AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Signe
AuteurMessage
Signe
Membre
avatar
Messages : 4

Jour d'éveil : 15ème jour
Race : Echoué
Métier : Tanneur (Novice)
Groupe : Errante
Fiche de présentation :
Journal :
Mer 29 Juin 2016 - 18:34

~Signe~


“Signe ce que tu éclaires, non ce que tu assombris.”
René Char



Éveil : 15ème jour
Sexe : Femelle

Race : Echouée
Métier : Tanneur, novice.
Groupe : Errante
Croyance : Stoïque.



Magie : L’illusion passive, même si actuellement elle n’a pas eu l’occasion de le découvrir.

Capacités physiques : Signe supporte étrangement bien la douleur pour une Echouée, on pourrait même dire qu’elle lui procure une certaine forme de plaisir. Masochisme me direz-vous ? Certainement. En revanche, cela n’enlève rien au fait qu’elle ne se plaindra pas pour des petites égratignures et qu’elle prendra ses blessures comme une force. Une sorte de carburant qui lui permettra de se surpasser.

Talents divers : Une extrême souplesse.

Équipement : Aucun

“Une bonne conscience est souvent signe d’une mauvaise mémoire.”
Steven Wright


~Apparence physique et charisme ~

Signe est assez petite. Comme la plupart des échouées sa peau tire vers un blanc grisonnant. Une peau fine et laissant transparaitre plusieurs de ses veines. Elle possède de longs cheveux argentés et ondulants aux creux de ses reins. Ses yeux sont d’un gris abyssal presque impénétrables, ce qui contraste fortement avec la noirceur de ses longs cils. De grands yeux ouverts, avec des pupilles sombres et pleines de questions. Ses traits fins et délicats, pourraient faire croire qu’elle est fragile, mais les apparences sont souvent trompeuses. Sa bouche dénote elle aussi de sa peau, des lèvres d’un rose éclatant, seule pointe de couleur vive sur la totalité de son corps. Son visage est plutôt chaleureux et pousserait la plupart des étrangers qu’elle rencontre à lui faire confiance.

Son corps quant à lui est d’une maigreur presque affligeante, sa taille semble si fine qu’on pourrait croire qu’elle va se briser à chaque fois qu’elle avance d’un pas. Ses cotes sont assez visibles pour que l’on puisse les compter à dix mètres. En revanche ses attributs de femme, pour une corpulence comme la sienne, sont assez avantageux sans parler de ‘formes généreuses’, elle a la chance de ne pas être totalement plate. Son corps aussi, nous rappelle que c’est une échouée, de multiples veines ornes plusieurs parcelles de sa peau.

Signe n’est pas ce qu’on qualifierait de ‘belle femme’. C’est une femme tout simplement. Une survivante qui tente de survivre seule. Elle a pourtant une capacité à captiver les personnes qu’elle rencontre. Que ce soit par sa manière de se tenir, toujours très droite. De se déplacer, toujours de façon très souple. De s’exprimer, avec une voix claire. Elle ne se recroqueville pas et bombe même le torse lorsque l’on essaie de l’intimider. Un petit bout de femme pas très habile de ses mains, mais qui tente de ne pas mourir dans ce nouveau monde.



~Caractère et personnalité~

Une dure à cuire ? Pas vraiment. Au premier abord, lorsqu’on la rencontre on est en droit de se dire qu’elle n’a peur de rien. Le regard fier, le menton levé, la nuque droite, tout laisse à penser qu’elle est sûre d’elle et de ses choix. Parce qu’elle ne veut pas montrer qu’au fond d’elle sa plus grande peur est celle de mourir. Ne faisant que très rarement confiance, et se livrant en de très rares occasions. Piètre combattante mais battante dans l’âme, Signe fait preuve de sang-froid pour gérer les situations les plus critiques. Elle ne revient pas sur ses décisions une fois qu’elle les a prises. Faisant souvent preuve de mauvaise foi, elle a horreur d’avoir tort.

Manichéenne, pour elle c’est soit oui, soit non. L’intermédiaire et les compromit lui sont encore étranger. Elle possède une volonté de fer et n’hésite pas à faire face aux problèmes qu’elle pourra rencontrer, à son grand malheur. Loin d’être des plus endurantes, c’est sa capacité à endurer la douleur qui la maintient en vie aujourd’hui.

En revanche, elle a une réelle peur du noir. La nuit il est impossible pour elle de dormir, sans se réveiller au moindre bruit. Très agile et souple, elle a une certaine facilité à pouvoir grimper là ou ses capacités le lui permette. Peu bavarde, et encore très sauvage, elle ne souhaite pas se lier avec d’autres individus que sa propre personne. Ayant un certain penchant à l’autodestruction, Signe n’imagine même pas la conséquence que sa présence à long terme aurait sur les autres. Solitaire et pas partageuse, elle ne pense qu’à elle. Se souciant que très peu du sort des autres êtres présents dans ce monde.

Pour résumer Signe, une femme qui pense tout savoir, qui pense toujours avoir raison. Elle se croit supérieure aux autres, arrogante et même égocentrique elle ne se remet jamais en question. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle est ici pour une raison, survivre. Le reste ne l’effleure même pas une seconde. Très méfiante, elle peut vite devenir agressive et passer à l’attaque même si elle sait que le combat sera perdu d’avance.



“Pouvoir sentir la faim et la douleur est un signe de vie.”
Zhang Xianliang



~Premier Jour-La Naissance~

« De l’eau. Une immense étendue d’eau. C’est la vie qui commence par cette même eau. Un lac. Un mirage. Ton souffle. Il faut que tu te réveilles. Ton corps encore recroquevillé sur lui-même. Prêt à naitre. Tu es prête. Il est temps. »



C’est dans un sursaut que quelques vagues se formèrent. L’être ouvrit les yeux, des pupilles grises et un corps frêle. L’eau pénétra alors dans ses poumons. La première brulure est toujours la plus douloureuse. L’être se débattit contre une ombre invisible pour revenir à la surface. Ses bras si fins semblaient lutter. La surface. L’air. C’est dans une grande inspiration que naquit la vie. ‘Signe’. Dans sa tête un mot. Signe. Comme un écho dans une montagne qui ne cesse de se répéter. Elle était submergée, par ses flots froids. Elle peina à se rapprocher de la rive, son corps parlait alors pour elle. Il voulait vivre. Une fois sur le sol, elle cracha, toute l’eau qu’elle avait avalée. Des râles de douleur, se mêler à des larmes. C’était douloureux de naitre. Son corps encore trempé. Signe frissonna. Des petites perles se formèrent sur sa peau. Elle était donc vivante. Comment ? Pourquoi ? Son corps s’effondra sans la poussière alors que l’eau continuait à embrasser ses chevilles. Ses yeux gris observaient le vide. La moitié de son visage lui, était encore enfoncé dans le sol. Sa respiration encore saccadée. Elle tentait de trouver un rythme.

De la poussière. Encore de la poussière. La rive était couverte de poussières. Comme si le temps venait de se suspendre. Le ciel en son cœur venait de se fendre. Des yeux gris venait de s’ouvrirent alors, dans un souffle originel. Un sursaut de vie qui anima un corps décharné. Un corps couvert de cette eau salvatrice et déchiré de sentiments. Un corps trop fragile qui avait longtemps luté. Ce même corps. Ton corps. Signe. Son souffle était déstructuré. Un souffle trop court pour se relever. Le ciel bleu recouvrait son visage, comme un baiser vers l’éternel. Ses lèvres pâles tremblaient. Il était presque impossible d’entendre un son, le silence avait fait place. Un corps au milieu de rien. Tomber comme par hasard dans un monde inconnu. Signe bougea doucement les doigts. Plongeant ces derniers dans la terre humide. Il était tôt, peut-être même tard. L’air pénétra dans ses poumons, comme une eau viendrait tarir la soif. C’était le commencement, d’une vie. La naissance d’une poussière. Puisque nous naissons poussière, et que nous redeviendrons poussière. La douceur de ses traits. Sa chevelure d’argent. Signe caressa un long moment le sol, plantant ses ongles dans une terre réelle. Vivre. Son cœur frappait dans sa poitrine, tel un tambour de guerre. C’était ce jour. Le jour où l’inconnu donna la vie.

Le vent souffla de nouveau sur sa peau claire. Les odeurs virent enfin, c’était donc ça la vie. Les jambes de Signe se mirent doucement à bouger. Son regard ne quittait pas le néant. Sa vision encore floue, devint plus claire. Comme on donne la vie à une œuvre. Calmement elle se souleva. Sentant chacun de ses muscles se mouvoir. Elle ouvrit lentement la bouche pour prendre une grande inspiration. Signe voulu se relever mais avant qu’elle n’ait pu se poser la moindre question, elle sentit une pression sur son épaule. Comme si elle ne devait pas se relever encore. Son corps trop faible se battait contre ses propres muscles. Une lutte qu’elle abandonna pour se recoucher dans le sol.

Elle s’étendit sur le sol, écartant ses bras. Le Ciel. Les nuages couvraient entièrement le soleil. L’obscurité de ce jour, ne la rassurait pas. Un sentiment d’être observé. De ne pas être à l’abri. Elle devait se lever. Partir, découvrir ce qu’elle faisait ici. Sa poitrine se soulevait frénétiquement. Ce mot. Signe. Signe. Sonnait encore et encore. Avec insistance pour qu’elle réponde à un appel invisible. Sa peau presque sèche. Ce fut la pluie qui se mêla à son visage. Signe ferma alors les yeux.

Aujourd’hui était le jour de sa naissance. Dans une terre qui semblait déjà vouloir sa perte. Devait-elle lutter ? Si elle était vivante c’était certainement pour vivre. Alors c’est ce qu’elle allait faire. Vivre. Survire. Simplement ne pas mourir. C’est la promesse qu’elle se fit à elle-même, c’est la promesse qu’elle se tiendrait. Quoi qui l’en coute.


“Pessimisme, signe d'impuissance : on est pessimiste parce qu'on se sent incapable de dominer la vie.”
Marbeau




~En ce qui vous concerne ~

Prénom / pseudo : Faites-moi un Signe si vous voulez m’appelez…
Age : 22 ans
À quelle fréquence serez-vous présent(e) sur le forum ? Le plus possible
Comment avez-vous découvert le forum (par internet, on s’en doute) ? Top Site
Avez-vous des remarques à propos du forum ? C’est un très beau forum, très clair au niveau des sujets pour les redirections (Ca c’est le piège de tous les forums, se perdre dans les sujets.) Pas de répétitions inutiles. Clair, net et précis j’ai envie de dire. Très beau travail.
Dreth
Administrateur
avatar
Messages : 32

Jour d'éveil : Jour 3
Race : Échoué
Métier : Guérisseur
Groupe : Bosquet d'Aorn
Fiche de présentation :
Journal :
Mer 29 Juin 2016 - 20:36

Dreth poussa tranquillement la porte du présentoir, les yeux mi-clos et des gâteaux à la main. Tout en mâchonnant un de ces derniers il articula :

"Aikanaro ?"

Puis se reprit instantanément, remarquant qu'il n'était pas dans la pièce.

"Quel jour on est ?"

Fit-il, l'air songeur. Il observa la salle un instant mais n'y trouva aucune réponse, seule une jeune femme assise sagement face au bureau des présentations.

"Bon... Bah puisqu'il n'est pas là c'est que c'est sûrement à moi de valider les nouveaux aujourd'hui."

Conclut-il sans arriver à se convaincre lui-même. Il avança alors jusqu'au bureau et prit place. Devant lui était disposée une fiche propre et bien carrée. Il n'eut aucun mal à la lire tout en continuant de manger ses gâteaux - d'ailleurs il mettait des miettes partout mais ne semblait pas s'en soucier. Arrivé à la moitié de sa lecture il se souvint de la présence de la jeune femme dont il lisait la fiche et sursauta en balbutiant :

"Euh, tu en veux ?"

Tendant vers elle un des derniers gâteaux rescapés. Il se mit ensuite à parcourir l'histoire de la nouvelle des yeux. Il ne put réprimer un petit commentaire compatissant :

"Dur..."

Le réveil de cette fille lui rappelait le sien, dans le lac, à galérer comme un chien juste pour atteindre la rive. Bientôt il arriva à la fin du récit et il n'avait rien de particulier à redire. Pour ne pas passer pour un glandeur il se lança tout de même dans quelques développements, tout en tapotant le papier de son index :

"C'est du bon travail ça, rapide, efficace et propre. D'ailleurs heureusement que c'est moi et pas Aikanaro qui suis chargé des validations aujourd'hui sinon il aurait tout salopé avec son stylo rouge. J'ai jamais compris, il souligne tout. Tout ! Ça n'a plus aucun sens à la fin, autant ne rien toucher à ce compte là. Enfin bref. Oui, donc, pas d'écart de contexte, rien à signaler, tout baigne. Et c'est le cas de le dire."

Il eut envie de mourir en entendant son propre trait d'"humour" et sortit le tampon de validation d'un des tiroirs du bureau. Il l'apposa calmement sur la fiche, sans déborder, puis écarta les miettes de gâteaux de quelques petits mouvements de sa main et déclara :

"Tu es validée."

Il tendit sa fiche à la jeune femme et se leva. D'un pas déterminé il rejoignit la porte en lâchant :

"Pfiou, j'ai bien travaillé aujourd'hui, maintenant c'est l'heure de la pause."



Phrases de Signe :

- Verser une à une les gouttes d'eau pure dans l'océan noir.

- Faut-il être faible pour être libre ?






Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum