien plus spacieuse, et une faible lueur bleue parvenait de son plafond.

Lentement, elle fit passer la pointe de sa lance à travers l’embrasure et la fit jouer des deux côtés, rien. Se décidant à y passer la tête elle scruta le contour des parois et l’ensemble de la salle. Elle mesurait une dizaine de pas de diamètres et son plafond, en son endroit le plus haut, se situait à deux têtes au dessus de la sienne. La lueur bleutée qui s’en dégageait semblait être émise par des agrégats de ce qui pouvait aussi bien être de la mousse que de la roche. Au fond à gauche de l’endroit ou elles se trouvaient, la paroi était crevée d’un nouvel éboulement qui donnait sur un coude abrupt. Le sol de la pièce quand à lui était étrangement plat, comme si de l’eau s’y était trouvée pendant un long moment. En son centre, une flaque de deux pas de large reflétait la lueur du plafond.
Les deux femmes s’avancèrent silencieusement. Okha ne cessait de scruter le trou dans la paroi en face d’elles. Mais, alors qu’elle s’en approchaient, son œil fut attiré par un mouvement à l’intérieur de la flaque.

- Hiss ! Regarde !

Elle avait murmuré aussi fort qu’elle avait pu. Jetant un dernier regard à l’autre accès, elle se pencha au dessus de l’eau. Un long corps blanc au membres courts et aux yeux noirs y évoluait. Cette flaque semblait davantage être un puits puisque, parfois, l’étrange animal s'y enfonçait pour disparaître même à la vue de la Racine pour soudain réapparaître, sa bouche esquissant un étrange sourire figé.
Oubliant toute forme de prudence, Okha posa sa lance et s’assit à même le sol, fascinée par les mouvements harmonieux de l’axolotl. Quel lieu incroyable ! Tout était si calme, et apaisant face au tumulte de la surface ! Les larmes lui montèrent aux yeux. Elles passèrent ainsi quelques instants à contempler l’animal et ce n’est que plus tard, relevant enfin la tête, qu’Okha aperçu l’homme.

De toute évidence il provenait du coude à leur gauche. Il se tenait devant son ouverture, la bouche entrouverte. De toute évidence il les avait entendues. Dans sa main il tenait un gourdin de bois court. Ses yeux étaient quand à eux perdu dans le vide, au dessus d’elles. De toute évidence il ne les voyait pas.

- Vous venez du dehors ?


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Ven 28 Juil 2017 - 15:25

La blonde se tenait toujours contre la paroi rocheuse, mais s'était retournée en entendant la voix basse d'Okha. Elle tentait de percevoir l'endroit exact ou elle se tenait, mais elle abandonna vite : ses yeux n'étaient décidément pas faits pour l'obscurité. Lorsqu'elle entendit Okha se réceptionner à deux pas d'elle, puis senti sa main attraper la sienne, elle se calma instantanément.

« Essayons de faire moins de bruit, on est clairement pas avantagées ici. »

Hiss hocha la tête, se trouvant soudain bien débile. Si d'autres humains traînaient dans les parages, ils les avaient entendues à coup sûr. Elle se mordit la lèvre de honte, avant de repenser à ce qu'elle pensait avoir vu. Elle mit des petites tapes sur l'épaule de la racine, puis lui indiqua dans un geste l'endroit ou elle avait perçu du mouvement. Après un court échange, Okha lui déposa une pierre dans les mains. La remarque qui accompagna le geste fit sourire Hiss, et elle s’évertua à hocher la tête.

Lorsqu'elles entrèrent dans une espèce de salle étrange, après que la racine eut vérifié que rien n'allait leur sauter dessus, la blonde éprouva un sentiment très étrange. Elle distinguait vaguement les contours de la roche autour d'elle, grâce à la percée de lumière provenant du plafond. Ses yeux noirs étaient rassérénés par cette lumière bienvenue, mais en demandaient plus. Plus les secondes passaient, plus la cime se rendait compte d'à quel point son corps voulait fuir ces éléments indisposant et tranchants. Les arbres, le ciel, les Montagnes, l'herbe sèche, le vent, tout ça lui manquait affreusement. Elle déglutit et sursauta lorsque Okha l'interpella.

« Hiss ! Regarde ! »

La blonde s'approcha et contempla avec son amie le drôle de bestiau qui barbotait dans sa flaque. Elle n'avait jamais rien vu de semblable, et trouvait l'animal assez étrange. Comment faisait-il pour vivre loin de toute vie ? Alors qu'il continuait de danser dans l'eau, Hiss le plaignait. Ils auraient pu se ressembler, elle à la peau si pâle et aux billes noires dans ses orbites. Mais contrairement à lui, elle venait des Montagnes, de la neige. Le soleil blanchissait ses cheveux et réchauffait son sang, tandis que lui stagnait dans une minuscule mare enterrée dans les profondeurs et l'obscurité de la terre.

Hiss se détourna, la gorge sèche, pour inspecter un peu plus l'endroit ou elles avaient atterri. Elle entendit Okha s'asseoir dans son dos, obnubilée par la drôle de scène du triton fantôme, tandis qu'elle s'approchait du goulet d'où elles venaient. Avec peine, la blonde tenta de se souvenir de ce qu'elles avaient parcouru avant sa chute, en vain. Mais il n'y avait rien de compliqué pour retrouver la sortie, il suffirait de grimper par le trou et de rebrousser chemin. A moins que la Terre se mette à bouger, elles n'étaient pas coincées ici bas.

Cette constatation rassura la cime, enserrée dans son mal des souterrains. Elle repensa à Staz, et se demanda si il appréciait les profondeurs de la Terre, ou bien s'en défiait. Staz aimait l'eau, le soleil, n'aimait pas la neige. Elle s'imagina son sourire triste et ses regards plein d'émotions, puis soupira. Il lui manquait.
Elle revint vers le centre de la salle, vers Okha et son compagnon blanchâtre, pour s'apercevoir que quelque chose n'allait pas. La racine semblait crispée, le regard vers l'autre côté de la caverne, braqué sur l'inconnu qui leur faisait désormais face, l'oeil vide et la main armée d'un gourdin. Hiss sentit un frisson glacé passer le long de son échine, tendit que ses muscles se crispaient d'un coup.

« Vous venez du dehors ? »

Cette question, dite sur un ton assez calme mais dénotant une certaine appréhension, ne la rassura pas spécialement. C'était cet homme qu'elle avait entendu depuis leur grotte, la haut ? Hiss tenta de percevoir quelqu'un d'autre à ses côtés, mais elle peinait déjà à déligner correctement ses traits. Il semblait trapu, de taille moyenne. Ses yeux la perturbaient, même si elle ne pouvait pas vraiment les distinguer, elle voyait bien qu'ils ne les fixaient pas.

« Oui... »

« Que venez vous faire ici ? »

Il avait avancé d'un pas, et la blonde se morigéna de ne pas avoir pris sa lance. La pierre épaisse, au creux de sa paume, lui semblait peu ou prou inutile. Et ce type ne la rassurait pas le moins du monde. Avec qui parlait-il, ce matin? Il y avait deux solutions : soit il était timbré et discutait tout seul au fond des galeries, soit ils étaient plusieurs et Okha et elle risquaient gros. Elle jeta un œil vers l'endroit d'où elles étaient apparues, tentant d'y percevoir un mouvement, mais tout semblait figé, comme à leur arrivée.

Il avança encore d'un pas, son regard toujours perdu au dessus de leur têtes.

« Nous cherchons quelqu'un, un ami. Tu es seul ici ? »

Hiss avait le poing serré sur sa pierre, les muscles bandés, s'attendant à tout. L'homme sembla la fixer pendant un moment, puis émit un léger grognement.

« Elle demande si je suis seul. Tu te souviens, toi, de quand tu l'étais ? »

Hiss eut un long frisson, qui fit trembler sa main. La voix de l'homme était râpeuse et son intonation étrange. La blonde ne savait pas si il avait parlé pour lui, s'il s'adressait à elle, où bien à quelqu'un d'autre. Puis tout d'un coup, une forme s'avança derrière lui, tout en restant dans l'ombre de la galerie d'où elle venait. Une voix profonde s'en dégagea, harmonieuse et basse, vibrante sans s'être élevée avec force. Hiss en eut la gorge serrée, et mit un temps à interpréter le sens de la phrase en elle même.

« Personne ne s'en souvient jamais. »

HRP:
 


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 300

Jeu 3 Aoû 2017 - 17:56

L'ombre des profondeurs pourrait cacher des secrets lugubres. Quelque part, enfouis dans la terre, deux groupes d'hommes se jugent. Ceux qui ont l'habitude des entrailles du monde, pourraient, peut-être, suggérer aux autres certaines règles qui règnent ici-bas.

1 - 2 : Quatre de trèfle.
3 - 7 : Quatre de carreau.
8 - 15 : Quatre de cœur.
16 - 19 : Quatre de pique.
20 : Trois de trèfle.

***

Le quatre de pique gagne la pénombre.

La voix profonde qui venait de leur parler, sans hausser de ton, avec le même calme, suggéra :

- Elles ne doivent pas rester ici. Elles sont proches de l'amas d'ombre.

Et ses yeux portaient sur l'ouverture d'où les femmes venaient, avant d'entrer dans la pièce bleutée.
Si quelqu'un s'aventurait, pour revenir sur leur pas, et tournait à droite pour s'engouffrer dans une pièce qu'ils avaient ignoré sur leur passage, il pourrait percevoir - s'il avait les yeux suffisamment habitués à la noirceur des lieux - une large forme sombre immobile en son centre.
La chose aurait un air menaçant, presque terrifiant, et ne donnerait pas envie de s'en approcher davantage. Certains membres sortiraient de cette boule sombre, et quelques détails pourront attirer l'attention d'un homme qui s'en approcherait davantage - nous ne décrirons pas ces détails ici. Elle ne bougerait pas d'un pouce, et pourrait donner la sensation de se nourrir de l'ombre qui l'enveloppait.  

- Oui. Nous n'allons pas là-bas. Je vous conseille de vous en écarter. demanda l'homme au gourdin, sans paraître réellement comprendre le sens de cette demande.

Parce qu'en effet, si les deux hommes paraissaient se méfier de la forme inquiétante, immobile dans la pénombre, aucun des deux n'avaient de véritable explication rationnelle quant à la raison de cette méfiance instinctive. Ils ne voulaient pas s'approcher davantage dans la pièce bleue, ça, ils en étaient certains.

Reste aux voyageuses le loisir de juger de la pertinence de ce conseil.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 300

Jeu 3 Aoû 2017 - 17:56

Le membre 'Sort' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd20' :

Résultat : 19
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Dim 13 Aoû 2017 - 16:47

Okha mit un certain temps à percevoir le visage d’où sortait cette voix grave. Plissant les yeux, elle finit par en deviner les traits, quelques centimètres au dessus de l’épaule du premier arrivant. C’était une racine, comme elle. Mais ses traits étaient étranges. Son visage ovale était fendu d’une large bouche aux lèvres charnues, surmonté d’un nez large. En dessous de son front proéminent, deux yeux entièrement noirs se posaient successivement sur elles, puis sur l’endroit d’où elle venait dans une danse hypnotique.

Se relevant précautionneusement, Okha jeta un regard au trou d’ombre d’où elles étaient sorties, Hiss l’imita.

- L’amas d’ombre ? Qu’est-ce que c’est, un monstre ?

Sa voix était plus ténue. Elle n’osait pas encore s’approcher des deux autres humains.

- C’est lui qui t’as rendue aveugle ?


Ce n’était sans doute pas le cas, mais la question pousserait peut-être les deux inconnus à davantage se révéler.

- Oh, non.


La racine ne remarqua qu’à cet instant l’aspect grêlé de la peau du premier arrivant. Des brûlures peut-être ?

- Vous disiez chercher quelqu’un…

Okha se tourna vers Hiss. Celle-ci, soucieuse, tentait de mieux discerner les deux inconnus, une lueur d’espoir au fond des yeux.

- Oui. Un homme, plutôt mince, un peu comme lui. Mais il a les cheveux plus clairs. Nous avons perdu sa trace depuis hier soir.

- Vous le chassiez ?


- Non, non c’est un ami.

L’autre racine hocha la tête et s’avança davantage dans la lumière. Elle était plus petite qu’Okha et doté d’une constitution plus nerveuse. Son dos était voûté et ses deux mains étaient jointes devant son abdomen, comme si elle tentait d’empêcher quelque-chose d’en sortir.

- Cela fait un certain temps que je n’ai pas vu d’inconnu s’aventurer dans la Maison du Silence.


- Je n’ai rien entendu non plus.


- Mais si votre « ami » est arrivé par le même endroit que vous, peut-être que l’amas d’ombre l’a emporté.

Okha chercha l’épaule d’Hiss et la serra. Elle n’osait pas regarder dans sa direction mais elle se doutait de la détresse qui devait envahir le cœur de la Cime.

- Vous êtes seuls ici ? Vous n’auriez pas des compagnons qui auraient pu l’apercevoir ?


Un silence méfiant suivit la question de la Racine. Puis l’aveugle se pencha à l’oreille de la racine à l’étrange visage. Après un bref conciliabule, la voix grave retentit de nouveau dans la pièce.

- Ce n’est pas impossible. Si vos intentions sont pures, nous vous mènerons à eux. Mais ne gardez pas trop d’espoir. Il n’est que peu de chose qui n’arrive rapidement à mes oreilles ici.


Okha se tourna cette fois-ci vers Hiss.

- Tu veux les suivre ? Ou tu préfère qu’on jette un œil à cette chose pour voir si elle a quelque-chose à voir avec Staz ?


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Jeu 31 Aoû 2017 - 22:20

La blonde tressailli de plus belle en voyant la femme s'avancer un peu. Elle ne saisissait pas bien les traits de son visage, et le peu qu'elle en voyait dans l'obscurité ne la rassurait pas. Cependant, elle ne bougea pas d'un poil et écouta attentivement l'échange de paroles entre Okha et les deux autres. Cette histoire d'amas d'ombre ne lui plaisait pas du tout, et elle avait un espèce d'étrange pressentiment, comme une vague d'inquiétude apparemment justifiée. Plus les secondes s'écoulaient, plus elle ressentait le besoin de sortir de ces souterrains glauques et sombres pour sentir la lumière du jour sur sa peau pâle. Cependant, maintenant qu'elles étaient descendues et qu'elles pouvaient découvrir quelque chose qui pourraient les aider à trouver Staz – et même, les aider à comprendre des choses beaucoup plus complexes, mais Hiss ne saisit pas cette pensée au vol et elle s'enfuit en laissant une trace floue dans son esprit. Alors Hiss se concentra d'avantage sur les mots de leur interlocutrice, refluant sa claustrophobie du mieux qu'elle pouvait.

Lorsque la femme en revint à leur quête initiale, les yeux de la blonde s'agrandirent et sa bouche se pinça en une courte ligne. Elle ne dit rien, cependant, de peur de briser la potentielle réponse que pouvait leur donner la racine. Le regard d'Okha passa sur elle, et lorsque le verdict tomba, une pierre sembla faire de même au creux de l'estomac de la cime. Elle sentit la main de son amie lui serrer l'épaule, mais ne bougea pas plus. Les paroles qui suivirent ne l'atteignirent pas, son cerveau s'embarquant dans de grandes hypothèses étranges et improbables. Hiss eu envie de sortir immédiatement de la, de remonter vers la caverne, de sortir en trombe dans le bosquet et d'aller hurler le nom de Staz a plein poumons au creux des montagnes. Elle esquissa un pas en arrière, puis se ravisa lorsque Okha lui parla. Elle n'avait pas écouté, mais l'écho de sa voix perdurait dans sa tête, et elle recomposa la requête en quelques secondes. Les suivre ou aller jeter un œil à cette chose bizarre. Pendant un moment qui lui sembla durer éternellement, elle pesa le pour et le contre, puis répondit à mi-voix.

« On devrait aller voir... Mais sans s'attarder ni s'en approcher. Le but était de revenir vivantes. Staz n'est sûrement pas venu ici, mais peut-être... Peut-être qu'on pourrait profiter d'être là pour en savoir plus. »

Elle avait fini sa phrase dans un murmure, mais il lui semblait qu'elle avait hurlé tellement les sons s'amplifiaient dans le silence de la roche et de l'ombre. La femme avait levé son bras en direction de la ou elles venaient, et Hiss percevait une drôle d'expressions sur ses traits.

« L'amas d'ombre est là-bas. Mais vous ne devriez pas vous en approcher. »

La blonde jeta un regard vers l'entrée qu'Okha et elle avaient emprunté pour venir, puis se retourna vers la racine, avec un regard perplexe. Elle chercha un instant ses mots.

« Okha, peut-être qu'on pourrait regarder ça sur le retour. Nous passerons sûrement par ici pour retourner là-haut, non ? »

Sa question était pour les deux étrangers, et ce fut l'homme aveugle qui y répondit.

« Ce n'est pas le seul chemin, mais vous pourrez passer par ici, peut-être. »


Hiss hésita un moment, puis plongea ses yeux dans ceux de son acolyte. L'éclat de son regard dénotait dans l'obscurité, et elle y trouva un peu de courage. Elle hocha la tête, puis marcha vers les inconnus. Dans son dos, la racine la suivit.

L'étrange femme marchait devant, s'enfonçant sans hésitation à travers le dédale de galeries. Hiss suivait péniblement, ses pieds s'esquintant régulièrement contre le sol irrégulier, ses bras trop longs heurtant les parois des murs, sa tête raclant parfois contre la roche du plafond. La température n'était pas descendue mais l'humidité était désagréable. A certains endroits, de l'eau ruisselait le long de la pierre, dans un léger bruissement.

Alors que la blonde tentait de ne pas respirer trop fort et que sa peau était nimbée de sueur, elle rentra en plein dans le dos de l'homme devant elle, qui s'était arrêté sans prévenir. La femme aux yeux noirs s'était avancé au centre d'une salle spacieuse et éclairée de milliers de points minuscules, pendant du haut plafond et s’agglutinant à certains endroits. Hiss était bouche bée devant ce spectacle. Elle s'avança juste pour laisser passer Okha, tout en continuant de lever le nez vers cette drôle de lumière. Lorsque son regard redescendit vers le sol, elle constata qu'une petite mare se trouvait sur leur gauche, des filets d'eau glissant sur la pierre dans un clapotis faible. La voix grave retentit à nouveau, et la blonde se retourna vers sa propriétaire. Elle les regardait à présent avec la tête penchée, et la cime perçut tout d'un coup du mouvement. Des formes qu'elles perçut comme étant des êtres humains avaient bougés dans un recoin de la pièce.

« Les étoiles vous souhaitent la bienvenue. »

Et Hiss fut frappée par ce constat : au dessus d'eux, les faibles lueurs ressemblaient étrangement au vaste ciel de l'extérieur.


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Ven 1 Sep 2017 - 22:48

Okha eut une petite moue désolée en passant devant Hiss qui frottait encore son nez. Elle n’eut cependant pas le temps de s’apitoyer en découvrant le tableau scintillant qui se présentait au dessus de leurs têtes. Son esprit dans une embardée sauvage se mit à conjecturer sur sa nature… Minérale ?  Non, certains semblaient bouger.

- Les étoiles vous souhaitent la bienvenue.

Son coeur fit un bond. Étais-ce donc ça ? Avait-elle trouvé un premier Reflet ? Une porte vers ailleurs ? Vers l’extérieur de la vallée ? L’axolotl qu’elles avaient observé peu de temps auparavant lui revint à l’esprit. Il ne serait après tout pas illogique que l’on trouve les Reflets sous la vallée… Mais Serpe ne parlait-il pas d’une histoire de mérite ? De vision ?

La confusion d’Okha dû se lire sur son visage car, lorsqu’elle baissa les yeux, leur guide la fixait avec intérêt, la commissure de ses lèvres plissée en une grimace indéchiffrable.

- Peut-on y toucher ?

Elle sentait tout l’excitation transparaissant dans sa voix sans être capable de la contenir. L’étrange femme continua à la fixer un instant avant de se tourner elle aussi vers la voûte éclairée.

- Vous pourriez…

Son ton était laconique, elle s’avança un peu plus en avant, écartant ce qui semblait être une large creusée dans une matière poreuse. Okha ne vit les autres occupants de la salle et jura intérieurement contre son manque de concentration. Jetant un œil derrière elle pour s’assurer que la voie était toujours libre, elle s’avança à son tour dans la pièce, s’assurant que Hiss les suivait. La lueur bleue qui tombait sur la pièce devait lui permettre de voir suffisamment. La cime ne semblait cependant pas rassurée.

-… Mais ici, dans la Maison du Silence, il est parfois préférable de brider sa curiosité. Les choses viendront à vous, irrémédiablement, bonnes ou mauvaises. Et alors, mieux vaut se tenir prêt.

Le visage d’Okha rougit violemment dans l’obscurité. Évoquait-elle la facilité avec laquelle son acolyte, aveugle de surcroît, les avait surpris ? Son interlocutrice leva lentement le bras vers le plafond, fixant un point précis, allait-elle utiliser la magie ? Jusqu’ici, elle n’avait vu que Serpe et l’être noir capable de pouvoirs. Elle se fit l’amère réflexion que son Échoué et la racine partageait plus d’un point commun.
Quelque-chose frémit au dessus d’eux, puis l’un des points lumineux s’en détacha doucement avant de chuter vers le sol. Faisant un pas en avant leur guide referma ses longs doigts dessus puis leur fit doucement signe de s’approcher.
Dans le creux de sa paume se tenait une petite larve à la carapace durcie dans laquelle on devinait un insecte adulte en train de s’agiter. La chrysalide, presque aussi large que longue, était nimbé d’une aura bleutée.
Les silhouettes qui s’affairaient derrière la racine les avaient désormais rejoint. Alors qu’ils arrivaient à leur niveau, d’une démarche hésitante, Okha nota les même cicatrices sur le visage que celles du premier homme qu’elles avaient croisé. Ils étaient quatre en tout, dont au moins deux complètement aveugles.

- Que leur est-il arrivés ?

Comme vexée qu’elle ne s’intéresse pas davantage à sa démonstration, la racine eut une moue boudeuse.

- Ils sont nés hors de la Maison du Silence. Là ou la lumière crue assèche le cœur des hommes. Ceux-ci ont été punis par plus fort qu’eux. La vue leur a été ôtée lorsqu’ils ont refusé de se plier à la colère des hommes, et on les a jetés ici-bas.


Un chuintement humide se fit entendre et la chrysalide se fendit lentement en son milieu. Toute l’attention de ceux qui étaient présent dans la salle semblait se porter sur la paume de la racine.

- Je les ai accueillis ici, là ou je suis née.


L’insecte s’était entièrement libéré et, après avoir brièvement agité ses longues ailes encore luisantes il s’envola en vrombissant pour disparaître dans le canevas de lueurs d’où il était tombé. Aussitôt, les habitants de la grotte jusqu’ici silencieux, se mirent à murmurer avec agitation, emplissant la salle d’un vacarme atone.

- Et… et pour Staz ?

Hiss avait parlé tout haut et, du même coup, interrompu l’étrange conciliabule pour ne laisser qu’un silence curieux planer au dessus de leurs têtes.


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Sam 2 Sep 2017 - 23:50

Les sons lui semblaient assourdissants, les voix résonnaient dans son crâne comme une lente avalanche. Le sens des mots lui avaient presque échappé, alors qu'elle concentrait toute son attention sur les gestes de la racine aux yeux noirs. Son cœur tambourinait sans raison apparente dans sa poitrine et elle se sentait mal, comme prise au piège de son propre corps. La présence des inconnus autour d'elle l'oppressait, et seuls les insectes lumineux et leur drôle de mouvements l'empêchait de sortir d'ici en courant. Elle n'avait pas peur, cependant. Elle ne comprenait pas ce que son corps essayait de lui dire. Confuse, elle revint à la motivation première de cette incursion dans cette galaxie souterraine.

« Et… et pour Staz ? »

Sa gorge était serrée et elle ne reconnu pas sa voix. Le silence se fit autour d'elle, aussi lourd qu'une chape de plomb. Elle connaissait déjà la réponse, et le tumulte de son propre corps lui torturait la cervelle.

Des murmures s'élevèrent autour d'elle, et malgré leur proximité, elle n'en comprit pas le sens. Ce fut lorsque leur guide se tourna vers elle, parlant de sa voix traînante, que Hiss trouva la force de faire taire ses pensées hurlantes.

« Nous n'avons vu aucun autre étranger que vous ces derniers temps. Si ton ami est venu ici bas, il a peut-être été happé par l'amas d'ombre. »

Elle se redressa lentement et fixa les constellations d'insectes.

« Si c'est le cas, tu ne peux plus rien pour lui. »

Hiss réprima un frisson douloureux et ferma les paupières. Les lueurs s'étaient imprimées sur ses paupières, formants d'étranges formes devant ses prunelles. Elle tremblait légèrement, et senti Okha près d'elle. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle perçut le mouvement avorté de la grande blonde. Elle s'était retenue de lui prendre l'épaule, comme un peu plus tôt, dans un geste de réconfort. Hiss lui en était reconnaissante, sentant que le moindre contact avec quoi que ce soit lui ferait perdre la tête.

« Hiss, il n'a pas dû venir ici. Ne t'inquiètes pas. »

Okha avait parlé doucement, et la cime hocha la tête en regardant ailleurs. Bien sûr, elle aurait voulu être convaincue pas ces paroles, mais une petite voix caquetante lui intimait le contraire, au creux de son esprit. Okha se retourna vers les autres, qui les observaient étrangement, murmurant quelques mots incompréhensibles de temps à autres. Hiss l'entendit parler mais ne se préoccupa pas du sens de ses mots. Elle fit quelques pas en direction de la mare, où se reflétaient les lumières des vers au dessus d'eux. Elle y plongea ses mains et but quelques gorgées. L'eau était glaciale, et après une hésitation, elle s'en aspergea le visage. Sa peau se tendit sous le froid et ses dents s'entrechoquèrent doucement, des tremblements agitant ses membres.

Sans vraiment y réfléchir, elle se releva et regarda dans la direction d'Okha et des autres. Personne ne semblait faire attention à elle, et Hiss ne fit rien pour leur rappeler sa présence. Apparemment, ils étaient absorbés par leur discussion. Elle marcha lentement vers l'entrée de la salle, et retourna sur ses pas. L'image de son Staz s'imposait dans sa tête, souriant, et cette vision lui était plutôt douloureuse. Le reverrait-elle un jour ?
Le temps semblait complètement différent ici bas. Hiss n'aurait su dire depuis combien de temps elles s'étaient enfoncées sous terre. Il lui semblait qu'une éternité s'était écoulée depuis son réveil dans la grotte.

Alors qu'elle retournait vers la grotte bleutée ou les résidents des souterrains les avaient découvertes, la cime refoula la pensée que s'aventurer seule dans ces galeries était probablement la chose la plus stupide à faire. Elle renifla en levant le menton d'un air de défi dont personne ne pouvait profiter. Après tout, elle s'en foutait. Il fallait qu'elle voit d'elle même cette chose faite d'ombre qui semblait si dangereuse aux yeux de ces illuminés terreux.

La percée de lumière, au dessus de la mare ou Okha avait observé l'axolotl évoluer, lui fit mal aux rétines. Elle s'arrêta un instant, jetant un regard derrière elle, plissant les yeux pour apercevoir quelque chose. Mais personne ne l'avait suivie. Du moins, elle ne voyait rien du tout et n'entendait pas plus. Alors, elle reprit le chemin qui menait vers le boyaux ou elle était tombée en arrivant, et une étrange sensation naquit en elle. Son malaise s'était nettement accentué, alors qu'elle passait devant une zone plus obscure. Un frisson parcouru son échine, et elle se pencha pour tenter de trouver une pierre telle qu'Okha lui avait mis dans la main, et qu'elle avait bêtement laissé quelque part sous les étoiles. Faisant quelques pas en arrière, elle trouva la forme froide et rassurante d'une pierre grosse comme son poing.

Puis elle s'engouffra, non sans appréhension, dans le boyau noir comme le néant.


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 300

Dim 3 Sep 2017 - 11:41

Bruit de succion. Grondement lent et terriblement grave. Bruit de succion. Râle rauque.
Son qui ressemblerait à un claquement de langue, s'il n'était pas aussi grave. Répétition de ce son trois fois.

Hiss s'approchait d'une forme noire écrasée en boule sur elle-même.. Malgré le manque de luminosité, elle put en voir la silhouette et quelques détails. L'ensemble devait faire deux pas de large, de haut et de profondeur, avec la forme d'une sphère très irrégulière et dégoulinant au sol. Placé sur un côté de la chose, un large et long bras noir pendait au sol, la main était armée de longues griffes qui ne bougeaient pas en restant tournées vers le plafond.
Un deuxième bras du même type, un peu moins long et moins large à son extrémité - mais d'une même largeur à sa base - se tenait sur le dessus de la boule, replié sur lui-même.

Bruit de succion. Son presque imperceptible du vent qui s'engouffre dans une caverne. Râle.

Un bout de jambe - plutôt le mollet -, muni d'un vague pied, sortait mollement du bas de la créature étrange. Quelque part sur son côté, une longue plaie s'ouvrait et se refermait. On pouvait distinguer, à l'intérieur de cette ouverture, de grandes dents noires en bataille, qui ne cessaient de dégouliner d'une bave immonde. Aussi, créant une imperfection notable à la sphère écrasée, une petite queue - qui ressemblait à l'arrière d'une larve gigantesque - s'écoulait quelque part entre le côté et l'arrière de la boule.

Son qui ressemblerait à un claquement de langue, s'il n'était pas aussi long. Répétition de ce son cinq fois.

Si Hiss tournait autour de l'être, dans ce qu'elle prendrait pour son dos, elle pourrait distinguer un visage blanc comme celles de toutes les monstruosités.
Une exception, ce visage avait les yeux fermés et la bouche droite, il ne parlait pas.

Partout, si on avait assez de lumière, on aurait vu l'ombre se déposer sur la boule. Comme si elle se fondait en elle.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Dim 3 Sep 2017 - 22:36

- Et ils continueront à briller même une fois à la surface?

- Comme tout ceux qui vivent ici bas, ils n'aiment pas l'excès de lumière, aussi gardez les dans l'obscurité.

Okha regardait le morceau de calcaire luisant d'humidité avec un air dubitatif. Dans une de ses cavités, plusieurs vers s'agglutinaient, engoncés dans un membrane en train de se déchirer.

- Je doute en revanche qu'ils reviennent nidifier à la surface. Mais vous pourrez revenir, peut-être avec l'une de ces peaux que vous portez, ou de la nourriture. Rappelez-vous seulement que dans le noir, nos yeux sont nos oreilles.


La fin de la phrase sonnait comme une menace, mais Okha n'ent tint pas rigueur à la racine aux yeux noirs. Elle se tourna vers Hiss pour lui montrer le cadeau que l'on leur offrait, mais ne rencontra que le vide. Se redressant d'un coup elle regarda dans l'ensemble de la grotte, cherchant la silhouette de la Cime.

- Ou est-elle partie?

- Par-là. Elle est allée voir l'amas d'ombre. Elle sentait la peur.

La voix éraillée, presque atonale fit grincer les dents de la racine. C'était l'une des aveugles qui avait parlé. Elle ne devait pas être habituée à s'exprimer autrement qu'en chuchotant. La racine ne prit pas la peine de lui répondre et, la lance au poing sortit de la salle.
Elle se trompa une fois de chemin ce qui termina de transformer son inquiétude en stress. Elle détestait l'idée que Hiss se promène désarmée et moralement vulnérable dans ces souterrains. Sans parler de l'accueil que ses amis lui réservaient si elle remontait sans elle, ou avec son cadavre.
Deux des aveugles la suivait à une distance raisonnable. Frôlant les parois de leur doigts, ils évoluaient avec une certaine aisance le long des couloirs de roche. Alors qu'elle débouchait dans la salle au puy, elle sentit enfin l'odeur de sa camarade, elle ne devait plus être loin. Ceux qui la suivaient s'immobilisèrent sur le seuil. Assurant sa prise sur sa lance, elle s'enfonça à son tour dans l'obscurité.

Face à elle se trouvait la dépression d'où elles étaient descendues, aucun signe de Hiss. Pourtant elle était passée par là, elle en était certaine. Okha parvenait difficilement à calmer son cœur désormais. Inspirant profondément, elle finit par apercevoir l'ouverture devant laquelle elle venait de repasser. Il semblait y faire étrangement plus sombre et les yeux de la racine se plissèrent.
Puis le dos fin de sa camarade lui apparut, immobile.

- Hiss? Tu le vois?

Mais elle n'eut pas besoin de sa réponse. Lentement, la pointe de son arme descendit pour former une droite ligne avec ses épaules. Cherchant ses appuis elle avança doucement jusqu'au niveau de Hiss qui lui jeta un regard. Elle semblait consciente, bien.
L'être qui leur faisait face semblait bien trop familier pour ne pas lui rappeler de douloureux souvenirs. Un peu trop proches. Et pourtant elle se sentait étrangement calme. Comme face à une douleur familière.

- Ca ressemble beaucoup à la chose qui nous a attaqué dans les montagnes, en moins... mobile... ou conscient... Dans tout les cas je ne pense pas que ce soit une bonne idée de l'attaquer.

Hiss semblait ne l'écouter qu'à moitié, comme si elle essayait de percer l'étrange être de son regard. Pour essayer d'y trouver Staz, peut-être.

- Qu'est-ce qu'on fait?


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Dim 3 Sep 2017 - 23:27

Elle sentit la présence d'Okha avant de l'entendre. L'obscurité semblait absorber les sons, ou bien était-ce ce drôle de sentiment qui s'écoulait au creux de ses os. La blonde lança un regard à sa partenaire avant de se remettre à contempler le monstre noir qui semblait dormir devant elles. Mis à part les guetteurs, elle n'avait jamais vu d'autre choses du genre. Mais cette bestiole était de la même espèce, ça ne faisait aucun doute. Elle réfléchit un moment à la question d'Okha, fronçant les sourcils.
Comme l'avait assuré la racine, l'attaquer serait sûrement la pire chose à faire. Elles n'étaient pas de taille contre un monstre pareil. Et puis, à quoi bon? Hiss observait chacune de ses formes pour se rassurer : rien ne laissait envisager que Staz avait pu être englouti par cette créature.

« Je ne sais pas. Les aveugles ont raison d'en avoir peur, mais on dirait qu'il... Hiberne. J'ai jamais vu un truc pareil. Il me dégoûte... »

Elle avait murmuré, sa dernière phrase était prononcée plus pour elle que pour la racine. Son aversion semblait être partagée.
Hiss se remémora le ton de la femme aux yeux noirs, comme si elle se délectait d'en parler. En tout cas, elle avait semblé aussi fascinée qu'apeurée. La blonde cependant ne lui faisait pas confiance. Elle avait du mal à dire pourquoi, mais ces gens et leur cécité prématurée ne lui disait rien de bon. Elle grimaça en pensant à leur proximité avec leur grotte, en haut. Peut-être les avaient ils espionnés, avant qu'elles ne descendent toutes les deux dans les souterrains.

Tout d'un coup, le malaise de la cime remonta d'un cran, et elle se détourna à grand pas vers la pièce faiblement éclairée. La lumière, si faible soit-elle, lui semblait incroyablement claire et salvatrice. Un mouvement à sa droite lui indiqua que Okha n'était pas revenue seule. Deux silhouettes se tenaient dans l'ombre, la tête penchée, les doigts caressants la roche autour d'eux. Leur lèvres remuaient, et un pâle chuchotement fit comprendre à Hiss qu'ils conversaient encore sans qu'elle ne saisisse leurs paroles.

« ...ne savent rien... »
« ...le mieux... »
« ...Elle nous écoute. »


La blonde se crispa, tandis qu'une des silhouettes sombre – elle n'arrivait pas à distinguer leurs traits – semblait la fixer. La sensation qu'il en résultait était particulièrement dérangeante, et les voir immobiles et silencieux, comme tendant l'oreille vers ses pensées, lui donna un accès de terreur. Pendant un instant, elle imagina que c'était des guetteurs, un soupçon d'humanité en prime.

« Je ne comprend rien à ce que vous racontez. Et puis, on va partir d'ici, alors... »

Alors que sa phrase se terminait dans un souffle, les deux aveugles disparurent en silence dans le souterrain qui menait à leur plafond étoilé. Leur départ brusque interloqua Hiss, qui se retourna vers Okha pour lui lancer un regard interrogateur. Du côté de la bestiole, rien n'avait bougé. Sa gorge se serra mais elle arriva à articuler quelques mots, non sans peine.

« Il faut qu'on remonte, ou je vais devenir folle. »


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Mar 12 Sep 2017 - 21:07

Bien sûr. C’était le mieux à faire. Okha se détourna de la créature pour hocher la tête en direction de Hiss. Ce devait être dur pour elle qui n’y voyait pas dans le noir et la racine se morigéna de ne pas avoir fait plus attention à la Cime pour qui l’expérience semblait évidemment éprouvante.

Elles repartirent récupérer l’étrange lampe chez les habitants de la grotte étoilée ou un étrange silence les accueillit. La racine tenta d’extirper davantage d’informations quand au monstre, sans grand succès.

- Nous n’approchons pas de l’amas d’ombre. Au vu de ce que vous nous décrivez, peut-être était-il plus petit il y a quelques jours… c’est une folie que de vous en êtes autant approchées. Estimez-vous chanceuses d’en être revenues. Vous devriez partir maintenant.


Les mots de la femme à l’étrange visage résonnaient encore dans sa tête alors qu’elles sortaient de leur antre, accompagné des murmures de sa troupe d’aveugles. Elle avait ajouté quelque-chose, juste avant leur départ. A propos d’un homme chauve, aux yeux gris, dangereux. Il vivrait dans les montagnes à l’est, accompagné d’une femme aux cheveux noirs et d’un simplet composant des vers à longueur de journée. Val. Un nom qui évoquait douceur et calme ; les aveugles avaient cessés leurs murmures à son évocation. Okha repensa aux hommes qui les avaient attaqués elle et Serpe, il y a plusieurs jours de cela, étaient-ils aussi fous qu’eux ? Au point de brûler les yeux de ceux qui leur désobéissaient ? Mais dans ce cas que penser de ceux des Cavernes Rauques ? Son dégoût de leur hargne égoïste se mêlait d’admiration pour leur volonté de survivre, envers et contre tout, dans le cœur de la racine.

Ce bruit de claquement de langue. Perdue dans ses pensée, la racine était arrivée à l’embranchement  sans s’en apercevoir. Hiss parvint à son niveau mais elle ne s’en aperçut pas. Malgré elle, quelque-chose la fascinait dans cette obscurité. Le désir de s’y confronter peut-être, d’arriver à voir au-delà. Okha jeta un œil à la lampe vivante qu’elle tenait dans le creux de sa main. En son centre, un insecte à l’abdomen luminescent s’extrayait déjà de sa chrysalide. Avec hésitation, elle s’avança de quelques pas dans le couloir.

- Qu’est-ce que tu fais ?

La voix angoissée de la Cime la fit frémir.

- Je veux juste… essayer quelque-chose.

Méticuleusement, elle posa le nid au sol puis, sans lâcher sa lance, elle souleva le corps ailé de la luciole du bout des doigts. Récalcitrant, le petit être se jucha sur le haut de son auriculaire en polissant ses ailes à l’aide de ses pattes encore luisantes. Okha attendit un peu. Puis, doucement, elle se mit à souffler sur la luciole. Celle-ci s’agrippa à son doigt avant de céder et de prendre son envol, corps lumineux dont la trajectoire hésitante s’approchait du fond du couloir, et de la chose qui y résidait.


She-kills-she-loves-she-kills
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 300

Mer 13 Sep 2017 - 23:18

Lorsque l'insecte lumineux s'approcha de la masse sombre, la lueur qu'il émettait sembla s'affaiblir. La luciole ne pénétrait pas dans une brume quelconque, elle n'était ni voilée ni masquée, elle était toujours bien visible : mais la lumière diminuait, elle paraissait s'effacer toute seule, perdre en puissance.
Elle éclairait le sol de roche, les parois légèrement humides, la pierre et la terre, tout autour de la chose sombre. Elle éclairait les aspérités des formations rocheuses, les petites plantes qui poussaient ça et là, elle éclairait - très faiblement - tout ce qui entourait "l'amas d'ombre".

Mais elle n'éclairait pas cette chose.

La chose sombre n'était pas éclairée. Elle demeurait dans le noir profond, et si on pouvait la remarquer ça n'était pas parce que la lumière se posait sur elle, mais parce que la lumière se posait sur tout sauf sur elle : si bien qu'on la devinait, en regardant là où la lumière n'allait pas.

Du point de vue de Hiss, d'ailleurs, la chose semblait plus clairement visible dans le noir complet que lorsqu'on essayait de l'éclairer. Avec la lumière émise par l'insecte, c'est comme si les yeux n'étaient pas suffisamment prêts à ne rien voir pour que l'on puisse voir les détails de l'amas étrange. Les rayons empêchaient davantage sa vue qu'ils ne la permettaient.

En regardant bien l'air qui stagnait au dessus et sur les côtés de la chose, on pouvait voir - ou plutôt ne pas voir, mais en déduire l'existence à travers ce que l'on voyait tout autour - des formes de volutes, courbes et rubans d'ombres qui tournaient lentement et venaient se déposer sur l'amas. Alors que dans le noir complet, la chose semblait parfaitement immobile, ici elle paraissait en mouvement perpétuel. Rien ne paraissait plus mouvant que cette chose grouillante de tentacules visibles et invisibles, se rabattant sur eux-mêmes en continu, empêchant la lumière de s'y diriger.
Okha
Membre
avatar
Messages : 84

Jour d'éveil : Jour 7
Race : Racine
Métier : Tisserande (2)
Groupe : Cavernes Rauques
Fiche de présentation :
Sam 16 Sep 2017 - 17:07

Malgré leurs inquiétudes initiales, les deux voyageuses n’eurent aucun mal à remonter jusqu’au trou par ou elles étaient descendues. Au retour d’Okha, Hiss ne lui avait pas adressé autre chose d’un regard exaspéré, teinté d’une angoisse grandissante, la racine avait de son côté gardé le silence. Elles auraient tout le temps de réfléchir sur ce qu’elles venaient de voir une fois revenues à la surface.
Retrouver leur chemin ne fut en revanche pas une mince affaire, et c’est avec peine qu’elles parvinrent jusqu’à l’éboulement provoqué par la Cime.

- Je ne sais pas si on arrivera à remonter par là.


Hiss ne lui répondit pas. La racine mesura son silence en hochant la tête. A un moment opportun, il serait peut-être de bon ton de s’excuser. Mais elle ne regrettait pas d’avoir pris ce risque. Elles étaient sauves et en savaient peut-être un peu plus sur cette chose qui résidait sous le campement des amis de la blonde.
Celle-ci avait d’ailleurs commencer à tenter d’escalader l’éboulis, à l’aveugle. Okha tenta de lui porter assistance sans grand succès, jusqu’à ce dans un léger grondement, une gerbe de poussière et de petits cailloux leur tombe sur le visage. Toussant tout en tentant de se protéger le visage, la racine releva les yeux pour rencontrer ceux d’Aël dont la tête dépassait de manière comique de la corniche qu’elles essayaient d’atteindre.

- Besoin d’aide ?


S’agrippant à ses bras robustes, Hiss la rejoignit rapidement. Okha eut plus de mal à se hisser jusqu’à elle, son poids faisant céder la roche friable. Quelques essais plus tard, elle réussi à saisir les bras des deux femmes qui, dans un grognement commun, parvinrent à la hisser à leur suite.

- Merci.


She-kills-she-loves-she-kills
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 137

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Mar 26 Sep 2017 - 22:34

Le cœur de Hiss s'était sensiblement serré en entendant la voix d'Aël. Pour la première fois depuis une éternité, elle sourit. Dans l'obscurité, elle n'arrivait pas à bien percevoir les traits de son amie, mais son imagination tournait à plein régime. Et, lorsque Okha les eut rejoint, après plusieurs tentatives, le corps de la cime se détendit sensiblement. Elle marcha en tête de file, sans prononcer un mot, ses longues jambes tentant de la distancer le plus rapidement possible de ces galeries souterraines si sordides. Lorsqu'elle escalada l'étroit boyau menant à leur grotte, son cœur se serra encore un peu plus. Les yeux plissés par la lumière soudaine, elle se rua vers l'extérieur, sans un regard pour quiconque, et alla se nicher dans l'arbre qu'elle avait longuement observé les jours précédents, sans oser y grimper en premier lieu, à cause de l'état pitoyable de son Staz, puis l'oubliant complètement par la suite, préoccupée par la disparition de ce dernier.

L'écorce lui écorchait tendrement les paumes et les genoux tandis qu'elle se hissait sur une branche assez épaisse pour qu'elle puisse s'y asseoir confortablement. Et enfin, ses muscles se détendirent, ses poumons expirèrent tout l'air lourd qu'elle avait aspiré par petits a coups durant toute leur traversée souterraine, et ses pupilles se fichèrent dans le ciel terne qui lui avait tant manqué. Les milliers de bruissements de vie aux alentours la réconfortèrent, et même le froid de la brise la rassura.

Dans sa tête tournait encore ces étranges visions, qui désormais semblaient sorties tout droit d'un cauchemar, entre le peuple aveugle et l'Ombre terrifiante. Son esprit était chamboulé. Son estomac se tordit en réalisant que leur voyage au creux de la Terre n'avait pas servi à grand chose, à part lui apprendre qu'elle ne supportait pas rester dans des endroits confinés trop longtemps. Qu'elle détestait les souterrains et leur noirceur, leur silence. Elle s'était éveillée au creux du ciel, dans les hauteurs des montagnes, couverte d'un manteau de neige semblable aux nuages qui passaient parfois au dessus de sa tête. Les souterrains l'angoissaient.

Et Staz n'était pas là-dessous. Staz avait disparu. Elle ne voulait pas croire qu'il soit mort, c'était impossible. Mais ou pouvait-il bien se trouver, s'il était en vie ? A ces pensées, Hiss sentit sa gorge se serrer douloureusement et les larmes couler sur ses joues, créant des sillons dans la poussière qui les maculait.

Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.

C'était comme un murmure dans son crâne, à peine audible, qui se répéta quelques fois. La bizarrerie de cette hallucination ne l'interpella pas, mais le sens de cette litanie fit redoubler sa peine. Ces mots prenaient un sens étrange maintenant. Ils pesaient lourd. Elle resta longtemps ainsi à pleurer, ses yeux perdus dans l'immensité du ciel, ses épaules sursautant à chaque sanglot.



Alors qu'elle redescendait de son perchoir, la blonde avait complètement perdu la notion du temps. Elle avait froid maintenant, et selon ses observations, il ne devait pas être très tard. La journée était bien entamée, mais le jour durerait encore quelques heures. Du moins, c'est ce qu'elle pensait.
Un instant, elle se balança sur la pointe des pieds, à l'entrée de la grotte. Hiss hésita, puis finalement, alla s'asseoir près d'Halya. Tout le monde s'était tu à son apparition, et ce fut la grande brune qui cassa le silence, avec une petite voix qui se voulait rassurante.

« Ça va aller, Hiss. Okha nous a raconté ce que vous avez vu. Mais ça va aller. »

La cime ne savait pas exactement de quoi Halya voulait parler en disant que ça allait aller, mais elle hocha doucement la tête. Ils étaient tous assis en cercle autour de la roche pleine d'insectes luminescents, et la blonde se sentit un peu honteuse. La brune lui prit l'épaule doucement, puis passa sa main dans son dos, en un geste de consolation. Hiss frissonna mais se laissa faire, ce contact la réconfortant. Ses yeux croisèrent ceux d'Okha, toujours imperturbable, et elle soupira longuement, recroquevillée sur elle-même, le menton sur les genoux.

« Il n'a pas le droit d'être mort. »


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum