AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


L'étranger [J22 - Commun - Les Oubliés][Clos]
AuteurMessage
Néphara
Membre
avatar
Messages : 28

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Échouée
Métier : Cueilleuse - Sculpteuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Traces
Dim 5 Nov 2017 - 14:44

Jour 21, fin de journée...



Lentement, la pénombre et le froid s’abattaient sur la vallée. Néphara était assise à l’extérieur de la grotte de ses nouveaux compagnons, elle observait le vent s’insinuer entre les branches, et animer la vie végétale autour d’elle. Il n’y avait pas de bruit, les animaux se taisaient, on entendait juste le souffle du vent à travers les arbres, et comme des coups, lointains, mais ce n’était que dans l’esprit de l’Échouée. Elle avait l’impression qu’une ombre s’abattait soudainement sur le monde, et que les coups étaient comme un tambour qui annonçait un danger à venir. Elle frissonna, et après avoir observé et ressenti cette étrange sensation, elle retourna à l’intérieur.

Elle claudiquait encore lourdement, et avait mal, mais Daedwyg l’avait énormément soulagé en nettoyant soigneusement sa plaie. Néphara lui était très reconnaissante, mais elle n’osait pas trop lui parler, elle avait l’air si loin, alors qu’elle était juste là, près des autres.

Les Oubliés, elle avait apprit leur nom durant l’après-midi, étaient tous gentils et savaient faire des choses, ils s’affairaient et parlaient parfois. Celle qui s’appelait Kahraman était venue voir Néphara et lui avait demandé des choses : « C’est toi qui a fait ta lance ? », « « Toi aussi tu sais tailler les objets ? », « Ah, tu connais les plantes ? Tu verras, Daedwyg aussi, vous pourrez partager vos connaissances ! »

La plus âgée, qui avait officiellement accueilli Néphara parmi les autres, était Ard, elle était toujours calme. Quant à Shabh, il avait l’air très distant et méfiant, l’Échouée avait fait de son mieux pour demeurer discrète, pour ne pas lui donner plus de raisons de se méfier d’elle.

Elle avait décliné, à l’instar de Salim, la nourriture proposée, se rendant soudainement compte que se nourrir allait devenir un problème si elle restait avec eux… Mais pour le moment elle profitait juste d’être au chaud, après ces jours de froid, avec Aladar blottit contre elle, repensant parfois au monstre qu’elle avait vu. Et lentement s’insinua en elle le questionnement. Elle prit conscience de tous ces mystères qu’elle ne connaissait pas et qu’elle avait ignoré pendant tout ce temps. Et soudainement, elle eut envie de chercher, de chercher partout des réponses.

Tandis qu’elle pensait à ça, elle sombra dans le sommeil en tenant Aladar contre elle.



Jour 22, aube...



Une immense ombre, s’élève. Dans le ciel apparaît, et le monde s’achève. Noire, et colossale, elle assombrit l’horizon. Les arbres se tordent, le vent hurle. Lui même, essaye de fuir, de trouver une autre dimension dans laquelle souffler, car il sait que bientôt, l’ombre l’engloutira, lui et tout ce qui existe.

Un petit souffle tiède brisa les bribes de cauchemar de Néphara. Elle ouvrit un œil et vit Aladar qui reniflait son visage, comme pour la réveiller. Était-il si sensible au monde au point de sentir que Néphara était en train de faire un cauchemar sur la fin de tout ? Et décidément, cette idée de noir et de vide la taraudait beaucoup. Elle se souvenait du rêve où elle avait atteint le sommet des montagnes pour ne trouver qu’un vide terrible et froid.

Elle se souvint aussi soudainement d’où elle était : avec les Oubliés, dans la grotte. Cela la rassura. Elle regarda sa jambe blessée, elle avait l’air de se porter bien, elle n’avait pas plus mal que la veille. Difficilement cependant, elle se remit sur ses jambes, talonnée d’Aladar, et sortit de la grotte discrètement : les autres semblaient encore dormir. Il faisait presque encore nuit dehors.

Aladar s’était un peu éloigné, il reniflait le sol, l’herbe, les quelques plantes, il explorait ce nouvel endroit. Il faisait du bruit, un bruit discret de feuilles et de brindilles qui craquent doucement, rien d’alarmant. Mais les sens de Néphara ne cessaient jamais d’être en alerte, et elle entendit nettement des pas sur le sol, qui n’étaient pas les pattes d’Aladar. Sur le qui-vive, elle se tourna vers l’origine du bruit, mais ne vit qu’une silhouette dans l’obscurité. Elle siffla doucement Aladar qui revint aussitôt vers elle, et elle tendit le bras vers la grotte. Sans hésiter, il s’y dirigea et Néphara le vit renifler quelqu’un, sans pouvoir discerner lequel de ses nouveaux amis c’était.

Reportant son attention vers là où se trouvait la silhouette, en posture défensive, restant à portée de regard de la grotte pour que la personne qu’aurait réveillé Aladar comprenne que quelqu’un d’autre approchait.

« Je t’entends », dit Néphara fermement. « Montre toi maintenant. »



Les voix des musaraignes ne sont pas les seules à se faire entendre.
Des corps se broient dans l'obscurité. Le sang se mélange en son sein.
Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Jeu 9 Nov 2017 - 15:03

La nuit était noire et poisseuse. Etouffante, comme matérielle. J'avais chaud, et je n'entendais que ma propre respiration, qui me semblait haletante. J'avais du mal à m'habituer au silence. Mon estomac gargouilla brièvement. Mes organes étaient acides. Quelque chose bougea à mes pieds, et j'étais trop endormi pour songer qu'il s'agissait de l'un de mes camarades. Le silence se fit assourdissant.

Créatures des abysses. Entre deux mondes. Elles font taire ces musaraignes.


Je finissais mentalement la phrase moi-même. Je la connaissais. La première fois que je l'avais entendu, c'était dans l'eau, avec Varl. Ka ne m'avait rien dit sur cette phrase. Je peinais à imaginer qu'elle fut un bon présage, aussi n'en fis-je rien de plus.

Quelque chose de chaud passa sur ma joue. La truffe du chien. J'ouvris les yeux, touchant son pelage du bout des doigts et je me redressais. Un filet d'air passait dans l'ouverture de la grotte, et je le suivis. Un peu plus loin, Néphara était debout, elle s'adressait à quelqu'un. Ou quelque chose. Mais je ne ressentais pas les pics aigus de menace qui nous avaient parfois assaillis.

Sans bouger, je dis calmement :

- Que se passe-t-il ? Quelqu'un est là ?


Néphara
Membre
avatar
Messages : 28

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Échouée
Métier : Cueilleuse - Sculpteuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Traces
Lun 27 Nov 2017 - 15:21

« Que se passe-t-il ? Quelqu'un est là ? »

La voix de Salim s’était faite entendre, plutôt que celle de l’inconnu. Aladar revint vers Néphara, et Salim suivit, d’un pas prudent et discret. L’Échouée reporta rapidement son attention sur la silhouette inconnue, elle se dessinait petit à petit plus précisément. Elle était grande et massive, mais n’avait rien de monstrueux. C’était déjà ça. Cependant, la jeune femme resta sur ses gardes, elle savait qu’Aladar se serait dirigé vers l’inconnu pour le renifler s’il ne sentait absolument aucun danger. Hors, il était debout, le museau retroussé, à côté d’elle.

Néphara lui avait intimé de se montrer, et c’est ce qu’il semblait faire, mais il avait l’air effrayé, comme s’il redoutait lui aussi de se faire attaquer.

Un mince rayon de lumière commençait à apparaître, et lorsque l’étranger fut à une distance raisonnable, Néphara et Salim purent l’identifier. C’était un homme, et il était autrement plus épais que les deux compagnons. Mais il était nu, arqué, il avait de la terre partout, et il avançait les mains en avant. A ce moment, la menace sembla s’estomper pour de bon, et Aladar se dirigea vers lui, reniflant ses pieds avec son petit air curieux.

L’inconnu ne sembla pas s’en inquiéter. Il ne se tenait pas droit sur ses pieds, et avant de se relever, il passa deux fois sa main sur la tête d’Aladar. Ce dernier revint alors vers Néphara, tranquille, comme s'il venait confirmer qu'elle et Salim ne craignait plus rien. L'Échouée se relâcha, elle lui faisait confiance, comme toujours.

Le silence de l’aube se brisa alors. Une voix rocailleuse mais pleine de frayeur et de fatigue.

« Où… Où est-ce que je suis ? »


Hors rp:
 



Les voix des musaraignes ne sont pas les seules à se faire entendre.
Des corps se broient dans l'obscurité. Le sang se mélange en son sein.
Salim
Membre
avatar
Messages : 89

Jour d'éveil : Jour 6
Race : Cime
Métier : Pécheur (2)
Groupe : Le Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Journal,
Notes et Idées

Mar 28 Nov 2017 - 10:55

Je restais quelques instants immobiles, attendant, tout comme Néphara, un signe de vie, un indice. Et finalement une forme émergea de l'ombre.
Je n'avais pas peur, parce qu'Aladar semblait calmé. J'avais décidé de faire confiance aux instincts de l'animal, qui avait sans doute les sens plus affinés que nous, et l'intérêt de son amie en tête. Au fond, je le considérais lui aussi comme un membre de la famille, aussi étrange que cela puisse paraître.

- Où… Où est-ce que je suis ?

Ce n'était qu'un homme, un homme perdu qui s'éveillait. Doucement, pour ne pas l'effrayer, et parce que malgré tout, j'avais appris que la vallée était parfois plus fourbe qu'on ne le pensait, je m'approchais de lui. Je lui répondis lentement, à voix basse :

- Tu viens de te réveiller ici, c'est ça ? Tu n'as rien à craindre avec nous.

il posa sur moi un regard hagard, et j'eus l'impression qu'il voyait un homme pour la première fois. Mais peut-être étais-je trop enclin à former des conclusions hâtives. Ses cheveux étaient courts et formaient des boucles serrées dessinant la forme de son crâne. Sa machoire tremblait, bien qu'il ne fasse pas froid.

- Je .. je ne sais pas, j'étais là dans la terre et je suis remonté. Je ne sais pas où... Où nous sommes.

Je ne comprenais que trop le sentiment, alors je posais une main sur épaule. Il se raidit un instant, mais il ne la chassa pas.

- Et ton nom tu le connais ? Tu sais qui tu es, non ? Moi je suis Salim.

Malgré l'obscurité, j'étais certain d'avoir vu un éclat dans son regard. Je sentis qu'il se détendait un peu.

Couleurs:
 


Néphara
Membre
avatar
Messages : 28

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Échouée
Métier : Cueilleuse - Sculpteuse
Groupe : Clan des Oubliés
Fiche de présentation : Fiche
Journal : Traces
Mar 28 Nov 2017 - 11:49

Salim avait finalement prit la parole. Il se montrait une fois de plus gentil et apaisant, il ne semblait jamais vraiment être sur la défensive avec les gens. Néphara se demandait ce qui l’aidait à savoir s’il voulait se montrer gentil ou méfiant… Pourquoi il ne s’était pas méfié de Néphara ? Même blessée par un monstre, elle aurait pu leur vouloir du mal. Mais même face à cet étranger qui paraissait immense et doté d’une force bien supérieure à la leur, il se montra rassurant.

« Je .. je ne sais pas, j'étais là dans la terre et je suis remonté. Je ne sais pas où... Où nous sommes. »

« Et ton nom tu le connais ? Tu sais qui tu es, non ? Moi je suis Salim. »

La tension qui régnait depuis quelques instants finit par s’estomper, pendant que l’obscurité se dissipait lentement. Appuyée sur sa jambe valide, et avec le relâchement, Néphara se sentit soudain très fatiguée.

« Gesren… Je m’appelle Gesren.. »

Il s’était entièrement redressé cette fois-ci. Néphara n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi grand. Même le premier homme qu’elle avait vu sortir d’une grotte n’était pas aussi grand. Elle avait presque envie de faire comme Aladar et tourner autour de lui pour le découvrir, mais elle s’abstint. Il fallait qu’elle apprenne à se comporter comme ses compagnons. Toujours dans cette idée, elle tâcha d’imiter Salim et de se présenter.

« Néphara », dit-elle en pointant son doigt sur sa poitrine, puis, elle fit de même pour son compagnon à quatre pattes : « Et lui, Aladar. »

Tandis qu’elle prononçait son nom, Aladar se dirigea de nouveau vers Gesren, mais cette fois-ci il se frotta contre sa jambe en couinant, c’était sa façon à lui de se présenter. L’homme esquissa un sourire et reporta son regard vers Salim et Néphara : observant l’Échouée, il fronça les sourcils.

« Tu es blessée ? »

Perdue dans ses pensées, Néphara baissa la tête pour voir ce que regardait Gesren, et elle se souvint de sa jambe. Salim avait sûrement vu que l’Échouée était un peu perturbée, et il répondit pour elle.

« Oui, on a recueilli Néphara hier, avec Aladar. Tu peux venir t’abriter dans la grotte toi aussi, si tu veux. »

Le visage de Gesren s’éclaira soudainement, il devait sûrement avoir froid, nu dans l’aube fraîche, surtout s’il avait passé la nuit comme ça. Il remercia Salim et Néphara, et le groupe se dirigea lentement vers la grotte. L’Échouée se sentit soulagée de ne déjà plus être la dernière arrivée chez les Oubliés, ils étaient tous gentils, mais elle n’aimait pas cette sensation d’être découverte et observée.

Une fois dans la grotte, Néphara s’assit rapidement pour soulager sa jambe intacte qui était la seule à la soutenir. Aladar resta près de Salim et Gesren, curieux et heureux de découvrir une nouvelle personne. Les autres s’étaient réveillés, et l’Échouée observait ce qui s’était passé hier avec elle. Ils se présentaient les uns aux autres, dans la douceur et l’union, face au froid et à l’inquiétude de la vallée.


__________________________

RP Clos



Les voix des musaraignes ne sont pas les seules à se faire entendre.
Des corps se broient dans l'obscurité. Le sang se mélange en son sein.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum