AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Rencontre à la lisière ouest [Commun][Clos][J12]
AuteurMessage
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Mer 25 Mai 2016 - 23:52

Serpe se laissa doucement tomber sur l'épais tapis de mousse de son camp. En partie rassasié et encore rêveur de la découverte du campement de Terre Rouge, un soupir de contentement glisse de ses lèvres entrouvertes. Il est sur la bonne voie.
Sur le chemin du retour il a ramassé des galets plus gros. Il s'emploie désormais à les fracturer de manière à obtenir différents tranchants. Les résultats ne sont pas exceptionnels. En revanche il parvient à récupérer plusieurs éclats dont la forme allongée et le bout acéré lui conviennent. Prenant le tibia de guetteur en main il tente d'y graver des inscriptions plus fines. Levant son travail jusqu'à un rayon de soleil il sourit. Prometteur.

Le rayon disparaît et un sifflement rapide se fait entendre.

Jet de dé :
1 : Serpe n'a pas le temps d'esquiver et se prend le coup en plein visage
2-4 : Les mains levées il bloque l'assaut avec ses poignets mais sa temps est éraflée
5-7 : Se tournant brusquement de côté il reçoit le coup sur l'épaule
8-9 : Serpe saisit l'arme de son assaillant qui lui permet de se redresser
10 : L'arme se coince sous son bras, Serpe fait chuter son agresseur d'un mouvement brusque
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 205

Mer 25 Mai 2016 - 23:53

Le membre 'Serpe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd10' :

Résultat : 10
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Jeu 26 Mai 2016 - 14:32

L'adrénaline pulse dans le cerveau de Serpe et son corps s'électrise. S'appuyant sur sa main droite il applique un brusque mouvement de torsion à l'arme qui a manqué de peu de lui briser les côtes. Déséquilibré, son agresseur travers l'épais buisson derrière lequel il se tenait pour chuter avec un bruit sourd la ou Serpe se tenait quelques instants avant.
L'échoué est déjà debout. Son arme est trop loin pour qu'il puisse s'en saisir. Mais son poing enserre l'un des plus gros éclats de galet qui se trouvait à sa portée immédiate. Ses pupilles dilatées sont comme un gouffre dans lequel, à défaut de peur, s'agite une curiosité spontanée et dévorante. Alors que la masse sombre tente de se retourner, Serpe se jette sur elle et lui assène un premier crochet. Maladroit, celui-ci atteint l'intrus à la pommette, projetant sa tête en arrière. De sa seconde main il est prêt à asséner la pierre acérée sur le crâne de son opposant, mais leurs yeux se rencontrent. Les pupilles claires et exaltés rencontrent deux iris à la teinte orangée et chaude qui le fixent avec une fureur presque calculée. Surpris, son bras s'immobilise une fraction de seconde, comme s'il venait de découvrir un message dans ces yeux qui le fixent. Un éclair moqueur passe dans le regard de son agresseur alors qu'une poigne impressionnant enserre sa gorge. Serpe voit le monde tanguer alors qu'il est projeté à terre puis plaqué contre un arbre. Ses yeux révulsés se dresse maintenant vers l'inconnu au yeux fauves qui le surplombe maintenant de toute son impressionnante hauteur.

Bien que son corps semble construit des mêmes éléments que le sien, ils sont difficilement comparable. Au bout de l'immense bras qui l'immobilise d'une poigne de fer se dresse une femme qui le dépasse d'au moins deux têtes. Au dessus d'épaules larges et osseuses se dresse un visage dur, encadré par d'épaisses mèches au reflets blonds cendrés. Étrangement sa peau n'est pas de couleur uniforme et s'éclaircit par endroit, notamment autour des yeux. Son corps est couvert d'une succession de filins grossièrement tressés sur lesquels sont accrochés d'épaisses feuilles oblongues. L'esprit de Serpe s'attarde à s'interroger sur la manière dont elles sont fixées avant de revenir à des priorité plus immédiates. Ses mains agrippent le bras qui le cloue à l'arbre, il commence à manquer d'air. Pourtant l'inconnue ne semble pas resserrer sa prise. Avec sa carrure imposante, elle pourrait facilement utiliser sa seconde main pour lui broyer la carotide, voire lui briser la nuque, mais elle n'en fait rien. Revenu à son regard, Serpe y décèle désormais une nuance amusée d'intérêt, à travers un voile de fureur qui se dissipe peu à peu.

Confortable?

Un peu plus loin les oiseaux continuent de chanter. Ceux au dessus du campement de l'échoué se sont tus. Ils semblent désormais observer des deux êtres qui se contemplent en dessous d'eux. Serpe est immobile. Pour la première fois de sa courte existence il est confus, et ravi. Il se pourrait bien qu'il cesse de vivre sous peu mais quelque-chose lui dit que ça ne sera pas le cas. N'ayant aucune idée de comment réagir il reste immobile, desserrant imperceptiblement ses main autour du bras de l'inconnue. Jetant un oeil à l'arme improvisé que l'échoué a laissé tomber elle esquisse une grimace.

Je te pensais moins dangereux, tu ne paies pas de mine.


Serpe n'aurait normalement pas du esquiver ce coup, les choses s'étaient retrouvées au bon endroit au bon moment.
Non. Les choses étaient la ou elles devaient être. Un sourire se dessine sur ses lèvres qui modulent des mots. La racine hausse les sourcils et desserre encore un peu son étreinte.

J'ai vu dans le Reflet


Il n'a pas réfléchi à la signification de sa phrase, mais elle lui semble d'une justesse indéniable. Ce n'est pas de l'avis de son interlocutrice qui éclate d'un rire grave et bref. Serpe peut maintenant se dégager et tente de repousser la main qui l'immobilise. Après un instant d'hésitation amusée, la racine le laisse faire.

Je devrais te tuer.

Serpe la fixe, muet. Il n'a pas de réponse. Ce qu'elle dit est censé. Il pourrait tenter de la tuer aussi mais ce serait sans doute précipiter sa propre mort. Et puis il voit quelque-chose qui lui plait dans le regard qui le toise de haut. Quelque-chose qui résonne en lui.

Toi aussi tu veux savoir

La racine laisse échapper un autre rire bref suivi par un silence sceptique.Puis, apparemment agacée, elle balaie du regard son campement.

Tu as quelque-chose à manger?


Sa voix cassante sonne faux, l'échoué a touché juste. Comme pour s'excuser de son ton agressif elle ajoute :

Je m'appelle Okha.

Serpe.


Un large sourire traverse son visage alors qu'il prononce son nom pour la première fois. Il aime la façon dont il sonne à ses oreilles.

Le reflet fixe mais ne voit rien.

Ces mots ont suivi son nom, sans qu'il y pense. Il cligne des yeux hébété. Okha, troublée le fixe quelques secondes avant de lâcher un long soupir. Malgré son assurance, Serpe discerne maintenant les traces de fatigues présents sur son visage. Les différentes tâches de couleurs de sa peau lui avaient également caché de nombreux bleus qui parsèment ses avant bras et la base de son cou. Lentement, il fait quelques pas, laissant le regard de la racine suivre chacun de ses mouvements. Il finit par prendre la seconde pomme qu'il a emprunté à Terre Rouge et la tend à la nouvelle arrivante. Elle la prend, les traces de fatigues sur son visage s'accentuant davantage.

__________

Le crépuscule est là. Cela fait plusieurs heures qu'ils sont assis, chacun adossés à un arbre, les yeux dans le vide. Le silence règne la plupart du temps, ponctué par la voix grave d'Okha qui conte son histoire par segments, comme si elle soupesait chaque partie avant de la laisser glisser de sa gorge, pour être sûre de son exactitude.

Elle s'est réveillée au pied de grandes montagnes au nord, il y a cinq jours de cela. Elle failli mourir dès les premiers instants de sa naissance qui a surpris un groupe d'individus ayant établi leur campement à l'entrée de la grotte ou elle est apparue. Finalement épargnée, elle intégra leur communauté pour quelque jours avant que la plupart d'entre eux se fassent exécuter lors d'un raid des créatures noires. Des deux survivants restants, l'un était parti vers les montagnes et l'autre, blessé, avait succombé la nuit suivante. Ayant rassemblé ce qu'elle pouvait, elle avait commencé sa descente vers le sud.

Quelques jours plus tard, affamée, elle avait rencontré deux hommes qui lui avaient donné à manger pour ensuite s'emparer de tout ce qu'elle portait et tenter de l'asservir. Après une tentative infructueuse qui lui avait valu une sévère bastonnade, elle avait réussi à s'enfuir, le lendemain, à la faveur d'une nuit noire. Deux jours plus tard elle tentait d'assommer l'échoué.

C'était un peu radical je l'accorde. Mais on ne peut pas dire que tu inspires confiance.

Serpe n'était pas surpris. Il ne lui en voulait en aucun cas. Il lui adressa un sourire fixe, comme forcé, mais ses yeux étaient francs. C'était sa manière de lui dire qu'il comprenait. Elle lui sourit en retour puis laissa sa tête retomber en arrière. Le silence revint. Le vent frais et diffus qui avait stagné à l'orée du bois pendant la journée s'était mué en une série de bourrasques chargées d'humidité provenant du lac.

Tu comptes rester ici longtemps?


Il y a un camp proche d'ici, je veux aller leur parler, demain.

Une nouvelle fois, la racine laissa échapper l'un de ses rires brefs.

Ils sont au courants? Peut-être qu'ils te tuerons.

Je ne crois pas, eux aussi ils cherchent quelque-chose.


L'image des totems traversa l'esprit de Serpe et un frisson le parcourut.

Viens avec moi.

Okha se retourna de nouveau vers lui et ils se fixèrent un temps. Détermination chaude et orange contre attention curieuse teinté de folie douce. Elle finit par se détourner une nouvelle fois et s'allongea en bordure du tapis de mousse.

Bonne nuit, Serpe du Reflet.

Elle avait prononcé cette dernière phrase avec une pointe d'ironie mais il ne lui en tint pas rigueur, il lui montrerait. Avec précaution il s'allongea dos à dos avec Okha. Sa gorge lui faisait encore un peu mal, mais il dormirais bien ce soir.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum