AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Mirage [Staz][Important][J21][CLOS]
AuteurMessage
Staz
Administrateur
avatar
Messages : 151

Jour d'éveil : Jour 16
Race : Echoué
Métier : Aucun
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Clic
Journal : Clic
Mar 26 Sep 2017 - 10:46


- Vous êtes combien à vivre là-bas ?
Staz marchait, vite, trop vite. A vrai dire, il marchait si vite qu'il avait mal aux jambes. Il voulait voir Hiss, il devait la voir. La peur était là, étranglant sa gorge, qu'il tentait de refouler toutefois. Il y avait Gallya, et là-bas il y aurait Aël et Halya pour veiller sur elle. Ni l'un ni l'autre n'étaient seuls. Staz n'avait pas peur de mourir, il avait peur qu'il lui arrive des ennuis. Alors, déjà, plusieurs fois Gallya s'était plainte qu'il marchait très vite. Depuis deux heures qu'ils marchaient l'un et l'autre, portant chacun leurs affaires, Gallya et ses petites jambes avaient besoin d'une pause. Et quand elle lui disait de ralentir, Staz ralentissait effectivement, une seconde ou deux, avant de se laisser gagner pour cette chose puissante, ce mélange de hâte, d'espoir et de peur, qui le poussait vers l'avant, l'attirait vers un bosquet d'arbres, là où il devait trouver Aël, Halya, Finn, et aussi Callixte, mais surtout, surtout, Hiss.
Alors, il ignora tout bonnement sa question, car il ne l'avait même pas entendu. Il escalada un rocher comme s'il n'était que la dernière étape à franchir avant d'arriver, et le redescendit machinalement, comme si finalement, il en restait encore deux ou trois de la sorte avant leur destination.

Pourtant, cette fois-là, ce fut un petit cri, léger, qui le fit se figer, s'arrêter. Lorsqu'il se retourna, il vit Gallya sur le sol, à genoux, le coude écorché, en bas du rocher. Qui le fusillait littéralement du regard.
- Gallya !
Faisant demi-tour pour l'aider, Staz lui tendit la main, mais ne reçu rien d'autre ... qu'une gifle, dure et froide, contre sa joue. Il cligna des yeux pendant une demi-seconde avant de regarder la jeune femme comme si c'était un alien.
- T'es vraiment qu'un abruti.
Il cligna des yeux à nouveau, et se redressa alors que la petite femme se remettait debout, s'époussetant les genoux. Puis, se rendant compte qu'il la traînait derrière lui depuis le départ sans se soucier d'elle, il baissa les yeux.
- Ca fait deux heures qu'on marche ! DEUX. J'ai mal aux jambes, je suis tombée dix ou quinze fois, et faut que je me blesse pour que tu t'arrêtes enfin ?
Gallya semblait vraiment énervée. Finalement, Staz se demanda s'il n'était peut-être pas l'hirondelle qui venait de se faire bouffer par le chat qu'était Gallya.
- Continue tout seul si ça te chante, moi je fais une pause. Débile.
Elle s'éloigna, s'approchant un peu plus de la bordure du lac. Ils venaient d'atteindre la partie rocheuse à l’extrême ouest du lac, là où les falaises commençaient enfin à laisser place à ces espèces de plages rocheuses et aiguisées. Staz lança un regard vers le sud-est, où il apercevait le haut des arbres de son bosquet, encore bien loin. Il hésita une seconde à partir sans elle, et c'est peut-être cette hésitation qu'il prit en plein visage, comme un coup de poing dans le nez. Il n'allait tout de même pas partir sans elle ! Il n'était pas égoïste à ce point ! Alors, la tête baissée, il suivit la jeune femme, qui était allée s'asseoir à une vingtaine de mètres de l'eau. Et regardant une seconde le ciel nuageux, il soupira, et s'assit à son tour. En priant pour que ces quelques instants ne soient pas ceux dont aurait eu besoin Hiss pour ... Va savoir pour quoi, au juste ...


Couleurs :
 
Staz
Administrateur
avatar
Messages : 151

Jour d'éveil : Jour 16
Race : Echoué
Métier : Aucun
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Clic
Journal : Clic
Mer 27 Sep 2017 - 8:54


Après quelques minutes à fixer ses pieds en silence, Staz posa un regard triste sur Gallya qui lui tournait le dos.
- Excuse-moi.
Son visage affichait une moue déçue de lui-même. Dans sa hâte de retrouver Hiss, il en avait oublié Gallya qui, bonne âme, le suivait depuis le début, alors que c'était à lui de prendre soin d'elle. L'eau du lac était si calme, et même les yeux des six guetteurs amassés là-bas, derrière un rocher, ajoutait quelque chose d'inquiétant à la scène. Les yeux gris de Gallya rencontrèrent ceux de Staz une demi-seconde, avant qu'il ne baisse les yeux à nouveau.
- Je m'en fiche.
Sa voix était dure, et le grisonnant encaissa la phrase comme un coup au coeur. Mais déjà Gallya reprenait d'un ton adouci.
- Hiss sera là. Alors arrête de courir. Ne nous met pas en danger, nous, pour si peu. Si on meurt, tu la reverras pas.
Il releva la tête, la mine abattue, et acquiesça silencieusement. Il jeta un regard aux guetteurs, qui semblaient s'être rapprochés de quelques pas, et il déglutit. Il ne serait pas dévoré comme une biche. Pas encore.

Ils restèrent encore quelques instants assis sur cette pierre, à regarder la surface lisse du lac se mouvoir au gré du vent en petites vaguelettes imperceptibles, et finalement, d'un commun d'accord, se levèrent pour reprendre la route. Gallya jeta un regard à son coude écorché, puis, haussant les épaules pour elle-même, adressa un petit sourire à Staz.


Couleurs :
 
Staz
Administrateur
avatar
Messages : 151

Jour d'éveil : Jour 16
Race : Echoué
Métier : Aucun
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Clic
Journal : Clic
Mer 27 Sep 2017 - 9:38


C'est à ce moment-là, où ils allaient repartir, Staz serrant contre lui le petit baluchon de peau de bête qu'il avait rempli de champignons noirs, qu'ils entendirent. Ces petits couinements, peut-être gémissements, qui provenait d'un creux, à peine plus loin. Ils échangèrent un regard, hésitant un instant, puis décidèrent de s'approcher. Peut-être trouveraient-ils à manger pour le soir, après tout ...

Ils s'avancèrent en longeant le rocher le plus silencieusement possible, Staz précédant de quelques pas Gallya qui le tenait fébrilement par le bras, mais tout à coup, le jeune homme se figea. Gallya laissa échapper un petit cri, et elle se blottit contre lui, enfouissant son visage dans son dos. En effet, devant leurs yeux se déroulaient une scène bien peu ragoûtante.
Un monstre noir, un guetteur aux trois bras si longs qu'il ne paraissait qu'à peine humain, une jambe presque deux fois plus courte que l'autre, et au visage enfoui dans le corps d'une bête, se redressa tout à coup, en les voyant, interrompant ainsi son festin. Devant lui, quatre corps sans vie baignaient dans une mare de sang et d'entrailles. Un renard, et trois de ses petits. Ceux-ci avaient été déchiqueter d'un coup de crocs, alors que l'adulte, lui, servait toujours de victuaille à l'horrible monstre. Mais les glapissements ne venaient aucunement des corps qui, eux, ne pousseraient plus jamais aucun cri. Ils venaient d'un petit retranchement dans la roche, un peu en contrebas, peut-être le terrier.
Staz fronça les sourcils, et attrapant un caillou, le lança de toutes ses forces contre la bête. Curieux, avait dit Ka ? Tout ça était loin d'être de la curiosité ! Un instant, le guetteur hésita, fit un pas en avant, mais Staz, furieux, bondit en bas du rocher en hurlant. Et la bête déguerpit, traînant derrière lui lamentablement sa patte courte et son troisième bras. Un instant, Staz espéra qu'elle tomberait de la falaise un peu plus loin, et mourrait aussi misérablement que l'était sa course.

Gallya, toujours légèrement en hauteur, finit par le rejoindre, posant sa main devant sa bouche, horrifiée par les restes du massacre qui s'était déroulé ici. Mais Staz ne s'y arrêta pas, et en prenant soin de ni marcher dans le sang, ni regarder les cadavres sanguinolents, il rejoignit la petite corniche dans la roche, d'où glapissait toujours ... Deux petits renardeaux. Le reste de la portée, les survivants, qui s'étaient terrés si loin que le guetteur avait abandonné l'idée de se contorsionner pour les atteindre.
- Gallya ! Y'en a deux de vivants !
La jeune femme accourut, et se proposa d'aller les récupérer. Après tout, elle était si petite qu'elle pouvait aisément ramper jusqu'aux petits. En un instant, elle s'engouffra si loin dans le petit trou que même ses pieds disparurent, avant que Staz, courbé pour la suivre des yeux, ne l'entende murmurer quelque chose qu'il ne comprit pas. Et, voyant la jeune femme tenter de faire marche arrière, en vain, il attrapa ses pieds, et la traîna très doucement -pour essayer de ne pas la blesser sur le sol rocheux- pour l'aider à sortir.

Alors, elle émergea, la peau rougie par le frottement probablement un peu douloureux, mais un grand sourire sur les lèvres. Elle tenait dans ses bras deux petits renardeaux, chétifs et incroyablement mignons, qui lui écorchaient les bras à petits coups de griffes et de dents ridicules, en tentant de se défendre contre une menace inexistante. Staz sourit, et attrapa les deux petites bestioles qui gesticulaient en geignant pour aider Gallya à se relever.

Les petits n'étaient pas vieux du tout, et ils s'échangèrent un regard, soucieux de ce qu'ils allaient bien pouvoir en faire. Gallya grimaça.
- Ils sont trop petits, ils vont mourir.
Staz secoua la tête, la mine défaite.
- Hors de question qu'on les abandonne.
La jeune femme le fixa un instant, puis haussa les épaules en détournant la tête.
- Comme tu voudras.
Au fond, Staz savait que Gallya était dubitative face à l'idée de les emmener, mais qu'au fond, elle aurait beaucoup de mal à les abandonner. Ils s'assirent un instant, regardant les deux petits, et se retrouvèrent à sourire comme des débiles à observer les deux rigolos essayer de les attaquer, de les mordiller, du haut de leurs pattes chancelantes, et malgré leurs dents ridiculement petites.
C'étaient deux petits mâles. Le premier était tout gris, ce qui étonna Staz, un peu pataud, et cherchait à mordre tout ce qui l'entourait sans parvenir à viser assez bien pour y arriver. Le deuxième, lui, était roux et plus fin, et une grande ligne noire barrait son dos, de son museau jusqu'au bout de sa queue. Il paraissait plus futé, et se contentait de petits coups de crocs bien placés.  Ils n'étaient pas à même de manger seuls, mais devaient déjà dévorer la viande goulûment. Que leur maman chassait, auparavant. Il faudrait désormais les nourrir ... Staz soupira, attrapant les deux petiots.
- Lui c'est Eol, et lui, c'est Naem. Je m'en occuperai.
Gallya hocha la tête d'un air absent, puis se releva. Elle s'empara du baluchon de Staz, et lui adressa un petit sourire.
- Très bien, mais débrouille-toi.
Et ils se remirent en route, Staz portant contre lui les deux petits qui se chamaillaient sans cesse en glapissant. Ils n'avaient même pas l'air d'avoir peur de Staz. Ils avaient l'air ... courageux et forts. Alors, ils survivraient, Staz en était certain.

Couleurs :
 

RP CLOS
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum