AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Brise nocturne [J13-Tôt le matin][Important][Clos]
AuteurMessage
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Sam 28 Mai 2016 - 20:57

Serpe rêvait. Agitées, courtes, rendues légères par la faim, ses nuits précédentes ne lui avaient pas permis d'accéder à grand chose d'autre que de courtes divagation sans grande cohérence. Cette fois-ci, appuyé contre le large dos d'Okha, il avait laissé sa fatigue le plonger dans un sommeil profond.
Des images avaient surgi du néant, colorées, dotées d'une chaleur et d'une clarté qu'il ne lui semblait avoir jamais connues. Sans qu'il puisse s'en rendre compte, tout son corps se détendait peu à peu alors que son esprit baignait dans d'immenses halos mauves et azur. Puis une sensation d'oppression. Une part de son être était comme peu à peu comprimé par une force brute et vibrante. Des murmures faisaient désormais leur apparition et scindaient les grandes plages de couleurs de longs sillons rouges vifs. Et puis ses yeux, à Lui, son frère noyé, immenses, toujours chargés de cette immense incompréhension alors même qu'ils s'injectaient de sang.

Il ouvrit les yeux. La forêt, l'odeur de mousse, un vent nocturne léger qui s'enroulait autour des troncs et de sa nuque. Les couleurs avaient disparu. En revanche les murmures eux n'avaient pas cessés. Il lui semblait qu'ils provenaient de derrière son dos. Le vent l'empêchait d'en saisir le sens mais ils semblaient moqueurs, entrecoupés de rires étouffés. Mais il y avait quelque-chose d'autre.

L'échoué voulut se retourner. C'est à cet instant qu'il prit conscience de la large main d'Okha, posée sur son avant-bras. Elle est à moitié redressée et fixe, immobile les fourrés à quelques mètres d'eux. Serpe sent une décharge d'adrénaline lui monter au cerveau alors que ses yeux suivent le regard de la racine. Les murmures s'intensifient, presque suffocants. Ils viennent de la même direction. Deux silhouettes rendues sombres par la clarté du ciel les fixent en se balançant d'une jambe sur l'autre, comme doucement mus par le vent.

_____________________________

Hrp:
 
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 215

Dim 29 Mai 2016 - 14:17

Les deux hommes tanguaient comme perdant légèrement l’équilibre à chaque seconde. Leur souffle était fort, bruyant. Ils hoquetaient de rires et de spasmes vocaux comme pour communiquer dans une langue qu’ils étaient les seuls à maitriser. Ils toisèrent l’échoué et la racine de leur regard fou.
Soudain l’un d’eux bondit vers l’avant, vivace et bestial, et s’arrêta à mi-parcours, à quatre pattes, ses yeux clairs toujours fixés vers le couple. Il était maigre, sale, ses cheveux longs et noirs lui couvrant une partie du visage. Ses dents en pointe, qu’il affichait dans un rictus malsain, trahissait sa race. Son corps était parcouru de spasmes, indiquant qu’il voulait aller au contact mais que quelque chose le retenait de le faire sans que nul ne puisse savoir quoi. Ses longs doigts s’enfonçaient dans le sol moussu comme s’il s’imaginait déjà les planter dans de la chair vivante.
L’autre individu le rejoint, plus calmement. Il accompagnait sa marche d’un bâton taillé grossièrement en pointe, long de sa taille. C’était de toute évidence un racine à la peau aussi noire que les cheveux de son compagnon de folie et aux yeux d’ébène noyés de rouge qui ne cillaient pas. Il respirait mal, toussant rauque et crachant des glaires immondes.
L’échoué commença à faire claquer ses dents, ses mains tremblant d’excitation. Le racine s’agenouilla à ses cotés, sans détourner le regard du couple lui aussi :

- La viande est tendre mon ami, nourrissons avant que les sombres ne viennent chanter.

A ces mots, il s’étouffa dans sa toux pendant que l’autre ricanait en bavant.

- Cours, cours, petite bête, la vie est claire au dessous !

Le racine se releva d’une traite et, à ce signal, l’échoué dément se rua vers Okha avec une agilité incroyable, lui sautant au cou. Derrière lui, son pieu en avant, le racine suivait la charge féroce.
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Dim 29 Mai 2016 - 20:47

Okha roula sur elle-même, forçant Serpe à s'écarter de son chemin. Ce ne fut pas suffisant pour se mettre hors de portée du premier assaillant qui, profitant de son déséquilibre, bondit sur son torse tout en tentant d'atteindre son cou se des dents effilées.
Serpe reprit appui sur un arbre et repris son souffle. Le second agresseur avait stoppé sa charge, hésitant entre porter assistance à son accolyte et s'occuper de lui. Alors qu'il semblait assurer sa prise sur son arme pour tenter de la plonger dans le flanc d'Okha, Serpe plongea vers la droite, vers l'os de guetteur posé contre un tronc à deux pas de leur couche. Ceci sembla convaincre le racine de le prendre pour cible avant qu'il ne soit davantage en mesure de se défendre. Il enjamba maladroitement les deux silhouettes luttant à ses pieds, ses yeux semblant s'embraser encore davantage alors qu'il s'approchait de sa victime.
De son côté Ohkha, tentant de retenir son assaillant, avait réussi à se saisir à l'aveugle d'une des pierres qui jonchait le sol. Elle tentait désormais de porter un coup à la mince silhouette qui se débattait sur elle et qui commençait à laisser de larges traces rouges sur ses épaules en se rapprochant dangereusement de sa gorge.
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Dim 29 Mai 2016 - 21:05

JETS DE DES :

Premier jet pour Okha :
1 : En tentant d'atteindre son assaillant à la tempe, la racine perd son arme improvisée. Son mouvement maladroit laisse ses côtes dangereusement exposées
2-4 : Elle ne parvient pas à toucher son assaillant qui assure un meilleur appui sur ses jambes et commence à prendre le dessus
5-6 : Un coup mal contrôlé atteint l'échoué à l'omoplate, douloureux mais pas suffisant pour le déstabiliser suffisamment.
7-9 : Un coup porté plus au centre du dos, proche de la colonne. Son agresseur surpris dessere son emprise, lui permettant de se redresser.
10 : Okha vise et atteint la tempe. Son adversaire est jeté à terre.

Second jet pour Serpe :
1 : Alors qu'il pense atteindre son arme, le racine parvient à lui écraser la main et lui assène un coup du plat de son arme.
2-4 : Serpe trébuche, son ennemi se place entre lui et l'arme qu'il tentait de saisir, un sourire frénétique aux lèvres
5-6 : Saisissant l'os de guetteur, Serpe s'en sers pour dévier de justesse une attaque d'estoc du racine qui le force à reculer de quelques pas.
7-9 : D'un même mouvement l'échoué empoigne son arme et l'envoie rencontrer le genou du racine qui glapit de douleur.
10 : Alors que le racine fond sur lui, Serpe ramasse son arme et lui enfonce son coude dans le plexus, lui coupant le souffle.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 215

Dim 29 Mai 2016 - 21:05

Le membre 'Serpe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'd10' :

#1 Résultat : 4

--------------------------------

#2 'd10' :

#2 Résultat : 3
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 215

Mar 31 Mai 2016 - 12:56

Serpe trébucha en tentant d'atteindre l'os de guetteur, le racine à la peau ébène profita immédiatement de la situation. Il fit barrière de son corps entre l'Échoué et son arme, et commença à s'approcher, alors que ce dernier restait à terre, une lueur de victoire dans les yeux et sur ses lèvres souriantes. Alors qu'il levait sa lance, s'imaginant déjà le tuer d'un mouvement vif, l'homme à la peau noire se mit à réciter des propos délirants, comme faisant partie d'un rituel :

- Vois tes jours s'effacer, enfant des mondes de nuit. Contemple ta destinée éphémère devant l'éternel cycle. Ce qui mange est mangé, ce qui est mangé mange. Débats toi, avec moi, face à l'obscurité froide. Les sombres signeront, de toute façon, notre salut glacial.

Pendant ce temps, un peu plus loin, Okha manqua son coup alors qu'elle essayait de se débarrasser de son adversaire. Celui-ci tenta de lui mordre le cou avec violence, mais la racine plaça son bras en protection. Son membre fut ainsi blessé avec violence, en profondeur, ce qui arracha à la femme un cri de douleur.
Le sang coulait le long des lèvres du dément, qui la regardait avant de hurler :

- Meurs ! en tentant de lui attaquer à nouveau le cou.

Okha rugit et lança l'Échoué de toutes ses forces vers l'arrière. Celui-ci tomba sur le dos en la libérant de son emprise. Et alors que la femme se dit qu'elle devrait essayer d'achever son ennemi, elle se rendit compte de la position délicate dans laquelle Serpe était posté, entendant la continuation de la prière folle de l'agresseur du petit Échoué.

- Et par delà nos ombres, au reflet de nos êtres en ce monde, vois dominer ceux qui sont l'ombre elle-même, ceux qui n'ont aucun reflet autre que leur basse existence morne en la vallée folle et maudite ! scandait l'homme.

- Serpe ! cria Okha, avant de lancer sa pierre de toutes ses forces vers le crâne du racine qui avançait lentement.

Par chance, la tête de l'homme fut heurtée de plein fouet, et une traînée épaisse de sang commençait à imprégner son crâne, alors qu'il s'effondrait en avant.

Okha ayant détournée son attention, elle fut saisie par l'arrière par son ennemi, qui la mordit à nouveau, cette fois à l'épaule.
avatar
Messages : 52

Jour d'éveil : Jour 2
Race : Echoué
Métier : Sculpteur (2)
Fiche de présentation : ¢
Journal : ¢
Mar 31 Mai 2016 - 15:19

Serpe bondit par dessus le racine dont le corps imposant s'affaissait lentement devant lui. A travers le feuillage, des rais de lumière chutant du ciel venait se refléter dans ses yeux clairs, calmes. Il semblait que toute tension, toute notion d'urgence ait quitté son esprit pour laisser place à un quiétude rêveuse. Plus tard, quand les images de ce combat lui reviendraient, il se rappellera les yeux d'Okha et de son frère noyé, le fixant alors qu'il volait à leur rencontre. Dans son souvenir, plus aucun son ne lui parvenait, les odeurs de sueur et de peur avaient elles aussi disparues. Seul restait le scintillement du regard des deux êtres qui lui faisaient face et quelques taches de couleur qui les entouraient.

Alors qu'il arrivait à leur portée l'autre échoué, ayant vu son camarade tomber, voulut se dégager. Mais Okha, dans un gémissement de rage et de douleur, mit un genoux à terre, se saisit de sa nuque et le tira par dessus son épaule. Son assaillant bascula en avant dans un glapissement de surprise et son dos heurta le sol dans un bruit mat. Serpe était déjà sur lui.

Les mains d'Okha avaient glissé le long des avant bras du basculé, et haletante, clignant frénétiquement des yeux, elle le maintenait au sol. Les bruits de lutte se firent plus discret et bientôt on n'entendit plus que les respiration de ces trois êtres, proches d'achever leur sanglante danse entre la vie et la mort.

Les deux échoués se fixaient droit dans les yeux. C'était la seconde fois que Serpe croisait un de ses semblables et il était toujours troublé par ce qu'il voyait, par leur ressemblance. Deux même pierres, de forme légèrement différentes, mais de même texture et de couleur similaire.

Toi aussi, tu es moi

L'autre restait silencieux, dans ses pupilles tourbillonnait une peur panique et l'ensemble de son corps était parcouru de spasmes qu'il contenait difficilement. Les mains de Serpe se posèrent sur son torse avant de doucement glisser vers sa nuque puis vers ses tempes. Il avait beau fouiller les tréfonds de son regard, il n'arrivait pas à retrouver la lueur qu'il avait aperçu chez le premier échoué qu'il avait rencontré, ou chez Okha. Un voile de tristesse naquit au fond de ses prunelles. Derrière lui, il entendait encore le racine respirer avec difficulté.

Comme ton frère, tu es aveugle


Leur agresseur déglutit, interdit. Les paumes de Serpe massaient désormais les côtés de son crâne avec douceur, épousant ses angles avec application. Dans le lointain les oiseaux commençaient à timidement chanter, annonciateurs du jour qui se levait. Les mains de l'échoué glissèrent encore une fois avec une infinie douceur dans la chevelure crasseux du basculé. Puis il enfonça ses pouces dans ses orbites qui ne tardèrent pas à se transformer en deux gouffres rouges et bouillonnants. L'autre échoué se mit à hurler.

Tu n'en a plus besoin, tu n'as plus de reflet.

Le basculé se mit à se débattre frénétiquement et Okha, incapable de le retenir, le lâcha dans un grognement. Il se redressa, le souffle comme coupé, le visage changé en une cascade sanguinolente, et percuta un arbre avant de disparaître dans les ombres.
Derrière eux, le racine se relevait maintenant avec difficulté, s'appuyant sur son arme. Doucement, Okha ramassa un tesson de pierre qui gisait au sol, s'approcha de lui et serina à plusieurs reprises le large dos qui lui faisait face, jusqu'à ce que la silhouette du basculé s'affaisse de nouveau et cesse de bouger. Reprenant son souffle, elle roula ensuite sur elle-même, poussant un long gémissement, et s'allongea à son côté, comme une amante repue.

Serpe s'était redressé et la fixait maintenant immobile. Il était difficile de dire si tout le sang qui maculait le  corps de la racine était le sien. Mais des traces sombres sur son bras et son épaule n'augurait rien de bon. Leurs yeux se rencontrèrent, sauvages, encore emplis de la violence qui s'était abattu sur eux et par celle qu'ils avaient infligé en retour. Okha eut un de ses rires bref. Elle s'apprêtait à dire quelque-chose mais finit par s'abstenir et poussa un grognement en détournant le regard.
L'échoué s'approcha et posa une main sur son front, et écartant les mèches collées de sueur qui le parcouraient. La racine eut un mouvement de recul mais fini par se laisser faire. Il y avait de la défiance dans son regard, Serpe sourit. Son regard lui plaisait, quelque-chose y était vivant et ne voulait pas s'éteindre.

Toi tu n'es pas vide. C'est bien que nous nous soyons rencontrés


La racine ne répondit pas. Au bout de quelque temps il se redressa et ramassa quelques paquets de mousse, désormais éparpillés dans tous les sens. Certains étaient maculés de sang et il les jeta.

Je reviens, attends-moi s'il te plait

Elle ne risquait pas de se déplacer. En revanche il craignait qu'elle perde trop de sang. ll ignorait ce qui pourrait se passer alors mais ça n'augurait rien de bon. Il se dirigea à petite foulées vers le lac. L'aube pointait déjà. Arrivé près de l'eau il y trempa les paquets de mousse et, les contenant dans ses mains du mieux qu'il pouvait, les ramena au campement. La racine s'était allongée au sol et respirait de manière saccadée, les yeux entrouverts. Serpe se mit à genoux et posa le plus délicatement qu'il pouvait les paquets de mousse imbibés d'eau sur les plaies d'Okha. Elle grogna et lui saisit le poignet. L'échoué crut qu'elle allait lui broyer. Patient il s'immobilisa et son emprise se desserra. Il repris son travail, s'arrêtant parfois pour passer de nouveau sa main sur son front. Quand ce fut terminé il se défit de ses peaux et les posa sur les compresses improvisées en les attachant du mieux qu'il pouvait. Cela ne tiendrait pas longtemps.

Aujourd'hui nous irons voir les gens du pommier. Dors pour l'instant, je guette.


La racine esquissa un sourire qui ressemblait plus à une grimace. Ses paupière papillonnèrent avant de laisser son regard se poser sur l'échoué.

Pense aussi à veiller sur toi Serpe du Reflet, ne te laisse pas engloutir par l'obscurité.


Ses yeux se refermèrent. Bientôt sa respiration se fit plus profonde. Serpe restait immobile. Après un temps il finit par acquiescer pour lui même. Il n'était pas sûr de comprendre ce que sa camarade voulait dire. Mais ses propos résonnaient étrangement avec la litanie de l'homme qu'ils venaient de tuer. Il avait perdu son chemin. Il était devenu sa propre prison de douleur.

Malheur à ceux qui ne fixent plus que leur propre ombre.
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum