AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jared, le miraculé
AuteurMessage
Jared
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : Jour 11
Race : Racine
Métier : Chasseur 2
Groupe : Errants
Fiche de présentation : ¤
Jeu 14 Sep 2017 - 23:58


Prénom : Jared

Éveil : Jour 11
Sexe : Mâle

Race : Racine
Métier : Chasseur (2)
Groupe : Errant
Croyance : Il croit fermement que la Vallée est une entité consciente et que tout ce qui y vit sont ses enfants. A ses yeux, les Êtres Noirs sont ses serviteurs directs et les hommes ayant basculés sont simplement passés sous son contrôle direct. Il est actuellement persuadé qu'elle cherche délibérément à le tuer car il n'aurait pas dû survivre. Il ne peut qu'espérer que sa ire lui passe... même si pour le moment il n'y croit pas trop.

Magie : Bien que d'ordinaire les Racines aient peu d'affinités envers la Magie, Jared a une sensibilité naturelle à l'Oubli Intérieur. Il ne s'agit pas d'une maîtrise consciente et le seul sort qu'il est capable de lancer est davantage fruit de ses émotions que de sa volonté mais peut-être qu'avec l'aide de quelqu'un il serait capable de finir par contrôler cette étrange capacité ?
Ce sort, justement, a pour objet lui-même. C'est apparemment la peur qui en est le moteur et il lui permet de cesser d'être présent pour la chose qui est à l'origine de cette peur, c'est à dire que celle-ci oublie toute information sensorielle le concernant. Pour l'instant, Jared n'a même pas conscience de l'existence de ce sort bien qu'il lui doive assurément la vie.
D'un point de vue technique, il ne peut affecter qu'une unique cible qui doit être celle à l'origine de la terreur ressentie par Jared (ou celle qui lui fait le plus peur si il y en a plusieurs) et ne durera jamais plus de quelques dizaines de secondes (le temps de partir en courant et de prendre une petite avance par exemple).

Capacités physiques : Comme la plupart des Racines, Jared a un corps robuste et endurant à l'effort. Il est cependant moins bien pourvu que d'autres en terme de force brute et compense par une certaine agilité. Il est, en outre, bien plus résistant au froid qu'un humain ordinaire mais supporte mal la chaleur qu'il trouve vite étouffante. C'est un combattant naturel qui pourrait, avec de l'entraînement, devenir redoutable.

Talents divers : En plus de son habilité avec son arc (toucher une cible relève de l'exploit au vu de la vétusté de la chose) et de sa discrétion relative, Jared maîtrise les talents basiques lui ayant permis de survivre jusque là : faire du feu, reconnaître certains fruits/baies/racines comestibles, tailler grossièrement le bois avec des silex, durcir des pointes grâce au feu, ... Rien de bien exceptionnel en somme.

Équipement : Un arc rudimentaire et quelques flèches, un gros os de Guetteur, un silex taillé en petite lame. Il ne dispose d'aucun vêtement autre qu'une ceinture en liane parce qu'il n'en voit tout simplement pas l'utilité.


Apparence physique et charisme :

Jared n'est pas très grand pour un Racine, mesurant un peu plus de cinq pieds et demi, mais sa musculature le rend tout de même un peu plus lourd que sa taille ne le laisserait supposer. Son crâne est barré d'une vilaine blessure lui ayant arraché une partie de ses cheveux et laissé une profonde marque sur sa peau. D'autres marques sur son corps trahissent une existence violente et il peut paraître surprenant qu'il ait réussit à survivre à tout ça. Ses yeux orangés contrastent sur son visage avec sa peau tannée par le Soleil et ses poils noirs. Ses cheveux son courts et, comme une majorités de survivants, il ne prend guère le temps de s'en occuper.


Caractère et personnalité :

Jared n'a jamais été le plus bavard des hommes. Enfin, autant que l'on peut utiliser le mot "jamais" pour qualifier une existence de quelques jours. Ce n'est pas non plus l'être le plus curieux ou le plus inventif. Toutefois il sait s'adapter et adopter de nouvelles idées, méthodes ou de nouveaux outils si cela peut lui être utile. Plutôt terre à terre, il cherche les résultats concret et est prompt à mettre de côté des concepts ou des idées un peu trop philosophiques. Pas parce qu'il ne comprends pas ces choses mais simplement parce qu'il n'en voit pas l'intérêt. C'est un homme qui vit au jour le jour et dont les priorités sont très simples : trouver de quoi manger, éviter le danger et dormir pour voir se lever à nouveau le Soleil.
Il est cependant très proche de la nature et s'est intimement persuadé qu'elle est vivante. Que la Vallée pense et qu'elle les observe, à travers les yeux des Guetteurs et des autres immondices qui rampent dans l'ombre. Il pense qu'elle décidé de l'heure de la mort de chacun et qu'elle envoie ses serviteurs exécuter sa sentence. Vivre dans la crainte d'une entité supérieure au jugement aussi implacable qu'imprévisible aurait de quoi en déprimer plus d'un, mais Jared se contente de vivre la vie tant qu'il peut en jouir et relègue son funeste et inéluctable destin au même rang que toutes ces choses qu'il ne maîtrise pas et dont il est de fait inutile de débattre pendant des heures.


Histoire :

Jared s'éveilla au jour 11 dans une caverne souterraine. Une fois à la surface il commença à chercher de quoi manger et finit sa journée allongée sur la branche d'un arbre, incapable de fermer l’œil et frémissant à chaque bruit. Après cette première journée et cette première nuit des plus désagréable, il fut heureux de rencontrer d'autres hommes comme lui le lendemain. Enfin, pas tout à fait comme lui : les deux hommes venaient des montagnes et disaient avoir émergés de la neige elle-même. Les deux étaient grands, plus grand que lui, très minces, pâles et se ressemblaient comme s'ils avaient été deux frères. Ils s'appelaient Karl et Brav et ils décidèrent de cheminer ensemble.

Durant les jours qui suivirent, ils parcoururent la vallée du Sud au Nord et d'Est en Ouest. Ils rencontrèrent d'autres hommes, parfois amicaux, parfois hostiles et comprirent un peu mieux le monde qui les entouraient. Pour l'heure ils préféraient rester ensemble et ne pas rejoindre de groupe plus nombreux. Karl était méfiant et peinait à donner sa confiance et ils étaient de toutes manières obligés de bouger chaque jour pour trouver de la nourriture : un mode de vie sédentaire leur paraissait alors difficilement viable. Si Jared était l'homme fort du groupe, les jumeaux, comme il aimait désormais les appeler, étaient aussi curieux qu'inventifs. Utilisant des boyaux de lapin et une branche d'arbre particulièrement résistante et flexible ils parvinrent à concevoir un arc qui, bien que rudimentaire, facilita leurs chasses. Ce furent eux qui apprirent à Jared à faire du feu, à reconnaître les silex des autres cailloux sans grand intérêt et ensemble ils découvrirent comment durcir des pointes en bois grâce à leur feu de camp, renforçant alors l'efficacité de leurs flèches et de leurs lances.

Mais, dans la nuit du dix-septième au dix-huitième jour, alors que la lune était cachée par les gros nuages qui avaient fait tomber la neige toute la journée et que les trois hommes grelottaient en cherchant un endroit pour établir un campement, un groupe de Guetteurs leur tomba dessus. Brav fut le premier à mourir, donnant sa vie pour essayer de laisser à Karl le temps de s'enfuir. Malheureusement, pétrifié par la terreur celui-ci ne parvint même pas à courir et fut déchiqueté par plusieurs bras griffus. Jared lui avait fuit, seul un fou essaierait de lutter seul face à ces monstres. Courant dans le noir il finit par trébucher sur une racine et fut rattrapé par un être difforme qui lui présenta une gueule pleine de crocs. Pourtant la mort ne vint pas le saisir et le monstre resta planté là, la bouche ouverte, sans rien faire. Sans comprendre trop ce qui lui arrivait, Jared ramassa son arc, une flèche et tira à bout portant dans la gueule du monstre, plantant sa flèche dans son cerveau. Cependant il ne demanda pas son reste et ne chercha pas à savoir si la créature était morte ou si elle allait se relever et il reprit sa course, ne s'arrêtant que bien plus tard, haletant, au fond d'une caverne.

Le lendemain il revint sur les lieux, ayant à peine réussi à dormir hanté qu'il était par la mort de ses seuls amis. Là où il aurait dû mourir ne se trouvait plus qu'un squelette qui n'était pas le sien et dont les os noirs lui donnaient la chaire de poule. Il en garda un, gros et solide, et l'accrocha avec une courte liane autour de son poignet. Dans sa course il n'avait emporté que son arc et quelques flèches et il n'avait pas le courage de retourner là où était mort ses compagnons pour récupérer un peu plus de leur matériel durement acquis au fil des jours. Se réfugiant sous terre pour fuir le froid intense de cette journée, Jared ne comprenait toujours pas pourquoi il était encore vivant. Il ignorait que la terreur qu'il avait ressenti alors que son sort semblait décidé avait révélé le potentiel magique qui sommeillait jusque là en lui. Pour lui ce qu'il s'était passé était tout simplement inexplicable et il ne faisait aucun doute que la Vallée ne tarderait pas à venir récupérer son dû. Il était donc, encore plus qu'avant, un mort en sursis. Tandis qu'il essayait de se réchauffer dans la caverne où il avait passé la nuit, il pleura ses compagnons décédés et ne put rien faire d'autre de la journée. Ce fut la faim qui le poussa finalement à se reprendre en main et à aller de nouveau de l'avant, car il ne pouvait après tout rien faire d'autre. La Vallée lui avait fait cadeau de quelques heures, quelques jours peut-être, de plus, que cela soit volontaire ou non de sa part, et il se devait d'en profiter autant qu'il lui en était possible. Progressant sous la surface où il faisait moins froid, il n'émergea qu'au matin du vingtième jour, profitant que les températures aient enfin remonté suffisamment pour qu'il puisse envisager de chasser à l'extérieur. Et il fallait dire qu'il avait grand faim : en deux jours il n'avait rien trouvé d'autre à manger qu'une chauve-souris et des champignons qui lui avaient donné une migraine difficilement supportable. Tant que la Vallée ne se déciderait pas à venir l'achever, il allait vivre, et peut-être parviendrait-il à apprécier l'expérience... peut-être. . .



En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : D.C.A
Age : 23 ans et toutes mes dents !
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?

Normalement je devrais pouvoir poster de manière au moins hebdomadaire sans forcer, ne pas pouvoir faire trop de RPs simultanés devrait aider aussi de ce côté là.


Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

En zyeutant par dessus l'épaule de Carnassie et en remarquant qu'elle était inscrite sur un forum qui m'était inconnu.


Avez-vous des remarques à propos du forum ?

L'accueil textuel dans les différents sujets d'introduction est glacial. Je me doute bien que c'est fait exprès et ça doit faire une barrière à l'entrée des petits rigolos assez efficace (et je le dis en toute positivité, n'y voyez aucun sarcasme). De ce fait, votre accueil via chat s'en voit d'autant plus chaleureux tant le contraste est marqué... et du coup ça fait plaisir =).

Telod
Administrateur
avatar
Messages : 166

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Ven 15 Sep 2017 - 9:41

Bonjour Jared et bienvenue sur Musaraignes !

Ta fiche est efficace et précise, c'est très bien ! J'apprécie ton personnage qui me semble très humain et simple dans son rapport au choses, c'est - je crois - ce genre de personnages qui peuvent donner des individus très intéressants à faire évoluer dans la vallée ! Sur Musaraignes même les gens simples et pas difficiles en chient c'est ça la brutalité du monde...

Tout est très bien respecté, le contexte semble bien compris, l'arc est vraiment acceptable à partir du moment où il est rudimentaire et qu'il a été fait par d'autres personnages !

J'aurais juste une demande à te faire :

Ton sort d'oubli est - je trouve - trop puissant surtout pour un racine qui le lance sans faire exprès. Là où le sort est réellement d'une puissance folle c'est le fait que tu dises "il lui permet de cesser d'exister pour la chose qui est à l'origine de cette peur", cesser d'exister c'est de l'oubli incroyablement fort. Là dans un seul et même sort tu fais oublier des milliers d'informations de toutes sortes : ce que tu représentes pour la chose à laquelle tu fais oublier ton existence, ce que tu étais dans sa mémoire, ta présence physique actuelle, là où tu te trouves, ce que l'on attendait de toi, ce à quoi tu ressembles etc etc. Pour faire simple, à mon avis, tu devrais faire quelque chose de bien plus précis pour que je sois capable d'accepter le sort, dire une chose que tu fais oublier à propos de toi, et qui n'est pas 'ton existence toute entière'.

De plus si le sort se déclenche dès que tu as peur, et qu'il est d'une puissance telle, j'ai du mal à voir comment ton personnage pourrait mourir en réalité ? Il faudrait par exemple qu'il y ait une limite sur la durée, sur le nombre d'entité à qui il est capable de lancer son sort, sur l'énergie qu'il dépense en le faisant. D'autant qu'un être qui te fait peur, parfois - comme le guetteur dans l'histoire - il a des bonnes raisons pour t'avoir bien en mémoire et ainsi il parait difficile pour lui de t'oublier, ce qui justifierait que le sort soit encore plus dur à lancer.

J'aimerai donc que tu réfléchisses à ce sort et que tu le modifies un peu quitte à vraiment le rendre beaucoup plus précis ce qui ne modifierait pas nécessairement son efficacité dans l'histoire.

Voilà ! Ça sera tout !
Jared
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : Jour 11
Race : Racine
Métier : Chasseur 2
Groupe : Errants
Fiche de présentation : ¤
Ven 15 Sep 2017 - 9:56

Édité :

Un homme pressé a écrit:
Ce sort, justement, a pour objet lui-même. C'est apparemment la peur qui en est le moteur et il lui permet de cesser d'être présent pour la chose qui est à l'origine de cette peur, c'est à dire que celle-ci oublie toute information sensorielle le concernant. Pour l'instant, Jared n'a même pas conscience de l'existence de ce sort bien qu'il lui doive assurément la vie.
D'un point de vue technique, il ne peut affecter qu'une unique cible qui doit être celle à l'origine de la terreur ressentie par Jared (ou celle qui lui fait le plus peur si il y en a plusieurs) et ne durera jamais plus de quelques dizaines de secondes (le temps de partir en courant et de prendre une petite avance par exemple).
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 166

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
En ligne
Ven 15 Sep 2017 - 20:35

Très bien ! A présent tout me convient !

Par conséquent...

JE M'APPELLE TELOD, et je te LIS TES DROITS ! dit il tout en prenant une petite feuille d'arbre qu'il manipulait comme si c'était un parchemin très sérieux. Il enfila ses lunettes - en réalité c'étaient deux bouts de bâtons vaguement entortillés qui recouvraient la moitié de ses yeux sans améliorer en rien son acuité visuelle, et il récita :
1 : Vous avez le droit de garder les cailloux - si vous en trouvez.
2 : Tout ce que vous pourrez caillouter - c'est à dire défoncer à coup de cailloux - pourra être utilisé contre vous dans une cour de mangeurs de cailloux.
3 : Vous avez le droit à un avocat - le fruit hein - à condition d'en trouver un dans la vallée et putain c'est pas gagné.
4 : Si vous n'avez pas d'avocat je peux vous prêter une pomme mais il faudra me la rendre sans la manger, ce qui est probablement encore plus dur à faire que de trouver un avocat.
5 : Vous avez le droit d'utiliser les cinq droits que je viens de vous transmettre.
Puis il fit une pause, regardant Jared droit dans les yeux - alors que ce dernier était parti depuis 10 minutes - et il demanda : Avez-vous des questions ? Peut-être vous demandez-vous pourquoi je vous dit tout cela, et bien, c'est pour que vous soyez... Informé. il réfléchit puis évoqua une petite modération de ses propos qu allait de soi - avec le sourire : ou quelque chose comme ça.


Phrases de Jared :

- Une folie après l'autre.

- Les musaraignes sont en train de t'avaler.



Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum