AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


MUSAPIF GADGET [EDITION I]
AuteurMessage
Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 88

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Sam 29 Avr 2017 - 22:18

SALUTATIONS BANDE DE MUSARAIGNES ACIDULEES

Aujourd'hui on inaugure donc la première édition du Musapif Gadget, et vu que c'est moi qui n'a proposé et bien c'est moi qui vais vous résumer le principe en étant le plus concis possible.
(Vous pouvez d'ores et déjà remercier Telod pour sa participation au trouvage de ce merveilleux nom.)

Alors surtout n'ayez pas peur, les règles sont simples :

♦ Une fois par mois*, je mettrais en ligne un topic de Musapif Gadget.

♦ Vous n'aurez plus qu'à y poster un rp d'au moins quinze lignes – le but n'étant pas d'écrire un roman non plus, ceci dit, faites vous plaisir.

♦ Ce rp n'a aucun lien avec les rp principaux et vous êtes libres d'écrire ce que bon vous semble, donc éclatez vous. La seule contrainte reste d'utiliser son propre personnage pour le mettre en scène.

♦ Vous postez à la suite, mais n'êtes pas obligés de répondre au précédent post. Par contre, rien ne vous interdit d'y répondre.

♦ Dans votre rp, vous choisissez un mot que vous mettez en gras. C'est ce mot qui sera sélectionné lors du tirage au sort, alors choisissez bien !

Jusque là vous vous demandiez pourquoi on ouvrait un sujet pour ça alors qu'on a déjà quelque chose de semblable – faites pas genre, je vous ai entendu – mais maintenant vous vous demandez ce que c'est que cette histoire de tirage au sort. Du coup, je continue.

♦ A chaque édition de Musapif Gadget, je remplirai une liste avec vos mots, et une fois l'édition clôturée, je ferai un lancer de dé pour déterminer le gagnant du tirage au sort.

♦ Celui qui verra son mot tiré au sort aura le droit à … *roulements de tambour* ... UN PETIT DESSIN qui représentera son mot.

♦ Chaque joueur ne peux jouer qu'une seule et unique fois par édition. Hiss et Abh ne joueront pas (puisque je vais pas vous pourrir vos chances de gagner pour m'offrir mes propres dessins).

♦ Seuls les joueurs VALIDES ont l'autorisation de jouer.

♦ Les joueurs ne peuvent participer qu'une seule fois, en cas de double compte vous choisissez celui que vous voulez pour jouer, mais en tant que joueur vous n'avez qu'une seule chance. (Sinon ça serait assez injuste pour ceux qui n'ont qu'un personnage.) Si je vois que vous avez posté deux fois sous vos deux comptes, je supprimerai le dernier sans hésiter.

♦ Chaque édition commencera un samedi, et vous aurez jusqu'au samedi suivant, minuit, pour participer. Après cette échéance, il faudra patienter jusqu'à l'édition suivante.

Voilà pour les règles. Je vais vous faire un petit exemple, si jamais c'était un peu flou.

« Il faisait noir et Hiss ne savait plus très bien quelle heure il pouvait être. Son cerveau ne répondait que trop mal à ses demandes, et sa mémoires s'empêtrait vaguement dans les méandres de ses iris. Après un bon moment à divaguer, elle réussit enfin à se lever et à sortir de son trou. Elle l'avait creusé pour faire une retraite méditative, loin des autres. Mais elle devait maintenant se rendre à l'évidence : son état n'avait fait qu'empirer. Bien que la vue de ses semblables lui paraissat odieuse avant son départ, évidemment, maintenant ils lui manquaient terriblement. Elle rougit en se disant que son retour auprès des autres allait sûrement être ridicule et qu'elle allait probablement faire tomber Staz en lui sautant dessus. Même les remarques abrasives d'Aël lui manquaient. Elle acheva de pousser le rocher qui recouvrait l'entrée de son trou, et se hissa sur le sol, plissant les yeux sous la lumière aveuglante du jour. Elle avait l'impression d'être un de ces racines qui s'éveillait, sauf qu'elle se rappelait de tout les jours qui avaient suivit son propre éveil. Une fois rétablie, elle regarda une dernière fois la cavité, puis s'en alla vers le camp. Sur la route, elle trouva un caillou très joli, oscillant entre le gris et le noir, veiné de blanc. Elle s'amusa à le lancer en l'air pendant un moment, et ralenti le pas en arrivant vers la grotte ou se trouvait son Staz, ainsi que ses amis. »

Si mon mot est tiré au sort, donc caillou, je me dessinerais un petit caillou – c'est moi qui dessine donc je fais un peu ce que je veux tant que le mot est représenté – et me l'enverrai.
J'aurai juste pu faire un tirage au sort, mais c'était quand même pas très drôle. Le mieux c'est que vous participiez vraiment.

A propos des dessins :

♣ Je me garde le choix du médium – aquarelle, feutres, peinture, café, what else – mais je les mettrais forcément en couleur. Pareil pour le support, ça pourra varier en fonction de mon inspiration.

♣ Si j'en ai envie, je ferais peut être des reproductions en gravure de vos dessins, pour pouvoir les reproduire à l'infini.

♣ Chaque dessin sera scanné et mis dans la galerie de Musapif Gadget, que tout le monde puisse voir le résultat.

♣ Pour que je vous les envoie, il me faudra nécessairement votre adresse. Si ça répugne certains – je ne juge pas, ce sont des informations privées – je me renseignerai pour les envoyer dans des endroits neutres. A vous de m'envoyer un mp au cas ou vous êtes tiré au sort.

♣ A voir avec vous en mp, si un de vos dessins m'inspire des trucs un peu volage, mais je vous demanderai forcément votre accord.

♣ Je précise que le dessin fera la moitié d'une feuille A5, donc c'est vraiment kiki hein. Disons que je peux pas non plus passer trois jours à dessiner ça.

Voilà les lapinous, si vous avez des question envoyez les en mp, et si jamais j'en ai qui reviennent régulièrement je mettrais à jour le règlement au dessus. ENJOY



* Si je me sens d'attaque, on pourra en faire deux fois par mois, et ça pourra aussi arriver qu'on saute un mois. Si personne ne joue – et ça serait bien triste – ça ne servira à rien de persister. Tout dépend donc de votre motivation !

A vous de jouer ! Postez juste en dessous, je laisse la liste ci-après :

- Telod : TOTEM
- Callixte : CADAVÉRIQUE
- Vera : MÉMOIRE
- Staz : ABANDONNÉ
-
-
-
-
-


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Telod
Administrateur
avatar
Messages : 148

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
Sam 29 Avr 2017 - 22:55

Bon. Aujourd'hui, il fallait bien avouer que, je n'en pouvais plus.
J'avais du supporter les piaillements pendant toute la journée, tout le jour durant j'avais entendu ces maudits oisillons ! "Mais, enfin, Telod, nous ne pouvons pas les laisser mourir de faim !" m'avaient dit les uns, "On a tué leur mère, c'est notre responsabilité !" m'avaient dit les autres. Moi, responsabilité ou non, je m'en fichais, ce que je voulais c'était ne pas être dans le bruit ambiant, permanent.
Et Jey s'était mis à parler encore plus fort, et, accompagné de son mouvement, chacun d'y ajouter sa part de cri. Vers la mi-journée j'avais la sensation que toute la vallée pouvait nous entendre.
Moi, au milieu de cette troupe d'imbécile, moitié composé de gens du lacs totalement incapables, à trois quart composé de femmes faibles, avec en plus de ça des oisillons stupides pour nous servir de poids supplémentaire, je commençais à croire que nous étions minables. Rien qui ne tienne debout, rien qui n'avance. Personne pour véritablement pratiquer son activité correctement, nous ne faisions que grossir inutilement, sans jamais rien accomplir ni arranger. Ils riaient d'échouer dans leurs entreprises, ils se réconfortaient en disant que ça n'était pas grave, ils se soutenaient dans l'échec, sans jamais essayer de se reprendre.
J'avais essayé de leur en parler dans l'après midi, ils m'ont dit que je cassais l'ambiance. Je leur ai dit de faire moins de bruit, ils m'ont dit de m'écarter si je n'étais pas content. Je leur ai dit que nous ne pouvions pas continuer comme ça, que ces oisillons étaient le signe de trop, que cela se transformait en foire, qu'ils se berçaient d'illusions et refusaient de prendre les décisions difficiles. Chacun a hurlé, à la façon, et mes oreilles en ont pâtit encore un peu plus.

Aujourd'hui, il fallait bien avouer qu'ils avaient fait trop de bruit pour moi. J'étais fatigué. Je n'avais pas demandé à être leur chef. Je ne voyais pas ce que je faisais là, à garder mes oreilles dans cette bouillie de mots.
Et alors que je les entendais rire, je me levais. Alors qu'ils souriaient en regardant la pierre cassée qu'ils avaient essayé de tailler, j'enlevais ma peau d'ours pour la laisser choir en terre. Alors qu'ils regardaient les oisillons, je prenais ma lance et je me mettais à marcher. Lentement, je ramassai le totem de la tombe de Miosselle, celui qui représentait le feu, et, tout en le gardant dans ma main, je me mettais à marcher dans la forêt. Seul, laissant le bruit derrière moi. Je m'en allais, avec la seule amie qui m'avait respecté.
Callixte
Membre
avatar
Messages : 26

Jour d'éveil : 16
Race : Racine
Métier : Guérisseur (1)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Sam 29 Avr 2017 - 23:07

Elle était partie, la blonde, elle était partie, loin. Il ne savait pas où, peut-être avait-elle tenté de trouver une échappatoire ? Oh, parce que lui, il divaguait. ll l'avait trouvée, cette échappatoire. Ou peut-être bien qu'elle n'en était pas une ? Il avait cru bon de mixer ces espèces de baies rouges avec ces... Ces quoi au juste ? Quelle mixture avait-il créée ? Il y avait eu des feuilles longues, pas franchement bien vertes dont les tiges comportaient des espèces de poils blancs et fins, non piquants. Ah, et il y avait eu aussi ces graines noires, ovales, écrasées avec tout le reste, auxquelles il avait rajouté de l'eau du lac. Puis il avait plongé son index blanc dans cette préparation douteuse pour le porter à ses lèvres et avait goûté sa recette non sans froncer ses sourcils presque inexistants. C'était infâme. Mais on n'avait rien vu derrière cette cascade de cheveux sombres qui recouvraient bien trop cette figure au teint cadavérique. Il n'avait rien dit, demeurant muet. Et les minutes s'écoulèrent comme l'eau d'un ruisseau encore vigoureux. Il était absent, totalement transparent. Et il avait le regard vide pendant qu'il frémit jusqu'à finir par suer, les prémices du delirium pointant le bout de son nez en sa carcasse chétive. Personne n'avait remarqué le changement d'attitude du jeune homme, cet apprenti guérisseur qui s'était désigné comme son propre cobaye. Jusqu'à quel point pouvait-il se mettre en danger ? Oh cela n'avait pas l'air pas bien dangereux puisqu'un rire franchit ses lippes fines, un rire clair et assez agréable s'échouant dans l'environnement exigu de la grotte. On ne l'avait jamais entendu, son rire. Pourtant, il était beau quoiqu'un tantinet sinistre, comme son minois un peu trop féminin mais il en devenait presque effrayant, là, caché par ce rideau de cheveux noir corbeau se terminant en larges boucles.

Quel était le pouvoir de bouillabaisse inquiétante ?


Vera
Membre
avatar
Messages : 14

Jour d'éveil : Jour Dix-Neuf
Race : Echouée
Métier : Aucun
Groupe : Errants
Fiche de présentation : φ
Journal : φ
Sam 29 Avr 2017 - 23:45

    Vera. Vera. Vera.
    Vera, que fais-tu ? Vera, qui es-tu ? Vera, quel est ton âme ?

    Vera, pourquoi tu observes le monde de tes yeux vides ? Vera, pourquoi es-tu plus animale qu'humaine ? Vera, pourquoi tu parles de toi à la troisième personne ?
    On dirait que tu n'es pas en accord avec toi-même, on dirait que c'est pas toi qui est bien là, pourtant, et que celle qui parle n'est pas toi. On dirait que tu es sans cesse perdue dans les abîmes de ta mémoire erronée, dont les souvenirs sont brisés en milles éclats de lumière qui se perdent dans les tréfonds des grottes obscures, jusqu'à ne plus briller. On dirait que tu cherches quelque chose impossible à trouver dans la vallée, et pourtant tu n'as pas l'air de remuer ciel et terre pour mettre la main dessus ; peut-être que tu as perdu quelque chose et que tu ne t'en rends pas compte. Mais c'est flagrant à nos yeux fatigués, c'est flagrant pour quiconque te voit.
    On dirait que tu as peur ; c'est le cas. Tu as peur, comme nous tous. Mais tu as encore plus peur, parce que tu es Seule. Tu as peur des monstres, tu as peur des ombres, tu as peur des Hommes, tu as peur de la présence des autres. Les animaux sont les seuls qui ne te font pas peur. Ils ne te font pas peur parce que tu es devenue comme eux. Tes traits sont sauvages, Vera. Tu n'es plus comme nous, peut-être que tu ne le redeviendra pas, parce que tu sembles être à ta place au milieu des fûts sinistres de la forêt, même si tu es terrorisée au point de ne plus dormir que parce que tu ne peux faire autrement.
    On te voit valser entre les troncs noueux, avec la grâce d'une danseuse, mais ton pas aussi léger soit-il est aussi la prestation du poursuivant poursuivit. Tu es le chasseur chassé, le prédateur-proie. Tu as l'allure de cette danseuse qui danse, danse, danse jusqu'à épuiser celui qu'elle traque, mais comme cette danseuse, tu danses, danses, danses, et tu te fatigues. Les ombres qui se cachent dans les ténèbres t'observent, et elles attendent que tu aies le dos tourné, que tu rencontres un de tes véritables semblables pour sortir de leurs cachettes et se jeter sur toi pour tenter de te prendre, mais tu leur échappes en te glissant entre leurs griffes pour, à ton tour, te réfugier dans ce buisson épineux qui empêche qu'on t'approche sans se blesser.
    Tu n'es pas belle, Vera. Tu n'es pas belle parce que tu t'enlaidis en t'enveloppant de cette couverture de ronces, qui t'enlève l'apparence des roses. Tu pourrais en être une, si tu y prêtais attention, tu pourrais avoir leurs pétales et leurs épines, mais tu as choisi d'inspirer la méfiance jusqu'à ne choisir que la tige longiligne et ses pointes acérées qui empalent quiconque veut l'effleurer. Mais toi, personne ne veut t'effleurer, parce que tu as seulement l'apparence d'une ronce, et que les gens préfèrent les roses même s'ils savent qu'ils vont se blesser. Les ronces, ils les découpes. Mais les ronces sont robustes, et toi, tu ne l'es pas. L'es-tu ?
    Les pieds dans l'eau, tu te souviens de la première fois où tu as ouvert les yeux. C'était sous l'eau, dans les tréfonds des abysses terrifiantes. Tu as failli mourir, tu as failli ne jamais sentir le vent effleurer ta peau de porcelaine, caresser des cheveux aussi sombres que les corps dégoulinants des êtres les plus sombres qu'il puisse exister dans l'espace que les montagnes emprisonnent. Mais tu as réussi, Vera, tu as réussi à t'arracher aux flots dont tu as maintenant crainte. Et pourtant, tu continues à avancer entre les vaguelettes insignifiantes mais pourtant vicieuses. Elles te happent, n'y va pas, Vera. Tu y laisserais des plumes, toi, l'oiseau étrange qui vole dans un monde où la moindre faute arrache les ailes des colombes plus ou moins blanches qui tentent de survivre au milieu des cyclones. Avec tes yeux perçants, quand bien même ils sont éteins, mornes et las, tu devrais voir sous la surface cette volonté malsaine de t'attirer. N'y vas pas.
    Tu t'enfonces dans l'eau jusqu'aux hanches, et il ne faut pas que tu continues. Tu es en terrain découvert, n'importe qui pourrait te voir et te tuer. Retourne à la forêt, Vera, retournes-y, ne reste pas ici. Retourne fouler l'humus qui colle à tes pieds, sens les branches s'emmêler dans tes cheveux sombres, découvre encore une fois ton regard vert se confondre avec les feuillages vigoureux. Tu es décidée à rester Seule, mais reste Seule là-bas, pas dans le lac. Tu n'aimes pas cette étendue sombre et étouffante, alors pourquoi y vas-tu ? Le poisson peut attendre, ta vie non. Reviens, cache-toi parmi les arbres, redeviens un fantôme si tu le veux, mais un faux.
    L'eau atteint tes épaules, et tu sens ses graviers descendre subitement sous la plante de tes pieds. Tu t'en fous, maintenant. Tu es aussi neutre qu'à l'accoutumée. Tu survivras encore une fois, tu as déjà frôlé la Mort tant de fois qu'elle t'accompagne et tu y es habituée. Tu es son amie, mais attention, Vera : la Mort est hypocrite, ne lui tourne pas le dos, elle te happera sinon. Vas, cours vers elle, mais reviens à reculons, car c'est à l'instant où tu te détourneras d'elle qu'elle viendra te prendre pour t'emmener avec elle là où la Vie t'a accordé la vue et les sensations. Découvre ce qu'il y a en-dessous, mais reviens. Ne restes pas trop longtemps non plus, car ton souffle a ses limites restreintes. Ne vas pas trop profondément sous la surface car seul le soleil te guide, et si tu le perds de vue, rien ne pourra te faire retrouver la sortie du labyrinthe sans mur qui s'étend dans le noir.
    Vera, tu es sous l'eau, on ne te vois plus depuis le monde terrestre. Reviens.

     Que fais-tu, Vera ? Qui es-tu, Vera ? Quelle est ton âme, Vera ?
     Vera. Vera. Vera.

     Le lac a repris sa fille, mais arrache toi aux bras de ta mère et reviens, oiseau étrange, reviens, et danse à nouveau dans les cieux et non dans les eaux, en te muant en murène.
Staz
Membre
avatar
Messages : 98

Jour d'éveil : Jour 16
Race : Echoué
Métier : Aucun
Groupe : Errant
Fiche de présentation : Clic
Journal : Clic
Dim 30 Avr 2017 - 10:57


Staz avait attendu ce moment depuis des jours. Il avait même rêvé de ce moment, la nuit dernière. C'était comme si toute l'angoisse qui l'avait entouré, depuis le premier jour, c'était transformée en une hâte oppressante. Ses pas, eux, le menaient sans douleur, à un rythme rapide, devenant peu à peu une course effrénée. Les arbres défilaient, les rochers aussi, alors qu'il sautait par dessus les obstacles avec souplesse, sans jamais trébucher. Il était comme un loup au milieu de son territoire, galopant à vive allure dans un silence presque complet, seule dérangé par les cris distordus de quelque oiseau étrange.

Mais lui, il continuait à avancer. Les paysages devenaient familiers. Il reconnaissait cet arbre, là, qui avait dut plier sous le vent, ou celui-ci, dont il ne faisait aucun doute que ce n'était pas le vent qui l'avait fait plier. Il contourna un rocher, alors que la fourrure lui battait le dos à chaque foulée. Il avait dans les bras deux, non trois lapins, tous magnifiques, et n'avait qu'une hâte, les dévorer avec Elle. Hiss.

Et bientôt, l'entrée de la caverne fut sous ses yeux, et il ralentit ses foulées. Il prit une minute, observant le paysage autour de lui, pour finir d'incruster ce moment dans sa mémoire. Puis, serrant contre lui son petit paquetage, resserrant autour de ses épaules la fourrure animale, et descendit la petite pente de cailloux, ses yeux fouillant l'obscurité pour trouver ...

... Pour trouver quoi déjà ? Car il n'y avait rien. Rien d'autre que cet animal, mort, dépecé, empestant la charogne, qui devait pourrir ici depuis longtemps déjà. Et des personnes qui devaient s'y trouver, d'elles, il n'y en avait aucune trace. Car déjà, tous l'avaient abandonné, lui, à finir comme cette charogne.

Hiss
Administrateur
avatar
Messages : 88

Jour d'éveil : Jour 10
Race : Cime
Groupe : Errant
Fiche de présentation :

Journal :
Dim 7 Mai 2017 - 0:43

Comme convenu, le tirage au sort!

- Telod : TOTEM -> 2
- Callixte : CADAVÉRIQUE ->1
- Vera : MÉMOIRE ->4
- Staz : ABANDONNÉ  ->3


Et donc le grand gagnant par tirage au sort de cette première édition est notre TELOD de compétition ! Bravo à lui !

La deuxième édition pointera le bout de son né rapidos, et attendez vous à voir tourner le totem de Telod dans les jours qui viennent. Bisous sur vos truffes, et merci d'avoir participé !


Ne les écoute pas, ne plie pas. Tu es seule.
Rien d'autre qu'une bourrasque qui menace les hommes.
Sort
Maitre du jeu
avatar
Messages : 215

Dim 7 Mai 2017 - 0:43

Le membre 'Hiss' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'd4' :

Résultat : 2
Callixte
Membre
avatar
Messages : 26

Jour d'éveil : 16
Race : Racine
Métier : Guérisseur (1)
Groupe : Errants
Fiche de présentation :
Dim 7 Mai 2017 - 12:50

Je ne sais pas si on a le droit de répondre mais je dis FÉLICITATIONS TELOD !! Et merci pour cette première aventure : )


Telod
Administrateur
avatar
Messages : 148

Jour d'éveil : Jour 1
Race : Racine
Métier : Sculpteur (3)
Groupe : Terre Rouge
Fiche de présentation :
Dim 7 Mai 2017 - 13:23

J'AI GAGNÉÉÉÉ !! YEAHHHHH !!! YOUHOUUUUU !! Youpi ouais Youpi ouais Youpi ouais Youpi ouais Youpi ouais !

MOUHAHAHAHA ! BIEN FAIT POUR VOTRE TRONCHE LES AUTRES ! Ça vous apprendra à DÉFIER le MAITRE de l'Aléatoire, Roi du Random, spécialiste du PIF, celui qui Règne sur Musa !!! JE SUIIIIIIS UN DIEUUUUUUU !

Et alors que Telod hurlait tout en gambadant, il trébucha, et, son visage heureux fut bientôt projeté dans la colossale bouse de vache qui se trouvait là. Assommé, mal en point, l'homme ne put malheureusement que s'y noyer, tout en émettant des petites bulles qui éclataient à la surface de la fiente. Inconscient, au bord de la mort, on put tout de même entendre parmi les bulles, un son qui se dégageait, les derniers mots de Telod :

Z'gl'ai... Gagn'gl'é !

(Ne désespérez pas les autres, il y aura très bientôt un nouveau MUSAPIF GADGET, vous pourrez retenter votre chance ! Merci à Hiss pour la création de ce magnifique jeu ! On espère vous voir nombreux sur la prochaine édition du MUSAPIF GADGET !)
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum