AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


La prépré de Kachou
AuteurMessage
Kachou
Membre
avatar
Messages : 2

Jour d'éveil : 15e jour
Race : Cime
Métier : cueilleuse lvl 1
Ven 13 Oct 2017 - 14:35


Prénom : Kachou
Nom/surnom : R.A.S

Éveil : Quinzième jour
Sexe : Feminin

Race : Cime
Métier : Cueilleuse de rang 1
Groupe : Errants
Croyance : Monde effrayant

Magie : Il faut garder à l’esprit que les crises de panique de Kachou ne sont pas dû à une magie. Par contre, les images choquantes semblants si réels font que la cime se trouve avoir une certaine sensibilité avec la magie d’illusion. Bien sur, n’étant consciente de cette sensibilité, la jeune femme confond certains signes « insignifiants » à ses crises. Kachou développera certainement  à l’avenir cette sensibilité, pour en prendre certains avantages et en comprendre le mode de fonctionnement. Ce qui est loin d’être le cas à l’heure actuelle.
L'illusion dont sera surement dotée Kachou lui permettra d'emprisonner son ennemi dans un lieu exact à celui dans lequel se trouvaient les deux êtres-humains. Autre détail, L'image de Kachou fera partie de l'illusion pour permettre à cette magie de sembler réelle. Lors de cette illusion, la personne piégée ressentira des douleurs, lors de l'illusion, mais une fois celle-ci terminée, il n'en ressentira plus qu'un lointain souvenir.

Par contre, depuis son éveil, la blonde se découvre un certain don pour l’alchimie. A force de cueillir des plantes pour se nourrir ou même se soigner, Kachou commence à reconnaître avec plus d’aisance la faune qu’elle croise. Il est évident que ses connaissances, encore maigres sur bien des domaines, l’obligent à fournir des efforts et à ne pas baser son ressenti sur ce qu’elle sait, ainsi la demoiselle vérifie toujours qu’elle ne se trompe pas car cela arrive une fois sur trois ? Autant prendre des précautions et ne pas tenter le diable.

Capacités physiques : Kachou fait des crises de panique à des moments hasardeux (souvent lorsqu’elle ressent une énorme fatigue). Due à ses crises, la jeune cime comble cette maladie par la nourriture dès qu’elle le peut, ayant un gros estomac la demoiselle n’hésiterait pas à manger pour deux. Autant dire que mis à part ses crises de panique, Kachou semble être en très bonne forme. La blonde se trouve donc moins à plaindre que certains. D’ailleurs, cet appétit d’ogresse ne comble pas seulement sa maladie, mais aussi le fait que Kachou se dépense beaucoup. Etant constamment en mouvement, elle ne lésine pas… Encore moins lorsque sa vie est en danger.

Talents divers : Bizarrement, Kachou semble très frileuse malgré sa race de cime et pour palier à ce problème, la jeune fille a une certaine facilité à ressentir les auras chaudes des environs. D’ailleurs, la blonde n’est pas spécialement forte, mais à l’inverse elle sait travailler ses méninges bien plus qu’elle ne le laisserait paraître. Elle n’a pas de très grandes aptitudes si ce n’est un bon coup droit et une bonne ouïe. Voyageant seule, il faut savoir être attentif au moindre bruit, c’est pour cela que Kachou observe de loin la moindre chose, que cela soit le mouvement des autres humains que celui des animaux. C’est ainsi que la jeune femme aux cheveux d’or su développer ses sens de l’observation et de l’orientation.

Équipement : Pas grand-chose si ce n’est une couverture. Voyageant seule, Kachou s’est équipée d’un piètre morceau de bois qui ne ferait pas long feu, certes, mais qui donne l’impression à la jeune cime de pouvoir faire face à un éventuel danger.

Apparence physique et charisme :

Kachou a un corps fin et élancé, on pourrait croire qu’elle est un être fragile et faible de constitution, mais son caractère et sa poigne savent très bien prouver le contraire. Le froid de la neige a su la fortifier et la rendre résistante. Aussi, la jeune fille ne semble pas très grande, surement dans les alentours des un mètre cinquante, cinquante cinq tout au plus. Sa longue chevelure blonde sait mettre en valeur ses yeux bleus et ces derniers ont la particularité d’avoir des reflets violets. En fonction de son humeur et de sa concentration, le bleu de ses yeux semble plus ou moins clair… Allez savoir pourquoi. Et s’il fallait détailler la demoiselle dans les moindres détails, nous pourrions remarquer qu’en plus de sa petite taille, ses mains et ses pieds le sont tout autant. On pourrait presque la confondre avec une adolescente au vu de tout cet être minuscule.

Etant couverte par une simple couverture, il est évident qu’elle est nue si l’on la lui enlève. Mais du coup, ce tissu lui permet de cacher sa corpulence aux autres et il est évident qu’elle est obligé de tenir la couverture au moins d’une main… Difficile de se mouvoir de la sorte, mais on fait comme on peut ! Par contre, marcher pieds nus sur la neige a tendance à avoir de très mauvais effets sur la peau humaine. Heureusement pour la cime qu’elle a une certaine résistance. Malgré tout, cela ne lui empêche pas d’avoir des gelures à cause du froid. Il lui est donc difficile de marcher trop longtemps de la sorte et si quelqu’un venait à la poursuivre, il deviendrait compliqué pour la demoiselle de fuir comme il se doit.

D’un point de vue extérieur, on peut remarquer une démarche discrète et peu confiante. Kachou n’a et n’aura surement jamais la carrure d’une leader, restant constamment sur la défensive et prête à réagir à la moindre intention néfaste, elle se la jouera seule. Sa survie passera avant celle des autres… En tout cas, c’est ce à quoi on peut penser pour l’instant car comme on dit, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Cette tendance à se préoccuper d’elle-même n’aidera peut-être pas à convaincre autrui de lui faire confiance, mais comme elle n’a elle-même pas confiance aux autres, est-ce que cela change quelque chose ? A ses yeux, non en tout cas.
Ah et pour finir cette description, oui oui oui… Si vous la découvrez sans sa couverture, vous la trouverez surement belle, Kachou n’est pas désagréable à regarder après tout. Sa beauté fera peut-être faire des folies à certains, dans tous les cas elle n’en a pas conscience. De toute manière, homme ou femme, elle ne désire personne, seule sa solitude semble lui plaire.

Caractère et personnalité :

A première vue, elle semblerait froide, voire complètement bizarroïde ! Lorsqu’elle ne connaît pas, Kachou s’exprime le moins possible, autant vous dire que la discussion n’est pas son fort. Voyager seule n’aide pas non plus, faut l’excuser ! Quoique, quelques petits efforts de sa part seraient très certainement très appréciés de la part de ses interlocuteurs, mais il faudrait déjà en avoir. La blondinette ne déteste pas la compagnie d’autrui, par contre elle n’en reste pas moins craintive. Ses premières expériences avec des êtres-humains ne se sont pas particulièrement bien passées, alors « pourquoi faire tant d’efforts si l’homme est horrible ? Autant rester seule à jamais »…  En tout cas, il semblerait que ce genre de pensées soit devenu son petit quotidien.

Malgré cette distance qu’elle met entre elle et les autres d’entrée de jeu, Kachou n’en reste pas moins ne personne polie, voire agréable si on creuse un peu. Mais pour creuser, il faudrait déjà le vouloir et le pouvoir ! Car lorsqu’on a en face de soit une personne fermée, qui baisse sans cesse la tête pour éviter le regard des autres, qui ne parle pratiquement pas et ne parle quasiment jamais d’elle. On ne va pas se cacher que comme compagnie, on peut trouver bien mieux ! La jeune cime n’aime pas trop parler, mais si une personne commence à nouer certains liens avec elle, parler de choses pratiques attisera sa curiosité voire l’enthousiasmera peut-être, qui sait ?

Tout à l’heure, j’avais abordé le sujet concernant son tempérament qui semblait très loin d’une leader. Il est très important de garder à l’esprit que Kachou ne déteste pas la compagnie, mais elle n’en reste pas moins inquiète. Il lui serait bien trop compliqué de se mêler aux autres voire de diriger un groupe d’exploration, alors une sorte de clan… Impossible ! A savoir aussi, qu’elle a une certaine tendance à être extrême dans les deux côtés : discrète et visible. Si l’on cherche des noises à cette Cime, elle a beau être une personne réfléchie, elle n’en reste pas moins très sensible et pourra s’emporter très facilement par la parole. Kachou évite les poings au maximum, elle sait pertinemment que la violence ne résout pas tout, si ce n’est rien du tout. Cette sensibilité évoquée plus tôt est justement la cause première de son mutisme, la blondinette est très sensible à la moindre action ou parole d’une personne. Par ailleurs, il semblerait qu’elle soit assez froussarde, ce qui ne lui empêche pas de décider de combattre sa peur pour assouvir sa curiosité. Curiosité qui prend une grande place dans la vie de la jeune femme, elle s’intéresse à toutes sortes d’arts, au fonctionnement de la vie humaine, animalière…. Il se pourrait même qu’elle puisse un jour s’intéresser au mode de fonctionnement des monstruosités. Dangereux me diriez-vous… Mais justement, n’est-ce pas là que l’excitation est à son maximum ? Par contre, curiosité ne veut pas forcément dire stupide. Si la vie de Kachou viendrait à être en très très grand danger, il est certain que sa curiosité passerait APRES sa survie. Kachou n’est pas aussi folle qu’elle ne le pense.

Histoire :

Jour 1. (15) • L'éveil•
L’éveil fut glacial et effrayant. Ce sont les gouttes de pluie qui ont, en premier lieu, éveillé mon esprit. Et c’est le néant qui m’a sorti du songe dans lequel j’avais décidé de rester enfermée. Le néant si oppressant et tellement effrayant. Cette sensation de mal-être qui m’envahissait petit à petit jusqu’à tenter de noyer mon esprit dans d’atroces souffrances, mais au lieu de me plonger dans un sommeil éternel, c’est à la réalité que je revenais.  C’est en une fraction de seconde, que mes paupières se sont ouvertes, faisant battre mes cils à plusieurs reprises. Je ne comprenais pas. Je ne comprenais… Rien. Absolument rien. La première chose dont je pris conscience, c’était ce ciel gris, je ne remarquais même pas les gouttes dans les premiers temps. Après la couleur du ciel, venait alors le décor de ce dernier, les nuages.
Mes iris fixaient sans cesse ces nuages, sans que je n’aie à bouger d’un millimètre. Mon regard fixé sur ce spectacle, je me pris soudainement une goutte dans l’œil, m’obligeant alors à sursauter brusquement et à pousser un râle tout en venant frotter mes yeux d’une main. C’est à ce moment précis que je pris réellement conscience de moi-même.

Ecartant lentement mes mains de mon visage, je pris quelques secondes pour observer tout ce qui composait mon être, tout en parcourant partiellement le paysage dans lequel je me trouvais. J’avais la peau claire, la couleur semblait mi-blanche, mi-rose. Les ongles de mes doigts étaient « parfaits », ni trop longs, ni trop courts et d’une couleur rosée. Mes yeux se déplaçaient de mes mains à ma poitrine et de cette dernière à mes jambes…. J’étais nue. Complètement nue. Cela ne me choqua pas dans l’immédiat, mais cela m’obligea à prendre conscience du froid que provoquait la neige qui m’entourait ainsi que de cette pluie qui mouillait tout mon corps. J’étais trempée de la tête aux pieds, seule et dévêtue ainsi que tiraillée par l’envie de pleurer.

Pourquoi pleurer ? Moi-même je me le demandais car je n’en savais strictement rien, c’était surement dû à la solitude ou encore aux énormes questions qui envahissaient mon esprit. Il y avait aussi ce silence de mort, ce silence si pesant et si inquiétant… Je n’entendais strictement rien si ce n’est le bruit des gouttes d’eau s’écrasant sur mon visage apeuré. Que pouvais-je faire dans l’immédiat ? Il faisait vraiment très froid, tellement que tout mon corps tremblait, à tel point qu’on entendait mes dents claquer. Petit à petit, mes mains de couleur pale devenaient de plus en plus bleus, devais-je m’en inquiéter ? Bizarrement, j’avais la nette impression que la réponse était positive. Résultat, je soulevais ma jambe droite pour la déposer à peine quelques centimètres plus loin, mon premier pas. Mon tout premier pas dans ce monde qui m’était alors inconnu, mais le pire dans tout  cela, c’est que je ne me connaissais pas non plus.

Après le premier pas, vint le second puis le troisième. Je commençais alors à marcher pour m’éviter de geler sur place et dans l’intérêt de me trouver de quoi me réchauffer, un vêtement ou encore un abri peut-être ? Je ne me faisais pas d'idées, juste que l’espoir fait vivre et j’avais justement espoir de trouver un lieu en sécurité pour me reposer. Je venais tout juste de me réveiller d’un sommeil dont je ne me souvenais même pas de m’être endormie, mais malgré cela j’étais épuisée. Il y avait aussi cette immense sensation d’être observée, par qui ? Par quoi ? Dans tous les cas, cela ne m’attaquait pas pour l’instant alors je décidais de ne pas y prêter grande intention pour l’instant.

Tout en marchant, la nuit tombait petit à petit et je découvrais quelques fumées au loin, surement des feus de camps ? Et donc de la vie ? Quitte à rester vivante, il valait mieux se diriger vers cette fumée qui me semblait bien plus rassurante que la forêt se trouvant non trop loin de moi. D’ailleurs, la faim et la soif devenait de plus en plus un besoin immédiat, je n’avais guère bu, ni même mangé depuis mon réveil et cela devait bien faire trois ou quatre heures que je marchais nue sous cette pluie frigorifiante.
Une fois arrivée non loin de la fumée, je m’arrêtais derrière un arbre le temps d’observer la scène qui se déroulerait sous mes yeux. Je découvris alors un homme seul. Enveloppé d’une couverture, l’inconnu mangeait ce qui s’apparaissait à de la viande. Affamée et gelée, j’avais fini par m’approcher près du feu. La faim et le froid se faisait ressentir plus que jamais devant une telle vue. Mes jambes ne pouvaient plus soutenir mon poids et mes pieds ne désiraient plus marcher tant le froid avait fini par créer des cloques pouvant éclater à tout moment et me faire souffrir comme jamais. Et alors que je continuais de m’approcher, l’homme me découvrit et avant même que je ne dise un mot, mes jambes me lâchèrent et les ténèbres m’enveloppèrent.

Jour 2. (16) •La bonté d'un homme•

C’est avec grands efforts que je parvins à ouvrir les yeux. Contrairement à mon premier réveil, le ciel était sombre et je n’avais plus froid. Par contre la faim était toujours présente, elle était même pire qu’auparavant. Finalement, une odeur alléchante venait jusqu’à titiller mes papilles gustatives. Cela me força à tourner la tête vers le feu qui se trouvait sur ma gauche et un homme se trouvait assis en face de moi, me laissant apercevoir son dos courbé. Le temps que je me rende compte qu’il faisait nuit et que l’inconnu m’avait fait grâce de sa couverture, l’homme avait déjà remarqué mon réveil et se dirigeait vers moi. Son pas déterminé me fit craindre sa présence et je cachais instinctivement ma tête sous la couverture.
Bizarrement, rien ne me toucha et l’odeur de la viande se faisait plus présente que jamais. Affamée, je sortis la tête du tissu et je découvris une viande dans la main de l’inconnu. Il me tendait sa nourriture sans un mot… Il m’offrait un tel présent sans même me connaître, cela attisa alors ma curiosité, mais au lieu de refuser par mesure de précaution, je décidais de prendre avec délicatesse la viande. A peine prise, déjà engloutie. Suite à quoi, je ne me vis pas partir dans de nouveaux songes… Cette nuit-là fut certainement la plus longue….

Jour 3. (17) •La peur de l'inconnu, le besoin d'exister•

Lorsque j’ouvris de nouveau les yeux, la neige avait englouti toute trace de ce que j’avais pu voir la veille. L’homme qui m’avait nourri avait disparu et seule sa couverture me tenait encore compagnie. La fatigue accumulée m’avait fait dormir un bon nombre d’heures, j’en étais certaine mais combien ? Il était bien trop compliqué pour moi de comprendre cela actuellement. Tout ce qui me préoccupait, c’était cette solitude. Depuis, étais-je de nouveau seule au milieu de nulle part, entre deux arbres et des rochers servants de murs ? Devais-je attendre le retour de l’inconnu ? Peut-être allait-il revenir ? Il ne semblait pas si mauvais... Il avait fait preuve de compassion et donc de gentillesse envers moi, il allait sûrement revenir, il ne pouvait que revenir. Oui… C’était obligé.
Finalement, le temps continua d’avancer et plus les heures s’écoulaient plus l’inquiétude montait. Ce sentiment d’être constamment observée devenait de plus en plus oppressant à tel point que j’en entendais presque des voix. L’angoisse commençait petit à petit à m’envahir. Des perles de sueur coulaient de mon front, mes lèvres tremblantes de peur et mon corps enveloppé dans la couverture…. Soudainement, le décor se figea et mon pouls s’accéléra. Au loin, je vis l’inconnu accompagné d’une bête. Tous deux s’avançaient dans ma direction, il m’était impossible de déchiffrer les expressions du visage de l’humain, tandis que la bête semblait affamée. Un être vivant marchant à quatre pattes, le poil long recouvrant la totalité de son corps… On pourrait la confondre avec un chien, mais la créature n’y ressemblait pas. Son poil blond et long, ses yeux rouges sang et sa bave dégoulinant de sa gueule, qu’était-ce ? Je désirais le savoir, mais la peur prenait bien plus de place que ma propre curiosité, je voulais avant tout m’enfuir.
Impossible.
Mes mains et mes bras ne voulaient pas obéir, je ne pouvais qu’attendre l’inévitable. On me voulait du mal pour une raison qui m’était inconnue et j’étais clairement effrayée.
JE VEUX M’ENFUIR !!
Oui, c’est ce que j’aurais aimé dire, ma bouche était grande ouverte, mais ma voix ne voulait pas sortir. Je ne pouvais plus parler. Le temps que je me rende compte que mon corps ne m’appartenait plus, l’homme et la créature se retrouvaient en face de moi. L’inconnu ouvrit alors la bouche et sans un mot et dans un sourire sadique, il me pointa du doigt. Au même moment, l’immonde créature se jeta sur moi et ouvrit sa gueule pour me planter ses crocs dans ma gorge.

Mort.

Je pensais avoir laissé la vie après tout cela.. Mais j’étais là, dans la même position qu’au début du récit et, devant moi, avaient disparu l’homme et sa bestiole. Par contre, les voix que j’avais entendues plus tôt se rapprochaient de plus en plus vers moi. Il ne me fallut même pas plus de deux secondes pour prendre mes jambes à mon cou et courir dans le sens inverse aux voix inquiétantes. Je courais, oubliant la neige se trouvant sous mes pieds, j’en oubliais l’aide de l’homme pour garder à l’esprit ce que je venais de vivre… Il était hors de question que je reste là où j’étais. Quitte à mourir, autant mourir de froid ou même de faim. Mais je devais sans aucun doute m’en aller, trouver une issue à cette situation !


Courant aussi vite que je le pouvais avec la couverture sur les épaules, mon visage se retrouvait noyé sous les larmes. J’étais seule, désespérément seule avec aucun moyen de m’en sortir. Seules mes jambes pouvaient m’aider et j’avais peur. Peur de mourir. Peur du néant… Peur des autres.
Alors que je continuais de courir, je m’enfonçais dans les bois, zigzagant entre les arbres tout en vérifiant constamment mes arrières. J’étais loin, très très loin d’être rassurée, je ne pensais plus qu’à courir le plus loin possible du lieu dans lequel je me trouvais. Parfois, j’avais l’impression d’entendre d’autres voix tout aussi inquiétantes et qui me poursuivaient. Comment pouvais-je me sortir de là ? Comment !? Allais-je mourir ? Maintenant ? Vraiment !? Non… Non non non non non non ! Pas maintenant, fuir aussi vite que je le devais, c’était la ma seule chance de survivre, aucun arrêt était toléré ! Je devais oublier les points de côté qui s’attaquaient à mon ventre, le mal de tête qui avait surgit de nulle part, les larmes qui continuaient de couler sur mon visage. Oui, je devais continuer de me battre, à tout prix.

Pourquoi se battre ? Parce que la vie se devait d’être vécue, il n’y a rien de plus magnifique que vivre… Alors il m’était hors de question d’abandonner ici, pas maintenant en tout cas !

Finalement, après plusieurs minutes de course, je surveillais bien plus mes arrières que mes devants, tant est si bien qu’au bout d’un moment, je me pris une grosse branche entre les jambes. Je suis tombée au sol si violemment, que ma tête s’est mise à tourner et mon esprit à s’évader on ne sait où. La douleur m’obligeait à prendre conscience de mon état et je ramenais mes mains à mon visage. Le sang coulait à flots de mon nez, ça ne s’arrêtait pas et les voix continuaient de s’approcher de moi à grande vitesse ! C’est alors que je vis un gros morceau de bois pouvant tenir entre mes mains, je le pris et j’entamais de nouveau une course -moins rapide du coup- remettant à plus tard le souci du sang. Le paysage devenait de plus en plus trouble, certainement les effets du choc. Je courais donc de moins en moins bien, voire de moins en moins vite. Je n’entendais plus les voix, car un bruit strident les avait remplacées pour m’avertir que j’avais atteint mes limites. Ca y est, il en était terminé pour moi… Terminé.

Me sentant partir, je décidais de m’appuyer contre une paroi rocheuse, mais je manquai le but et tombai au sol… Sol en pente, bizarre. Mais je ne pris même pas le temps de m’en inquiéter, car il était déjà trop tard. J’étais parti dans les ténèbres d’un long sommeil.

Jour 4. (18) •La récolte d'une femme désespérée•


Le réveil fut difficile et douloureux. Je ne reconnaissais rien. Il faisait sombre, j’avais l’impression de me retrouver dans un espace clos et humide. Un rat venait tout juste de passer à côté de moi, manquant de me faire peur. Les douleurs causées par la course du jour précédent m’obligeaient à en prendre soin dès maintenant. La menace qui m’inquiétait tant hier, ne semblait plus présente aujourd’hui. Résultat, je reportais ma main à mon visage et découvris du sang séché tout le long de ma face. Ma course n’avait pas aidé à l’écoulement, mais le principal restait l’arrêt de ce flot inquiétant et tant la perte de connaissance devait surement être dû au flot de sang perdu. J’avais eu une certaine chance dans mon malheur, ce lieu semblait plus rassurant que tout ce que j’avais pu trouver jusqu’à maintenant.
Prenant le temps d’analyser chacune de mes blessures, je découvrais une vive douleur à mon pied-droit ainsi qu’à mon poignet gauche. J’étais brûlante de fièvre… Peut-être valait-il mieux pour moi de rester couchée pour aujourd’hui, mais je devais absolument trouver de quoi me nourrir et répondre à mon besoin de boire. C’est pourquoi, je décidais de me lever pour sortir de cette minie grotte. Avant de sortir complètement, j’observais les environs et restais à l’écoute du moindre bruit au cas où j’entendrais de nouveau les voix. Puis finalement, rien à signaler, je pris mon courage à deux mains et commençais à marcher. Ma jambe m’empêchait de marcher convenable, mais je devais le faire, c’était nécessaire.

Avançant lentement et surement, j’essayais de rester non loin de la grotte, histoire de pouvoir m’y réfugier dès que possible. Rapidement, je découvris un amas de plantes paraissant différentes d’une simple herbe et je m’empressais de me diriger vers elles. Mon instinct m'invitait à ne pas hésiter une seule seconde. Posant mon genou droit, je pris d’une main légère et délicate la faune se trouvant devant moi. J’analysais la plante et par doute, je déposais ma langue sur l'une des feuilles. Rien ne se passa. Prenant alors mon courage à deux mains, je mettais la plante dans la bouche et la mâchais jusqu'à l'avaler. Après plusieurs secondes d'attente, un soupir de soulagement me fit l’effet d’une résurrection. J’avais trouvé une plante comestible ! Je ne me fis pas prier pour engloutir toute la poignée avec empressement. Je pouvais remarquer d’autres tas de cette même plante un peu plus loin, j’en profitais alors pour les ramasser et les garder près de moi pour plus tard.
Quelques pas plus loin, je découvris un petit conduis d’eau. L’eau s’écoulait entre la terre, sous des feuilles…. Je ne devais pas me trouver loin d’un lac ou quelque chose s’y approchant. Je ne pris pas la peine de chercher au vu de mon état et me contentais de ma petite trouvaille bien suffisante pour moi toute seule. J’assouvis alors mon immense soif et mon estomac.

Après cette journée passée à chercher des ressources de survie, je retournais la grotte pour y passer la nuit. Une journée calme et loin du stress… Je n’avais pas à m’inquiéter davantage pour aujourd’hui, en tout cas, c’est l’impression que j’avais. Sur le chemin du retour, j’avais pu trouver d’autres plantes et fleurs comestibles… La forêt était un lieu plus enclin à la survie de ce que je pouvais constater.
Le jour pu se terminer sans trop d’encombres si l’on oubliait les la fièvre qui avait monté pendant la nuit.

Jour 5. (19) •Un repos forcé•

Grâces aux ressources récoltées le jour précédent, je n’avais pas à m’inquiéter de la nourriture. Par contre, les douleurs à la tête allaient crescendo. J’étais donc forcée de rester à l’intérieur de la roche… Ce qui me permit d’entendre à nouveaux les voix bien au loin. Ma curiosité me fit avancer vers l’entrée de la grotte, mais je ne découvris personne, pas âme qui vive et pourtant les voix s’entendaient.
Par mesure de précaution, je retournais loin de l’entrée pour retourner me reposer et tenter de retrouver la forme pour le lendemain.

Jour6. (20) •C'est peut-être la fin... Avant même le début•

Devrais-je m’inquiéter pour la fièvre ? Plus de deux jours qu’elle a commencé et elle ne s’est toujours pas arrêtée. Allais-je m’en sortir ? J’avais besoin de trouver de quoi soigner ce mal, mais j’étais loin d’être un sorcier ou même un guérisseur. Malgré ce fait, il fallait que je trouve un moyen de me sortir de là, c’était la raison première pour que je sorte de ma cachette, la seconde raison était ma toute nouvelle trouvaille. Non trop loin de là, j’avais pu remarquer de la fumée, il y avait eu un feu et qui dit feu dit vie. D’autres humains étaient non loin de là, j’en étais certaine ! Mais depuis ma dernière expérience, j’étais bien trop inquiète concernant la race humaine, on m’avait aidé, mais si c’était pour se retrouver menacée… Autant les éviter.
Finalement, je suis sortie surveiller les alentours et récupérer d’autres plantes comestibles. Je suis tombée sur une faune qui m’était encore inconnue et je n’étais guère certaine des effets que cela allait avoir sur moi… Devrais-je m’en inquiéter ? Mais si c’était une plante pouvant soigner le mal qui me rongeait, il valait mieux pour moi la récolter et la garder.
Après quoi, l’angoisse revint. Alors que je continuais ma cueillette et répondais à mon besoin d’hydratation, l’homme de la dernière fois réapparu devant moi comme par magie. Les yeux fixés dans les miens, il attrapa mon bras gauche d’une poigne forte et presque méchante. Il me souleva et parla :

- Encore toi. Tu n’es toujours pas morte, comment t’en es-tu sortie ? Ne t’es-tu pas retrouvée contre les créatures démoniaques des environs !? Serais-tu une sorcière ?? Au diable les monstres !

Il me jeta au sol avec fureur et avant même que je ne compris ce qui m’arrivait et les paroles de l’inconnu, il attrapa ma cheville droite. Sa poigne me força à pousser un cri de douleur. Il me tenait là où je souffrais le plus depuis plusieurs jours, il me traînait au sol et se comportait comme un homme des cavernes avec moi. Je n’étais pas son animal et encore moins une sorcière… Mais quel intérêt de lui expliquer ? Car même après avoir hurlé pour ma douleur, il continuait de me traîner. J'allais perdre ma cachette, mon seul lieu sur… Mon seul moyen de survivre.

- Non..

Je tentais d’attraper des branches du mieux que je le pouvais, mais sans succès. Et lorsque j’y arrivais enfin, l’homme ne relâcha pas sa prise autour de mon pied et tira davantage. La douleur fut si monstrueuse que je me suis forcée à lâcher la branche qui aurait pu m’aider à sortir de ce guêpier.
Je n’aurais jamais dû sortir de la grotte aujourd’hui, je n’aurai jamais dû faire confiance en cet homme… Je n’aurai jamais dû me réveiller.

- Tiens, retourne là où tu dois être.

SPLASH.

L’inconnu me jeta dans une mer sans fond.

- C’est ici qu’est ta place… Sous…

Je n’eus pas le temps d’entendre la suite de sa phrase que je commençais déjà à couler.

Noir.

En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : Je m’appelle Moea, les pseudos toussa toussa… Mon perso suffit à lui-même.
Age : Bon, il me reste 2 mois avant d’avoir 21 ans, on va pas chipoter pour quelques mois… Si ?
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?

Oh bah… Je serais très certainement présente tous les jours. Le forum me plait beaucoup et comme je teste pour la première fois un tel forum, j’ai d’autant plus d’excitations pour m’amuser avec vous ! Donc présente un maximum !

Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

Les top sites ! L’image a bien attiré mon regard.. Mais ce n’était pas simple à trouver Musaraignes ! XD

Avez-vous des remarques à propos du forum ?

J’aime beaucoup le système de jour qui change tous les mois d’ailleurs. Ce qui m’a convaincu à m’inscrire, ce sont les monstruosités ! Elles ont l’air très intéressantes et doivent satisfaire les plus sadiques qui les jouent ! :D Bon.. Je n’espère pas en croiser trop souvent, mais ça ne m’empêche pas d’avoir eu un coup de cœur pour leur originalité ! XD Derrières les êtres noirs doit se cacher un background trop génial, j’ai encore plus hâte de voir ce que va donner tout cela ! Au plaisir de pouvoir écrire avec vous, si le cœur vous en dit aussi ^^

Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 118

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Ven 13 Oct 2017 - 22:08

Bonjour Kachou, et bienvenue sur Musaraignes!

Ton personnage est intriguant et son histoire est assez mystérieuse, globalement ta fiche est bien et tu as compris l'essentiel du contexte global du forum. Cependant, quelques petites erreurs apparaissent ici ou là, que je vais m'employer à t'expliquer. Rien de très grave, ne t'inquiètes pas!


~Concernant la magie, j'aimerais que tu développe un tout petit peu la partie illusion, bien qu'elle ne soit pas du tout consciente de cette affinité et que tu nous aies dit que ce serait pour plus tard dans le rp. J'ai compris que c'était un sort lui donnant des sortes de visions violentes, mais du coup, j'aimerais tout de même que tu précise un peu tout ça. Ça permettra de rendre ton rp un peu plus clair!

~Dans les capacités physiques, tu écris que Kachou a un appétit d'ogresse, qu'elle mange pour deux, et qu'ainsi elle semble en très bonne forme. Le souci, c'est qu'elle peut évidemment avoir un gros estomac, mais que trouver de la nourriture au sein de la vallée est vraiment compliqué, donc elle ne mangera rarement autant que tu le décris. Donc penses au fait qu'on la verra peu souvent en pleine forme dans ce cas. (C'est juste une remarque, tu n'es pas obligée de modifier cette partie.)

~Dans ton équipement, tu marques :
Citation :
ainsi qu’une petite liasse faites avec les moyens du bord (de grosses feuilles assemblées ensemble) pour regrouper différentes sortes de plantes.
Cependant, tu n'en expliques rien au cours de ton histoire. Soit tu ajoute ce détail dans le cours de celle-ci, soit tu retire cet objet de ton équipement et tu le crées dans un prochain rp.

~Tu écris :
Citation :
En parlant d’âge, Kachou est peut-être aussi haute que trois pommes, mais elle n’en reste pas moins jeune. Dix-sept ans. C’est là l’âge que l’on pourrait lui donner, mais la réalité est tout autre, elle en a pourtant vingt-sept ans. Enfin… C’est ce qu’il en est, mais elle ne semble pas se préoccuper de son âge.
Personne ne connaît son âge précisément au creux de la vallée, puisque ceux qui s'éveillent sont amnésiques. Je te demanderais juste de supprimer cette phrase pour rajouter une description plus vague de son âge supposé.

~Plusieurs fois, tu insiste sur le fait que Kachou préfère rester seule et survivre dans son coin - du moins c'est l'impression que ça m'a donné. C'est une simple remarque, mais il convient de s'en souvenir : la vie dans la vallée ne permet pas aux errants de survivre longtemps. Il est beaucoup plus compliqué de s'en sortir seul au milieu de ces groupes de monstres.

~Kachou découvre des plantes comestibles, grâce à son don pour l'alchimie. Cependant, je tique un peu sur la dénomination précise que tu donne : "ail des ours" est un nom de notre monde, et il n'y a aucune raison pour que Kachou le connaisse. De même pour le terme "médecin", et "médicinale", ce sont des appellations qui ne peuvent pas exister dans le monde de Musaraignes. Tu peux modifier tout cela par une description sommaire de la plante, en précisant que c'est l'instinct de Kachou qui la guide et lui fait penser à de l'ail, puisqu'elle y reconnaîtra le goût, mais préciser "des ours" derrière n'est pas vraiment quelque chose d'instinctif, à moins qu'elle aperçoive un ours en manger, et décerne ainsi ce nom à la plante. (J'espère que tu m'as suivi!) Pour les mots médecin et médicinale, tu peux les remplacer par "guérisseur" et "plante aux vertus particulières", ou autre. A toi de voir !

~Même chose, tu écris :
Citation :
Je ne me faisais pas de films, juste que l’espoir fait vivre et j’avais justement espoir de trouver un lieu en sécurité pour me reposer.
Seulement, les films ne peuvent tout simplement pas exister dans Musaraignes, je veux bien que tu modifies ceci aussi. Tu peux changer par "je ne me faisais pas d'idées", par exemple. Globalement, évite les termes aussi pointus ou bien illogique vis à vis de l'avancée technologique de la vallée. Les humains en sont encore à un stade assez primitif, donc ça entraîne une certaine restrictions de mots.

~Pour finir, j'ai noté pas mal de fautes d'orthographes dans ton texte, et quelques fois des petites erreurs de syntaxe qui font peiner la compréhension. Rien de trop gênant, mais pour une meilleure fluidité de lecture, je veux bien que tu relise un peu tout ça! Je sais que tu a écris ta fiche rapidement, et souvent ce sont des petites choses qu'on ne repère pas tout de suite à la relecture.

Voilà, sinon j'ai bien vu que ton personnage respectait l'ambiance de notre univers violent et ingrat, donc une fois toutes ces petites modifications faites, je pourrais te valider ! Tu peux m'envoyer un mp une fois que c'est fait, ou bien poster à la suite pour me prévenir.

Bon courage o/


Hiss


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Kachou
Membre
avatar
Messages : 2

Jour d'éveil : 15e jour
Race : Cime
Métier : cueilleuse lvl 1
Ven 13 Oct 2017 - 23:44

Plop, déjà merci pour ta réponse rapide.

Magie > Modifiée, est-ce que ça convient mieux?
CP > Alors j'avais prit cela en compte, pas d'inquiétude à avoir. Par contre, certes Kachou aurait besoin de compenser sa fatigue par plus de nourriture, mais si elle ne mange pas pour deux ou quoi, cela ne fait rien de trop dramatique. Cela aura surement tendance à lui faire plus de crises de paniques... Peut-être aurai-je dû préciser cela maintenant que j'y pense.
Equipement > Enlevé ! J'me suis demandée si ça allait poser problème et ça a bien posé problème, donc j'ai décidé d'enlever pour le rajouter au cours de mes rps.
Age > Enlevé aussi ! Je me doutais bien que l'âge était approximatif, je voulais juste donner une information pour les joueurs tout en gardant à l'esprit que mon personnage ne le saurait certainement jamais. Mais pour éviter les parlotes inutiles, j'ai enlevé ^^

Comportement > Alors effectivement Kachou préférerait rester seule. Chaque être-humain est différent et on ne peut nier que certaines personnes préféreraient rester éloigné des autres. J'avais tout de même gardé à l'esprit le contexte du forum et je comprends parfaitement que cela poserait un soucis à mon personnage, mais il n'y a pas d'inquiétudes à avoir, j'ai prévu une évolution concernant Kachou. J'aime travailler la psychologie de mes personnages et commencer de très bas ne me fait pas spécialement peur. Elle sera en difficulté, voire en danger de mort si elle ne la voit pas de trop près. Mais comme je l'ai aussi dit, elle ne déteste pas vraiment la compagnie d'autrui. C'est d'ailleurs pour ça que je ne compte pas la laisser seule éternellement, bien au contraire. Mais dû à sa difficulté à s'ouvrir aux autres, je pensais à des choses complexes dans ses relations humaines. J'ai pleins d'idées, pas d'inquiétudes, je ne veux pas la tuer dès son premier rp XD

Vocabulaire > C'est changé, encore désolée pour ça, je m'en souviendrai à l'avenir ^^

Orthographe > En règle désormais ('fin techniquement...) J'avais fait un premier jet avant de poster, mais j'ai dû en oublier beaucoup pour que tu me l'écrives.

Merci pour ton commentaire concernant mon personnage. J'espère pouvoir l'intégrer comme je le désire, la difficulté ne me fait pas vraiment peur, au contraire. Encore désolée pour les erreurs de débutante, je ferai e sorte que ça se reproduise le moins possible.

Wala, modifications apportées !
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 118

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Sam 14 Oct 2017 - 10:26

Pour moi, tout est bon, mais je veux bien que tu reformule plus clairement ta magie de l'illusion du coup. Là tel quel, j'ai du mal à comprendre.

Citation :
L'illusion dont sera surement dotée Kachou lui permettra d'emprisonner son ennemi dans un lieu exact à celui dans lequel se trouvaient les deux êtres-humains. Autre détail, L'image de Kachou fera partie de l'illusion pour permettre à cette magie de sembler réelle. Lors de cette illusion, la personne piégée ressentira des douleurs, lors de l'illusion, mais une fois celle-ci terminée, il n'en ressentira plus qu'un lointain souvenir.

Je ne comprend pas pourquoi ce sort emprisonne la cible dans un espace qui est le même que la réalité, o Kachou se trouve également? Quelle est l'utilité précise de ce sort? Pour les douleurs, je comprend, mais j'aimerais que tu m'explique plus clairement tout ceci.


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum