AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sorsha
AuteurMessage
Sorsha
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : Jour 5
Race : Racine
Métier : Tanneur (novice)
Groupe : Errante pour le moment
Fiche de présentation :
Ven 12 Jan 2018 - 14:45


Prénom : Sorsha
Nom/surnom : Aucun

Éveil : Jour 5
Sexe : Féminin

Race : Racine
Métier : Tanneur (novice)
Groupe : Errante
Croyance : Sorsha est persuadée que ce monde est une sorte de punitions des Dieux en colères contre les hommes. Bien sûr, elle n'en sait pas la raison et n'a aucun espoir de s'en sortir, juste à subir et essayer de survivre, par tous les moyens possibles. L'idée des Dieux lui est venue au fil des jours, à force de réflexion. Pour Sorsha, il ne peut y avoir que des créatures puissantes et impitoyables pour imposer à des humains de vivre ainsi, donc des Dieux (cela lui semble assez logique). Quant à l'âme, c'est une idée abstraite, elle pense juste qu'il doit y avoir en elle plus qu'un amas de chair et d'os et que c'est une chose précieuse.

Magie : Sorsha n'a pas encore manifesté de dons magique, ce qui ne veut pas dire que cela ne se produira pas un jour.

Capacités physiques : Sorsha est plutôt grande et robuste, possède également une bonne résistance au froid. Elle n'a pas peur de se battre, avec ses armes ou à mains nues s'il le faut, même si la jeune femme n'est pas vraiment une experte dans ce domaine. Elle n'a pas peur de la douleur non plus, ce qui n'est pas forcément une bonne chose, car les blessures sont vite arrivées.

Talents divers : Depuis son réveil, Sorsha a apprit à faire du feu, à chasser et pêcher, sans être très douée, elle arrive parfois à attraper des proies. Elle a de certaines prédispositions à la tannerie, en tout cas elle est très manuelle, ayant déjà créé une pièce d'elle-même (non sans une certaine aide pour la guider), une petite sacoche en peau qu'elle porte à la taille, c'est un travail grossier certes, mais, solide au moins.

Équipement : Des couteaux, dont les lames sont faites de silex taillés. Des vêtements fait de peau et de fourrure.

Apparence physique et charisme :

Rien qu'à la voir, on ne peut douter une seconde qu'elle fait partie de la race des racines. Elle est grande, costaude, avec de longs cheveux d'un noir de jais. Son visage présente des traits durs, avec des yeux aussi sombres que sa chevelure, elle sourit très peut, n'étant pas de nature à sourire, sauf en de rares cas. Son corps est parcouru de tatouages rouges, des traits rouges-sang fait à partir de pigments aux origines minérales, ces tatouages forment un contraste fort sur sa peau blanche. Elle donne une impression de solidité et de dureté, l'impression qu'elle pourrait flanquer une bonne raclée si on la dérange (ce n'est peut-être pas qu'une impression d'ailleurs). Sorsha a donc une allure de barbare, presque de sauvage, mais, ce n'est pas une chose si rare dans ces contrées et cela lui permet de survivre sans qu'on la dérange de trop, la faiblesse n'étant certainement pas une alliée dans un tel contexte.

Caractère et personnalité :

D'une honnêteté brutale, Sorsha dirait toujours ce qu'elle pense, elle ne voit pas l'intérêt du mensonge ou de cacher ce qu'elle ressent. C'est un vrai livre ouvert, rien qu'à la voir, on peut deviner tout de suite son humeur, ses émotions, au moins n'es-il pas difficile de la cernée. Même si pour le moment elle n'est pas encore une grande expérience des contacts humains, à part avec une personne, Sorsha est au fond quelqu'un d'assez sociable. De plus, sa maigre expérience des rapports humains, lui a apprit que les autres étaient en mesure de lui enseigner des choses utiles pour la survie et la jeune femme adore ça. En effet, Sorsha est avide d'apprendre de ce fait sera-t-elle toujours attentive à tout conseil qu'on lui donnera, se portera également toujours volontaire pour la moindre tâche qu'on lui donnera. C'est quelqu'un de très persévérant, qui n'hésite pas à recommencer, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle réussisse ou non ce qu'elle veut entreprendre. Elle ne manque pas de courage, mais sera pour encore quelque temps, totalement inutile lors d'attaques des monstres, car elle reste encore très traumatisée par récente expérience avec l'un d'eux, néanmoins elle sera présente s'il s'agit de repousser des prédateurs tels que des loups ou des ours. La jeune femme ne voit pas ce monde comme un endroit merveilleux ou vivre, ainsi, sera-t-elle facilement agacée par les gens optimistes, par ceux qui se considèrent chanceux de s'être réveillé entre ces montagnes. Non pas que Sorsha en soit arrivée au point de vouloir mourir cependant la mort de lui fait pas peur (ce qui n'était pas le cas lors de ses premiers jours de vie) considérant que l'au-delà est certainement moins pire que la survie dans un monde aussi dur ; ce n'est pas pour autant qu'elle s'en moque de finir dévorée par une abomination, ces choses-là elle en est sûr, sont en mesure de dévorer son âme. Que dire de plus, eh bien la jeune femme déteste qu'on la réveille en sursaut, dans le même registre, elle déteste être surprise, de ne pas entendre que l'on s'approche d'elle par-derrière. Les fruits et les champignons lui inspirent une méfiance terrible, pour une très bonne raison, ce qui n'empêche pas le fait qu'elle en mangera si elle n'a rien d'autres sous la main. Au plus profond d'elle-même, Sorsha ne rêve que d'une chose, gravir les montagnes pour apercevoir ce qui se trouve au-delà, même si elle pratiquement sûr, qu'au-delà ne se trouve que le néant…

Histoire :

Réveil :

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, ce furent les ténèbres qui l’accueilli, une odeur de terre omniprésente, ainsi que la sensation de quelque chose de dur dans son dos, une sensation douloureuse. Sa mémoire n'était que néant, tout ce qu'elle savait était son nom, qu'elle était capable également d'avoir des pensées cohérente, et qu'à force de tâtonnement dans le noir, qu'elle était nue (mais certes, cela n'avait rien à voir avec sa mémoire). Au bout d'un moment, elle n'aurait su dire combien de temps exactement, Sorsha arriva à mieux distinguer la cavité autour d'elle, il y avait des racines partout, dont une dans son dos ce qui expliquait la douleur. Ce n'était franchement pas un endroit ou rester, la surface semblait mieux, pour voir le soleil au moins et respirer de l'air frais qui n'aurait pas une si forte odeur d'humus (non pas que cela était désagréable, mais, là, c'était trop). Alors elle creusa, creusa, creusa encore et encore, creusa au point d'en avoir les mains couvertes d’égratignure à causes des roches et des cailloux pointus, elle creusa en espérant se diriger vers la surface et non vers les profondeurs. 

Cela dura un certain temps, un temps ou elle cru sérieusement qu'elle perdrait la raison si elle n'arrivait à sortir de son tombeau de terre et d'humus, or, arriva un moment ou sa main droite rencontra de l'air plutôt que de la terre et elle su qu'elle avait réussi. Lorsqu'elle sortie enfin sa tête, Sorsha eu le plaisir de prendre une grande inspiration, l'air était frais, un peut humide avec la rosée du matin. Puis elle entreprit de sortir le reste de son corps, s'allongea dans l'herbe, regarda le ciel au-dessus de sa tête. Sa première vision de ce monde ne fut pas si mauvaise que ça, sympathique même, le ciel bleu, quelque rares oiseaux volant haut, la rosée, l'herbe fraîche, tout cela était très agréable. Sorsha aurait pu rester allonger pendant longtemps si la faim et la soif de ne l'avait pas soudainement tenaillée. Ainsi, elle se leva, se tenant debout sur des jambes malhabiles puis partie en quête de nourriture et d'eau. 

Les folles expériences de Sorsha :

Lorsqu'au premier jour, la jeune femme partie en quête de nourriture, elle n'aurait jamais cru que cela puisse être aussi difficile et éprouvant. Sa première expérience avec la nourriture fut avec des champignons, de malheureux champignons, comment aurait-elle pu deviner qu'ils n'étaient pas bons ? Ils étaient blanc, tout blanc, assez gros, tout à fait appétissant. Sorsha en avait mangé un, voulant garder les autres pour plus tard. Un seul avait suffit pour la rendre malade. D'abord, elle avait ressenti des crampes, puis des nausées, et pour finir sa tête lui fit un mal de chien, cela dura de longues heures ou elle regretta amèrement d'avoir mangé ce champignon. Toutefois, cette mésaventure ne la découragea pas pour autant, elle avait faim, son corps réclamait à manger, elle devait bien faire quelque chose ! Déterminer, n'ayant pas le choix de toute façon, Sorsha tenta pendant un temps de se nourrir avec des vers, des vers de terre, l'idée lui était venu en voyant un oiseau en emporter un dans son bec. Malheureusement, il n'y en avait pas tant que ça, elle devait creuser pour en attraper et au final, le peut qu'elle trouvait ne l'aidèrent pas à rassasier sa faim, le seul point positif fut qu'ils ne la rendirent pas malade. 

Une fois, arriva-t-elle à attraper une souris, une petite souris avec un long nez (assez mignonne d'ailleurs et, aurait-elle su reconnaître les différents animaux, Sorsha aurait su que c'était une musaraigne), la jeune femme la dévora sans d'autres forme de procès, la faim étant plus forte que toute autre considération, or, ce fut le seul truc vraiment nourrissant et sain qu'elle arriva à trouver, car, vint ensuite son aventure avec les fruits. 

C'étaient des fruits, pourris, pourtant à première vue ils n'avaient pas semblé si mal que ça à Sorsha, parce qu'il y avait des bêtes en train de festoyer dessus. Ce n'était que des mouches, de grosses mouches, elle n'était même pas sûr que ces mouches en questions mangeaient les fruits en fin de compte, mais ce n'était pas si important. Ils étaient en mauvais états, de la pourriture les couvrant en partie, seulement, elle était affamée, arriver à ce stade de la faim, n'importe quoi lui aurait paru bon à manger. La maladie qui en résultat, fut pire qu'avec le champignon, jamais encore elle n'avait eu aussi mal au ventre, son corps se couvrit rapidement de sueurs et, elle se répandit partout. Très mal au point, la jeune femme, c'était alors adosser à un arbre, tremblante, désespérée à l'idée de mourir dans ces immondices, dans le froid et la tourmente. Aurait-elle été dans un meilleur état et non rendu aussi faible, à cause de la faim, Sorsha n'aurait peut-être pas subi une indigestion aussi violente, peut-être … Elle aurait très bien pu mourir cette nuit-là, trop faible pour se défendre contre les bêtes sauvages, trop faible pour se défendre contre quoi que se soit. 

Rencontre :

Lorsqu'elle se réveilla, Sorsha nota tout d'abord la sensation de quelque chose de chaud sur elle, quelque chose qui dégageait une très forte odeur également. Ouvrant les yeux, la jeune femme vit qu'elle était adossée à un arbre, non pas le même contre lequel elle s'était évanouie, mais un autre, qui se trouvait à coté, la sensation de chaleur provenait quant à elle d'une couverture en fourrure la recouvrant presque entièrement. Puis, elle remarqua l'homme, un vieil homme occupé à faire un petit feu. D'abord, elle eue peur, parce qu'elle ne le connaissait pas, parce qu'elle ne savait pas ce qu'il lui voulait ! Alors, elle tenta de s'éloigner le plus loin possible, en rampant, n'ayant pas encore assez de force pour se mettre debout. Le vieil homme la rattrapa, la remettant délicatement contre l'arbre, non sans une certaine difficulté, car elle se débattis avec force. Il expliqua qu'il ne voulait lui faire aucun mal puis plaça un morceau de poisson cuit dans ses mains. 

Ce n'était qu'un petit bout de poisson, rien de bien extraordinaire, sauf pour quelqu'un comme Sorsha qui n'avait jamais rien manger de réellement bon, hormis une musaraigne. Elle le dévora avec voracité, se sentant moins craintive envers le vieil homme, comme quoi un simple morceau de poisson pouvait faire des miracles. Lorsqu'ils eurent fini de manger leur maigre repas, le vieil homme lui parla avec douceur, lui expliquant qu'ils devaient s'allier pour pouvoir mieux s'en sortir. Il expliqua qu'il savait chasser et pêcher un peut, or, il était vieux, facilement fatiguer, trop faible pour faire face seul aux diverses menaces, ainsi à deux seraient ils plus fort. Il expliqua également, que les autres humains le rendaient mal à l'aise, faire confiance à trop de monde à la fois, était impossible pour lui. Mais, il lui laissait le temps de réfléchir si elle voulait. 

Survie à deux :

Elle avait réfléchi, un peut, mais c'était vite rendu à l'évidence : elle n'arriverait pas à s'en sortir seule. Sorsha ne savait rien des autres humains, qui d'après les dire du vieil homme vivaient en groupe, or elle rejoignait le vieil homme sur ce point, faire confiance à trop de monde à la fois paraissait un peut effrayant. En fait, leur arrangement n'était pas une mauvaise chose, grâce au vieil homme Sorsha pu avoir un vêtement, qui se résuma qu'à un kilt en fourrure, qui n'était autre que la couverture qui l'avait recouverte, pas encore de bottes, or, ce n'était pas un problème, étant habituer à marcher pieds nus. Les jours qui suivirent, ils firent plus amples connaissances, avoir à manger presque tous les jours changea la vie de Sorsha et le vieil était de bonne compagnie, il entreprit même de lui apprendre les rudiments de la tannerie. Oh, ce n'était pas un grand expert en la matière, lui aussi débutait, mais ils apprirent tout deux comment faire en s’exerçant sur la peau d'un chevreuil qu'ils avaient réussi à attraper (c'était plus un coup de chance qu'une véritable habilité à la chasse, il lui avoua que son kilt provenait d'un cadavre et non d'un animal qu'il avait tué). Ils fabriquèrent également des armes en silex, qui se révélèrent assez efficace pour découper la viande de petite proie. 

Aux cours de leurs journées de survie, le vieil homme et la jeune femme tombèrent sur un cadavre, celui d'une femme, ils ne surent exactement de quoi était elle morte, or, Sorsha remarqua quelques baies rouges à côté du corps (elle n'osa donc y toucher). C'était une découverte macabre, horrible, toutefois cela n'empêcha pas la jeune femme de récupérer le vêtement en peau du cadavre pour l'enfiler, se sentant tout suite mieux. 

Ce n'était pas une vie forcément facile, toutes les nuits devaient-ils faire des tours de garde pour ne pas se faire surprendre par une meute de loup ou d'autres prédateurs ainsi que pour garder à l'œil ces étranges silhouettes qui les épiaient tout le temps, jour et nuit, cacher entre les arbres sombres. Aucun des deux compagnons ne s'en étaient approchés d'assez près pour voir de quoi il s'agissait exactement, néanmoins ils éprouvaient tout deux un mauvais pressentiment envers ces choses (et ils n'avaient pas tout à fait tord). Ils avaient plus ou moins faim tout le temps, car, ne trouvant pas assez de nourriture pour vraiment se nourrir. Au moins étaient-ils deux, au moins pouvaient-ils veiller l'un sur l'autre.

Pour les distraire, le vieil homme aimait à raconter des histoire à Sorsha. Il aimait imaginer ce qui pouvait se trouver au-delà des montagnes, tout en ne croyant pas une seconde qu'il puisse exister un au-delà ; il aima donc conter des histoires parlant de forêts luxuriantes ou la nourriture seraient si abondante, qu'il suffirait de se baisser pour en avoir, d'histoires d'un monde moins dur ou les hommes et les femmes auraient un passé et non un trou noir à la place de la mémoire. Sorsha aimait ces histoires, sans y croire non plus, tout ce qu'elle s'imaginait au-delà des montagnes, n'était que néant. 

Ces histoires les aidèrent lorsque le froid frappa, un froid terrible accompagner de neige qui faillit bien les tuer. Ils s'en sortirent en trouvant une cavité cachée dans la forêt, non loin d'un arbre effondré. Cela s'était avéré être plus un trou qu'une véritable grotte, mais, elle se révéla assez grande pour les abriter tous les deux ainsi qu'un petit feu. Envelopper dans la couverture de fourrure, coller l'un à l'autre, ils avaient vécu un enfer glacé pendant un temps indéterminé. La faim les avait tant tenaillés, qu'ils en étaient même venus à envisager de manger le vêtement de peau que Sorsha avait trouvée, fort heureusement, ils en arrivèrent pas à ce point. Les histoires les aidèrent à rester vigilant, raconter des histoires les aidèrent à rester éveillés lorsque l'autre dormait, pour continuer à garder leur abris au chaud, pour ne pas succomber au froid mordant.

Suite à cette mésaventure, Sorsha songea de plus en plus aux autres humains et aux communautés, vivre entourer de personnes vigilantes lui paraissait de moins en moins mauvais, après tout les loups vivent en meute, pensait elle, à plusieurs on est plus fort, moins en danger.

Leur vie aurait pu continuer à se dérouler ainsi, une vie dure, mais qui leur convenaient, si les monstres n'avaient pas existé…

Le monstre :

L'attaque, c'était passer rapidement, à un moment donner les deux compagnons avaient commencer à préparer un feu, un moment après Sorsha c'était retrouver percher dans un arbre, complètement traumatiser, le vieil homme tuer et dévorer par une abomination. Entre ces deux moments, ils avaient sincèrement cru que quelqu'un les appelait à l'aide. Certes, ils ne voulaient pas se joindre aux communautés, mais, aucun d'eux n'étaient cruel, ainsi lorsque les plaintes s'étaient faite entendre, le vieil homme avait décider d'aller voir ce qu'il pouvait faire, ordonnant à Sorsha à rester en arrière pour surveiller le feu et leurs maigres possessions également. Elle avait obéi, ce qui lui sauva la vie, car, à peine le vieil homme, c'était-il approché de la forme humaine caché entre les arbres, qu'une masse noire était apparu soudainement et l'avait attraper, pour le dévorer. Sorsha avait hurlé de terreur puis c'était précipiter à l'arbre derrière elle, un résineux dont les premières branches étaient assez basses pour être attrapées. Elle avait alors grimpé, à toute vitesse, tout en continuer à hurler, prise d'une terreur telle qu'elle ne pouvait se résonner et se taire. En un instant, un cour instant, sa vie avait basculé dans l'horreur, jamais elle n'avait soupçonner l’existence de choses pareille ! 

Plus bas, le feu, c'était éteint, faute de quelqu'un pour entretenir. La jeune femme resta un long moment dans l'arbre, prostrée de peur, elle c'était décider de redescendre uniquement pousser par la soif et la faim. Sa soif apaisée, sa faim plus ou moins rassasier par quelques mûrs trouvés sur des ronces, Sorsha était retourner se percher dans l'arbre, incapable de se résoudre à rester au sol, de peur de se faire dévorer par un monstre. 

Elle s'y trouve encore maintenant, totalement incapable de se résoudre à redescendre pour de bon et de recommencer une nouvelle vie, même si elle tente parfois de se raisonner en se disant que rejoindre une communauté pourrait être une solution. La peur, ainsi que le chagrin dû à la perte de son seul ami et repère dans ce monde, sont encore trop fort ... 

En ce qui vous concerne :

Prénom / pseudo : Le plus souvent, je me présente sous le pseudo de la Folle aux chats
Age : 30 ans
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ?

Tous les jours, sauf si je suis partis loin pour faire une saison agricole mais, dans ce cas je préviendrais (et ça fait longtemps que je suis pas parti loin pour faire une saison d'ailleurs ….)

Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ?

En fouillant, en cherchant désespérément un autre fofo ou m'inscrire, sur différents annuaires ou top forum et j'ai fini par trouver le dit fofo sur un top forum d'ailleurs (je sais plus lequel). Le nom de Musaraigne m'a interpeller et me voilà.

Avez-vous des remarques à propos du forum ?

Ma foi non, il est très bien ainsi. Je trouve que le nom est original, ça donne envie de cliquer dessus (c'est ce que j'ai fais), et le design est très beau et sobre, j'aime beaucoup. Le contexte et original, plutôt sombre mais c'est ce que je préfère, ça fait ambiance fantasy également sans tous les clichés, c'est vraiment sympathique.

J'espère qu'il n'y a plus de fautes, j'ai tout passer sous correcteur orthographique.  

Telod
Administrateur
avatar
Messages : 190

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
Ven 12 Jan 2018 - 20:54

Bonsoir Sorsha et bienvenue sur Musaraignes !

Je suis Telod l'un des trois administrateurs du forum et c'est moi qui m'occuperai de ta fiche !

J'ai bien aimé ta fiche, ton personnage me plait ! On voit que tu as bien pris conscience de l'univers et que tu as fait attention à certains points très importants comme la nourriture, ou le côté impitoyable de la vallée.

Globalement je n'ai pas noté d'erreurs de contexte, en revanche j'ai tout de même quelques minuscules détails à régler avec toi, qui sont souvent de l'ordre de l'interrogation et ne sont donc vraiment pas très graves :

1) Ton avatar est super mais dispose malheureusement, sur ses vêtements, de petites jointures en métal. Le problème est que... Pour l'instant aucun homme sur la vallée n'a réussi à récolter du fer, et il semble plutôt peu probable que, même lorsqu'on arrivera à le récolter et à le forger, on s'en servira pour faire de telles attaches. C'est un point de détail mais il est tout de même un peu gênant. Visiblement il n'est pas trop dur de modifier légèrement l'image pour les faire disparaître, Staz a fait une modification rapide ça donne ça :
https://cdn.discordapp.com/attachments/358680752197730305/401444485935923210/bloupycorrected.jpg
A toi de voir si cela te satisfait ou non, tu peux aussi faire tes propres modifications ou bien changer ton image (ce qui serait dommage parce que j'apprécie ton avatar !)

2) Tu emploies à plusieurs reprises le mot "cuir" pour désigner le matériau dont sont faits la sacoche ou les vêtements de la jeune femme. Bien que ce terme soit assez vaste, il me semble qu'il désigne une peau déjà très soigneusement travaillée avec des méthodes assez poussées, et moi dans mon esprit il me fait penser à quelque chose de très bien tanné... Vu que, je le sais parce que tu le précises, tu dis que ce sont des peaux peu travaillées, je suggère de remplacer ces occurrences du mot "cuir" par le mot "peau"... Pour te permettre de garder le mot cuir pour désigner les peaux que tu travailleras lorsque tu auras réellement atteint un haut niveau de tannage.

3) Dans "croyances" comme dans "caractère" tu évoques très rapidement le fait qu'elle croie en des Dieux ainsi qu'en une âme. Si c'est bien le cas, peux-tu simplement me préciser si c'est une idée précise et aboutie qu'elle a en tête qui constitue une réelle croyance pour elle, ou simplement une impression qui lui est venue comme ça et qui ne constitue pas un trait important de son caractère ?

4) Deux petites remarques sur des choses qui semblent absentes de ton histoire : Il me semble que, à part à la toute fin, tu n'évoques pas de monstruosités, mais les guetteurs sont très souvent visibles parce qu'ils épient les hommes tout le temps (sans nécessairement les attaquer), alors il aurait été bon d'évoquer quelques formes comme ça, des silhouettes qu'on voit parfois dans les bois - il suffit d'une petite phrase !
Autre chose, tu n'évoques pas vraiment la météo qu'il fait, or il y a eu une période de froid glacial assez importante avec même de la neige : jour 17, 18 et 19. (Tu peux voir les archives de la météo ici : http://musaraignes.forumactif.fr/t14-climat ). J'aurais aimé que tu évoques en une ou deux simples phrases comment ils s'en sont sorti pendant cette période, où la température est descendue bien en dessous de 0 !

5) Enfin, je sais que tu as utilisé un correcteur d'orthographe, mais j'ai noté tout de même un certain nombre de fautes d'orthographe qui me semblent relever de l'inattention, non pas dans l'histoire qui est très bonne à  ce niveau, mais dans les différents paragraphes qui précèdent l'histoire. C'est pourquoi j'aimerai que tu fasses une relecture des paragraphes qui précèdent l'histoire afin d'essayer d'en corriger quelques uns !

Voilà, ça sera tout ! Désolé je parle beaucoup mais je ne dis pas grand chose au final, globalement ta fiche est très bien, et c'est surtout moi qui chipote, mais on est réputé pour ça ici !

Modifie juste ces points de détails et je te validerai !
Sorsha
Membre
avatar
Messages : 7

Jour d'éveil : Jour 5
Race : Racine
Métier : Tanneur (novice)
Groupe : Errante pour le moment
Fiche de présentation :
Ven 12 Jan 2018 - 23:35

Merci pour le message de bienvenue \o/

Voila, j'ai fait les modifications, en espérant que ça aille (sinon, c'est pas grave j'en apporterais d'autres ^^).
J'ai tout relu, normalement ça devrait aller pour les fautes, enfin j'espère, l'orthographe c'est vraiment mon point faible.

Merci à Staz pour avoir modifier mon vava, c'est vraiment gentil, je suis pas super doué pour ça non plus (c'est vrai que j'avais pas penser aux petites attaches en fer, je trouvais juste l'ensemble joli et en accord avec l'univers du fofo).
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 190

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
Sam 13 Jan 2018 - 10:07

Super !

J'ai vu que tu avais corrigé un certain nombre de fautes en effet, ne t'en fais pas je comprends parfaitement que tu aies du mal avec l'orthographe (étant donné que c'était également mon cas par le passé, et que ça l'est toujours un peu...) ce qui compte c'est que tu aies fait l'effort de bien te relire !

De la même manière j'ai vu toutes les autres modifications que tu as apporté, elles me conviennent parfaitement, ça répond à toutes mes questions et mes suggestions !

Par conséquent...

JE M'APPELLE TELOD, et je te MONTRE, ce que l'on fait de mieux en terme de TAMPON ENCREUR directement sur ta tête comme ça HOP HOP dit-il tout en essayant d'apposer sur le front de la jeune femme un grossier bout de bois où était vaguement sculpté le mot "Validation" en son embout. La chose semblait de toute évidence avoir été trempée dans une sorte de boue jaune-verdâtre absolument immonde, qui n'avait ni la consistance ni l'odeur de l'encre, malgré l'appellation qu'en faisait Telod. ARRÊTE DE BOUGER C'EST POUR TON BIEN ! Ça te permettra de briller en société, en voyant cette marque sur ton front les gens fuiront, et même les arbres tireront une révérence ! Je me fais un bain de cette Encre tous les matins et j'en fais l'expérience tous les jours ! Mais ses justifications ne s'adressèrent bientôt qu'aux nuages, aux oiseaux et au soleil, que Telod regardait d'un œil mélancolique, les cheveux au vent, alors qu'il décollait du sol à une vitesse vertigineuse suite au coup de pied aux fesses qu'il venait de prendre. Personne ne comprend mon art... Ce doit être le déni... Ou quelque chose comme ça.


Phrases de Sorsha :

- Les musaraignes dévorent ton corps, ton oeil seul fixe les étoiles.

- Marche. Prospère. Meurt.



Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum