AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Contes du Lac [Commun - J20 - Daedwyg & les Oubliés] (CLOS)
AuteurMessage
Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Jeu 31 Aoû 2017 - 12:03

Après les aventures de la journée, le chemin me parut étrangement calme et surréel. La menace habituelle régnant dans la vallée ne semblait plus avoir sur moi une emprise si terrible, et j’avançais sans le souci de me camoufler le long de la rive.
Je restais proche de l’eau, je voulais rentrer le plus vite possible, et si j’étais certain que Dreth et Varl m’auraient accueilli pour la nuit, je ne voulais pas perdre de le temps de m’arrêter au bosquet. Ils étaient nos voisins, j’y retournerai dans les jours à venir. Cette idée me fit sourire. Après tout, n’avais-je pas promis à Ka de transmettre son message ? Le clan du bosquet semblait déjà assez bien avancé sur les choses jolies, ils m’écouteraient sans doute. Mais avant cela : la maison.

Je ne voulais pas rentrer les mains vides, alors je décidais de reprendre la pêche. Je n’étais pas très loin de là où Varl et moi avions attrapé l’immense bestiole qui avait nourri tout le monde. Pff ! Je ne pourrais jamais porter tout ça aujourd’hui, je me contenterais de moins. J’utilisais toutefois la technique du pêcheur, traînant au bord du Lac plus longtemps que je ne l’avais prévu.

La nuit était tombée déjà, j’avais surestimé ma rapidité, mais je n’étais plus très loin. J’étais certain de pouvoir retrouver la faille où se réfugiaient mes amis, et au moins, l’obscurité cacherait son emplacement à qui me suivrait des yeux. Je restais le plus silencieux possible en me faufilant dans la grotte… et me retrouvait avec un poignard d’os sous le cou sans avoir eu le temps de dire ouf. Je chuchotai rapidement, une fois ma surprise passée :

- Shabh ! C’est moi !

- Salim ? Tu débarques comme ça en pleine nuit ?

- Oui désolé je n’ai pas trop réfléchi. Je ne voulais pas vous réveiller.

Je pus distinctement voir le chasseur lever les yeux au ciel.

- Et tu pensais vraiment que personne ne monterait la garde ?

Je souris, ça faisait plaisir de retrouver son ton bougon excédé.

- Eh bien comme tu vois ça n’a pas été un souci !

Je me détendis en retrouvant l’atmosphère de la grotte, et le chasseur me laissa passer en ajoutant un simple mot :

- Alors ?

Tandis que je le regardais, je sentis mes muscles endoloris me hurler de m’asseoir, et ma tête tourna légèrement. Je n’avais rien avalé depuis trop longtemps, mais pour l’instant, j’étais surtout épuisé.

- Demain.

Je m’allongeais sans même remarquer le nombre de silhouettes présent dans la grotte, avant de sombrer dans l’inconscience.


*     *     *


Je fus réveillé par un rayon de soleil et des murmures. Mon corps entier me faisait mal, j’étais courbaturé de la tête aux pieds. Mon ventre lança un couinement plaintif avant même que j’ai eu le temps d’ouvrir la bouche.

Je me redressais. En face, près de la porte, Kahraman me regardait avec un sourire. A côté d’elle se tenait quelqu’un que je n’avais jamais vu. Ard et Shabh dormaient. Je les rejoignis doucement et Kahraman me tendit un morceau de viande cuit, que je dévorais sans réfléchir.

- J’étais sûre que tu reviendrais !

Je vis qu’elle pourrait d’envie de me poser pleins de questions, mais à la place, elle ajouta :

- C’est Daedwyg, elle est arrivée avant-hier.

Mes yeux s’attachèrent plus attentivement à la nouvelle venue. Elle dégageait quelque chose d’étrange, mais ce n’était pas la première. Je lui adressais un sourire franc de bienvenue.

- Moi c’est Salim.  

Je n’expliquais pas encore mon arrivée soudaine en pleine nuit, ni mon absence. Autant attendre que tout le monde soit éveillé pour cela.

Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Sam 2 Sep 2017 - 22:41

Quels yeux étranges ! Incrustés au milieu du visage de celui qui me fixait maintenant avec une réserve polie, ils ressemblaient à deux billes de terre et d’eau bleue. Je me repris à temps pour ne pas complètement oublier de lui répondre.

- D’accord. Je suis Daedwyg.


Ma réponse ne suffit pas à empêcher l’un de ces longs silences que je n’arrivais toujours pas vraiment à interpréter.

- Daedwyg… est arrivée hier ? Nous l’avons soignée.


Kahraman agitait ses mains alors que les mots sortaient de sa bouche, comme si seuls ses mouvements pouvaient les maintenir en l’air. Devant mon regard de reconnaissance, elle sourit.

- Elle s’y connaît vachement en plante. Elle pourra te soigner si tu es blessé. Tu as mal quelque-part Salim ? Tu nous raconte ce qui t’es arrivé ?

Je jetais un rapide coup d’œil au corps de l'intéressé. Il avait repris quelques couleurs depuis son repas et je ne décelais pour l'instant pas de plaies, hormis celles que le quotidien dans la vallée avait l'air de vouloir apposer sur chacun de nous.


Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Dim 3 Sep 2017 - 19:24

Je souris à l'introduction de Kahraman, droit au but. J'étais courbaturé, épuisé, et mes pieds avaient méchamment souffert du froid, mais j'étais plutôt entier. Je me tournais vers la dernière arrivée :

- Eh bien si ce qu'elle dit est vrai, tu ne dois pas t'ennuyer ici.

Et j'ajoutais, m'adressant aux deux cette fois :

- Non ça va, je vais bien. Le froid m'a brûlé un peu, mais ça passera !

Je n'osais pas me lancer sur la suite directement. J'avais tant à dire ! Et tout était si incroyable ! Est-ce qu'ils m'écouteraient ? La Daedwyg en question ne m'inquiétait pas, elle avait surtout l'air un peu perdue, et je craignais d'ajouter à ses inquiétudes avec mon récit. Je terminai donc gentiment :

- Attendons Ard et Shabh pour cela.

Nous passâmes ensuite quelques instants à parler des événements qui avaient eu lieu en mon absence. La carcasse que Shabh avait retrouvé près du camp, et l'arbre qu'il avait fallu évacuer. Nous n'avions pas les outils pour l'instant, mais il gisait à l'entrée du camp sans aller nulle part, il serait sans doute utile pour le feu.

Shabh nous rejoignit bientôt, suivit d'Ard, et malgré le soleil haut dans le ciel, nous restâmes assis autour du feu, ensemble un long moment. Le regard pétillant d'Ard passa de mon visage à celui des autres, et je compris ce qu'elle me demandait en silence. J'acquiesçai imperceptiblement.

* * *

- Le matin où je suis parti, j'ai rapidement été suivi par ces créatures noires, qui nous observent sans cesse. J'ai réussi à m'en débarrasser en plongeant dans le Lac, elles ne nagent pas vraiment et ne s'aventurent pas en eaux profondes. J'ai hélas rapidement perdu les trâces de ce que je cherchais, mais j'ai décidé de continuer le Tour du Lac, comme ce que j'avais dit à Ard.

Je fis une pause et passais mes mains devant le feu au souvenir du froid mordant qui règnait ces jours là.

- J'ai passé la nuit en haut d'un arbre, pour éviter les mauvaises surprises. C'est le lendemain que je l'ai croisé.

Je souris, penser à Ka dans sa petite maison me réchauffait le coeur.

- Un vieux sage, du nom de Ka. Je dis vieux, mais en fait, il était très en forme. Il est venu vers moi près de la rive, et nous avons parlé de diverses choses. Il m'a dit que le feu combattait l'eau.

Je reprenais sans y penser les mêmes mimes que Ka m'avait fait, souriant et montrant les larmes coulant.

- Il était là depuis très longtemps. Il avait des vêtements, une maison en bois, toute belle. Un lit même. Et pleins de sculptures, de choses jolies. Il m'a dit que nous devrions tous en construire, des choses jolies.

Je regardais Ard, un air un peu inquiet. Elle comprit que c'était important.

- Que veux-tu dire ?

- Eh bien, je ne sais pas encore pourquoi mais, je crois que c'est très important. Il faudra que l'on construise des choses jolies, peut-être ça pourra nous aider contre...

Je me tus. La suite était moins amusante, moins légère.

- Ka m'a nourrit et le lendemain je suis reparti pour continuer, mais j'ai vite été bloqué par la neige. J'ai dû m'arrêter, mais j'ai vu passer le vieux sage au loin, avec un homme sur le dos, alors je les ai rejoins dans une sorte de grotte. L'homme était blessé, et s'appelait Staz. Il était paniqué, inquiet pour ses amis, alors nous sommes restés avec lui. C'est là qu'ils sont arrivés.

Il y en avait cinq seulement au début, des guetteurs. Puis ils étaient de plus en plus. Ka m'a proposé de partir, mais je ne pouvais pas les abandonner tous les deux alors je suis resté. Finalement, nous sommes sortis de la grotte, et ils étaient des centaines, des milliers, à nous regarder.

Ils ne nous ont pas attaqués, et nous sommes passés devant eux en silence. Et puis d'un coup, ils se sont tous enfuis. Ka m'avait dit que ça pourrait arriver, et j'avais cru comprendre que ce n'était pas bon signe. Et euh effet.


Shabh grogna.

- Comment ça ? Ils ne vous ont pas attaqués du tout ? Des milliers ?

- Oui, j'ignore pourquoi, ils hurlaient ces phrases qu'ils répètent en boucle. Je t'ai dit, je crois que Ka sait beaucoup de choses, son comportement ou sa présence devait les contenir d'une certaine manière.

Il ne répondit pas, et je pris son silence pour une approbation boudeuse.

- Alors qu'est-ce qu'il s'est passé ensuite ?

- Eh bien, une créature bizarre est apparue. Au début, elle avait la forme d'un arbre, et puis d'un coup, l'arbre s'est transformé en une créature noire, mais différente de celles que nous connaissons. On aurait cru un homme, recouvert de sang gluant et noir. Je ne distinguais pas son visage, mais il avait un masque blanc comme les autres, à l'arrière de la tête. Il parlait et il faisait... de la magie ? Il maîtrisait les grillons, mais je ne sais pas si les grillons étaient vraiment là ou juste dans ma tête.
Il avait l'air de nous mépriser, de nous détester. J'ai vraiment cru qu'il allait nous tuer, mais il s'est mis à nous poser des questions. Il m'a demandé... Enfin peu importe. Il n'avait l'air de rien comprendre à nos motivations, à nos espoirs. Je ne sais pas ce qu'il a dit à Staz dans sa tête, mais il avait l'air terriblement abattu et en rage à la fin de notre discussion.
Nous avons répondu, et ils nous a laissé là, en vie. Ka semblait trop heureux pour que ce soit courant de survivre à ce genre de rencontre...


- Attends, je ne comprends pas, comment ça de la magie des grillons ?

- Eh bien, c'est comme s'il maîtrisait ce que je voyais dans ma tête. Je me voyais seul avec Ka dans une mer de grillons, et pourtant Staz était bien là, en tous cas il l'était avant qu'il arrive et après son départ. Je croyais qu'il aurait pu nous broyer d'une pichenette s'il avait voulu.

J'avais un air extrêmement soucieux en disant cela. Cela me perturbait de ne pas comprendre.

- Je pense qu'ils sont plusieurs comme lui. Il a parlé d'autre de ses semblables. Ils doivent tous être aussi puissants. Celui-ci était répugnant. Incapable de comprendre le moindre respect pour la vie, de comprendre la joie. C'est pour ça que je pense que Ka m'a parlé du feu, mais il y a peut-être d'autres choses...

En tous cas, après ça, je suis rentré ici. Et voilà.





Couleurs:
 


Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Jeu 7 Sep 2017 - 12:06

Un peu décontenancé par ce brutal changement de sujet, Salim pris le temps de trouver ses mots avant de se lancer dans son récit.
J’eus extrêmement de mal à écouter l’ensemble du récit tant les mots du nouvel arrivant soulevaient en moi une déferlante d’image aussi captivantes que terrifiantes, mais je m’accrochais, c’était important. Je profitais des accalmies provoquées par les questions ébahies des autres Oubliés pour reprendre mon souffle. Quel être terrifiant ! Et ce Ka, pouvait-il les aider ? Son récit était tellement incroyable, opposé à la réalité rêche et crue qui m’avait été donnée de vivre depuis mon éveil que je doutais un instant de sa sincérité. Mais il ne semblait pas mentir, un trouble franc traversant même son regard lorsqu’il évoquait les passages les plus incroyables de son aventure.
Il existait d’autres monstres, doués de parole. Plus les jours s’écoulaient, plus il me semblait que ma survie au sein de la vallée tenait davantage du miracle que d’autre chose. Shab en revanche semblait plus dubitatif et se leva dès la fin du récit. Ard le suivit du regard alors que les question de Kahraman ne semblait pas tarir et je fis de même.
Le chasseur dépassa l’entrée de la grotte pour se retourner et en observer le surplomb.

- Quelque-chose ne va pas Shabh ?

L’intéressé mit quelques secondes à répondre. Kahraman, surprise par la douce voix d’Ard, s’était interrompue au milieu d’une phrase.

- Il y a un surplomb un peu au dessus de notre entrée. Je me demande si on peut y accéder, ça ferait un bon poste de guet.


Son manque d’intérêt me surpris, comment pouvait-on s’intéresser aussi peu à autant de révélations sur l’endroit ou nous nous trouvions ? Peut-être en avait-il déjà pris la mesure, ou peut-être que cela faisait beaucoup à accepter.
Je jetais un œil dans ma besace et en sorti l’un des derniers bourgeons durcis que j’avais récolté en dessous du lac. Je devrais essayer d’en trouver autour de la grotte, peut-être au dessus de cette falaise ? Ils semblaient mal se conserver, des points noirs commençaient à naître sur leur enveloppe. Les reniflant avec attention je les jugeait commestibles et en tendis un à Salim.

- Tiens. Mâche-le une bonne quinzaine de fois et recrache le. Ça aidera ton sang à mieux circuler après le froid.

J’aurais aimé l’examiner plus en détail, mais même s’il paraissait avenant, je n’étais pas encore aussi à l’aise avec lui qu’envers Aard. Je repensais à cet être qui contrôlait les grillons et à son attitude que Salim nous avait décrite.

- Il voulait quelque-chose ?

Devant l’incompréhension que ma question faisait naître dans les yeux des Oubliés, je tentais de reformuler.

- La façon dont tu en parles... c'est comme il attendait quelque-chose de vous.

Je comprenais difficilement les motivations des personnes qui m’étaient le plus proches, je doutais de pouvoir concevoir celles d’un être aussi complexe que celui décrit par Salim. Mais il me semblait qu’il avait ici quelque-chose à comprendre.

Couleurs:
 


Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Mar 12 Sep 2017 - 15:38

Je ne m’offusquais pas du brusque changement de sujet de Shabh. Je devinais que le chasseur, préoccupé par mon discours, cherchait un moyen de nous sentir en sécurité. De protéger Kahraman, sans doute. Je ne m’occupais pas de lui pour l’instant et me tournais à la place vers Daedwyg, qui venait de me tendre quelque chose. Je lui répondis par un haussement de sourcils suivi d’un sourire et je mâchais la plante avec application avec un air concentré. Ce n’était pas bon, mais je n’en laissais rien paraître, faisant confiance aux instincts de la nouvelle Oubliée.

- Il voulait quelque-chose ?

Mon regard se fit plus dense. Peut-être que le bourgeon faisait effet plus rapidement que prévu, mais la question de Daedwyg me fit frémir. Parce que c’était exactement ce qui me gênait, ce qui me turlupinait depuis que j’avais quitté Ka et Staz.

Qu’est-ce qu’il voulait ?

Il avait juste eu l’air d’essayer vaguement de nous comprendre et de nous rabaisser encore et encore, mais pourtant, son acharnement trahissait selon moi une curiosité à notre égard. Il semblait connaître Ka depuis quelques temps. Il faudrait que j’interroge le vieux sage à ce sujet lorsque j’irai le voir la prochaine fois.
De plus, l’Être Noir ne semblait pas être apparu au hasard. Est-ce la profusion des guetteurs qui l’avait attiré ? Ou comme ceux-ci la détresse de Staz ? Ou bien était-ce quelque chose chez Ka, qui lui avait brusquement fait porter son attention sur nous ?

Mes yeux croisèrent ceux de la guérisseuse (car elle l’était, tout comme Dreth, j’en étais certain). Toutes mes questions et mes doutes devaient s’y refléter, car elle clarifia son propos, comme si je l’avais mal compris.

- Tu as raison, mais je ne connais pas la réponse à ta question. Ka pourra peut-être nous aider là-dessus. J’ai l’impression que l’Être Noir était comme… frustré de ne pas nous comprendre. Comme si cela l’empêchait réellement de triompher de nous. Il disait nous mépriser mais je crois qu’il était curieux malgré tout.

Devais-je raconter ce qu’il m’avait demandé à moi ? Ce que j’avais ressenti quand sa voix avait prononcé mon nom ? Plus tard, me dis-je.

Je me levais et rejoignis Shabh.

- Bonne idée, mais ceux là-haut seraient aussi exposés à la vue de tous, nous devrions le camoufler sous les branchages. Sans compter qu’il nous faudrait une corde solide.

Je m’étais tourné vers Ard pour ma dernière phrase. A son sourire, j’imaginais que ce n’était pas un problème.

- Dis-moi Daedwyg. Si tu as beaucoup de plantes utiles dans ton sac, crois-tu que certaines pourrais pousser si nous les plantions à l’extérieur de la grotte ? Ce serait peut-être pratique.

- Je vais aller voir s’il y a une voie plus simple pour rejoindre le rebord, si tu veux bien m’aider Salim ?

J’acquiesçai et lui emboitai le pas quand Kahraman ajouta :

- Je vais montrer à Daedwyg comment faire des poteries ! Comme ça on pourrait mettre de la terre dedans et faire pousser des plantes qu’on peut déplacer comme on veut ! Pour pas qu'on nous les vole.


H-Rp:
 

Couleurs:
 


Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Ven 15 Sep 2017 - 19:36

Les chaudes braises du four me séchaient la peau du visage de manière agréable. A force de vivre l’humidité comme une fatalité quotidienne, j’en avait oublié le plaisir de se sentir même partiellement sèche.
Le four des oubliés était rudimentaire mais sa confection me surpris de par sa stabilité. Dans le ventre d’une butte de terre adjacente à la grotte, trois longues lames de pierre, une en haut et deux plus fines en bas, avait été posées à l’horizontale. Un espace avait été maintenues entre elles par un amas de glaise et de pierres plus petite qui permettait d’y introduire des objets de taille conséquente. L’ensemble était noirci et celle dessus présentait plusieurs fissures, peut-être dues à la chaleur.
Kahraman m’avait expliqué l’ensemble de la construction et du fonctionnement du four à cuisson et les nombreuses tentatives qu’elle avait effectué pour parvenir à maintenir une chaleur qui permettait à ses créations de ne pas finir en morceaux. De nombreux morceaux de céramique parsemaient les alentours du four.

- Il te faudrait des pots de quelle taille ? Le four n’est pas très grand alors ça sera peut-être difficile à partir d’un certain diamètre.

- Ça dépend de la plante.

- On pourrait essayer avec celles qui sont dans ton sac ?

- Non.

Devant cette réponse catégorique, Kahraman se renfrogna et je m’empressais de développer.

- Je n’ai aucune plante qui contienne des graines sous la main. De quoi est-ce qu’on aurait besoin ?

Le visage de l’échouée s’éclaira de nouveau.

- Il faudrait des plantes pour soulager Ard ! Peut-être aussi pour panser les blessures. Ou pour couper la faim !

- Dans cet ordre là ?

Kahraman se mit à rire, dévoilant sa fine dentition pointue puis, devant mon regard d’incompréhension , se reprit.

- Pardon, je croyais que c’était une bla… Eh ! Si tu veux tu peux chercher les plantes qu’il te faut dans les environs pendant que je surveille la cuisson ?

Perplexe, je hochais malgré tout la tête, ça semblait être une bonne marche à suivre. M’éloignant presque à regret du feu je ne tardait pas à être consolée par les senteurs végétales que la fumée âcre du bois humide me voilait jusqu’à présent. J’avais déjà senti la présence de certaines plantes auparavant, mais d’autres, éveillées par la lumière du jour se révélaient désormais à moi. Dans mon dos, Kahraman s’était mise à fredonner une mélodie aux couleurs claires et légères. Laissant échapper un soupir d’aise, je me mis à longer la falaise vers l’est. Bientôt, mes tendons et mes muscles entamèrent leur plainte lancinante mais, reposée et nourrie, je ne leur accordait pas davantage d’intérêt. Mon dos en revanche m’inquiétait un peu plus, ma colonne me lançait et semblait avoir du mal à se mettre en place lorsque je me redressait. Évoluant avec précaution je tentais de légers étirements qui finirent par atténuer la sensation sans réellement faire disparaître ce blocage. Mais bientôt, oubliant toute prévenance pour mon corps ankylosé, je laissait mon nez et mes pas me guider. Quelques instants plus tard ma bouche mastiquait, mes doigts égrenaient, mes yeux se perdaient dans les labyrinthes de membranes de chaque feuille.

Entre deux essais, je repensais aux mots de Salim sur cette chose à laquelle ils avaient été confrontés. Étais-ce dû aux mots employés par le Cime ? J’avais beau les tourner dans tout les sens dans ma tête, je n’arrivais pas à m’imaginer un tel être doté de parole. J’étais maintenant familière à la violence brute, aveugle. Mais ça ?

Bientôt, ma sacoche fut pleine. Après plusieurs tests, j’avais réussi à trouver une mousse sombre qui pourrait soulager les douleurs d’Ard, mais il faudrait trouver un moyen de la préparer avant, sans quoi elle serait indigeste. Peut-être en la trempant dans de l’eau ? De l’eau chaude ? J'avais également ramassé quelques plants de céréales sauvages pour tester les pots de Kahraman. Je n’avais en revanche rien trouvé pour les blessures mais cercle de champignon à la teinte or et tout à fait comestibles avait fini de me remplir les mains. Ma bouche salivait encore au souvenir de leur goût relevé. Ils ne seraient en revanche pas très nourrissants.
D’autres plantes environnantes méritaient davantage d’intérêt, mais, prise d’étourdissement j’avais dû interrompre mes essais. Je ne voulais pas m’empoisonner avant d’avoir fait mes tests sur cette mousse.

La grotte en vue, je distinguait la silhouette élancée de Salim agrippée à la paroi. D’ici, je distinguait mal ce qu’ils étaient en train de faire. Je retournais voir Kahraman près du four et en profitait pour me réchauffer. Sa première tentative de cuisson avait été un échec mais elle s’affairait déjà à en modeler une nouvelle, l’air concentrée. Je ne la dérangeais pas davantage et continuais ma route. Ard était sortie de la grotte et, avec un sourire amusé, regardait Salim et Shabh s’affairer au dessus d’elle.


Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Mar 19 Sep 2017 - 14:13

Je regardais la falaise d’un air dubitatif. Shabh avait raison il y avait l’air d’y avoir un espace là-haut. Le seul souci, c’est qu’il fallait déjà qu’on y parvienne. Mes yeux s’attardèrent sur Shabh. Nous faisions plus ou moins la même taille, mais j’étais plus léger c’était évident.

- Laisse-moi monter le premier, c’est moins risqué.

Il acquiesça sans ouvrir la bouche. Décidément, il avait l’air d’avoir renoncé à me contredire. Le chasseur n’était vraiment qu’un gros ours, il faisait beaucoup de bruit lorsqu’il n’était pas en confiance, et semblait menaçant. Mais une fois apaisé, c’était surtout une boule de poils un peu grognonne.
J’attachais à ma taille la corde végétale dont nous disposions. Celle-ci risquait de ne pas être assez solide pour faire grimper un homme, mais elle pourrait permettre de faire monter des objets.

- Tiens, tu peux y attacher mon vieux panier à poissons si tu veux. Nous mettrons les branchages dedans pour les monter.

- Commence déjà par voir ce qu’il y a là-haut, et on verra bien ce qu’on monte après !

Le retour de papa Ours. L’ascension était plus simple que je l’avais imaginé. Plusieurs prises me permirent d’arriver relativement vite au plateau, situé à hauteur de quatre ou cinq hommes.  L’espace était suffisamment large pour qu’adossé à la falaise, j’étende les jambes sans attendre le vide, et pouvait en largeur contenir trois personnes. Le parfait poste de garde.

- C’est parfait Shabh !

- Je te rejoins ?

- Non, c’est chez moi maintenant tant pis fallait monter en premier.

Il me regarda un instant avec un air consterné. Ard arriva à ses côtés et mit sa main sur son épaule, un grand sourire aux lèvres.

- Salim que vois-tu de là-haut ?

Je relevais la tête. La vallée était lisse et verte. Plus aucune trace de neige ne couvrait le sol jusqu’au Lac que je devinais dans le scintillement lointain, malgré les buissons et les irrégularités  du sol.

- Hmm. On devine un peu le lac à ses reflets. Sinon rien que la vallée, quelques arbres et buissons. Personne en vue. Je pense qu’on verrait arriver quelqu’un d’assez loin d’ici.

Je frémis, en songeant au rampant qui nous avait surpris. D’ici, nous pourrions surveiller le Lac aussi. En bas, Daedwyg et Kahraman s’agitaient autour d’un pot. Nous étions déjà cinq, mais la grotte ne pourrait pas en abriter beaucoup plus, en tous cas, nous aurions intérêt à mieux nous installer, tout en restant discret. Difficile tout cela.

J’accrochais la corde à une petite corniche rocheuse, et je commençais ma descente.

- Tu peux aller voir Shabh si tu veux. Il y aurait la place pour deux je pense mais j’aime trop la tête que tu fais pour montrer que tu es énervé. Oui tu vois celle-là !

Je lui adressais un grand sourire.

- Je vais au Lac pêcher, et chercher de l’eau. Quelqu’un veut venir avec moi ? Le soleil est encore haut et nous n’avons pas de gros stocks. Si Shabh s’occupe d’installer le poste de garde, il faut bien que quelqu’un s’occupe du repas en échange.
Ard, peux-tu me montrer les plantes dont tu aurais besoin pour tresser une corde solide ?


Couleurs:
 




Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Mar 19 Sep 2017 - 15:22

Mon nez me démangeait, irrité par l’épaisse fumée du four de Kahraman. Celle-ci grommelait face à sa seconde tentative infructueuse de cuisson et je n’osais plus la déranger. Aussi quand Salim demanda à quelqu’un de l’accompagner lors de sa séance de pêche, je n’hésitait pas longtemps. Même si la température ambiante ne permettait pas davantage, la perspective de me tremper le visage dans l’eau claire m’attirait tout particulièrement. Je partis chercher ma peau de daim que je posais sur mes épaules, vidait ma besace avec précaution, puis rejoignit le Cime aussi rapidement que mes jambes me le permettaient.

Le soleil était invisible mais on pouvait malgré tout sentir la lumière changer. Au fur et à mesure que nous descendions la pente douce, le lac disparut derrière les quelques arbres qui nous séparaient de sa berge. Je m’arrêtais plusieurs fois pour inspecter quelques plantes, dont un bosquet de fleurs dont je prélevais les pétales avec application, j’en mâchonnais une pensivement. Une aigreur ronde et camphrée… bon pour l’estomac ça. Je hochais la tête satisfaite et sectionnait plusieurs têtes avant de me rappeler que je n’étais pas seule. Jetant un regard d’excuse à Salim qui m’attendait, un peu en avant, je m’empressais de le rejoindre.


Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Mer 20 Sep 2017 - 10:27

Daedwyg proposa de m’accompagner et nous partîmes joyeusement vers le Lac. Enfin en ce qui me concerne, j’avais encore du mal à décrypter le visage insondable de l’échouée. Je constatais au fur et à mesure que les dires de Kahraman étaient vrais, elle avait l’air de bien s’y connaître en plantes. Plutôt pratique. Je la laissais ramasser ce qu’elle voulait, nous n’étions pas pressés.

- Prends ton temps, le soleil est encore haut. On devra peut-être faire plus vite au retour par contre.

Je réfléchissais distraitement à mes questionnements habituels en surveillant les alentours. Par cette journée calme et agréable, c’eut été presque simple d’oublier la menace habituelle. J’essayais aussi de trouver le beau autour de moi, comme Ka me l’avait expliqué, et je profitais du paysage vide de toute tâche noire.
Tandis que nous nous rapprochions, je repensais à la maison du sage et à toutes les belles choses qui s’y trouvaient. Dur de rendre une grotte aussi chaleureuse, mais nous pouvions essayer.

- Dis Daedwyg, est-ce que tu connaitrais des plantes qui permettent de faire des couleurs ? Pour mettre sur la pierre ou le bois. Ou même les vêtements que tisse Ard, on pourrait y faire des motifs le soir, quand on ne peut plus travailler dehors. Enfin, je ne sais pas ce que tu penses, tu crois que ça serait joli ?

Nous étions presque sur la rive désormais, l’étendu d’eau mystérieuse s’étalait devant nous.


Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Jeu 21 Sep 2017 - 15:12

- Il faudrait laisser sécher des graines, ou des bourgeons. Ou peut-être en écrasant des pétales de fleur avec certaines feuilles...

Instinctivement, mon regard se porta autour de moi. Capturer les couleurs. La perspective esthétique de la chose me passa complètement au dessus. Pour moi, c'était comme prélever un peu des mots avec lesquelles ces plantes nous signifiaient leur présence. C'était possible, encore fallait-il trouver le moyens.

- Il faudra trouver quelque-chose pour faire tenir ces couleurs sur de la roche. Peut-être en les mélangeant avec de la cendre. Je ferais quelques tests!

L'excitation grimpait en moi à la perspective de cette nouvelle aventure et je frissonnait malgré moi.
Nous échangions avec animation sur les possibilités d'un telle entreprise lorsque Salim me retint soudain par le bras, m'évitant un pas supplémentaire qui m'aurait plongé directement dans les eaux du lac. Ce brusque rappel à la réalité me laissa interdite quelques secondes.

- Ah... merci.

Alors que Salim était occupé à pêcher, je longeais la berge, ramassait quelques plantes aquatiques qui, une fois séchées, pourraient être tressées. Je trouvait un cadavre de criquet déséché et, après avoir vérifié que Salim ne me regardait pas, croquait dans son abdomen. Elastique, salé, excitant. Mon cœur s'accéléra quelques minutes et je dût m'asseoir pour arriver à contrôler mes mouvements. Je cherchais d'autres de ses camarades à proximité mais ne trouvait aucun autre cadavre. Les vivants de leur côtés restèrent hors de portée de mes tentative maladroites pour les saisir.
Fouillant dans les dépots végétaux échoués sur la berge, je retrouvais une dizaine de graines vomitives qui m'avaient permis de sauver Varlen. Les images du champ de pierre me revinrent et, comme à leur habitudes, des larmes se mirent à couler le long de mes joues, sans un sanglot. Je restait accroupie un instant, goûtant leur sel sur mes lèvres, les yeux plongés dans la noirceur du lac.
Puis, m'essuyant les yeux je revins vers Salim, la lumière décroissait, il fallait rentrer.


Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Ven 22 Sep 2017 - 14:15

J’étais content de voir que Daedwyg pourrait trouver une solution à ma question, même s’il n’y avait aucune urgence. Près de l’eau, je la laissais chercher ce qui l’intéressait et m’adonnait à mon activité habituelle. Petits insectes, morceaux de sable, branches, poignards… Les instruments et la techniques commençaient à m’être connus, hélas, ils ne me permirent d’attraper qu’un poisson pour nous tous. C’était mieux que rien.

Je songeais au panier à poisson que j’avais réalisé au début, quelque chose de plus souple, une sorte de peau percée pourrait être plus pratique. Mais nous n’avions pas de peau à gaspiller et avec l’eau je n’étais pas sûr de pouvoir la sortir brusquement de l’eau. Peut-être qu’Ard pourrait me tisser quelque chose à mailles larges, qui laisserait passer l’eau mais pas les poissons. C’était à creuser, cette idée de filet.

Je longeais la rive, l’eau jusqu’à mi-cuisse en fouillant le fond vaseux, et je finis par découvrir plusieurs petites coques, similaires à celles que j’avais bouilli au bord du lac.

Je vis Daedwyg s’approcher de moi, et reprenant conscience du temps avancé je lui montrais mes prises en me dirigeant vers la grotte.

- Il ne vaut mieux pas qu’on traîne, mais si au passage tu vois quoi que ce soit capable d’améliorer le goût de ces coquillages, je t’en prie ramasse-le.

De souvenir ces choses étaient d’une fadeur caoutchouteuse sans nom.

Nous atteignîmes la grotte une fois la nuit tombée. Shabh avait pour le moment délaissé le poste de garde perché et se trouvait comme à son habitude près de l’entrée. Je constatais avec soulagement que la lumière du feu ne filtrait pas à travers la paroi, nous restions dissimulés.

- Ah vous voilà ! On commençait à s’inquiéter.



Couleurs:
 


_________________________________

1 : Silure
2 à 20 : plusieurs beaux poissons (assez pour tous le soir et le lendemain)
21 à 50 : 3 poissons (assez pour tous le soir)
51 à 80 : 1 poisson, des coquillages (un peu maigre)
81 à 90 : coquillages
91 à 100 : rien



Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 300

Ven 22 Sep 2017 - 14:15

Le membre 'Salim' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd100' :

Résultat : 61
Daedwyg
Membre
avatar
Messages : 22

Jour d'éveil : Jour 4
Race : Echouée
Métier : Guérisseuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Ѫ
Sam 23 Sep 2017 - 14:21

La proposition de Salim me surprit. Je n’avais depuis mon éveil, jamais considéré qu’un effort puisse valoir la peine d’être fourni pour changer le goût d’un aliment. A vrai dire, le grand Cime ne cessait de me surprendre depuis notre rencontre. C’était comme s’il attachait un soin particulier à insuffler une dose de superficiel dans un quotidien parfois trop étroit pour simplement survivre. Comme si au-delà du simple besoin de se nourrir pour ne plus avoir faim, y prendre du plaisir devait également avoir du sens. Bien évidemment, je concevais que l’on puisse chercher ce genre de confort. C’est seulement qu’il me semblait n’avoir jamais eu seulement le temps de considérer la chose.

Perdue dans ces pensées que je démêlais avec difficulté, j’oubliais totalement de ramasser une plante quelconque qui aurait pu faire l’affaire. Durant notre absence, Shabh avait établi un toit de branches sommaires, recouverts de mousse. Peut-être que mon œil unique et que la lumière désormais faible y participaient, mais il me semblait que l’abri pouvait tout à fait faire illusion pour un arrivant impromptu.

Le repas fut riche en discussion auxquelles je ne pris que peu part. Les plantes ingérées auparavant m’avaient rendu l’estomac sensible et je mâchais les quelques bouchées qui m’étaient attribuées avec le plus d’application possibles. Ard s’était appliquée à créer des brochettes de coquillages et de champignons dont le goût s’équilibrait plus ou moins. Kahraman avait finalement réussi à créer un pot qui lui convenait et dont la cuisson semblait en bonne voie.

- Tu pense qu’il serait possible de faire chauffer de l’eau à haute température ? J’aimerais y faire infuser ces touffes de mousse.

Cette fois, je m’étais appliquée à ne pas couper une conversation en son milieu. Kahraman réfléchit avec une rapidité déconcertante.

- Oui. Ça ne devrait pas poser de problème, il faudrait mettre le pot au dessus du four. En revanche ça risque de prendre un peu de temps. On essaie demain ?

J’asquiesçait en silence. Assise auprès du feu, pelotonnée dans le peu de vêtements que je possédais je refusais de soumettre mon corps au froid de la nuit. Commençant à somnoler, je tentais malgré tout de me concentrer sur la conversation qui continuait autour de moi. Shabh posa des questions sur l'être noir, presque avec réticence. Malgré son dédain initial, il était évident que le sujet l'intéressait. En bon chasseur, il questionna Salim sur les possibles points faible de ce redoutable ennemi, mais le Cime fut bien incapable de lui répondre autrement qu'en répétant ce que ce Ka lui avait dit. Devant l'agacement du Racine, Ard changea de sujet et j'en profitais de mon côté pour aller m'allonger là ou se trouvait désormais ma place. Je me sentais bien.


Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum