AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Tu deviendras notre guide [Important][PV Ilbéric][Jour 26 début d'après midi]
AuteurMessage
Sagre
Personnage éphémère
avatar
Messages : 3

Jour d'éveil : Jour 8
Race : Cime
Métier : Cueilleur (2)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Ven 1 Juin 2018 - 13:53

Quelque part à l'extrême Est de la vallée, Sagre descendait la pente d'une montagne pour rejoindre un bois aéré qui se trouvait en contrebas. Le temps était clément : ni trop chaud, ni trop froid, et un soleil doux s'élevait au dessus des sommets. Un vent agréable soufflait sur la roche et l'herbe.

L'homme fixait de ses yeux noirs sa destination, en mordant son pouce. Il reniflait, secouait la tête, se grattait le cou, et continuait d'avancer, toujours plus vite. Sa démarche ample devenait aléatoire avec le degré de pente qui augmentait.
Dans la matinée, en amont, il avait croisé un groupe de quatre guetteurs qui l'avaient épiés longuement. C'est pourquoi il argumentait, seul. Un filet de bave liait ses lèvres à son pouce alors qu'il s'expliquait en marmonnant :

- Les guetteurs sont faibles, ils sont bien plus faibles que les hommes, c'est pourquoi ils sont fascinés par ces derniers, et qu'ils en ont peur. Ils ne peuvent pas manger les hommes, leurs mâchoires ne sont pas faites pour ça, en réalité. Je pourrais les tuer sans difficulté, je vais d'ailleurs les tuer ce soir, si je ne trouve pas d'autres occupations, c'est quelque chose qu'il faut que je répète. Je vais les tuer.

Il hocha la tête, ferma les yeux avec force, et sourit. Son pouce revint à l'intérieur de ses lèvres, il se mordit la peau avec intensité. Puis il renifla à nouveau.

- Je vais les tuer. Je vais les tuer. Je vais les tuer et ils ne seront plus là, je le ferai si j'en ai envie.

Sa voix allait vite. Un de ses pieds dérapa sur le sol de terre, il chuta et se rattrapa à une roche sur son flanc gauche. Ses doigts raclèrent lentement la roche, du sang coula sous ses ongles, il secoua la tête, les dents serrées. Un précipice relativement large s'étendait non loin devant ses jambes. Il fallait qu'il le contourne pour atteindre la forêt. Perturbé, il frappa trois fois son poing contre la roche, se gratta le cou, et dit :

- Je pourrais sauter, je pense. Ça ira. Ça n'est pas difficile. Non ?

Hésitant, il marqua une pause en faisant du bruit avec ses dents. Puis il changea d'avis. Voyant de la fumée venir d'un peu plus haut, derrière un talus, il se leva pour s'y diriger.
Son corps maigre, aux os apparent, lui donnait un air faible et perdu alors qu'il avançait. Tournant la tête, Sagre vit à nouveau quatre guetteurs le regarder, en amont. Il accéléra le pas rapidement, en se grattant le crâne.

- Je vais, j'avance, c'est comme ça qu'il faut faire.

Visiblement, la présence des monstres intensifiait son délire. Il n'allait pas bien, il ne se sentait pas en sécurité, et ses mots le confirmaient :

- Je vais trouver des hommes prodigieux, en haut de cette montée, près de ce feu. Les hommes les plus braves et les plus forts qu'il m'ait été donné de connaitre. Ils sont, déjà, des dieux réincarnés. Et ils protègent, autour d'eux. C'est pour ça qu'ils me guident avec la fumée.

Ses ongles grattèrent sa cuisse, fort, jusqu'au sang. Il se mit à marcher plus vite, puis à courir. Les guetteurs avançaient derrière lui. Il mettait toutes ses forces dans ses jambes, se dirigeant droit vers la fumée, du plus vite qu'il pouvait.

- Je vais accueillir la grandeur des hommes de ce feu. Ils vont baigner la vallée de leur lumière. Je suis là, les guetteurs vont s'en aller.

Il sourit, hocha la tête, des larmes perlaient au coin de ses yeux.

- Tout ira bien, maintenant. Je le sais.

Et d'un pas de plus, il franchit le haut du talus, pouvant enfin voir les hommes qui mangeaient près du feu.

Couleur:
 
Ilbéric
Personnage éphémère
avatar
Messages : 3

Ven 1 Juin 2018 - 15:27

- Veux-tu m'apporter ce bâton, Pish ?

Le cime se leva rapidement, et ramena moins d'une minute plus tard le morceau de bois en question, trop heureux de pouvoir rendre service. Il se rassit en silence, dardant des yeux brillants vers le vieillard qui remuait les braises avec le bâton.
Celui-ci paraissait calme, bien que ses joues creusées trahissaient sa faim. Un sourire léger éclairait son visage, alors qu'il savourait ce moment. Le soleil brillait, haut dans le ciel, sans qu'aucun nuage ne vienne le déranger, et réchauffait doucement les terres. Une brise douce faisait parfois s'agiter les feuillages des buissons, et siffler de temps à autre une grotte d'un courant d'air obscur.
Après un instant à perdre son regard dans le feu, il fit glisser sur le côté le petit paquet, emballé de feuilles grasses, qui trônait en haut du feu du bout du bâton, pour le récupérer sans se brûler. Puis il jeta le bâton directement dans le feu et ouvrit le paquet, serein. Aujourd'hui avait été une journée particulièrement agréable. Ils avaient même de quoi manger ... La Vallée était si généreuse avec eux. Elle avait déposé pour eux cette petite courge sur leur chemin, pour leur donner la force de continuer leur périple. Une petite courge pour deux, c'était bien suffisant, et Pish semblait impatient de remplir son estomac. Il s'agitait depuis qu'ils avaient trouvé le légume, ayant presque failli le dévorer cru. Mais puisqu'ils avaient marché toute la matinée, ils méritaient bien un repas chaud et un peu de repos.

Alors, saisissant le paquet ouvert et fumant de la courge qui tombait en petits morceaux trop cuits, il le posa devant lui. Le jeune cime se calma enfin lui aussi, et se redressa. Ils posèrent tous deux les mains à plats sur leurs genoux, et Ilbéric déclara d'une voix grave :

- Ô Grande Vallée, nous te remercions pour ce divin repas. Puisse la perte de cette malheureuse courge remplir nos ventre et entretenir nos espoirs. Nous lui ferons honneur, et n'en gaspillerons rien. Puisses-tu mener à nous les âmes perdues et leur donner la force de devenir meilleurs.

Alors, séparant à l'aide d'une pierre le légume en deux parts égales, il laissa Pish se régaler de l'offrande de la Vallée. Puis, adressant un regard au soleil, comme en un dernier remerciement, il saisit à son tour sa part, et la mangea consciencieusement. Toutefois, un regard avisé pouvait apercevoir une pointe de crainte quand il croqua dans la courge.

Mais ils n'eurent pas le temps de finir leurs morceaux que du bruit les firent sursauter derrière eux. Pish bondit sur ses pieds, tenant au poing une pierre pour se défendre, mais Ilbéric se contenta de reculer à quatre pattes, terrifié. Et si la Vallée n'avait pas aimé qu'ils prennent cette courge ? Et si elle venait se venger ? Les tuer car ils n'étaient pas assez à l'écoute ?
Ce n'était qu'un homme. Rien qu'un homme. Ilbéric soupira de soulagement et se remit debout. Il épousseta sa tunique de peau mal entretenue, et, après avoir vérifié que Pish n'ait rien vu de sa terreur passé, s'approcha du nouvel arrivant, un sourire heureux aux lèvres. peut-être que la Vallée l'avait entendue et lui envoyait une âme perdue ...

- Bien le bonjour, mon garçon !

Il s'approcha de lui et écarta les bras pour l'accueillir, puis, avisant les plaies du jeune homme, prit une mine attristée.

- Oh, pauvre homme, tu es bien amoché. Viens donc t'asseoir près du feu, mon ami, et nous regarderons tes plaies. Nous avons de la nourriture pour toi, si tu as faim !
Sagre
Personnage éphémère
avatar
Messages : 3

Jour d'éveil : Jour 8
Race : Cime
Métier : Cueilleur (2)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Mar 5 Juin 2018 - 11:20

Au grand bonheur de Sagre, les deux hommes l'accueillirent avec enthousiasme. Il salua chaleureusement le vieil homme, avec un grand sourire, et en hochant la tête :

- Bonjour, bonjour.

Son sourire semblait presque forcé, peu naturel. Mais les yeux noirs de Sagre pétillaient d'une joie bien réelle, alors qu'il fit un signe de tête au jeune homme chétif aux cheveux blancs.
Alors le vieil homme évoqua ses plaies et Sagre réagit en rigolant :

- Amoché ? Je ne suis pas amoché du tout, je n'ai pas de plaies ! dit-il en riant.

Il frappa son torse à trois reprises avec le plat de sa main, de manière très sonore, comme s'il ne la contrôlait pas. En réalité son corps était terrifiant de maigreur, de blessures de tailles variées dont certaines semblaient s'infecter. Il était sale et mal en point. Et il rit encore, un peu trop, tout en expliquant :

- Vous êtes drôles ! Non je n'ai que quelques petites égratignures mineures. Ce sont des blessures que l'on appelle bénéfiques parce qu'elles ne représentent aucun risque au corps, ce sont des histoires de vies, finalement. Des traces de notre existence.

Tout en parlant, il s'était avancé près du feu et s'y était assis, comme l'avait suggéré le vieil homme. Sagre, une fraction d'instant après s'être assis, semblait peu à l'aise à si peu bouger. Il commença immédiatement à agiter un pied et à se frotter le visage, tout en se balançant légèrement de gauche à droite.
Puis il continua son monologue pour se faire comprendre :

- Le corps humain est doté d'une capacité de régénération unique, que peu de gens soupçonnent. Les organes, le foie, le cœur, peuvent se réparer tous seuls, au même titre que les doigts de la main par exemple.

Il se leva à nouveau, et marcha quelques pas, en rond, tout en se grattant la joue. De toute évidence, il était plus mal et délirant qu'à l'habitude, et cela devait venir de la peur qu'il avait vécu un peu plus tôt à cause des guetteurs. Quelque part, au fond de lui, il savait qu'il aurait pu mourir ce matin, tout comme il y a quelques instants, et il le niait. A présent les monstres noirs se tenaient à bonne distance des trois hommes.

- Alors, vous, comment vous appelez-vous et que faites-vous, ici ? Vous êtes des grands hommes, n'est-ce pas ? J'ai cru le voir, quelque part autour de vous.

Il fronça les sourcils avec sérieux, cligna d'un œil, puis se tourna avec un grand sourire vers le vieil homme, qui, en particulier, lui inspirait confiance. Et en même temps que celui-ci pouvait répondre, Sagre se mettait à se mordre l'index avec insistance, se blessant à nouveau, tout en clignant frénétiquement de l’œil. Dans de telles circonstances, il était très facile, presque évident, de le voir comme un basculé.
Ilbéric
Personnage éphémère
avatar
Messages : 3

Ven 29 Juin 2018 - 19:47

Ilbéric fixa le nouveau venu d'un oeil profondément dubitatif. Il était ... tout sauf "pas amoché du tout". Et pas que du point de vue physique.
Pish, lui, ne semblait pas perturbé par le basculement évident de l'intrus.

- C'est grâce à la Vallée que l'homme peut tenir debout, marcher, et se régénérer ! Elle nous offre tant de choses, nous protège comme elle protégerait ses enfants !

Il avait lâché la pierre et accompagnait maintenant le basculé près du feu. Etait-ce vraiment une bonne idée ? Un instant, Ilbéric parut douter, mais un regard vers le ciel lui rappela qu'il ne devait pas flancher. Alors il s'assit près du nouveau venu et écouta Pich continuer à discourir.

- Tu ne pouvais pas tomber sur plus grand Homme. Je ne suis que Pich, mais tu as l'honneur de rencontrer le beau, le grand, le puissant Ilbéric !

Pich hurlait, à nouveau, en faisant de grands mouvements de bras, d'un air beaucoup trop enthousiaste, et en s'approchant encore et encore du visage de l'autre. Un petit sourire naquit sur les lèvres d'Ilbéric. Quelle chance avait-il d'avoir rencontré cet homme ... Après tout, grâce à lui, il avait la force de continuer la si difficile quête que la Vallée lui avait confié.

- Pich, calme-toi, laisse donc notre invité respirer ...

Il plaça ses mains au dessus du feu pour se réchauffer légèrement, bien qu'il n'avait pas froid. Peut-être pour se donner un peu plus de contenance.

- Je suis effectivement Ilbéric. Heureux de te rencontrer mon jeune ami.

Il lui adressa un sourire franc, à demi caché par sa barbe épaisse dans laquelle il passa une main distraite.

- Nous ne sommes que deux hommes qui se reposent, vois-tu. Et toi, quel est ton nom ?


Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum