AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Errance et première rencontre [J20 | Anselys & Cirilla | Important]
AuteurMessage
Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Mar 13 Juin 2017 - 15:20

J20 | Anselys & Cirilla
Errance et première rencontre


Cela faisait à peine une heure que le soleil de ce nouveau jour s’était levé. Anselys n’avait plus rien à manger, et même si la nuit passée dans le refuge sommaire que lui avait fourni l’étrange cavité qu’elle venait de quitter l’avait libérée de ses peurs et de la sensation de froid qu’elle avait ressenti la veille, elle était perdue. Bien qu’elle soit toujours complètement nue, la température plus clémente lui avait permis de récupérer un peu, mais les gerçures et les blessures qu’elle s’était infligées elle-même en tentant de se réchauffer ces deux derniers jours lui laissaient un corps meurtri et couvert de traces rouges qui donnaient un air surréel à sa peau et rendaient ses déplacements douleureux. Anselys se retourna et s’étonna du peu de distance qu’elle avait parcouru depuis son réveil. La cavité dans laquelle elle s’était abritée était encore bien visible et la forêt semblait toujours aussi proche. Au-dessus d’elle, le ciel nuageux laissait passer quelques rares rayons de soleil qui disparaissaient aussitôt et le vent frais qui s’était levé faisait parvenir à son oreille toutes sortes de sons nouveaux. Un sentiment de découragement envahit le coeur de la jeune fille.

Et puis il y eut ce bruit.

D’où venait-t-il ? Intriguée, la jeune Cime se releva avec une étonnante agilité et chercha autour d’elle un endroit d’où elle pourrait mieux observer les alentours. Une paroi rocheuse attira son attention et elle s’y hissa tant bien que mal afin de prendre de la hauteur. Lorsqu’elle atteignit son but, elle s’accroupit et scruta les environs de ses yeux perçants, mais tout semblait calme ; elle avait sûrement rêvé. Déçue, elle soupira longuement, s’assit lourdement au sol et entreprit de masser soigneusement ses pieds blessés. Une douleur lancinante l’obligea à rester immobile quelques instants, la mâchoire crispée, les yeux fixés dans le vide. Si le froid des jours précédents avait réussi à rendre la douleur supportable, elle se rendait compte à présent que ses pieds avaient réellement souffert et qu’il lui faudrait rapidement trouver une solution si elle voulait continuer d’avancer. Car sans eux, elle n’irait nulle part.

GOTHEIM | Never Utopia
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Mer 14 Juin 2017 - 21:18




princesses délavées d'un sordide conte de fées


Elle avait couru tellement longtemps pour espérer échapper à la bête, était-elle encore derrière elle ? Elle ne voulait pas se retourner pour le savoir, elle chuta violent en se prenant les pieds dans une branche, se fracassant le nez sur une pierre. Elle sentait le sang-froid couler sur son visage, sur ses lèvres. Elle se releva tenant son petit nez entre les doigts, murmurant des jurons de toute sorte, elle regarda sa main teintée d'écarlate, l'odeur et le goût cuivré du sang sur ses lèvres, elle soupira, regarda autour d'elle, pour être sûre que rien ne la suivait, puis elle s'assit sur le sol, cherchant comment nettoyer tout se sang. Cirilla finis par décider d'arracher une feuille de son habit de fortune, que lui avait fait son amie... Elle pressa la feuille contre son nez, pencha la tête en arrière, sans vraiment savoir si cela servait à quelque chose, elle attendit quelque minutes avant de se relever et jeter la feuille maintenant rouge. Son nez ne semblait plus couler, c'était une bonne chose, elle reprit le chemin... Elle ne savait plus, si elle devait aller à droite ou à gauche, elle savait juste qu'elle ne devait plus aller en arrière.

Cirilla récupéra sa branche bancale et fendue, et pris la direction qui était à sa droite, elle marcha quelque minute avant d’apercevoir quelque chose... Plutôt quelqu'un... Elle s'accroupit, et faisait le moins de bruit possible, elle s'avançait doucement, sur la pointe de ses pieds, elle était méfiante bien évidemment, elle avait vu un mec tuer son amie, tout ça pour trois bouts de racine misérable... Elle sera le poing et s'approcha du rocher sur lequel était... Cette femme aux cheveux flamboyants. La Cime était intriguée, mais il fallait qu'elle reste sombre et froide, plus question de devenir amie avec quelqu'un qui, peut-être, finira par mourir. Là était le sort funeste de tous les habitants de cet endroit carte, mais c'est difficile quand on apprécie alors que si c'est juste "quelqu'un", c'est juste quelque chose qui arrive. Cirilla s'était approchée assez près pour pouvoir bien voir cette fille, qui semblait en difficulté... C'était plus fort qu'elle, elle voulait l'aider, mais, c'était plus prudent de partir sans s'arrêter. La fille aux cheveux blancs soupira, décidant de changer de chemin, elle fit demi-tour, pensant prendre la route inverse. Elle fit quelque pas...

- Euh... Salut... As-tu... Besoin... D'aide ?

Finalement, elle avait fait demi-tour, cette jeune fille, elle ne pouvait pas la laisser comme ça, elle avait grimpé la paroi rocheuse, avec du mal, beaucoup de mal, elle avait même peut-être effrayé la demoiselle avec tout le boucan qu'elle avait pu faire. Elle avait fini par arriver en haut, essoufflé et en sueur, elle avait eu du mal a sortir ces quelque mot. Les mains sur les genoux, elle essayer tant bien que mal de reprendre son souffle. Elle ne s'attendait pas à ce que cette fille l'accueil les bras ouverts, une femme avec le visage plein de sang, ce n'est pas rassurant du tout, mais pour lui montrer qu'elle n'avait aucune mauvaise intention envers elle, elle posa sa lance tordue sur le sol, après avoir mis pas moins de cinq minutes pour reprendre sa respiration.



Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Ven 16 Juin 2017 - 16:13

J20 | Anselys & Cirilla


Toujours occupée à masser ses pieds endoloris, Anselys ne remarqua pas tout de suite l’étrange manège qui se déroulait non loin d’elle. La douleur devenait de plus en plus supportable et la jeune fille commençait à retrouver ses sensations perdues ; peut-être serait-elle en mesure de continuer à marcher encore quelques jours.

Alors qu’elle se demandait comment couvrir ses pieds meurtris, Anselys finit par sentir une présence, et des yeux qui l'observaient, tapis dans l’ombre ; puis elle aperçut une masse blanche se mouvoir légèrement, cachant partiellement ce qui lui sembla être un visage féminin. Faisait d’abord mine de n’avoir rien remarqué, elle passa sur la défensive, ses sens en alerte. Elle était partagée entre l’envie de fuir et la curiosité qu’elle ressentait. La dernière fois qu’elle s’était sentie observée, cela l’avait entraînée dans une rage folle qu’elle avait réussi à contrôler - elle ne savait toujours pas comment - mais serait-elle en mesure de s’arrêter cette fois-ci ? Cependant, le regard qu’elle sentait posé sur elle en cet instant ne semblait ni inquiétant, ni dangereux ; il semblait curieux et craintif, tout comme le sien. Et si c’était quelqu’un d’autre, quelqu’un comme elle ? Cela faisait déjà trois jours depuis son éveil dans cet endroit étrange, et elle n’avait encore croisé personne, au point de s’être demandé si elle n’était pas complètement seule.

Anselys réfléchissait à toute allure. Que faire ? Descendre, et essayer de débusquer l’inconnue ? Ou partir loin d’ici ? Ou encore ne rien faire, et voir l’évolution des choses ? Depuis qu’elle avait senti la présence, rien d’autre ne s’était produit, aussi s’était-elle mise à penser que celle qui l’observait n’avait rien de spécial contre elle. Plongée dans ses pensées, Anselys ne remarqua pas l’inconnue qui s’était approchée d’elle et sursauta violemment lorsque celle-ci lui adressa la parole.

- Euh... Salut... As-tu... Besoin... D'aide ?

La jeune Cime s’immobilisa. Devant elle se tenait une femme dont la beauté semblait sans pareille. Elle remarqua sa chevelure blanche et fut convaincue que c’était bien l’inconnue qui l’avait observée un peu plus tôt. Cette dernière avait déposé son arme à ses pieds, comme pour attester de sa bonne volonté, et Anselys se détendit légèrement, détaillant rapidement celle qui se tenait devant elle. Elle semblait épuisée et à bout de force, mais ses yeux perçants ne laissaient entrevoir aucune faiblesse.

- N’es-tu pas plutôt celle qui a besoin d’aide ?

L’inconnue semblait avoir vécu des choses bien pire encore que celles qu’elle avait connu seule dans la forêt, et son visage en sang témoignait d’un combat encore tout récent. Quelles atrocités abritait encore cet endroit ? Anselys se releva, ramassa la lance de son interlocutrice et la lui tendit de nouveau, comme pour attester de sa bonne volonté à elle. Réalisant soudainement qu’elle était toujours nue, elle s’étonna de ne pas s’en être préoccupé avant. A en juger par son apparence et son équipement, la jeune femme semblait connaître ce monde depuis plus longtemps qu’elle. Peut-être pourrait-elle lui apprendre certaines choses ?

- Puisque tu n’as pas encore essayé de me tuer, continua-t-elle, je suppose que ce n’était pas ton but. Qui es-tu ?

GOTHEIM | Never Utopia
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Lun 19 Juin 2017 - 21:20




princesses délavées d'un sordide conte de fées


Pour se donner l'air d'une femme froide et assez stricte s'était loupé, la jeune femme suffoquait devant la rouquine simplement après avoir grimpé une petite paroi rocheuse, Cirilla avait honte et de la peine pour elle-même. Voilà, elle devait faire pitié, les mains sur ses genoux, reprenant son souffle. Elle esquissa un sourire quand la jeune femme supposée que c'était plutôt Ciri qui avait besoin d'aide, si elle n'était pas en train de mourir, elle aurait rigolé... La Cime leva la main vers la jeune femme, reprenant le plus d'air possible et se redressa.

Elle arrivait enfin à respirer correctement, elle n'avait pas pensé que son corps la ferait autant souffrir après toutes ces journées et ces nuits tumultueuses qu'elle avait passées dans ce monde, son corps était mis à l'épreuve, son corps et son esprit, chaque jour qui passe était une nouvelle épreuve, un nouveau jour où il fallait difficilement survivre à une météo changeante et des créatures mortelles qui vous tombent dessus quand vous vous y attendais le moins. Un monde sans pitié. Cirilla sourit a la jeune femme, elle venait de saisir sa lance tordu et de lui tendre, c'est vrai que si elle avait voulu la tuer, son corps sans vie serait déjà étendu à ses pieds, enfin, peut-être pas, étant donné que sa gorge et ses poumons brûlait à chaque bouffée d'air qu'elle avaler, elle aurait eu un peu de mal mais, l'air inoffensif, elle aurait pu la tuer rapidement sans qu'elle se méfie de la femme qu'elle venait de rencontrer.

- J'ai eu une nuit agitée, mes poumons m'en peuvent plus ! Je suis Cirilla.
Annonça-t-elle en saisissant son arme de fortune.

-Ça doit faire, cinq... Non six jours que je suis ici, enfin, j'étais dans la montagne au début, ensuite, j'ai passé le reste du temps dans la forêt, je découvre cette partie du monde, pour voir ce qu'elle a à offrir.

Cirilla regardait au loin, il fallait avant tout, trouver de quoi manger et surtout un abri pour la nuit, elle avait ramassé quelques racines avant de sortir de la forêt, elle en saisit une attachée à une liane de sa tenue et la tendit à la jeune femme, autant essayer de s'en faire une alliée, a défaut d'une amie.

- C'est une racine, le goût n'est as terrible mais c'est assez nutritifs pour plusieurs heures, et elles sont facile a trouver, il y en a partout en forêt.

Cirilla croqua dans la sienne, s'habituant mal à ce goût de terre et cette texture un peu granuleuse.



Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Lun 26 Juin 2017 - 13:30

J20 | Anselys & Cirilla



Quelques minutes s’écoulèrent. La jeune femme aux cheveux blancs semblait lutter pour reprendre son souffle, et Anselys, bienveillante, ne laissa paraître aucun signe d’impatience. L’inconnue finit par attraper sa lance, se redressa légèrement, et se présenta enfin : Cirilla. Sa voix était de plus en plus posée, et elle expliqua d’un ton neutre que cela faisait plusieurs jours qu’elle errait, et qu’elle venait elle aussi de la montagne. “Ainsi, elle non plus n’a rien vu d’autre que la neige et les arbres…”, songea Anselys. Sa présentation terminée, la jeune fille sembla réfléchir un instant avant de tendre à sa nouvelle alliée une sorte de petite branche un peu plus épaisse que celle qui lui servait de bâton.

- C'est une racine, le goût n'est pas terrible mais c'est assez nutritif pour plusieurs heures, et elles sont facile à trouver, il y en a partout en forêt.


D’abord méfiante, Anselys observa Cirilla croquer dans la sienne avant d’oser y goûter à son tour. La texture granuleuse et le goût tout sauf appétissant lui arrachèrent une grimace, mais elle se força à tout avaler ; elle n’avait rien trouvé d’autre depuis les baies et son ventre criait famine. La racine terminée, elle remercia sa nouvelle compagne.

- Je viens aussi des montagnes, commença-t-elle. De là-haut.

Anselys se tourna vers les sommets enneigés derrière elles, et pointa du doigt l’horizon.

- Je ne savais pas trop où aller, alors je suis descendue, et j’ai fini par atterrir dans cette forêt, moi aussi. Mais je n’y ai pas trouvé grand chose...


Elle marqua une pause et prit un moment pour observer les blessures de Cirilla. Venait-elle de la neige, elle aussi ? Avait-elle ressenti ce qu'elle avait ressenti quelques nuits auparavant ? Ces choses l'avaient-elle observée elle aussi ? Avait-elle rencontré d'autres personnes comme elles ? Tant de questions s’imposaient à elle, mais elle préféra ne pas effrayer la jeune femme avec une curiosité trop poussée.

- Comment as-tu eu ces blessures ? Je n’ai rien croisé là-bas qui puisse faire cela à une femme... (elle marqua une nouvelle pause). Je continue par-là, continua-t-elle. Tu peux me raconter en chemin, si tu veux m'accompagner un peu.

GOTHEIM | Never Utopia
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Jeu 29 Juin 2017 - 11:04




princesses délavées d'un sordide conte de fées







Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Mer 12 Juil 2017 - 13:51

J20 | Anselys & Cirilla


Anselys écoutait attentivement le récit de la jeune femme. Plus elle en apprenait sur le passé de Cirilla, plus elle s’étonnait et s’inquiétait de la chance insolente qu’elle avait eu. Visiblement, les baies, la caverne et sa résistance particulière face au froid mordant des derniers jours étaient des choses qu’elle ne devrait certainement pas compter pour acquis si elle voulait rester en vie un peu plus longtemps. Perdue dans ses pensées, Anselys essayait tant bien que mal de s’imaginer les scènes que lui racontaient son interlocutrice ; son altercation avec un loup, puis cette créature inconnue… Peut-être était-elle du genre de celles dont Anselys avait senti le lourd regard peser sur elle un soir ? Mais elle n’avait pourtant rien vu. Une chose était sûre, cet endroit, quel qu’il soit, était tout sauf accueillant.
La jeune fille jeta un énième regard sur le corps meurtri de Cirilla, se demandant comment elle avait fait pour rester en vie jusque là, et elle se surprit à admirer le courage de sa nouvelle alliée. Elle repensa à l’une des nuits qu’elle avait passé depuis son éveil, cette fameuse nuit où tout s’était arrangé comme par magie, et se demanda si Cirilla avait déjà ressenti pareille chose, mais elle se ravisa. Elle ne connaissait pas l’origine de cette chaleur et de cette sécurité illusoire qu’elle avait ressenties et préféra attendre un peu avant d’exposer ses état-d’âmes ; si Cirilla avait tout l’air d’une jeune femme honnête, ses récits avaient poussé Anselys à être d’autant plus méfiante qu’elle ne l’était d’accoutumée.

- Au fait, tu ne m’as pas dit ton nom !

La phrase tira Anselys de sa rêverie. Réalisant qu’elle ne s’était toujours pas présenté, elle s’excusa vivement.

- Ah ! Désolée, j’en oublie les bonnes manières. Je m’appelle Anselys. Je ne sais pas si “enchantée” est un mot qui convient dans cet endroit, mais c’est l’idée.

Les deux jeunes filles s’étaient avancée un peu plus loin sur le plateau, et le paysage était toujours le même. Les rochers qui les entouraient leur offraient une certaine protection, mais cela pouvait également s’appliquer à d’autres… Elle soupira. Tout autour d’elles semblait désert, et elle se demandait si elles trouveraient bientôt de quoi survivre, car si la température était plus clémente, la faim et la soif étaient, elles, toujours bien présentes.

- J’espère qu’il y aura de quoi se nourrir là-haut...

Elle se tourna vers Cirilla et remarqua que celle-ci s’était fermement agrippée à sa lance, les yeux scrutant les moindres recoins des parois rocheuses. Se demandant si elle avait aperçut quelque chose, Anselys se mit à en faire autant. Y avait-il vraiment quelque chose derrière ces montagnes ?

GOTHEIM | Never Utopia
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 285

Jeu 3 Aoû 2017 - 17:24

Sur le plateau rocheux, montant la pente rude d'une montagne glaciale, deux femmes s'interrogent sur leur propre sécurité. Elles ouvrent l’œil, elles angoissent : ont-elles relâché leur vigilance trop longtemps, en oubliant l'ombre du monde qui les couvrait, en échangeant sur leur malheur passé comme si le cocon de leur conversation les protégeait de ce qui les avait blessé ?

Seul le cours des choses, imperturbable, dénué de sentiment, de jugement, d'avis, de pitié, pourra répondre à cette question.

1 - 2 : Joker rouge.
3 - 6 : Cinq de trèfle.
7 - 13 : Huit de carreau.
14 - 17 : Dix de pique.
18 - 19 : Valet de cœur.
20 : Trois de trèfle.

***

Le huit de carreau se lamente et saigne.

Un peu plus haut sur la montagne, une cavité légère donnera lieu à une étendue plate de quelques pas de large. Si les jeunes femmes s'y aventurent, elles y verront un homme aux cheveux longs roux, à la barbe hirsute, poilus dans tous les recoins : même ses sourcils seront fournis d'une touffe magistrale, cachant légèrement ses yeux bleus fatigués. Il aura l'air exténué, fatigué jusqu'au sang, des rides fourmillant sur sa peau beige, accompagné de terre et de crasse.
Il sera là, assis, le dos posé contre la paroi de roche, les jambes étendues devant lui, la mâchoire serrée avec force, comme s'il souffrait le martyr. L'une de ses deux jambes - la droite - sera sectionnée au genoux, et sa plaie, cachée sous un bandage approximatif improvisé à l'aide de plantes, semblera saigner terriblement.
Une fièvre profonde rendra son front humide, et l'homme, livide, paraîtra à l'article de la mort au premier coup d’œil.

Sous lui sera étendue une peau de bête vaguement lavée. Un silex taillé en pointe sera posé sur son flanc, et les restes de ce qui semblerait être une traînée de sang qu'il aurait laissé dans son sillage avant son arrivée ici pourront être observés, venant de plus haut dans la montagne.

Il tremblera, il aura l'air à la fois pitoyable et terrifiant, puisque sa fièvre semblera le faire délirer. Ses propos seront parfois incohérents.

Si les deux femmes continuent leur chemin, c'est à cette vision qu'elles seront confrontées.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 285

Jeu 3 Aoû 2017 - 17:24

Le membre 'Sort' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd20' :

Résultat : 8
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Dim 6 Aoû 2017 - 22:54




princesses délavées d'un sordide conte de fées


Cirilla était cramponnée à son arme de fortune, restant à l’affût du moindre mouvement du moindre bruit qui pouvait venir de n'importe où, elle avait cette horrible impression d'être surveillé. La femme aux cheveux blancs jeta un coup d’œil à sa complice du moment, puis elle scrutait tout autour d'elles, essayant de voir s'il y avait quelque chose ou quelqu'un qui pourrait être une menace pour les deux femmes. Elle continuait d'avancer, doucement, méfiante et étrangement, il semblait qu'il n'y avait rien à craindre... Cirilla se fixa, regardant Anselys, elle soupira.

- Un petit animal sûrement, on dirait qu'il n'y a plus rien, mais restons sur nos gardes quand même. On est jamais trop prudent... Ici...

Cirilla haussa les épaules, tenant quand même fermement son arme dans sa main, puis elle repris sa route talonner par sa comparse. Elle resta silencieuse un long moment, non pas qu'elle ne voulait pas parler avec Anselys mais, elle restait à l'affût du moindre bruit qui pourrait revenir, et c'était un endroit, un environnement des plus terriblement calme et silencieux, même pas le moindre bruissement d'ailes d'un insecte se faisait entendre. Elles continuèrent, montant un peu plus sur cette montagne. Ce silence était beaucoup trop pesant au final, Cirilla se retourna vers Anselys, pour lui poser une question, mais, quelque chose viens chatouiller ses narines.. Une odeur, une odeur qui avait accompagné de près la jeune femme, celle du sang, Cirilla se remit dans une position de défense avec son arme, se placent devant Anselys pour la protéger le plus possible, puis elle avança assez rapidement. Elle marcha sur quelque chose de mouiller, cela la surprit, elle regarda ses pieds, l'un d'eux était dans une traînée de sang, elle ferma les yeux l'espace d'une seconde, espérant ne pas trouver une horrible créature dévorant un cadavre, sinon elles y passeraient toutes les deux... Prenant son grand courage à deux mains, il fallait qu'elle en ait le Coeur net, elle suivit la traînée de sang jusqu'à une cavité dans la roche, une grotte. Peut-être un abri de monstre... Elle ne vit pas de suite l'homme contre la paroi rocheuse, elle était trop occupée à s'imaginer ce qui avait bien pu arriver ici, Cirilla regarda Anselys, cachant au mieux son inquiétude, elle l'avait peut-être traîné devant une mort certaine, elle pris une longue respiration.

- On peut toujours faire demi-tour...




Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Lun 14 Aoû 2017 - 1:06

~
 

Hors RP (Précisions):
 



Les deux jeunes femmes avaient continué leur chemin, s’aventurant prudemment dans cet environnement nouveau. L’oeil aux aguets, Anselys n’était nullement rassurée, surtout après avoir entendu les histoires pour le moins inquiétantes de sa nouvelle compagne, et c’est avec une prudence certaine qu’elle avançait vers le haut du plateau. Cirilla semblait encore moins rassurée qu’elle et se cramponnait à sa lance comme si sa survie en dépendait ; ce qui était tout à fait légitime. Les deux jeunes filles continuèrent leur chemin encore un moment avant d’avoir la désagréable impression d’être observées. Cirilla semblait l’avoir senti également, et elle fit une pause le temps de mettre en garde sa compagne.

La jeune Cime essayait tant bien que mal de paraître sûre d’elle, mais c’est avec encore plus de précaution que les deux reprirent leur chemin. Chaque instant, Anselys s’attendait au pire, redoutant le bond furieux d’une quelconque créature féroce et sanglante. Alors qu’elles arrivaient vers le haut du plateau, Anselys, légèrement en retrait, remarqua que sa compagne s’était soudainement arrêtée et fixait le sol d’un oeil inquiet. La jeune fille la rejoignit et découvrit à son tour ce qui avait attiré l’attention de Cirilla : des traces de sang. Elle baissa les yeux et remarqua que son pied en était également couvert, et d’instinct, elle se baissa, raffermit sa prise sur son bâton et retint son souffle. Alors qu’Anselys se demandait d’où le danger allait surgir, Cirilla s’avança lentement vers le sommet. La jeune Cime voulu la retenir, mais de peur d’attirer l’attention sur elles, elle préféra se taire et s’avança silencieusement à son tour.

Les traces de plus en plus nettes et sanglantes les menèrent à une cavité rocheuse creusée dans la montagne dont se dégageait une odeur morbide et nauséabonde. Cirilla la devançait de quelques mètres et se retourna, l’air visiblement préoccupé par le sort qui les attendait.

- On peut toujours faire demi-tour…

Ne souhaitant nullement s’attarder dans cet endroit, Anselys allait acquiescer lorsque quelque chose attira son regard. Elle plissa légèrement les yeux et scruta à nouveau l’obscurité de la grotte. Quelque chose venait de bouger légèrement… Ou avait-elle rêvé ?

- Il y a quelque chose ici… souffla-t-elle d’une voix à peine audible.

Alors qu’elle essayait de discerner ce qui avait attiré son regard, un râle glauque résonna dans la grotte. La jeune fille sursauta violemment. Devant elle se trouvait un homme, adossé à la paroi rocheuse, entouré d’une mare de sang noirâtre. Anselys se raidit et fit signe à Cirilla qui ne semblait pas avoir encore aperçu l’individu, mais une analyse rapide de la situation leva ses inquiétudes : si un danger était présent, il ne viendrait certainement pas de cet homme.

En effet, si Cirilla lui avait paru bien mal en point lorsqu’elle l’avait rencontrée, celui-ci avait déjà un pied dans la tombe. Sa respiration haletante semblait le faire souffrir à chaque inspiration et le sang qui s’accumulait à ses pieds semblait provenir de sa jambe droite qui, sectionnée au genou, avait été grossièrement recouverte de feuillages. Devant l’état de l’inconnu, Anselys relâcha son bâton. Devaient-elles l’aider ? Dans un autre contexte, elle aurait probablement tout fait pour aider cet homme à s’en sortir. Mais alors qu’elle réfléchissait à la meilleure chose à faire, elle sentit un frisson parcourir son échine, comme lorsqu’elle avait perdu le contrôle cette nuit-là, dans la forêt, après son éveil. Et elle commença à penser différemment. Penser qu’il vaudrait mieux l’achever car qu’il ne s’en sortirait pas de toutes façons. Toujours en tenue d’Eve, elle se voyait déjà vêtue de la peau de bête étalée aux pieds de l’homme, et armée du silex posé à ses côtés. Et une effroyable envie de tuer s'empara d'elle.

C’est avec ces pensées folles et ce regard devenu froid et meurtrier qu’elle se tourna vers Cirilla, comme pour lui demander un avis dont elle ne tiendrait pas compte.

~
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Jeu 17 Aoû 2017 - 11:40




princesses délavées d'un sordide conte de fées


Comme un souffle, un murmure à peine audible, Anselys soupira à la Cime qu'il y avait quelque chose non loin d'elle, Cirilla ferma pendant une seconde les yeux tout en reprenant sa respiration, elle se retourna son arme tordue fermement entre ses mains encore tacher de sang coaguler et encore collant, une horreur, en plus de ses main devant moite devant tant de stress... Un espèce de grognement se fit entendre, Cirilla essayer de paraître le plus confiant possible, sans peur. La jeune femme aux cheveux blancs vit le signe de sa comparse, un homme adosser à la paroi de la caverne, complètement couverte de sang et, un morceau de jambe semblait lui manquer, en tout cas, celui-là ne représentait aucun danger pour les deux jeunes femmes, il sembler très mal en point, tout ce que Ciri espérait, c'était que la chose ou la personne qui lui avait sectionner le bas de sa jambe n'était plus dans les parages.

Elle ne voulait pas faire ça, elle voulait le plus possible mais c'était quand même plus fort qu'elle, Cirilla s'approcha doucement de cet homme aux cheveux roux, il semblait au bord de la mort, il avait du mal à respirer, il souffrait, elle pouvait le lire sur son visage ridé et crasseux, Cirilla posa son arme à ses pieds, puis elle s'agenouilla devant l'homme

- Est-ce que vous m'entendait ?

Pas de réponse, mais, elle pouvait distinguer ces yeux bleus, à demi-caché par ses sourcils touffus, se poser sur elle, la souffrance et la peur pouvait se voir a travers. Cirilla posa doucement un genou à terre, baignant dans le sang de cet homme et elle posa sa main, sans geste brusque sur son bras, murmurant doucement, des "chut" et "tout va bien se passer"... Puis elle se retourna vers Anselys, qui, semblait différente d'avant, elle avait un regard à glacer le sang, Cirilla plissa les yeux, essayant de comprendre ce qui pouvait bien lui arriver, elle regarda l'homme puis de nouveau la rouquine. Elle se leva se dirigea lentement vers Anselys et lui posa sa main moite et collante sur l'épaule.

- Anselys, est-ce que tu vas bien ? Tu as l'air étrange ?...

Sans même attendre la moindre réponse elle continua

- C'est compliqué... Cet homme ne survivra pas, je pense que... Qu'on devrait soulager son corps et son âme si tu vois ce que je veux dire, il est brûlant de fièvre, s'il ne meurt pas de sa perte de sang, il mourra de son infection, et il ne fera que souffrir pendant encore plusieurs jours, on ne peut absolument rien faire pour lui... Euh..

Elle ne savait pas vraiment comment lui dire, elle ne voulait pas vraiment, mais, il fallait bien évidemment que quelqu'un mette fin à ses souffrances, et bien évidemment, elle le ferait elle-même, inutile d'infliger ça à Anselys. Mais, elle ne savait pas trop comment le lui dire, elle n'allait pas l'envoyer chercher quelque chose plus loin, et risquer sa vie inutilement, pour qu'elle n'assiste pas à cette triste scène et elle n'allait pas le faire devant elle, c'était... Et puis zut.

- Écoute Anselys, elle se mit à chuchoter, il faut que je le fasse, je préférerais que tu ne regardes pas.




Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Anselys
Membre
avatar
Messages : 13

Jour d'éveil : Nuit du 16 au 17
Race : Cime
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Sam 26 Aoû 2017 - 1:10

~
 

Postée à quelques mètres de sa compagne, Anselys observait la scène d’un oeil absent. Elle se sentait partir, elle sentait son esprit se vider, sa vision se brouiller, comme inexorablement attirée par une force obscure. Elle ferma les yeux un moment, se concentrant sur ce qui l’entourait. La vue couverte d’un voile flou, elle vit Cirilla s’avancer vers l’homme et s’accroupir à ses côtés. Elle jaugea rapidement l’état de l’inconnu, mais sa réaction à la limite de la déception laissait clairement penser qu’il était condamné. La jeune Cime se releva et se retourna vers Anselys, restée immobile à l’entrée de la grotte. Elle sembla remarquer le changement d’attitude de la rouquine et s’en inquiéta, mais elle reporta rapidement son attention sur le blessé. Elle reprit la parole, et Anselys fût bien incapable de dire si les mots lui étaient adressés ou non.

- C'est compliqué... Cet homme ne survivra pas, je pense que... Qu'on devrait soulager son corps et son âme si tu vois ce que je veux dire, il est brûlant de fièvre, s'il ne meurt pas de sa perte de sang, il mourra de son infection, et il ne fera que souffrir pendant encore plusieurs jours, on ne peut absolument rien faire pour lui... Euh..

Etrangement, l’évocation de la mort de l’inconnu ne parut pas émouvoir Anselys le moins du monde. Au contraire, une lumière nouvelle embrasa son regard devenu froid, et elle se tourna vers Cirilla. Cette dernière semblait hésitante, comme si elle tenait à cacher quelque chose. Tandis qu’Anselys luttait toujours contre ses démons intérieurs, et qu’elle se sentait comme submergée par une présence malfaisante dans son corps, comme cette fois-là ans le bois… Comment avait-elle réussi à reprendre le contrôle ? Elle n’en gardait aucun souvenir. “Merde, pensa-t-elle. Pourquoi maintenant ?”

- Écoute Anselys, il faut que je le fasse, je préférerais que tu ne regardes pas.

Cirilla s’était avancée à nouveau vers l’homme, mais cette fois-ci, elle tenait fermement sa lance entre ses mains. La suite se passa en un éclair. Alors que la jeune fille s’apprêtait à abréger les souffrance d’un homme mourant, Anselys s’élança, la poussa sur le côté, se rua vers le moribond et attrapa le silex qui avait glissé à ses côtés.

La pointe transperça la chair au niveau du cou. Anselys était assise au-dessus de l’homme, l’arme dans la main droite, l’autre main posée délicatement sur la joue de sa victime, comme pour la réconforter dans sa mort. Un sourire malsain déformait son visage. Aucun cri ne résonna dans la grotte, et cela ne sembla pas satisfaire la rouquine qui s’acharna de plus belle sur le corps étendu sous son poids. Le sang coulait à flot et la flaque rougeâtre, déjà présente à leur arrivée, se transforma en un ruissellement continu.

Un silence pesant s’installa dans la grotte. Puis Anselys se sentit doucement revenir à elle. Le voile blanchâtre qui brouillait sa vue se dissipa, son visage revint à la normale, et elle sentit ses muscles se détendre, à tel point qu’elle sentit ses forces la quitter alors qu’elle s'effondrait au sol. La partie d’elle qui avait exécuté ce massacre semblait satisfaite, et la jeune femme, ayant retrouvé ses esprits, se retrouva allongée à côté d’un corps duquel elle venait d’ôter la vie. Elle prit alors conscience de ce qu’elle venait de faire, se tourna vers Cirilla, eu un geste de dégoût, puis hurla désespérément avant de s’évanouir aux côtés de sa victime.

~
Cirilla
Membre
avatar
Messages : 11

Jour d'éveil : 14
Race : Cime
Métier : Chasseuse
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation : Rouge est mon âme
Journal : Princesse délavée d'un sordide conte de fées
Jeu 5 Oct 2017 - 10:32




princesses délavées d'un sordide conte de fées


La jeune femme était loin d'imaginer ce qui allait ce passer, elle regarda Anselys, abasourdit par sa réaction, Cirilla avait l'impression que quelqu'un d'autre avait pris la place de sa comparse, c'était une autre personne, Elle ne dit rien, la laissa faire, de toute façon, il fallait bien que quelqu'un si colle, si c'était elle, cela ne posait aucun problème a Cirilla, ce qui l'inquiétait c'était ce comportement bizarre. Tout était silencieux, l'atmosphère avait quelque chose d'étrange et de terrifiant, comme si quelque chose d'horrible allait se passer mais, rien n'arriva, a part Anselys, elle tomba sur le sol, Cirilla s'élança pour la rattraper mais trop tard, elle était sur le sol a côté du corps baignant dans son sang... La jeune femme aux cheveux de feu retrouva ses esprits, elle se redressa et regarda Cirilla, c'est la quelle fut choquer, elle ne comprenais pas e comportement de la jeune femme, elle semblait dégoutter, Elle se mit a hurler, un cri de désespoir, Cirilla courut a ses côté, pour la soutenir, la rassurer, bien qu'elle ne comprenais pas ce qu'il se passait mais, Anselys perdit connaissance.

Elle ne savais pas trop quoi faire, enfin si. Cirilla s'entreprit de se débarrasser du corps de l'homme, il ne fallait pas attirer des charognard près du campement de fortune qu'elle faisait le temps que la jeune femme se réveille. Elle saisit les bras de l'homme et le tira le plus loin possible qu'elle pouvait, elle avait marché longtemps en traînant ce poids mort. Elle fini par le laisser assez loin et retourna rapidement au près de la rouquine. Cirilla avait pris soin de dépouiller le corps de tout ce qu'il possédait, parce qu’il n'en avait clairement plus besoin, elle avait vêtis Anselys de ses vêtements, poisseux mais, en attendant de trouver un endroit pour le laver, il n'y avait pas trop le choix, surtout que le temps se rafraîchissait en début de soirée. Cirilla avait caler Anselys délicatement contre la paroi de la roche, elle repoussa une mèche de ses cheveux devant son visage et s'elle s'assise a côté d'elle, attendant sagement qu'elle se réveille, qu'est-ce qu'elle allait faire ? Cirilla se demandait ce qu'elle allait faire avec, est-ce qu'elle allait rester avec Anselys ? Elle ne savait pas, enfin, elle ne voulait pas la laisser seule, surtout pas avec ce qu'il c'était passer, son comportement étrange, son changement brutale qui s'était opérés, elle voulait faire la lumière sur ce mystère. La jeune femme aux cheveux blanc soupirant, se laissant aller, s'endormant aux côtés de la rouquine.




Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres


Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum